Commentaires de Pierre-joseph G

889 ascensions

Nombre de montées : 889 Commentaires sur le forum : 0
Nombre de sommets : 642 Photos : 625

Carte des cols gravis


Liste des sommets franchis

Nom Altitude Massif Détails
Cime de la Bonette 2802 m Mercantour
Col de l'Iseran 2764 m Vanoise
Passo dello Stelvio 2758 m Massif de l'Ortles
Col Agnel 2744 m Queyras
Col du Galibier 2642 m Arves et Grandes Rousses
Colle del Nivolet 2612 m Piemont
Colle Fauniera 2511 m Piemont
Pass Umbrail 2503 m Massif de l'Ortles
Nufenenpass 2478 m Alpes lépontines
Col du Grand Saint Bernard 2469 m Alpes valaisannes
Col de la Moutière 2454 m Mercantour
Furkapass 2431 m Saint-Gothard
Port d'Envalira 2407 m Pyrénées centrales
Col du Granon 2404 m Cerces
Col de l'Izoard 2360 m Queyras
Col de la Lombarde 2350 m Mercantour
Tre Cime di Lavaredo 2333 m Dolomites
Col de la Cayolle 2326 m Mercantour
Col de la Loze 2304 m Vanoise
Port de Boucharo 2270 m Pyrénées centrales
Sustenpass 2259 m Saint-Gothard
Col du Sanetsch 2251 m Alpes bernoises
Col d'Allos 2247 m Pelat
Passo Sella 2240 m Dolomites
Col de Portet 2215 m Pyrénées centrales
Col de Tentes 2208 m Pyrénées centrales
Cime de Coma Morera 2205 m Pyrénées est
Passo Valparola 2192 m Dolomites
Col du Petit Saint Bernard 2188 m Massif du Mont Blanc
Grimselpass 2165 m Saint-Gothard
Pass dal Fuorn 2149 m Alpes rhétiques
Col du Tourmalet 2115 m Pyrénées centrales
Col de Vars 2108 m Ubaye
Gotthardpass 2108 m Saint-Gothard
Col du Sabot 2100 m Arves et Grandes Rousses
Col des Champs 2093 m Pelat
Col du Mont Cenis 2081 m Massif du Mont Cenis
Col de la Croix de Fer 2064 m Arves et Grandes Rousses
Col du Lautaret 2057 m Arves et Grandes Rousses
Oberalppass 2044 m Saint-Gothard
Station d'Isola 2000 2010 m Mercantour
Col du Simplon 2005 m Alpes lépontines
Port de Pailhères 2001 m Pyrénées est
Station de Courchevel 2000 m Vanoise
Col de Sarenne 1999 m Arves et Grandes Rousses
Col de Poutran 1996 m Arves et Grandes Rousses
Col de la Madeleine 1993 m Vanoise
Col de Larche 1991 m Ubaye
Col du Joly 1989 m Beaufortain
Colle San carlo 1971 m Piemont
Cormet de Roselend 1968 m Beaufortain
Col de Brilles 1965 m Pyrénées est
Refuge de l'Orgère 1933 m Vanoise
Barrage d'Emosson 1932 m Massif du Mont Blanc
Col du Glandon 1924 m Arves et Grandes Rousses
Col de Puymorens 1920 m Pyrénées est
Maljasset 1915 m Ubaye
Mont Ventoux 1909 m Provence
Fouillouze 1907 m Ubaye
Ferrere 1892 m Ubaye
Passo di Campolongo 1875 m Dolomites
Col de la Llose 1861 m Pyrénées est
Col de Montgenevre 1850 m Cerces
Col de Pierre Carrée 1843 m Giffre & Chablais
Col du Calvaire de Font Romeu 1836 m Pyrénées est
Signal de Lure 1826 m Provence
Station de l'Alpe d'Huez 1815 m Arves et Grandes Rousses
Passo Tre Croci 1805 m Dolomites
Station d'Avoriaz 1800 m Giffre & Chablais
Col de la Coche 1791 m Ubaye
Col de Bassachaux 1783 m Giffre & Chablais
Col de la Croix 1776 m Alpes bernoises
Chalets de la Faverge 1764 m Beaufortain
Col de l'Echelle 1762 m Cerces
Col de Joux verte 1760 m Giffre & Chablais
Notre Dame de la Salette 1757 m Ecrins
Bois du Chênevier 1731 m Taillefer
Port del Canto 1730 m Pyrénées centrales
Val Pelouse 1728 m Belledonne
Col des Annes 1722 m Aravis
Col d'Aubisque 1709 m Pyrénées centrales
Col de Creu 1708 m Pyrénées est
Station de La Toussuire 1705 m Arves et Grandes Rousses
Col du Pré 1703 m Beaufortain
Col de Gleize 1696 m Devoluy
Col de Joux Plane 1691 m Giffre & Chablais
Col du Solude 1680 m Ecrins
Col de la Couillole 1678 m Mercantour
Col de Valberg 1671 m Mercantour
Col du Noyer 1664 m Devoluy
Crêt de Châtillon / Mont Semnoz 1660 m Bauges
Col du Ranfolly 1658 m Giffre & Chablais
Col de la Pierre de Möelle 1657 m Alpes bernoises
Col des Saisies 1657 m Beaufortain
Col d'Albanne 1652 m Arves et Grandes Rousses
Station des Deux Alpes 1652 m Ecrins
Passo di Monte Croce di Comelico 1636 m Dolomites
Mittelberg 1633 m Alpes bernoises
Col du Mollard 1630 m Arves et Grandes Rousses
Plateau des Saix 1626 m Giffre & Chablais
Col de Chaude 1621 m Alpes bernoises
Col de la Colombière 1613 m Aravis
Glaubenbielen Passhöhe 1611 m Alpes uranaises
Col de la Ramaz 1610 m Giffre & Chablais
Col de Méraillet 1605 m Beaufortain
Station des Karellis 1600 m Arves et Grandes Rousses
Pas d'al Loup 1590 m Pyrénées est
Pas de Peyrol 1588 m Monts du Cantal
Col de l'Arpettaz 1581 m Aravis
Col d'Azet 1580 m Pyrénées centrales
Col de la Perche 1579 m Pyrénées est
Col de Moissière 1571 m Ecrins
Col de la Croix de Peccata 1570 m Monts du Velay
Col de Peyresourde 1569 m Pyrénées centrales
Mont Aigoual 1567 m Cévennes
Col du Télégraphe 1566 m Arves et Grandes Rousses
Col des Prés Salés 1554 m Ecrins
Col du Pillon 1546 m Alpes bernoises
Col de Finiels 1541 m Cévennes
Mont Revard 1537 m Bauges
Col de Chaussy 1533 m Vanoise
Col de Redondet 1531 m Monts du Cantal
La Barillette 1528 m Jura
Col de la Forclaz 1526 m Massif du Mont Blanc
Tunnel des Agites 1517 m Alpes bernoises
Col du Jaman 1512 m Alpes bernoises
Passo Palade 1512 m Massif de l'Ortles
Col de la Croix de Boutière 1506 m Monts du Vivarais
Mont du Chat 1504 m Jura
Col de Solaison 1502 m Aravis
Col du Merdassier 1500 m Aravis
Col du Grand Colombier 1498 m Jura
La Mouille Rosse 1490 m Giffre & Chablais
Col d'Aspin 1489 m Pyrénées centrales
Passo di Sant'Antonio 1489 m Dolomites
Col des Aravis 1486 m Aravis
Col du Soulor 1474 m Pyrénées centrales
Col de la Croix Fry 1467 m Aravis
Col des Montets 1461 m Massif du Mont Blanc
Col du Pradier 1456 m Beaufortain
Collet d'Allevard 1450 m Belledonne
Col du Marchairuz 1449 m Jura
Col des Mosses 1445 m Alpes bernoises
Col du Festre 1441 m Devoluy
Chalet de la Dôle 1439 m Jura
Col du Coq 1434 m Chartreuse
Col de Gaspardon 1433 m Bochaine
Col de l'Encrenaz 1432 m Giffre & Chablais
Colle Saint Michel 1431 m Pelat
Col des Glières 1425 m Aravis
Col du Mont Noir 1421 m Vercors
Col de la Savolière 1418 m Giffre & Chablais
Col du Gerbier de Jonc 1417 m Monts du Vivarais
Col de Prat Peyrot 1415 m Cévennes
Col de Menée 1402 m Diois
Le Bettex 1400 m Massif du Mont Blanc
Col de Parquetout 1398 m Ecrins
Chalets d'Ajon 1396 m Giffre & Chablais
Col de Prat de Bouc 1396 m Monts du Cantal
Col de la Core 1395 m Pyrénées centrales
Col de Cornille 1387 m Alpes maritimes
Col de Combe Blanche 1383 m Jura
Pas de Morgins 1371 m Giffre & Chablais
Col d'Herbouilly 1370 m Vercors
Portus d'Auzenc 1369 m Margeride
Col de la Morte 1368 m Taillefer
Col d'Ornon 1367 m Ecrins
Col des Supeyres 1365 m Livradois & Forez
Col du Pranlet 1363 m Monts du Vivarais
Passo della Mendola 1363 m Massif de l'Ortles
Les Mouilles 1353 m Aravis
Col de l'Allimas 1352 m Vercors
Plaine Joux 1352 m Massif du Mont Blanc
Col de Menté 1349 m Pyrénées centrales
Le Thyl 1348 m Arves et Grandes Rousses
Col de Bonnecombe 1340 m Monts d'Aubrac
Col de la Grifoul 1338 m Monts du Cantal
Col de la Chau 1337 m Vercors
Col de Serre 1335 m Monts du Cantal
Col des Pitons / Mont Salève 1335 m Jura
Col Saint Jean 1333 m Trois-Evêchés
Col de la Molède 1329 m Monts du Cantal
Col de Porte 1326 m Chartreuse
Le Môle 1326 m Giffre & Chablais
Pas de Mathieu 1325 m Monts d'Aubrac
Col des Fillys 1322 m Trois-Evêchés
Pre Richard 1322 m Giffre & Chablais
Col de l'Aiguillon 1320 m Jura
Col de la Faucille 1320 m Jura
Bois de Freydière 1318 m Belledonne
Col de Grimone 1318 m Diois
Col de la Bataille 1313 m Vercors
Station de Leysin 1313 m Alpes bernoises
Col des Guérins 1312 m Bochaine
Col de la Biche 1310 m Jura
Col du Pertus 1309 m Monts du Cantal
Col du Tra 1305 m Vanoise
Col de Perty 1302 m Baronnies
Les Favesses 1301 m Aravis
Col de la Serreyrède 1299 m Cévennes
Col de Plan Bois 1299 m Aravis
Col de Romme 1297 m Aravis
Col du Portillon 1293 m Pyrénées centrales
Col de Faubel 1285 m Cévennes
Plateau d'Agy 1274 m Giffre & Chablais
Col de Manse 1268 m Ecrins
Col de Pra l'Etang 1267 m Vercors
Col du Garabeil 1262 m Pyrénées est
Col Luitel 1262 m Belledonne
Col de Carabès 1261 m Diois
Col de la Charmette 1261 m Chartreuse
Col de Rousset 1254 m Vercors
Col de Port 1250 m Pyrénées centrales
Plaine Joux 1249 m Giffre & Chablais
Col Bayard 1248 m Devoluy
Col du Rouvey 1244 m Monts du Vivarais
Col du Négron 1242 m Baronnies
Col de la Charousse 1241 m Monts du Vivarais
Col de Néronne 1241 m Monts du Cantal
Col de Trechauffé 1241 m Giffre & Chablais
Col du Corbier 1237 m Giffre & Chablais
Col de Landoz-Neuve 1235 m Jura
Col de l'Oeillon 1234 m Massif du Pilat
Planachat 1234 m Jura
Col de la Givrine 1232 m Jura
Col de Legal 1231 m Monts du Cantal
Col de la Croix de Baptiste 1229 m Massif du Cézallier
Col d'Aulac 1228 m Monts du Cantal
Col de la Croix Perrin 1218 m Vercors
Col de l'Homme Mort 1211 m Baronnies
Col de l'Holme 1207 m Ecrins
Col du Baladour 1207 m Massif du Cézallier
Col de Carri 1202 m Vercors
Col de la Croix de Chaubouret 1201 m Massif du Pilat
Station du Désert d'Entremont 1200 m Chartreuse
Col de la Croix de Lampre 1199 m Massif du Cézallier
Col de Combalut 1196 m Massif du Cézallier
Col des Pradeaux 1196 m Livradois & Forez
Col du Buis 1196 m Alpes maritimes
L'Alpettaz 1193 m Bauges
Col de Sur la Semine 1190 m Jura
Col du Grand Cucheron 1188 m Belledonne
Col des Garcinets 1185 m Préalpes de Digne
Col d'Entremont 1184 m Monts du Cantal
Col de la Clusaz 1184 m Bauges
Le Markstein 1184 m Vosges
Col de Platzerwasel 1183 m Vosges
Col des Sagnes 1182 m Préalpes de Digne
Col de la Loubière 1181 m Cévennes
Col de Cabre 1180 m Diois
Col de Cuvery 1178 m Jura
Col de la Portette 1175 m Vercors
Col du Mollendruz 1174 m Jura
Col de Plainpalais 1173 m Bauges
Col de Magnard / Lajoux 1172 m Jura
Ballon d'Alsace 1171 m Vosges
Col de la Cluse 1169 m Chartreuse
Col de Peyra Taillade 1169 m Monts du Velay
Col de Val Ferrière 1169 m Alpes maritimes
Saint Nizier du Moucherotte 1168 m Vercors
Espace nordique de Giron 1166 m Jura
Col de la Croix de l'Homme Mort 1163 m Livradois & Forez
Col des Arces 1163 m Giffre & Chablais
Col des Gets 1163 m Giffre & Chablais
Petit Ballon 1163 m Vosges
Col de Grand Bois 1161 m Massif du Pilat
Col d'Espreaux 1160 m Bochaine
Col de Creusaz 1160 m Giffre & Chablais
Col Saint Jean 1159 m Baronnies
Ballon de Servance 1158 m Vosges
Col des Limites 1157 m Livradois & Forez
Côte de Prémanon 1155 m Jura
Col de l'Arzelier 1154 m Vercors
Col de Palaquit 1154 m Chartreuse
Col de Malissol 1153 m Taillefer
Col des Étroits 1153 m Jura
Station de la Sambuy 1152 m Bauges
Col de Clye 1151 m Jura
Col de la Forclaz de Montmin 1150 m Aravis
Col de l'Echarasson 1146 m Vercors
Col de Tourniol 1145 m Vercors
Col de Bérentin 1144 m Jura
Col du Calvaire 1144 m Vosges
Les Bergonnes (Plans d'Hotonnes) 1143 m Jura
Col de la Schlucht 1139 m Vosges
Col de Montirargues 1139 m Massif du Cézallier
Col du Cucheron 1139 m Chartreuse
Col de Menthières 1136 m Jura
Col des Prés 1135 m Bauges
Col du Granier 1134 m Chartreuse
Col des Tribes 1131 m Cévennes
Col des Tourettes 1126 m Diois
Col des Moises 1121 m Giffre & Chablais
Col de la Charme 1120 m Livradois & Forez
Col du Feu 1120 m Giffre & Chablais
Col de Mézilhac 1119 m Monts du Vivarais
Col de Cou 1117 m Giffre & Chablais
Col de Champ Laurent 1116 m Belledonne
Col de la Fageole 1114 m Margeride
Col de la Rochette 1112 m Jura
Col Lebraut 1110 m Bochaine
Le Collet 1110 m Vosges
Megève 1107 m Aravis
Les Rousses 1105 m Jura
Col du Bulay 1104 m Jura
Col de Proncel 1100 m Vercors
Col des Moulis 1099 m Pyrénées est
Col de Terramont 1098 m Giffre & Chablais
Col de la Croix Berthel 1088 m Cévennes
Col des Limouches 1086 m Vercors
Col de la Loge des Gardes 1077 m Livradois & Forez
Col du Lancier 1075 m Jura
Col du Puy de Renel 1075 m Monts du Cantal
Col de Cuvillat 1073 m Jura
Ahusquy 1072 m Pyrénées ouest
Col de la Fromagère / Pommerol 1072 m Diois
Col des Baraques 1072 m Monts du Vivarais
Col de Portet d'Aspet 1069 m Pyrénées centrales
Col de Romeyère 1069 m Vercors
Col de Macuègne 1068 m Baronnies
Col de Marcieu 1065 m Chartreuse
Col du Mont d'Orzeires 1061 m Jura
Col de Belle Roche 1056 m Jura
Col de Pierre Vesce 1056 m Baronnies
Col du Reychasset 1052 m Baronnies
Champéry 1050 m Giffre & Chablais
Col de la Croix de la Serra 1049 m Jura
Col de Besseyre 1048 m Monts du Cantal
Col de la Chaudière 1047 m Diois
Col du Tourrond 1047 m Bochaine
Col de Foureyssasse 1042 m Bochaine
Col du Barioz 1041 m Belledonne
Col du Grand Taillet 1041 m Giffre & Chablais
Col de Fourques 1040 m Cévennes
Col de Richemond 1036 m Jura
Col Palomère 1036 m Pyrénées est
Col de la Joux 1035 m Jura
Col de Marie Blanque 1035 m Pyrénées ouest
Col d'Ayens 1032 m Verdon
Col de Perjuret 1028 m Cévennes
Col de Jambaz 1027 m Giffre & Chablais
Col du Pertuis 1026 m Monts du Velay
Le Tracol 1023 m Massif du Pilat
Col du Faux 1021 m Monts du Vivarais
Col des Mouilles 1020 m Belledonne
Col des Faisses 1018 m Cévennes
Thollon les Mémises 1017 m Giffre & Chablais
Col de Montjardin 1016 m Cévennes
Sauveterre 1015 m Cévennes
Col des Salides 1014 m Cévennes
Col de la Machine 1011 m Vercors
Col de la Republique 1010 m Jura
Col de Solpérière 1010 m Cévennes
Col de la Rivière Noire 1005 m Livradois & Forez
Col de Portes 1005 m Jura
Col du Pré de Raves 1005 m Vosges
Station de Lans en Vercors 1004 m Vercors
Col de la Bane 1003 m Caroux-Espinouse
Col de la Bucle 1000 m Jura
Col de la Savine 995 m Jura
Col de l'Epine 987 m Jura
Col du Rey 987 m Cévennes
Collet du Linge 987 m Vosges
Col de la Sentinelle 981 m Bochaine
Pas de la Faye 981 m Alpes maritimes
Col de Bacchus 980 m Vercors
Col de Colliard 979 m Jura
Col du Clergeon 979 m Jura
Col du Sentier 975 m Jura
Sainte Marie du Mont 974 m Chartreuse
Col des Fourches 970 m Livradois & Forez
Mont Saxonnex 970 m Aravis
Col de la Pigière 968 m Baronnies
Col de Pisseloup 968 m Jura
Col de Prémol 964 m Diois
Col de Vence 963 m Alpes maritimes
Col du Perret 963 m Giffre & Chablais
Col de la Vierge 962 m Jura
Col du Marquaires 961 m Cévennes
Col de Marocaz 958 m Bauges
Col des Egaux 958 m Chartreuse
Col du Page 957 m Vosges
Col de Saint Jean de Sixt 956 m Aravis
Col de Grosse Pierre 954 m Vosges
Col du Frêne 950 m Bauges
Col du Bonhomme 949 m Vosges
Col de l'Epine 947 m Aravis
Col des Caougnous 947 m Pyrénées centrales
Col des Ayes 944 m Belledonne
Col de Saxel 943 m Giffre & Chablais
Col du Ballon 942 m Jura
La Maxane 940 m Cévennes
Col de l'Ouillat 938 m Pyrénées est
Col de Ludran 938 m Giffre & Chablais
Col de Chalais 930 m Chartreuse
Col de Saint Thomas 930 m Livradois & Forez
Col des Fleuries 930 m Aravis
Col de Félines 929 m Alpes maritimes
Col de la Cheminée 925 m Jura
Col du Buisson 917 m Monts du Vivarais
Col des Chevrères 916 m Vosges
Col de la Lèbe 914 m Jura
Col de Patoux 910 m Beaujolais
Col de Tamié 907 m Bauges
Col de l'Asclier 905 m Cévennes
Col des Bagenelles 903 m Vosges
Col du Cruchon 903 m Jura
Col du Marchand 903 m Monts du Vivarais
Col de l'Oumenet 902 m Cévennes
Col de Leschaux 897 m Bauges
Col du Sapenay 897 m Jura
Plan de Fontmort 896 m Cévennes
Col d'Araud 893 m Baronnies
Col de Burdignes 893 m Massif du Pilat
Col Gaudissart 889 m Vercors
Col d'Oderen 884 m Vosges
Col du Wettstein 882 m Vosges
Col des Mille Martyrs 874 m Chartreuse
Col d'Hurtières 871 m Belledonne
Col de la Forclaz de Queige 871 m Beaufortain
Col de Chalamont 867 m Jura
Col des Brosses 866 m Monts du lyonnais
Col de Boenlesgrab 865 m Vosges
Col de la Berche 864 m Jura
Col de la Croix Casard 864 m Beaujolais
Col des Crozatiers 860 m Jura
Egieu 858 m Jura
Col de Favardy 856 m Beaujolais
Col de la Croix d'Ajoux 853 m Beaujolais
Col de la Flachière 853 m Baronnies
Mont Poupet 851 m Jura
Col de la Brousse 850 m Pyrénées est
Col d'Aulan 845 m Baronnies
Col du Marais 833 m Aravis
Col de Freland 830 m Vosges
Col Lescou 829 m Diois
Col des Ecorbans 825 m Beaujolais
Col du Beau Louis 824 m Livradois & Forez
Col du Mont Tournier 821 m Jura
Pragondran 820 m Bauges
Col de la Croix de Part 812 m Monts du lyonnais
Col de la Croix de Montvieux 811 m Massif du Pilat
Col de la Barrière 809 m Cévennes
Duerne 806 m Monts du lyonnais
Col d'Evires 801 m Aravis
Col des Pezieres 800 m Jura
Passage de la Douleur 796 m Jura
Col du Bénas 795 m Monts du Vivarais
Col du Sappel 794 m Jura
Col du Cendrier 793 m Jura
Col la Sausse 791 m Diois
Col de la Croix de Chal 789 m Beaujolais
Col du Praye 785 m Vosges
Col de la Croix Nicelle 782 m Beaujolais
Col de Vence 782 m Chartreuse
Col de Berthiand 780 m Jura
Col du Pilon 780 m Alpes maritimes
Col de la Croix des Fourches 776 m Beaujolais
Col de Sainte Marie 772 m Vosges
Col de Chaudebonne 763 m Diois
Col du Pin Bouchain 759 m Beaujolais
Col d'Evosges 758 m Jura
Col du Pavillon 755 m Beaujolais
Col de Campviel 754 m Cévennes
Col de la Lattaz 754 m Jura
Yzeron 751 m Monts du lyonnais
Côte de Vesc 750 m Diois
Col de la Croix 745 m Vercors
Col des Fossés 745 m Jura
Col du Fut d'Avenas 743 m Beaujolais
Col Haut de Ribeauvillé 742 m Vosges
Col de Chatillon sur Cluses 741 m Giffre & Chablais
Col de la Casse Froide 739 m Beaujolais
Col de la Croix Montmain 737 m Beaujolais
Col de Valouse 735 m Diois
Col de Malval 732 m Monts du lyonnais
Col de Champ Juin 731 m Beaujolais
Col de la Croix de l'Orme 730 m Beaujolais
Col du Donon 727 m Vosges
Col du Pilon 727 m Beaujolais
Col de la Coche 725 m Belledonne
Col de l'Espigoulier 723 m Sainte-Baume & Sainte-Victoire
Col des Sauvages 723 m Beaujolais
Col de Firstplan 722 m Vosges
Col de la Croix Rosier 721 m Beaujolais
Ontex 720 m Jura
Col du Cerisier 716 m Jura
Col de la Luère 715 m Monts du lyonnais
Col des Aillets 715 m Beaujolais
Col du Vorger 714 m Bauges
Col des Echarmeaux 712 m Beaujolais
Col de Saint Genest 709 m Monts du Vivarais
Col de la Serve 708 m Beaujolais
Col de la Cambuse 707 m Beaujolais
Col de l'Exil 705 m Cévennes
Col du Chêne 704 m Beaujolais
Col des Oncins 702 m Beaujolais
Col du Joncin 699 m Beaujolais
Col de l'Aire dei Masco 697 m Provence
Col de Saint Louis 696 m Pyrénées est
Col Lachard 695 m Chambarans
Col de Madale 691 m Caroux-Espinouse
Col de la Croix Marchampt 687 m Beaujolais
Col de Chatain 683 m Chambarans
Col de la Buche 683 m Beaujolais
Col de Fay 680 m Jura
Col du Burdel 680 m Beaujolais
Col des Croix 679 m Vosges
Col d'Ispéguy 672 m Pyrénées ouest
Col des Nonières 670 m Monts du Vivarais
Col de Fontmartin 664 m Beaujolais
Col de Pierre Levée 660 m Cévennes
Col de la Croix de Thel 651 m Beaujolais
Col de Pavezin 651 m Massif du Pilat
Col de la Chambotte 650 m Jura
Col de Montfuron 649 m Provence
Col de Boubon 648 m Beaujolais
Col des Aires 648 m Baronnies
Echevannes 647 m Jura
Col de Ceignes 646 m Jura
Col de la Croix des Brosses 646 m Beaujolais
Col Fourtou 646 m Pyrénées est
Col de Saint Bonnet 645 m Beaujolais
Col du Carcan 645 m Beaujolais
Col du Goléron 643 m Bauges
Col de Montessuit 640 m Beaufortain
Col de la Croix Papin 636 m Beaujolais
Col de Fontaube 635 m Baronnies
Col du Chat 633 m Jura
Col de Bluffy 630 m Aravis
Col de la Croix de Toutes Aures 628 m Chambarans
Col de Murs 626 m Provence
Col du Pertuis 626 m Diois
Col de Bantarde 624 m Cévennes
Col de Couz 624 m Chartreuse
Col de Crie 624 m Beaujolais
Col de Grenouze 624 m Massif du Pilat
Col de Clémencière 622 m Chartreuse
Col des Cassettes 622 m Beaujolais
Col du Grand Vent 615 m Monts du Mâconnais
Col de Fontay 613 m Monts du Vivarais
Col du Gerbey 612 m Beaujolais
Col de la Chevestraye 611 m Vosges
Col de la Sibérie 611 m Beaujolais
Col du Fayet 611 m Monts du Vivarais
Col de Fouchy 608 m Vosges
Col de Fontcouverte 605 m Pyrénées est
Col de la Croix du Ban 604 m Monts du lyonnais
Château de Queribus 602 m Corbières
Col de Malhaussette 602 m Cévennes
Col du Nivolet 602 m Jura
Col de la Croix Paquet 598 m Beaujolais
Col de Vieille Morte 597 m Beaujolais
Col Saint Pierre 596 m Cévennes
Col de Pierre Plate 593 m Beaujolais
Col de la Mort d'Imbert 591 m Provence
Col du Banchet 590 m Jura
Signal de Cuiron 589 m Jura
Col de la Placette 587 m Chartreuse
Col du Verdun 585 m Monts d'Or
Grand Wintersberg 581 m Vosges
Col des Treize Vents 580 m Caroux-Espinouse
Col de la Percée de Chatillon 579 m Jura
Col de Parménie 578 m Chambarans
Col de Bessey en Chaume 576 m Autre massif
Col du Coda 575 m Jura
Col des Trois Termes 574 m Provence
Col de la Crusille 573 m Jura
Col du Mercou 570 m Cévennes
Puerto de Otxondo 570 m Pyrénées ouest
Col de Chassenoud 557 m Massif du Pilat
Col de Portes 557 m Cévennes
Col de la Cépée 550 m Beaujolais
Col de Durbize 543 m Beaujolais
Col de Meselier 540 m Vercors
Col des Enceints 529 m Monts du Mâconnais
Col de la Croix de Presles 527 m Monts d'Or
Col de la Grange du Bois 523 m Beaujolais
Col de la Bégude 510 m Cévennes
Collet Blanc de Suberoque 510 m Sainte-Baume & Sainte-Victoire
Col de Pierre Plantée 509 m Caroux-Espinouse
Pas de Lauzens 504 m Diois
Croix Régis 503 m Massif du Pilat
Col de la Croix de Montmain 500 m Monts du Mâconnais
Col de Montratier 500 m Jura
Col de la Croix de l'Orme 493 m Beaujolais
Col des Quatre Vents 489 m Monts du Mâconnais
Col de la Croix 486 m Monts du Mâconnais
Col du Bannstein 483 m Vosges
Col du Truges 480 m Beaujolais
Mont Brouilly 476 m Beaujolais
Col de Matafelon 475 m Jura
Jaizkibel 475 m Pyrénées ouest
Col du Bourrin 471 m Massif du Pilat
Col de la Percée 468 m Monts du Mâconnais
Col de la Pistole 464 m Monts du Mâconnais
Pas de Magnan 460 m Sainte-Baume & Sainte-Victoire
Côte de Château-Chalon 450 m Jura
Col de la Madeleine 448 m Provence
Col de Navois 448 m Monts du Mâconnais
Bocca di Marsolinu 443 m Corse
Col de Lizarrieta 441 m Pyrénées ouest
Col des Chèvres 419 m Monts du Mâconnais
Col du Babaou 416 m Massif des maures
Col de Trélis 415 m Cévennes
Col de Bane 414 m Cévennes
Col de Saint Saturnin 409 m Bauges
Col de la Roche 401 m Jura
Col du Bois Clair 394 m Monts du Mâconnais
Col de Veaux 386 m Baronnies
Col du Loup 383 m Autre massif
Col du Rédarès 381 m Cévennes
Col de Llauro 380 m Pyrénées est
Col de Rousse 380 m Jura
Corniche des Crêtes 380 m Massif des Calanques
Col de France 371 m Jura
Col de la Serre 371 m Cévennes
Col de la Serra 361 m Corse
Col de Tredudon 361 m Massif armoricain
Col de Banyuls 357 m Pyrénées est
Col de Brancion 354 m Monts du Mâconnais
Col des Brousses 354 m Cévennes
Col de Barbe Bleue 352 m Autre massif
Col de Légarré 349 m Pyrénées ouest
Col de Puech 348 m Cévennes
Col Saint-Michel 347 m Baronnies
Pas d'Ouillier 340 m Massif des Calanques
Col de Brouilly 333 m Beaujolais
Côte de Menez - Hom 330 m Massif armoricain
Col de la Gineste 326 m Massif des Calanques
Col d'Ibardin 317 m Pyrénées ouest
Col de Beaufer 303 m Monts du Mâconnais
Col de l'Aubret 295 m Cévennes
Col de Travillargues 277 m Cévennes
Col de la Préole 270 m Monts du Mâconnais
Col de Toullaeron 266 m Massif armoricain
Col de la Bataille 265 m Corbières
Col de Lizuniaga 250 m Pyrénées ouest
Col de Paillas 248 m Massif des maures
Col de Crémant 206 m Autre massif
Col de Pinodieta 176 m Pyrénées ouest
Col de Saint Ignace 169 m Pyrénées ouest

00:00:00Cime de la Bonette depuis Saint Etienne de Tinee (2802m)

Je me suis fixé comme objectif de gravir chaque col par chacun de ses versants. Le col de la Bonette, déclaré "le plus haut col d'Europe" ne peut qu'activer mon désir de me confronter à sa grandeur. Je n'ai pas l'ambition de faire un temps. J'ai juste envie de grimper là-haut et de contempler les cimes du Mercantour. Dès le départ de St Etienne de Tinée, j'ai l'impression que la route monte fort et que je n'avance pas vite. C'est certainement parce que je doute trop de mes capacités. En outre, l'étroitesse de la gorge n'est pas très engageante. Après le carrefour de St Dalmas, la pente prend un premier à-coup alors que la route s'accroche au flanc de la montagne et que le précipice s'approfondit. On saute le torrent par un pont très étroit et on arrive au hameau du Pra. C'est à partir de là qu'on a les pourcentages les plus difficiles (supérieurs à 8%) pendant environ 5 km. On passe ainsi Bousieyas, le dernier village habité et seulement en été, où un panneau signale la présence de marmottes sur 20 km. On est à la moitié du parcours et il n'y a plus aucun arbre. On cherche déjà le sommet du regard, on suppute sur le futur tracé de la route, quelque peu aidé en cela par le vrombissement des motos. Les épingles qui conduisent au camp militaire des Fourches sont pour moi le plus beau moment du parcours, à la fois parce que la pente s'adoucit et à la fois parce qu'on est dans les alpages fleuris et que je préfère cette ambiance pastorale à celle entièrement minérale du sommet. Pour finir l'ascension, il va falloir s'habituer à côtoyer le vide tout en contournant des barres rocheuses. Le dôme de la Bonette est devant nous, fendu par la route rectiligne qui part à l'assaut de la cime. Faudra-t-il escalader cette rampe ? Sur la droite un espace, un panneau qui indique Jausiers. Je m'en tiendrai au passage du col à 2715 m d'altitude. Je suis déjà allé à la cime.

00:00:00Cime de la Bonette depuis Jausiers (2802m)

Avec la quantité de panneaux qui nous vantent (nous vendent ?) la plus haute route d'Europe, à Jausiers on ne peut pas manquer le départ du col. Je m'élance sans doute un peu impressionné par l'enjeu : 1600 m de dénivelé sur 24 km. Mais tout bien réfléchi, j'ai déjà fait des ascensions plus longues (col de la Cayolle, Sustenpass, Grand St Bernard) et des plus escarpées aussi (Grand Colombier, Semnoz, Jaman, col de Chaude). Donc pourquoi douter ? Une chose est certaine : monter au-delà de 2700 m d'altitude c'est la garantie de finir sans aucun arbre et dans les éboulis rocheux. Je vais faire comme à mon habitude, prendre mon rythme et essayer de gagner le sommet sans mettre pied à terre. Tout se déroule comme je l'espérais. Il y a certes quelques passages plus difficiles, mais dans l'ensemble, c'est une montée régulière avec le décor habituel de la haute montagne : torrent et cascades. On trouve la portion la plus difficile après le lac d'Essaupre jusqu'au fort militaire de Restefond. Là, on est comme dans un cirque d'altitude avec vue rétrospective et vue sur le sommet proche. C'est en savourant un tel décor qu'on a envie de toujours repartir sur son vélo pour de nouveaux horizons. Arrivé au col (2715 m), il reste encore une petite gâterie de 800 m pour atteindre la cime de la Bonnette (2802 m) où il y a une table d'orientation avec vue à 360°.
Petite anecdote complémentaire : Alors que je m'étais assis dans les éboulis juste au-dessus de la route pour avaler mon pique-nique, un groupe de motards est venu stationner. Ils devaient être une bonne vingtaine. J'ai échangé quelques mots avec eux et je me suis rendu compte que certains parmi eux ne savaient pas dire où ils étaient. Ils ont un guide qu'ils suivent, sans savoir où ils vont, ni où ils passent. Ils sont juste là pour faire des kilomètres à moto. J'en suis resté tout ébahi. A-t-on déjà vu un cycliste qui ne connaît pas le nom du col qu'il est en train d'escalader ?

00:00:00Col de l'Iseran depuis Lanslebourg (2764m)

33 km de montée, c'est 10 km de moins que par l'autre versant, mais on est 300 m plus haut au départ. Malgré ce léger avantage, on doit tout de même s'attendre à quelques passages très ardus. On verra bien. C'est parti ! On laisse la station de Val Cenis pour gagner le petit col de la Madeleine qui nous ouvre les portes du vaste plateau de Bessans. On est d'emblée à plus de 8%, mais ça ne dure pas longtemps. Nous avons ensuite une douzaine de kilomètres vraiment paisibles où nous pouvons admirer les hauts sommets de la Vanoise. Voici alors Bonneval sur Arc, entièrement reconstruit après la guerre, car le village a été brûlé par les Allemands en 1944. On peut faire une halte pour voir les belles maisons de pierre et grignoter quelque chose avant de s'attaquer au final de 13 km dont la pente ne descend jamais en-dessous de 8%. On a déjà une idée de cette inclinaison en voyant la route qui s'élève au-dessus du village en une large épingle dans les prés. Désormais, c'est la haute montagne avec son silence et ses bruits caractéristiques à l'approche des torrents. Dans la tête, il n'y a qu'une seule obsession : tenir le rythme et ne pas trop se faire distancer par les cyclos qui de temps à autre me dépassent. Au Pont de la Neige, je reprends vigueur, car je sais que le sommet n'est plus très loin. Le col marque comme une frontière géologique. Si on était dans la verdure tout le long de la montée, on est maintenant dans un domaine totalement minéral et où que porte le regard, on voit des glaciers. Normal, nous sommes à 2764 m d'altitude. Et les remontées mécaniques de Val d'Isère arrivent jusque-là ! Je vais redescendre côté Maurienne qui est encore préservé du fait de la présence du Parc National de la Vanoise. Mais à peine ai-je enfilé mon coupe-vent qu'un brusque orage se déchaine et me contraint à descendre sur une route détrempée. Horreur ! Ai-je de bons freins ? Vais-je finir dans un ravin ? Non, puisque votre serviteur est là pour rédiger ces lignes. Mais il me reste tout de même le souvenir d'une descente périlleuse avant d'avoir retrouvé la route sèche à Bonneval.

00:00:00Col de l'Iseran depuis Bourg Saint Maurice (2764m)

45 km d'ascension pour atteindre le sommet, cela peut paraître interminable et irréalisable. Mais si on s'attaque au col de l'Iseran, c'est que l'on est déjà un peu entrainé à la haute montagne. Partons donc le cœur léger et avec l'envie de réussir ! Pour ma part, je diviserais le parcours en quatre parties de longueur et de difficulté inégales. Tout d'abord, nous remontons la vallée de l'Isère sur environ 9 km relativement plats. C'est le moment de se mettre en jambes et de regarder les hauts sommets qui approchent. Attention toutefois à être vigilant car la circulation est intense. Ça bosse dans les stations ! Puis, nous venons buter sur le verrou de Ste Foye-Tarentaise. La route se redresse brusquement en une série d'épingles pour atteindre le village, puis celui de La Thuile. Là, on peut déjà mesurer l'état de fraicheur dans lequel on sera pour poursuivre la montée. On peut aussi regarder les villages perchés sur le versant opposé, au bas des pentes du Mt Pourri. Il y a eu des hommes courageux pour s'installer là ! Le lac de barrage de Tignes est en vue. Voici le pire moment de la montée. Non pas que la pente s'accentue. Non, elle redevient paisible (2-3%). Mais il nous faut franchir une série de tunnels humides, sur une route défoncée. C'est l'horreur et incompréhensible de voir une route dans un tel état aux portes des stations où les millions coulent à flot ! Passé Val d'Isère, c'est le plus beau moment de l'ascension qui me rappelle un peu le final du Galibier. On file tout droit jusqu'au Pont St Charles où la route bifurque à droite et se redresse pour ne plus retomber au-dessous de 6%. On est dans un univers de plus en plus minéral où les pics et les glaciers se dévoilent peu à peu. Les lacets se succèdent avec parfois quelques ressauts qui obligent à se mettre en danseuse. Les kilomètres passent lentement, mais avec un sentiment de joie immense de pouvoir être là, avec tout ce panorama exceptionnel. Quelques marmottes s'enfuient. J'ai franchi mon plus haut col routier.

00:00:00Passo dello Stelvio depuis Bormio (2758m)

Pour mon premier col italien, je n'ai pas choisi le moindre. Ce fut le Stelvio. Mais je ne l'ai pas franchi par un de ses versants les plus réputés. Je suis arrivé par l'Umbrailpass et je n'ai donc gravi que les trois derniers kilomètres du versant Bormio. Ce final de haute altitude nous rapproche des parois verticales de l'Orties et de la neige qui les enveloppe. La pente se poursuit avec la même déclivité que sur l'Umbrail. Mais je ne peux pas dire que j'ai été très à mon aise sur le sommet. C'est une cohue indescriptible de motos et de piétons. Il y a pléthore de boutiques pour nous vendre des vêtements made in china. Totale déception. Je n'étais pas venu là pour ça. Heureusement que je pouvais basculer sur le versant du Trafoi et passer les célèbres 48 lacets de la route. 24 km de descente ponctués de nombreux arrêts pour le plaisir de regarder ce que des hommes courageux ont réalisé.

00:00:00Col Agnel depuis Casteldelfino (2744m)

Je crois que jamais une descente ne m'a autant fait battre le cœur que celle vers Chianale. On est emporté par une déclivité supérieure à 10% et les marmottes débouchent de partout comme si elles venaient faire la course avec moi. Non, non, les mémères, je préfère avoir une route bien dégagée ! Et vous, vous devez certainement être mieux dans l'herbe, près de vos terriers ! Voici enfin le lac de Castello et comme qui dirait, le plancher des vaches !
Maintenant, il s'agit de remonter, et j'ai comme l'impression que ça ne va pas être une partie de plaisir. Jusqu'à Chianale, ça va. Mais il faut ensuite remonter 9 km, toujours à plus de 10%. En suis-je capable ? J'essaie de faire le vide, de ne pas trop penser à ce qui m'attend et de m'encourager à l'idée de pouvoir redescendre dans les magnifiques pâturages du Queyras. Ici, j'ai l'impression que chaque lacet, au lieu de donner du répit, renforce la déclivité. Et plus j'en enchaîne, plus j'ai l'impression que je suis à bout et que je vais caler. Voici enfin la bergerie, très sale, tout comme la route à proximité qui marque à peu près la mi-pente. Je m'étais dit que si je parvenais jusque-là sans fléchir, je pouvais espérer continuer jusqu'en haut. C'est vraiment dur ! Regarde vers le haut ! C'est plus tranquille ! Regarde comme les sommets sont proches ! C'est gagné, non ? Je suis dans une espèce d'état second, avec une idée fixe : finir. Heureusement qu'il n'y a pas trop de voitures. J'ai au moins toute la route pour moi. La dernière borne ! Je vais réussir ! Je vais réussir ! Je vais réussir ! Col Agnel 2744 m. Je l'ai fait ! Était-ce si important que cela ? Je suis tout tremblant. Était-ce si important que cela ? Je l'ai fait...

00:00:00Col Agnel depuis Guillestre (2744m)

Aller au col Agnel depuis Guillestre, c'est traverser le Queyras de part en part, et c'est l'assurance de progresser dans des paysages inoubliables, où que l'on soit. Tout d'abord, voici la longue remontée de la vallée du Guil, jusqu'au col de l'Ange Gardien, près de l'embranchement de la route qui va au col de l'Izoard. Ce n'est pas difficile. Le bruit du torrent nous accompagne et les mélèzes nous font cortège. Du haut de son promontoire, le château de Château-Queyras-Ville-Vieille nous annonce que bientôt les choses sérieuses vont commencer. Dans l'approche de Molines, quelques demoiselles coiffées émergent de la forêt. C'est après Molines (1625m) que l'on appréhende toute la majesté et la grandeur du col. La route s'élève dans un très long vallon où prairies et pierriers rivalisent pour occuper la pente. Après Fontgillarde, on entre au royaume des marmottes. Leur sifflement aigu se fait entendre en échos d'une courbe à l'autre. Et moi, petit cycliste je dodeline pour avaler le dénivelé qui ne cesse de s'accentuer. Je passe le refuge Agnel et compte les lacets qu'il me reste pour atteindre le sommet. Quel décor avec le Pain de Sucre qui s'élance vers le ciel, profilé comme une fusée. Les schistes font miroir au soleil et donnent à la montagne un aspect laiteux qui éblouit. Petit coup d'œil en contrebas. Est-ce bien vrai que je suis au sommet ? Aurai-je le courage de descendre le versant italien et de remonter ? Le vent des cimes m'oblige à me couvrir. Ah ! J'oubliais : petit salut au Mont Viso, tout proche !

00:00:00Col du Galibier depuis Col du Lautaret (2642m)

Bien sûr qu'il impressionne ce Galibier du haut de ses 2642 m ! Mais si on est déjà parvenu au col du Lautaret, c'est qu'on a déjà fait une bonne part de l'effort. Après tout, il ne reste que 8 km ! C'est dopé par cette réflexion que je me suis accroché aux pentes sommitales et que j'ai enchainé les virages et les kilomètres sans vraiment peiner. C'était un peu comme si j'étais porté, transcendé par l'enjeu. Et je dois dire que je préfère pédaler à cette altitude et au frais, que sous une chaleur accablante. Ne pas trop regarder du côté du vide. Quoi que... Qu'est-ce que je vois si je regarde en-bas ? "Houah ! J'ai vraiment grimpé tout ça ? Je viens bien de tout là-bas au fond ? Bravo !" Voici le dernier kilomètre. Il faut que je me lève de la selle, car je ressens comme une accentuation de la pente. Je vais y arriver. Voilà ! Je suis en haut ! Au bord des larmes. Heureux, très heureux intérieurement.

00:00:00Col du Galibier depuis Saint Michel de Maurienne (2642m)

J'ai eu beaucoup de mal à grimper le col du Télégraphe. Je n'arrivais pas à trouver le bon rythme et je n'avançais pas fort. De ce fait, j'ai été distancé par mes camarades et lorsque je suis arrivé à Valloire, il n'y avait plus personne. Personne ne m'avait attendu ! Je peux dire que ça fout un coup au moral et que la colère me rongeait. J'ai donc entrepris la montée du Galibier accablé, mais décidé à parvenir au sommet coûte que coûte.
Le faux-plat immédiatement après Valloire m'a paru interminable. Je crois bien que je zigzaguais sur la route. Sans doute de dépit, mais aussi parce que la pente est plus accentuée qu'il n'y paraît. Mais comme on est en ligne droite, l'impression est trompeuse. Arrivé à Plan Lachat, il y avait là quelques-uns des membres du groupe. Je ne me suis pas arrêté pour prendre de leurs nouvelles. J'avais enfin trouvé une cadence appropriée et je me sentais une envie folle de les reprendre tous les uns après les autres. Cette fois encore, j'étais porté par l'extraordinaire beauté des lieux, par le souffle des hauteurs, le regard attiré par le sommet. Des névés subsistaient, de plus en plus grands, de plus en plus proches de la route. J'avais de vagues pensées. "Tu es en train de grimper le col le plus mythique du Tour de France. Au sommet il y a le souvenir Henri Desgranges". Ils sont encore quatre devant. Je dépasse un duo, puis le plus fringant du groupe. Il n'en reste plus qu'un et je veux être en haut avant lui ! Il reste trois kilomètres. Je le vois. Il est presque à l'arrêt. Je suis sûr maintenant que je serai le premier au col. Je le dépasse. Le ciel est sombre. L'air a fraichi. Je passe l'entrée du tunnel. La route est mouillée. Je sens des gouttes. Il reste un kilomètre. C'est dur, très dur. Il pleut pour de bon. J'ai froid malgré l'intensité de l'effort. Ouf ! Je suis arrivé. La voiture suiveuse est là. Je peux m'habiller. Il va falloir descendre sous la pluie...



00:00:00Colle del Nivolet depuis Locana (2612m)

Nous étions passés au colle del Nivolet à pied à l'occasion de notre tour du Grand Paradis. Et nous nous étions promis d'y revenir à vélo. Promesse tenue 20 ans plus tard ! Nous sommes partis de Ponte Canavese, ce qui fait 51 km jusqu'au col. Les vingt premiers kilomètres jusqu'à Noasca offrent une approche ordinaire de la montagne avec remontée du torrent Locana et petits villages aux façades blanches à flanc de coteau. La sortie de Noasca change complètement le rythme. Une succession de quatre épingles, puis une longue rampe nous rappellent brutalement que nous sommes en train de gravir un col d'importance. Lorsque je me suis engagé dans le tunnel, je ne savais pas que ce serait pour plusieurs kilomètres. Sans lumière, j'ai eu le temps de me faire du souci chaque fois que j'entendais une voiture approcher. Sur des pentes de 7 à 8%, on ne progresse pas vite ! Heureusement, l'arrivée à Ceresole Reale permet de souffler un peu et de commencer à admirer les cimes frontalières de la Haute Maurienne. La voute du barrage me rappelle que nous avions dormi (pas vraiment tranquilles) dans un gite juste au-dessous. C'est là que commence la plus belle partie de l'ascension. Les mélèzes cèdent peu à peu la place aux prairies d'altitude, aux rochers et aux parois altières des sommets. Après 5-6 km de route assez rectiligne et modérément pentue, on s'engage pour un final de toute beauté avec des lacets qui s'empilent les uns sur les autres pour découvrir le barrage de Serru, puis celui d'Agnel. La pente est sévère et on a maintenant devant nous le massif du Grand Paradis. Je suis comme dans un rêve, transporté vers le haut plus par le bonheur d'être en un si bel endroit que par mes modestes capacités physiques. Notre promesse est devenue réalité. Nous surplombons le lac del Nivolet. Il y a 20 ans, nous l'avons longé à pied. Aujourd'hui, nous ne l’approcherons pas. Nous nous apprêtons à redescendre par où nous sommes venus, ivres de tous ces lacets que nous avons vaincus.

00:00:00Colle Fauniera depuis Demonte (2511m)

Je savais que cette montée serait un véritable défi pour moi. Mais comme il fallait que je gravisse des + de 2000 pour ma liste des cent cols, l'aubaine était toute trouvée puisqu'en plus du col de Fauniera, on peut aller chercher Valcavera (2416 m), Vallonetto (2447 m) et Esischie (2370 m). J'ai mis trois heures pour arriver au pied de la statue de Pantani non sans avoir beaucoup peiné dans la partie finale. Au cours du premier tiers de l'ascension, on va de village en village, par une succession de ressauts parfois ardus. Il y a toujours un clocher élancé quelque part devant nous. Dès que l'on a passé le dernier village (San Giacomo), la route se rétrécit et le marquage au sol disparaît. Il faut alors déployer toute son énergie pour affronter les longues lignes droites au milieu des alpages. Contrairement aux quelques volées de lacets, elles ne donnent pas l'impression de grimper sévèrement, mais paraissent à chaque fois interminables. Par deux fois, on croise un itinéraire de descente non goudronné réservé aux voitures, alors que les vélos sont autorisés à rester sur la partie asphaltée. Quand on a atteint la zone d'estive des troupeaux (vaches et moutons), on voit au loin le col de Valcavera et ses roches qui tranchent sur le vert des alpages. J'ai bien cru ne jamais y arriver à zigzaguer d'un bord à l'autre de la route, en plus de devoir enfiler les lacets qui couronnent la partie finale. Arrivé là-haut, la large vue rétrospective sur la montée est admirable, sans oublier les grosses marmottes pépères qui vont et viennent à leur aise dans la pelouse. Si on regarde la suite de l'itinéraire, il apparaît beaucoup plus minéral, avec une route en tôle ondulée qui surplombe un profond ravin. Un dernier passage abrupt entre les rochers nous fait déboucher sur un vaste espace dégagé où s'inscrit le col de Fauniera. Nous avons changé de direction et une multitude de sommets que je ne connais pas s'offrent à mon regard. Le pauvre Marco semble bien seul avec sa souffrance dans cet espace austère. Me reste-t-il encore quelques forces pour pousser jusqu'au col d'Esischie et voir la stèle à la mémoire de Fausto Coppi ?

00:00:00Pass Umbrail depuis Santa Maria de Val Müstair (2503m)

Escalader le plus haut col routier suisse (2503 m), ça a son petit effet sur le mental. Au départ de Santa Maria, je me demandais bien si ce n'était pas un peu trop pour moi. J'ai alors mis en route la stratégie porteuse. "Ne pense pas trop, appuie sur les pédales au rythme qui te convient, et surtout profite de la chance que tu as d'être là. Admire ces pentes, ces sommets que tu ne reverras peut-être jamais." Oui, il faut s'armer mentalement devant la difficulté. Me voici déjà dans les lacets qui dominent le village. Ça monte sans à-coups et c'est le principal. Il faut ensuite remonter un long vallon où la forêt disparaît. Tiens, tiens il n'y a plus de goudron. Il faut rouler sur du concassé. Ça secoue un peu. Paris-Roubaix à 2000 mètres d'altitude ça ne me plait pas trop. Des nuages ont tout à coup rafraichi la température. Le panorama s'élargit. Je vois maintenant le haut du col avec son gros bâtiment frontière. Et encore plus loin quelques sommets blanchis par la neige. Eh bien voilà, tu y es arrivé. Et plutôt aisément. Tu vaux mieux que ce que tu crois. Tu as franchi le plus haut col suisse. Maintenant, il ne reste que quelques kilomètres pour atteindre le sommet du mythique Stelvio, en Italie.

00:00:00Nufenenpass depuis Ulrichen (2478m)

J'avais convaincu mon frère de m'accompagner pour faire la trilogie Nufenen, St Gothard, Furka. Comme habituellement, il roulait plus fort que moi, je pensais le suivre. Mais ce fut tout le contraire qui se produisit. Il a été en défaillance dès le départ et je dus l'attendre et même lui prendre sa sacoche. Ceci mis à part, je garde un souvenir ébloui de ce col. Je crois bien que où que l'on se trouve dans la montée, on a une vue qui porte loin vers les sommets. On a l'impression qu'ils nous appellent. Les enfilades de lacets sont propices à la découverte successive de points de vue inédits. On a envie de s'arrêter à chaque virage pour photographier la montagne dans toute sa majesté. Près du sommet, il y a une route interdite aux voitures qui nous permet d'aller voir un lac de barrage. Je ne sais pas nommer les sommets qui m'entourent, mais je peux tout de même en apprécier la grandeur. Je peux mettre le Nufenenpass parmi mes grands coups de cœur cyclistes.

00:00:00Col du Grand Saint Bernard depuis Aosta (2469m)

Grimpée effectuée quelques années après le versant suisse. Comme il n'y a que 33 km, ce devrait être plus facile. Je me dis ça pour me donner du cœur à l'ouvrage. Car je sais bien que ce sera une montée éprouvante. Je n'ai pas aimé la sortie d'Aoste où j'ai un peu cherché mon itinéraire avant de me retrouver sur les coteaux exposés au soleil. Transpiration garantie ! De Gignod à Étroubles, c'est presque rectiligne, en surplomb du ravin. Typiquement le genre de route que je n'aime pas car on a l'impression de ne pas avancer sur ces longs bouts droits. C'est pourquoi je vois venir avec plaisir les épingles qui vont me conduire vers St Rhémy. C'est davantage forestier et la fraîcheur me fait du bien. Je mange mon casse-croûte assis sur des billes de bois. La reprise est un peu difficile et je n'aime pas ce moment où l'on côtoie les galeries du tunnel routier dont on perçoit la rumeur. Après cela, me voici dans la partie sommitale qui comme toujours lorsqu'on passe les 2000 est majestueuse. Je ne saurais nommer tous les sommets, mais je n'ai de cesse de les admirer au gré des virages. Les bâtiments de l'hospice apparaissent, ainsi que le lac. Est-ce bien vrai que je suis allé au Grand Saint-Bernard à vélo par ses deux versants ?

00:00:00Col du Grand Saint Bernard depuis Sembrancher (2469m)

Je suis parti de Martigny : 44 km de montée ! Jamais je n'ai accompli une aussi longue distance pour gravir un seul col. Ça me parait presque irréalisable. Mais je me dis aussi que la longueur peut être un atout en offrant une déclivité moins rude. Il fait beau en ce premier samedi de juillet. Je donne les premiers coups de pédales à 8h00 et j'espère être au sommet aux environs de midi. Durant toute la première partie, jusqu'à Bourg St Pierre, je suis comme dans un rêve. Je pédale avec sérénité, soulagé de ne pas rencontrer de trop fortes pentes. Je passe les villages un à un, en effectuant un compte à rebours des kilomètres. La route est large et progresse dans un décor alpin de plus en plus sauvage. Et puis voilà que cet enchantement se brise avec le long passage sous le paravalanche. La circulation qui jusque-là ne m'avait pas trop préoccupé devient tout à coup une menace car je n'ai pas d'éclairage. Je tremble à chaque bruit de moteur qui arrive derrière moi. Heureusement que nous sommes sur une des parties la plus roulantes de l'itinéraire. Quel soulagement de quitter cet enfer en bifurquant vers la route qui monte au col. Presque subitement, c'est un autre monde : le silence de la montagne allié à la verticalité des pics environnants. Et la route qui s'élève en lacets sur des pentes bien plus sévères que jusque-là. Je commence à avoir mal aux jambes. Je dois me mettre en danseuse. Je zigzague continuellement. Arriverai-je en haut sans poser le pied à terre ? Oui, et après avoir côtoyé quelques résidus neigeux. Une fois n'est pas coutume, ma femme m'attend avec le pique-nique. Il est 12h20.

00:00:00Col de la Moutière depuis Saint Etienne de Tinee (2454m)

Le matin, j'avais monté le col de la Bonnette depuis Jausiers et puis j'étais allé jusqu'au col des Fourches. Je me suis alors questionné pour savoir si je remontais ou si je descendais jusqu'au carrefour de la route de St Dalmas le Selvage pour ensuite gravir le col de la Moutière, avec comme contrainte de devoir pousser le vélo sur trois kilomètres puisque le parcours de jonction avec la route du col de la Bonnette n'est pas goudronné. J'ai bien sûr opté pour la solution la plus longue, motivé par le fait que je ne reviendrais pas de sitôt dans le secteur. Si la température était clémente au col, je fus saisi par la chaleur de four qui régnait au bas de la vallée. Je transpirais à grosses gouttes en arrivant à St Dalmas où je fus tout heureux de trouver une fontaine pour me désaltérer et remplir mes bidons. J'étais sur un itinéraire que je n'avais pas du tout étudié et dont je n'avais aucune idée de la longueur, ni du dénivelé. Je repartis donc la fleur au fusil, pensant assez vite rejoindre le col. Tout se passa assez bien pendant 4-5 km, et puis je sentis peu à peu fondre mes forces en même temps que la pente se raidissait. Les mélèzes s'espaçaient lentement et je pus revoir la cime de la Bonnette. Mais à quel prix ! Je zigzaguais continuellement. Un véritable enfer. Heureusement qu'il n'y avait pas de voitures. Et pour accroître ma souffrance, je crus maintes fois que le col était juste après la bosse qui se profilait et maintes fois, la route continuait plus loin, et dans une déclivité qui ne faiblissait jamais. Je devais faire pitié à voir. Mais je ne vis absolument personne, me demandant même si j'étais bien autorisé à rouler en ces lieux dont je ne saurais vanter la beauté. Après une telle défaillance, la marche de jonction sur le chemin empierré qui pouvait s'avérer pénible fut presque une délivrance. Je pus pendant presque une heure voir les conquérants de la Bonnette monter à des allures très variées. Je n'étais plus le seul à souffrir sur ma machine.

00:00:00Furkapass depuis Oberwald (2431m)

En montant la Furkapass, on côtoie le glacier qui est la source du Rhône. La majesté des lieux et leur célébrité attire du monde. Il y a un hôtel belvédère qui offre une vue imprenable sur le cirque glaciaire. On peut dire qu'on grimpe dans un univers de rocs et de glace qui confère une certaine sévérité au parcours. Depuis Gletsch, je devine les lacets de la route. Vu l'étroitesse du vallon, j'ai comme l'impression que je vais monter au ciel. Je me dis même que ça ne va pas être du gâteau de me coltiner pareille route. Eh bien non ! Ce doit être le caractère exceptionnel de ce col qui me donne des ailes puisque je pédale en toute tranquillité, sans jamais éprouver la moindre lassitude. Certes, il y a bien comme un durcissement de la pente avant de découvrir le belvédère, mais la curiosité l'emporte sur la fatigue. Un souffle froid me saisit. Pour une fois, je ne vais pas transpirer comme une bête et ce n'est pas pour me déplaire. La partie sommitale ressemble a beaucoup de cols où l’herbe rase tente vaille que vaille de contester la suprématie des blocs rocheux. Il ne faut pas que je quitte cette ascension sans avoir parlé du train qui relie Gletsch à Andermatt. Quel exploit de le faire monter si haut dans la montagne avant de le faire s'engouffrer dans un tunnel. Les gémissements de l'antique locomotive ont quelque chose de pathétique. Je me plais à penser que je suis mieux sur mon vélo que dans ce sombre tunnel.

00:00:00Furkapass depuis Realp (2431m)

J'ai grimpé le versant Réalp dans le final de la boucle Ulrichen, Nufenenpass, St Gothard, Andermatt, Furkapass, Ulrichen. Un circuit où chacun des trois cols offre des paysages très différents. Ici, on est dans les alpages qui donnent le vert comme couleur dominante, alors que sur l'autre versant on aura une prédominance de moraines glaciaires. J'étais avec mon frère au départ et je l'ai perdu après la montée du St Gothard. Je ne savais pas s'il était devant ou derrière. Autant dire que j'ai fait toute la montée de la Furka en me demandant si je le reverrai, et ça ne me l'a sans doute rendue bien plus pénible qu'elle ne l'est en réalité. La remontée d'Andermatt vers Réalp à travers les verts pâturages où paissent les brunes des Alpes m'a beaucoup plu, et d'autant mieux que la pente est modérée. Par contre, après Réalp, j'ai souffert le martyr. J'avais soif et plus d'eau (j'ai fini par en demander à un chalet). J'avais des crampes. Et j'avais peur des voitures que j'entendais venir derrière moi et qui pouvaient doubler difficilement à cause de l'étroitesse de la route. L'arrivée au sommet fut une délivrance, surtout quand je vis mon frère qui m'attendait assis dans l'herbe. J'ai été très heureux de pouvoir faire la "dévallade" vers le glacier du Rhône en sa compagnie !

00:00:00Port d'Envalira depuis Latour de Carol (2407m)

31 juillet 2019
L'approche du col de Puymorens est parfaite pour une mise en jambes. A partir de Porta, on voit les longs lacets du col. Et si on est un habitué des routes de montagne, on devine que la montée sera agréable. Pour moi, ce fut bien sûr le cas. J'ai vraiment grimpé le Puymorens comme dans un rêve. Pas d'à coup. Toujours dans le même rythme. Le regard qui plonge dans la vallée. Un régal !
Mais ce rêve devient rapidement un cauchemar lorsqu'on rejoint la route du Pas de la Case. Un flot continu de voitures ! L'alcool et les cigarettes détaxés attirent du monde. Un monde qui n'est pas le mien. Et je me sens bien vulnérable parmi tous ces véhicules pressés. Pas de raison de s'attarder au Pas de la Case qui se résume à quelques supermarchés surmontés de parkings autos et quelques résidences pour les sports d'hiver.
Les quatre derniers kilomètres d'ascension se font sur une bande cyclable et dans une atmosphère plus respirable (petit vent). C'est plus pentu, mais franchement, je préfère être là que quelques kilomètres plus bas, à la merci d'un excité du volant. Que dire du col ? 2407 m, ça doit être chouette, non ? Vous trouverez tout d'abord un karting, puis trois stations-services et le traditionnel café-restaurant. Ça vous fait envie ?
Je crois que le mieux est de partir vite d'ici, et de retrouver le calme et la route paisible de Puymorens !

00:00:00Col du Granon depuis Briançon (2404m)

Il faut d'abord s'extraire de Briançon et de St Chaffrey et puis quand on a trouvé la route qui monte au Granon, appuyer bien fort sur les pédales, jusqu'en haut. Simplissime, non ? Au moins, on ne peut pas reprocher au col du Granon d'être irrégulier. 12 km à plus de 7,5% de moyenne, avec quelques pointes à 11% ça mérite d'être classé parmi les cols difficiles. Mais notre effort n'est pas vain. La vue panoramique du sommet est attractive. On peut regarder aussi bien du côté de Serre-Chevalier que du côté de la Vallée de la Clarée et on découvre ainsi tous les horizons du Briançonnais.
Petite frayeur à cause d'une crevaison dans la descente.

00:00:00Col de l'Izoard depuis Gorges du guil (D902 / D947) (2360m)

Pour rentrer à Briançon, en revenant du col Agnel, passer par le col de l'Izoard est l'itinéraire le plus court. C'est donc un choix un peu obligé qui se présente à moi. Mais la seule question qui me préoccupe vraiment, c'est de savoir s'il me reste assez de forces pour enchainer les deux cols. A deux heures de l'après-midi, je dois affronter les températures les plus chaudes de la journée. Tout de suite après la bifurcation où on laisse la vallée du Guil pour attaquer le pied du col, je me traine sur la route. Et je ne suis pas encore dans les pourcentages les plus exigeants. A Arvieux, je prends une sage décision : m'arrêter et manger un bon repas. Délicieuse assiette du randonneur ! Me revoilà en selle dans la longue, l'interminable (3 km) ligne droite qui file vers Brunissard. C'est là que j'escalade le premier virage pour me hisser vers la mythique Casse Déserte. Comment vont les jambes ? Ma fois, pas trop mal. J'ai retrouvé de l'allant. Est-ce parce que je suis, une fois de plus, porté par ce grand désir de franchir tous les grands cols à bicyclette ? Le compte à rebours des kilomètres est bien en place dans ma tête et je mouline tranquillement. Voici le paysage lunaire qui surgit presque par surprise même si j'en connaissais bien sûr l'existence avec les nombreux directs du Tour. La petite dépression du col de la Plâtrière permet certes de souffler, mais c'est pour voir la route se redresser encore plus durement derrière. Qu'il est difficile ce dernier kilomètre ! Ouf, voici l'obélisque géant érigé au sommet, à la mémoire de ceux qui ont accompli l'exploit de créer cette route. Merci à eux ! Quant à moi, je viens de faire aussi bien que Bartali, Coppi, Kubler, Bobet, Merckx ou Hinault, mais sans l'idée de compétition. Et il y a comme une étoile de plus dans mon firmament.

00:00:00Col de l'Izoard depuis Briançon (2360m)

Grimper le col de l'Izoard par le versant Briançon, après le col du Granon, relève presque de la partie de plaisir. C'est pourtant presque le même dénivelé, mais avec 4 kilomètres de plus ! Voilà une bonne occasion de constater que le type de revêtement joue beaucoup quant au ressenti de la difficulté. Sur une route étroite et granuleuse, on peine bien davantage que sur une large route avec bande cyclable, bichonnée par la DDE.
Sur ce versant nord de l'Izoard, après Cervières, on côtoie quasiment tout du long les pins à crochets puis quelques pins cembro, pas forcément très denses, et qui procurent une magnifique impression de fraîcheur, de nature vivante. A l'approche du refuge Napoléon, la vue se dégage sur les pics. Les épingles qui s'entortillent les unes sur les autres sont comme un appel à gagner le sommet en toute tranquillité. Cet Izoard que je rêvais de faire depuis si longtemps, n'est pas un monstre inaccessible. Il offre le tracé idéal pour qui aime rouler en altitude. Quand reviendrai-je ?

00:00:00Col de la Lombarde depuis Isola (2350m)

C'est très difficile en sortant d'Isola et en remontant le torrent jusqu'à une série de lacets très relevés. Et puis la pente s'atténue un peu, mais avec quelques escaliers qui font bien mal aux jambes. Pour sortir de la station et prendre la route du col de la Lombarde, c'est un peu la confusion, car les voies d'accès aux immeubles sont plus larges que la route départementale. Il y a une rampe terrible, suivie de quelques épingles très serrées. Le fait de grimper maintenant dans un univers très minéral accentue l'impression d'évoluer sur une pente très rude. Je dois me mettre souvent debout sur les pédales pour garder mon rythme. Je suis soulagé de voir le panneau sommital. Je m'assoie un bon moment et j'ai le temps de compter les motos qui arrivent par le versant italien. Toutes les parois rocheuses qui m'environnent, proches ou lointaines, me donnent l'impression d'être infiniment petit et vulnérable face à ces rocs millénaires. Les nuages s'amoncellent. Il va falloir redescendre avant la pluie. 20 km c'est long, même en descente si l'on joue la prudence.

00:00:00Col de la Lombarde depuis Pratolungo (2350m)

Lorsque j'avais gravi le versant Isola il y a quelques années, je me demandai bien si j'aurais l'occasion de gravir le versant italien un jour. Au lendemain de ma découverte du col Fauniera, me voilà à pied d'œuvre pour faire la Lombarde depuis Pratolungo. Encouragé par ma difficile montée de la veille, j'ai bien l'intention de monter d'une traite ce col dont je ne connais pas du tout le tracé. Pas le temps de me mettre en jambe. Sitôt dépassé le village de Pratolungo, j'enchaine une volée de lacets très costauds qui me permettent vite d'avoir une vue plongeante sur la vallée de la Stura et l'immense parking à camions des eaux minérales Santa Anna. S'ensuit, heureusement à l'ombre, une longue rampe où ne cessent de me dépasser des voitures et... des cyclos. Mais où vont donc tous ces gens ? Suis-je donc si lent que je ne cesse de me faire doubler ? Voici enfin une série d'épingles qui vont me permettre de me relancer et de tenter de suivre le rythme de quelques compagnes et compagnons du moment. Miracle ! Un replat ! Et pas insignifiant ! Deux kilomètres à pédaler avec allégresse. Et puis ça repart dans le dur avec une nouvelle série de lacets et une nouvelle rampe qui offre tout à coup une bifurcation. J'ai failli aller tout droit vers le monastère de Santa Anna, qu'un panneau installé au col présente comme le plus haut d'Europe. Perturbé dans mon élan, je grimpe avec abnégation la succession des difficiles lacets lorsque je suis secoué de ma lassitude par un charmant carillon, suivi d'une voix masculine qui entonne un chant. Un regard vers la droite me permet de découvrir le monastère de Santa Anna et son parking plein à craquer. Le flot automobile de tout à l'heure n'était donc pas pour le col de la Lombarde. Et de fait, la circulation est beaucoup moins intense depuis la bifurcation, sauf peut-être pour les motos. Arrivé au col, je découvrirai qu'on célèbre une messe toute les heures. Pour le moment, je ne suis pas capable de dire si j'entends le début où la fin de l'office. Cette distraction m'a emmené vers une très longue ligne droite éprouvante et qui semble se redresser au fur et à mesure de la progression. Ce doit être le passage le plus difficile. Et de fait je débouche sur un vaste replat d'où le col est parfaitement identifiable au loin. Les derniers kilomètres vont musarder entre mini-lacs et talus herbeux, en offrant une très large vue sur tous les sommets à pic du secteur. Si ce n'était la fatigue, je jubilerais de bonheur dans cet espace grandiose. Un petit bémol à la majesté des lieux : la densité de motos est telle au col que j'arrive difficilement à me frayer un passage pour aller m'asseoir et savourer mon pique-nique. Il n'y a guère que devant l'énorme bouquetin de plastique sur lequel une main vengeresse a écrit "horreur" que je trouve à m'installer. Je vois Santa Anna sur son versant ensoleillé. Combien d'offices se sont déjà succédé depuis mon passage à proximité ? Si je tourne la tête de l'autre côté, je devine les bâtiments du haut de la station d'Isola 2000. A tout prendre, Santa Anna me dérange moins...

00:00:00Tre Cime di Lavaredo depuis Misurina (2333m)

Le lac Misurina où les sapins se mirent dans l'eau verte est mon site préféré des Dolomites. C'est pourquoi j'ai été enchanté de partir de là pour aller gravir la route des Tre Cime di Lavaredo. J'étais prévenu que ce serait extrêmement difficile. Mais j'avais une envie démesurée de pouvoir retourner au refuge Auronzo où j'avais séjourné pour escalader quelques sommets environnants. On atteint la route à péage (gratuite pour les cyclistes) après un premier mur suivi d'une légère décompression. Ensuite, ce n'est pas compliqué : 4 km à 11% de moyenne, ce qui sous-entend quelques murs à plus de 15%. La route est suffisamment large pour permettre de zigzaguer. J'ai dû me mettre en danseuse très très souvent. Mais je suis particulièrement heureux d'avoir atteint le col des Longères sans mettre pied à terre. Je pense que c'est à l'occasion de cette montée que mon cœur a été le plus mis à l'épreuve de toute ma vie. Je l'entends encore cogner comme jamais. Mais le panorama d'arrivée vaut bien toute cette souffrance. Car en plus des Tre Cime di Lavaredo toutes proches qui se dressent comme des lames, on peut admirer les dentelles désordonnées du Cristallo, ou la face brune de la Croda Rossa qui émerge comme une molaire, sans compter toutes les cimes dont je ne connais pas le nom. Comment ne pas dire après cela que c'est sans doute la plus belle montée que j'ai effectuée de toute ma vie ?

00:00:00Col de la Cayolle depuis Barcelonnette (2326m)

Un col de 30 km, ça n'est pas tellement fréquent. On peut déjà se souvenir du col de la Cayolle pour sa longueur inédite. Mais heureusement, il y a aussi les paysages contrastés. Quand on est dans les gorges du Bachelard, ça ne monte pas beaucoup, mais la route est très étroite (on a aménagé des espaces pour le croisement des voitures) et les pentes alentour sont verticales. Il faut presque renverser la tête pour voir le ciel (j'exagère à peine). On a ça et là une habitation et on comprend ce qu'est l'isolement à la montagne. Passé le hameau de Bayasse, la pente s'accentue; la route vagabonde dans les alpages. Le bruit du torrent cède la place au souffle du vent et au sifflement des marmottes. On a une impression de paix absolue. Même si la fatigue se fait un peu sentir, on voudrait que l'ascension n'ait pas de fin pour goûter le plus longtemps possible à cette solitude régénératrice.

00:00:00Col de la Cayolle depuis Saint Martin d'Entraunes (2326m)

Après le col de Valberg hier après-midi, le col des Champs ce matin, je m'attaque au col de la Cayolle cet après-midi. J'aurai ainsi fait les plus hauts cols de la vallée du Var en deux jours. Le temps est un peu brouillé, mais j'aime autant ça que les grosses chaleurs. A partir d'Entraunes, la pente s'accentue comparativement à la longue remontée de la vallée du Var depuis Guillaumes. On passe une zone de robines (terrain plissé et nu) pour progresser vers Estenc et la source du Var. A la sortie d'un tunnel, on aperçoit la succession de lacets qui hissent vers le col. Pour moi, ça a quelque chose de rassurant. Les motos, solitaires ou par paquets, me croisent ou me doublent incessamment. C'est un phénomène maintenant bien établi dans les grands cols. A chacun sa manière de découvrir la montagne. Le rythme se ralentit au long des derniers kilomètres. Un grain vient m'asperger au cours des derniers hectomètres. Brr ! Il va falloir se couvrir. Sous les nuages, le sommet n'est pas aussi majestueux que je le rêvais. Alors je me laisse distraire par un défilé de Porsche immatriculées en Allemagne, qui est aussi un défilé de chapeaux et de casquettes. Un jeune homme arrive tout fringuant sur son vélo. Je lui propose de le photographier. Lui aussi est annécien. Il est temps de redescendre. Et je pourrai faire quelques clichés que vous pouvez voir à la rubrique photos.

00:00:00Col de la Loze depuis D915 / D91A (2304m)

Je suis parti de Brides-les-Bains, un jeudi. Monter à Courchevel en semaine, c'est s'exposer à un flux de véhicules de chantier ou de livraisons. J'ai trouvé ça bien pénible. J'ai été très étonné de rouler sur une route extrêmement dégradée (enrobé fissuré, nids de poule), notamment dans la traversée de Moriond. Bref, l'accès à la station des millionnaires ne se fait pas dans les conditions optimales. Du point de vue du dénivelé, ça passe bien. C'est assez régulier, et même avec quelques replats avant d'atteindre Courchevel 1850.

Pour finir, il faut faire attention à ne pas monter au sommet de l'altiport (en passant sous un tunnel) et rater la nouvelle route réservée aux véhicules sans moteur et qui est bien signalée par un panneau de bienvenue. A partir de là, ça devient difficile du fait d'une constante irrégularité, avec quelques murs vraiment durs. Mais l'effort en vaut la peine : la vue au sommet est magnifique, à la fois sur les sommets de la Vanoise et du Beaufortin.

00:00:00Port de Boucharo depuis Luz Saint Sauveur (2270m)

Le Port de Boucharo n'est plus accessible en vélo. Les deux kilomètres après le col des Tentes sont maintenant obstrués par des éboulis. Mais les randonneurs empruntent cet itinéraire pour aller au refuge des Sarradets , et de là soit descendre dans le cirque de Gavarnie, soit monter à la Brèche de Roland. C'est magnifique !
J'ai cependant pu monter au Port de Boucharo il y a plus de 20 ans. Le parcours est bien sûr le même que celui du col des Tentes et ensuite nous progressons sur une portion à flanc et à peu près rectiligne. Au col, nous sommes à la frontière espagnole.

00:00:00Sustenpass depuis Innertkirchen (2259m)

Je suis parti de Meringen, ce qui m'a donc fait une montée de 35 km, avec un petit verrou supplémentaire à franchir. Je suis en terre totalement inconnue et franchement, j'ai été ébloui par la beauté des paysages tout du long de l'ascension. A partir d'Innertkirchen on quitte la vallée par quelques brusques lacets qui nous conduisent à de jolis hameaux où on pratique encore la fenaison à la main. Immuable Suisse ! Du Bellay le disait déjà dans son recueil "les Regrets". Après Gadmen, cette partie habitée va laisser la place à des paysages plus altiers où on va commencer à sentir le souffle frais des glaciers. La route se tortille à flanc de pente et laisse voir de profonds abîmes. On passe quantités de tunnels. La pente va progressivement s'accentuer. Au débouché d'un lacet, on découvre un hôtel qui fait face à un cirque glaciaire. C'est maintenant la très haute montagne où la glace et le minéral se disputent l'espace. Les couleurs ont viré au noir, au gris et au blanc cassé. L'herbe se fait rare. Il faut appuyer très fort sur les pédales pour se hisser au-dessus de ce cirque et atteindre le col en essuyant les projections de quelques cascades. Je ne me souviens pas d'avoir déjà passé un col dans une telle ambiance. Je n'ai pas prévu de veste chaude et je crois bien que je vais le regretter. Difficile d'échanger avec les quelques cyclos qui arrivent par l'autre versant. Ici, on parle allemand.

00:00:00Col du Sanetsch depuis Sion (2251m)

Je ne peux pas oublier le bonheur que m'a procuré ce col qui est parmi les plus majestueux que j'ai gravis. Mais je ne peux pas non plus oublier la souffrance qu'il m'a infligée pour atteindre son sommet. C'était un jour de fête nationale helvétique et il y avait un nombre de voitures sans doute inhabituel sur ces pentes exposées au vide. Sur une route où on croise difficilement, le petit cycliste finit par s'épuiser à prendre garde de ne pas se faire renverser, alors qu'il aurait tant voulu pouvoir exercer sa vigilance à la seule contemplation des cimes...
Nous étions partis de St Maurice et nous avions remonté la vallée du Rhône jusqu’un peu avant Sion. Avec le vent dans le nez, ce fut une excellente mise en jambes avant de s'engager dans la vallée de la Morge qui est aussi le départ pour Derborence. Mais très vite, il faut bifurquer sur la droite et grimper dans le vignoble. Il ne reste que 23 km d'ascension ! Des kilomètres qui vont me paraître interminables. La partie forestière, après avoir traversé les villages du piémont, est extrêmement ardue et quelque peu obscure. Je commençai à flancher et nous décidâmes de l'arrêt pique-nique à côté d'un pont, peu avant Visse. Il y avait un chalet non loin, avec tout ce qu'il faut de drapeaux, et de musique pour fêter dignement ce 1er août.
La reprise fut délicate. Je mettais toute ma bonne volonté pour pédaler au meilleur rythme, mais Julien montait bien plus vite que moi. Je finis tout de même par émerger près des sommets et ce fut un éblouissement rare. Je crois que jamais encore je n'avais grimpé ainsi, aussi près des glaciers. J'en étais comme amenuisé. Si petit face à ces parois étincelantes. Des crampes finirent par me saisir alors que j'abordais le premier tunnel. Sous les voutes humides, je n'étais guère rassuré en entendant une auto approcher. Dans l’obscurité du second, il me fut impossible d’éviter les nids de poule, et je ressortis tout boueux de cet antre tortueux et humide où souffle un air glacé. Heureusement, la délivrance du sommet approchait, avec l’émergence de nouveaux pics dont je ne saurais dire le nom. Julien s’impatientait bien un peu de me voir. Plus loin, sur l’autre versant, le lac de barrage semblait bien austère sous les parois grises. Mais nous ne nous dirigerons pas vers lui. Nous allons prendre le téléphérique pour gagner Gsteig d’où nous repartirons pour le col du Pillon.

00:00:00Col d'Allos depuis Barcelonnette (2247m)

Ce col d'Allos m'impressionne. C'est un plus de 2000 et il avoisine les 20 km. Un juge de paix en quelque sorte ! Comment serai-je là-haut ? Comme je ne cherche pas à faire un temps, je crois que ça va aller, pourvu que je monte à mon rythme. Au cours de la première moitié, jusqu'au moment où on rencontre les remontées mécaniques des Agneliers, on a l'impression de remonter une gorge, sur une étroite route suspendue au vide et qui s'accroche à la paroi. On voit assez peu le soleil, même en plein après-midi. Puis on gagne les pentes sommitales par un classique cheminement en lacets, mais avec des inclinaisons très variables, et sans plus aucun couvert forestier. Je n'ai pas vraiment le loisir de m'arrêter pour dire au revoir aux montagnes de l'Ubaye. Le principal est de poursuivre l'ascension sans à-coups, même s'il faut quelquefois se lever de la selle pour reprendre un peu d'élan. La satisfaction de toucher au but donne l'énergie nécessaire pour franchir les difficiles rampes à 8%. Hop ! Voici le sommet et d'autres montagnes pour cerner l'horizon. Je suis tout de même ému d'être là, d'y être parvenu d'une traite et d'avoir envie de continuer le chemin...

00:00:00Col d'Allos depuis Colmars (2247m)

J'étais déjà venu au col d'Allos par le versant nord et j'avais donc descendu le versant sud. Il me restait le souvenir d'une route particulièrement sinueuse et exposée au vide. Avais-conservé des impressions exactes ? Remonter depuis Colmars jusqu'à la Foux-d'Allos n'est pas très pénible, si ce n'est d'avoir des automobiles qui nous doublent par vague. La station de la Foux d'Allos n'est pas trop vilaine, mais on a l'impression qu'on s'est acharné à occuper chaque espace constructible, comme s'il ne fallait pas laisser le moindre espace entre les bâtiments. Les acquéreurs sont-ils satisfaits ? On voit pas mal de panneau "à vendre" sur les balcons...

Le long serpent du col commence là où les immeubles ne peuvent plus s'implanter et nous sommes tout de suite dans le ton, à plus de 6,5% pour progresser ainsi jusqu'au sommet avec quelques pointes à 7,5%. C'est tout à fait dans mes cordes et je dois dire que j'éprouve un certain bonheur à ma hisser sur cette pente où chaque virage offre un point de vue nouveau. Peu à peu la station s'efface pour ne laisser que les pentes et les sommets émerger comme des sentinelles imperturbables. Vraiment, un grand et beau moment de cyclotourisme. Je n'ai malheureusement pas eu le loisir de rester un peu au sommet, car des ouvriers étaient en train de réaménager l'espace, sans doute en vue de mieux stationner les autos. Il n'y avait même plus le panneau sommital.

00:00:00Passo Sella depuis Plan de gralba (2240m)

Nous sommes partis d'Ortisei. La remontée du Val Gardena est un enchantement, malgré l'omniprésence des installations de sport d'hiver. Tout du long, l'œil est attiré vers les sommets qui se disputent pour avoir la forme la plus originale. Je ne connais pas tous les cols des Dolomites, mais franchement, le passo Sella est sans doute le plus beau que j'ai franchi. Da la pelouse alpine émergent des pics aigus ou des falaises plus massives avec à leur base les éboulis qui forment comme une collerette. C'est magnifique ! Et je crois que c'est sur ce col qu'on peut approcher tout cela d'aussi près. On en oublie la présence des infrastructures touristiques. Dommage qu'il ait fallu repartir si vite !

00:00:00Col de Portet depuis Saint Lary Soulan (2215m)

Que puis-je écrire pour raconter cette ascension qui s'est effectuée dans l'obscurité la plus complète ? La montée au Portet devait être la cerise sur le gâteau après les cols de Peyresourde et d'Azet. Ce fut parfait jusqu'à St Lary Soulan et puis le mauvais temps s'en est mêlé. Mais comme nous ne sommes pas dans les Pyrénées tous les jours, ni même toutes les années, je n'ai pas voulu renoncer. Sur les 18 membres du groupe, seuls 3 sont allés au Portet.
Il faut tout d'abord passer la rude, la très rude montée vers le Pla d'Adet. La difficulté vient de ce que c'est une rampe continuelle, à 10% sur 4 km, sans aucun virage pour se relancer. Avant Espiaube, on laisse sur la gauche la route de la station du Pla d'Adet et on bifurque sur la droite pour le col de Portet. C'est à partir de là que les nuages, le brouillard nous ont enveloppés et nous n'avons plus revu le jour. C'est tout de même une drôle de sensation que d'avancer à l'aveugle, sur un revêtement qui n'est pas du goudron, mais du concassé, et avec un vélo ordinaire. Plus j'avançais et plus j'étais inquiet sur la probabilité de crever ou de tomber sur un tel parcours à la descente du retour. Je crois que nous avons passé dans un tunnel. Et nous avons su que nous étions arrivés au sommet grâce à l'apparition fantomatique d'un télésiège. Revenu à St Lary, j'ai été pris d'une violente crise de tétanie. Le froid et la trouille conjugués ont fini par avoir raison de mon corps...

00:00:00Col de Tentes depuis Luz Saint Sauveur (2208m)

Peut-être mon plus beau souvenir des Pyrénées. Il n'était pas prévu au programme, mais comme nous avons dormi à Gavarnie, nous avons décidé d'aller le faire de bon matin. Ce fut un régal. Nous sommes toujours dans un paysage très ouvert. La route serpente pour aller chercher les ressauts les uns après les autres. Il y a parfois des vaches sur la route. Et aussi des marmottes ! Si on regarde derrière on peut évaluer la distance accomplie en comptant les lacets. Au fil de la progression, de nouveaux sommets se dévoilent devant. C'est vraiment le bonheur à l'état pur. Tout ça fait que je mets sans hésiter ce col des Tentes dans mon top 10. De plus, comme il faut redescendre par la même route, on dévale là où on a peiné un peu plus tôt. C'est jubilatoire !

00:00:00Cime de Coma Morera depuis Ossèja (2205m)

Mon idée de départ, c'était de gravir le col de Pradelles (1985 m). Mais lorsque j'ai vu que la route se poursuivait, j'ai grimpé jusqu'à son terminus, à la cime de Coma Morera, au milieu des alpages. Et ce fut une belle récompense car là-haut la vue est totalement dégagée. On peut admirer les montagnes espagnoles au sud et la Cerdagne au nord.
A Osséja, il faut suivre les panneaux route forestière. Au départ, près du camping, la route est assez dégradée. Mais après le premier lacet, ça devient convenable. Ça serpente gentiment. Au bout de 6,3 km, la route se sépare. A droite, le col est à 9,1 km. A gauche, il est à 5 km. J'ai choisi l'option la plus longue, en me disant que la pente serait plus douce (ce que j'ai pu vérifier en redescendant par l'autre côté). Mais il y a d'assez longues portions avec de l'herbe au centre de la chaussée. Je n'ai pas rencontré la moindre voiture, ni le moindre cycliste et je me suis quelque peu ennuyé sous ce couvert forestier. Au col, il y a un banc bienvenu pour le pique-nique, mais pas de paysage remarquable.
Les deux derniers kilomètres pour aller jusqu'à la Cime Coma Morera m'ont paru plus pentus que le départ. Effet de la fatigue ? On sort de la forêt et vraiment, ça vaut le coup d'œil. Des chevaux au loin. Des croupes herbeuses à l'infini. J'avais vraiment envie de suivre toute la ligne de crête. Mais hélas, je n'étais pas équipé pour cela...

00:00:00Passo Valparola depuis La Villa (2192m)

On part d'un fond de vallée assez urbanisé pour finir entre deux murailles rocheuses. C'est dire si ce col offre des contrastes marqués. En dépit d'un départ brutal à La Villa, la première moitié du col est plutôt roulante, même si je m'y suis trainé en repartant après la pause pique-nique de midi. Après Armentarola, la route commence à serpenter, plus ou moins en même temps qu'elle entre sous les sapins. Le final va se corser avec une belle succession de lacets bien visibles dans la pente. De gigantesques murailles émergent qui sont incontestablement la marque des Dolomites. Ça me donne presque le frisson. Et si j'avais cru un temps ne pas pouvoir finir sereinement cette ascension, je retrouve les forces nécessaires pour arriver au refuge et admirer les Tofanes dans toute leur majesté. Le Falzarego n'est pas loin. Ça fera deux cols à plus de 2000 en même temps. Ça n'est pas si fréquent !

00:00:00Col du Petit Saint Bernard depuis Bourg Saint Maurice (2188m)

Le plus facile des plus de 2000 m ? J'ai envie de répondre oui tellement ce col m'a laissé un bon souvenir. C'est un long serpent ondulant sur 30 km, mais sans jamais offrir de mur ou de passage scabreux. Tout du long, nous sommes dans des paysages ouverts, avec une montagne habitée par les alpagistes. On a plaisir à regarder les lacets que l'on vient de franchir. Après la station de La Rosière, la route est plus rectiligne, à flanc de montagne, avec une gorge survolée par une ligne électrique à haute tension sur la gauche. Avec le vent dans le nez, on a l'impression que la pente se durcit, mais c'est aussi la fatigue qui commence à se manifester. Å la vue du gros bâtiment de l'ancien hospice, on sait que le sommet est tout proche et que nous pourrons bientôt goûter au magnifique panorama sur les sommets italiens, et en particulier le Cervin.

00:00:00Col du Petit Saint Bernard depuis Prè St. Didier (2188m)

Gravir le Petit-St Bernard après avoir gravi le San Carlo, c'est comme une friandise après le café noir ! Tout semble plus facile et plus beau. Les lacets s'enchainent sans peine. La vue sur le versant italien du Mt Blanc attire l'œil. On pourrait appeler ce col le Petit Paradis des grimpeurs. C'est un bonheur total de franchir le sommet au milieu des prairies d'altitude ou paissent de belles vaches tarines.

00:00:00Grimselpass depuis Oberwald (2165m)

Premier col franchi au cours du périple qui nous a conduits dans les Dolomites. J'étais déjà passé au Grimselpass en plein hiver, au cours d'une randonnée à ski où nous avions dû nous réfugier dans une maison après avoir été pris dans une tempête de neige. Ce n'était pas du tout la même ambiance ! Je garde un souvenir sublime de la montée en lacets au-dessus de Gletsch. On peut entendre le sifflement du train en partance pour le glacier du Rhône et découvrir les vieilles locomotives. On voit vivre sous nos yeux un monde que l'on croyait disparu. Si j'ai aussi beaucoup aimé cette grimpée, c'est parce que les épingles sont magnifiquement dessinée et qu'elles nous donnent l'impression que ce sont elles qui nous élèvent plutôt que la vigueur de notre coup de pédale. En outre, au gré des virages, on découvre la route qui conduit à la Furkapass et nous avons ainsi une idée de ce qui nous attend pour notre prochain col lorsque nous serons redescendus à Gletsch. Le Grimselsee ne nous donne pas vraiment envie de nous baigner, tant il est sombre à refléter les parois alentours. Enivrement absolu dans la descente de retour vers Gletsch !

00:00:00Pass dal Fuorn depuis Zernez (2149m)

Bien que ce soit un plus de 2000, ce col ne laisse pas de souvenir particulier, ni en ce qui concerne le paysage, ni en ce qui concerne la difficulté. Nous l'avons emprunté pour ensuite aller vers l'Umbrail et le Stelvio. Le parcours est à dominante forestière, la circulation assez importante, ce qui n'est pas très gênant car la route est large. Ce sont les cinq premiers kilomètres au départ de Zernez qui sont les plus difficiles. Ensuite, on redescend modérément sur 5-6 km. Les dix derniers kilomètres sont très roulants. La pente se raidit seulement dans le dernier kilomètre.

00:00:00Col du Tourmalet depuis Luz Saint Sauveur (2115m)

Gravi lors de la 3ème étape de la traversée des Pyrénées. Nous avons dormi à Villelongue, près d'Argelès-Gazost. Il faut tout d'abord remonter la vallée dans la Gorge de Luz. On est entre des falaises brunes et il y a plusieurs petits tunnels. Il fait sombre. Va-t-il pleuvoir ? Lorsqu'on bifurque, à Luz-St Sauveur, c'est parti pour 18 kilomètres d'ascension. J'ai très envie de le faire ce Tourmalet. Alors je me mets dans mon rythme et je ne doute pas d'être récompensé bientôt. Voici déjà Barèges où la déclivité du terrain apparaît bien grâce à la perspective que nous offrent les maisons. Au-delà de la station, nous pénétrons dans les hauts pâturages. Le col est tout là-haut, sous les nuages. On le devine. Il aimante le regard. La route se rétrécie au moment où elle va faire un crochet sur la droite, puis revenir en encorbellement sur le vide. Je suis presque étonné de ne pas davantage souffrir. Je me sens bien. Quelques nuages floconneux s'accrochent à la pente. C'est le final. La route est suspendue au-dessus du vide. Je me mets en danseuse pour éviter de zigzaguer. Si j'étais un oiseau, je donnerais un coup d'ailes pour plonger dans le vallon tout en bas. Non, c'est là-haut qu'il faut aller. L'échancrure est proche. Il n'y a que des pierres alentour. Et voici que les premières gouttes de pluie s'abattent. Je vois le cycliste de bronze sur son muret. Je suis arrivé.
La descente sur la route trempée s'annonce périlleuse. Je n'ai jamais descendu un col sous la pluie, et il faut que ce soit pour le Tourmalet ! Je tremble à la fois de froid et de peur. A La Mongie, je tente désespérément de m'arrêter, mais je n'y arrive pas. J'ai l'impression d'être sur du verglas et que je ne contrôle plus rien. Je me demande encore comment j'ai fait pour ne pas me retrouver étalé sur le bitume. C'est loin Ste Marie-de-Campan ? Quel soulagement de m'arrêter au village. Je n'ai pas vu la forge d'Eugène Christophe, mais l'abri du café des Deux Vallées. Brrr !

00:00:00Col de Vars depuis Les Gleizolles (2108m)

Franchement, par ce versant, c'est un des cols les plus difficiles que j'ai eu à gravir. Au cours des cinq derniers kilomètres, il a fallu que je me mette sans cesse en danseuse pour me relancer. J'étais cuit. Je payais sans doute les efforts produits dans la Bonnette et la Moutière la veille. Et aussi un hébergement un peu trop précaire. Bien manger et bien dormir, c'est essentiel pour la forme... Il me restait seulement la volonté de franchir le sommet, sans poser le pied à terre. Et j'y suis arrivé. Pour une fois, je ne vous parlerai pas trop du paysage car je n'en ai pas de souvenir. Si, un seul : les toits de tôles rouillées du village de St Paul sur Ubaye.

00:00:00Col de Vars depuis Guillestre (2108m)

Encore un col où le pourcentage moyen de l'ascension (5,73%), ne veut rien dire à cause des longs replats (et même petites descentes) qui ponctuent le parcours. Qu'on se le dise, les huit premiers kilomètres sont difficiles (plus de 7%), mais sur une très belle route, avec de très beaux lacets au début qui permettent d'avoir une belle vue rétrospective sur Guillestre et la vallée de la Durance. On traverse ensuite plusieurs hameaux dont les vieilles maisons témoignent de la rudesse des conditions de vie autrefois. Elles offrent un contraste marqué avec les bâtiments neufs de la station de Vars. Au cœur de la station, les forts pourcentages reprennent pour nous conduire jusqu'à un petit lac, près du refuge Napoléon. Le sommet se gagne alors sur une pente plus modérée, mais avec tout de même quelques ressauts qui peuvent faire désespérer de ne pas voir la fin. Il y a toujours de la fatigue sur les longs cols !

00:00:00Gotthardpass depuis Airolo (via Tremola) (2108m)

Nous avons abordé la montée en plein midi et sous une chaleur de plomb. Comme mon frère n'était toujours pas très bien disposé, j'ai dû faire plusieurs allers-retours pour l'encourager. On s'élève tout d'abord en dominant la ville d'Airolo d'où nous nous sommes extraits avec quelques difficultés. Et puis après deux kilomètres, énorme surprise : nous empruntons une route pavée. Je commence par pester contre ce revêtement apparemment incongru. Et puis, vaille que vaille, il faut bien s'y faire. Nous voilà revenus dans l'ambiance des routes d'autrefois. Il subsiste même les bornes de pierre qui font office de compteur kilométrique. Les lacets se superposent. Des ouvriers s'activent à entretenir les murets de soutènement. Je redescends plusieurs lacets pour retrouver mon frère et puis je gagne le sommet où je trouve des toilettes. Je vais ensuite voir le lac, puis je me poste à côté du panneau sommital où je l'attends. Personne. Je redescends à nouveau. Personne. Où peut-il bien être ? Après plus de 45 mn de vas-et-viens, je me résous à descendre vers Andermatt. Pourvu qu'il soit devant...

00:00:00Col du Sabot depuis Barrage du Verney (2100m)

J'avais dans l'idée d'aller faire le col du Sabot depuis quelque temps déjà. C'est le seul col goudronné à plus de 2000 mètres de tout le département de l'Isère (qui en compte un total de 105). Me voilà au départ d'Allemont fin août, après avoir accumulé des kilomètres pour pouvoir prétendre faire cette ascension avec les meilleures dispositions physiques possibles. Dans un premier temps, nous empruntons la même route que pour le col du Glandon, jusqu'à la bifurcation de Vaujany. A partir de là, nous n'aurons plus jamais un dénivelé kilométrique inférieur à 8%. La montée vers Vaujany se fait par une enfilade de lacets extrêmement costauds, sur une route propice à la circulation automobile puisqu'on va vers une station de ski. Mais quand on a dépassé l'univers des remontées mécaniques, il y a un changement radical de décor. La route se rétrécit. J'ai l'impression que la montagne se déshabille pour s'offrir nue et dépouillée à mon regard curieux de cycliste. Plus j'enchaine les virages et les lacets et plus j'éprouve un sentiment de solitude combiné au silence des hauteurs. Je devine l'emplacement du col. Je sais que je n'irai pas plus loin. Je suis absolument tout seul. Tout cela provoque en moi comme un sentiment de peur diffuse. Pourquoi a-t-on goudronné cette route qui n'aboutit à rien ? J'ai déjà grimpé pas mal de grands cols et c'est la première fois que j'éprouve un pareil sentiment de vacuité au sommet d'une montagne. Et ce n'est pas en me retournant pour entamer la descente que ce sentiment va s'éteindre, bien au contraire. La contemplation des lacets est vertigineuse. Il va falloir utiliser les freins si je ne veux pas me retrouver à dévaler la pelouse plutôt que la route...

Redescendu vers la civilisation et remis de mes atermoiements, je suis allé faire Le Collet (FR 38-1700) à partir de Vaujany. C'est une route forestière sans grand intérêt. Mais si on est chasseur de cols, il serait dommage de passer à côté sans lui rendre visite.

00:00:00Col des Champs depuis Colmars (2093m)

Ayant descendu ce versant en voiture, j'avais trouvé la route particulièrement étroite, avec peu de visibilité et bien pentue tout du long. Je redoutais donc d'entreprendre cette ascension, surtout après avoir fait le col d'Allos le matin-même. Eh bien je fus plutôt agréablement surpris de réussir à monter le col des Champs d'une seule traite, et sans jamais être à la limite de mes forces. Par contre, ce n'est pas en escaladant le col par ce versant qu'on peut trouver un justificatif à son nom. On grimpe toujours dans la forêt de mélèzes et si ça se dégage sur le dernier kilomètre, c'est pour trouver un spectacle de ravin tout noir (je crois qu'on appelle ça des robines), sans la présence d'un seul brin d'herbe. C'est un col des Champs un peu désenchanté qui s'offre à nous. Mais dès qu'on a fait la légère bascule pour atteindre le col proprement dit, alors là, le spectacle change du tout au tout et le col des Champs peut revendiquer son nom, avec ses troupeaux de vaches en liberté. Il va falloir être prudent dans la descente de retour vers Colmars des Alpes (il y a quelques épingles très resserrées) si je veux visiter la cité fortifiée qui m'a parue bien belle au moment du départ.

00:00:00Col des Champs depuis Saint Martin (2093m)

Pour moi, cette montée a une saveur particulière : c'est le dernier col à plus de 2000 mètres d'altitude, en France, et sur route goudronnée que je n'ai pas encore gravi. Pourquoi celui-là ? Sans doute parce qu'il est un peu méconnu et qu'il n'est pas situé sur un axe nord-sud, comme ses prestigieux voisins que sont Allos, la Cayolle, ou encore la Bonnette. Par ce versant, nous quittons la vallée du Var, pour rejoindre celle du Verdon, sur un axe approximativement est-ouest. La montée se fait en deux temps sur des pentes et des distances assez semblables, avec au milieu un bon répit accordé par la station de Val-Pelens. Dès le départ de St Martin d'Entraunes, le ton est donné et après quelques lacets, on peut jeter un regard rétrospectif sur la vallée du Var. Une fois sorti de la forêt, l'œil se régale avec les cimes et les aiguilles qui se profilent devant. Comme sur tous les cols de haute altitude, le paysage est grandiose, les marmottes jouent à nous surprendre, un air tonifiant nous invite à appuyer sur les pédales. Même si la pente s'amplifie, c'est un grand moment de bonheur que de franchir les derniers lacets pour finir sur un replat où je profite vraiment de l'immensité des lieux et de l'absence de voitures. Où irai-je maintenant pour découvrir de nouveaux 2000 sur route ?

00:00:00Col du Mont Cenis depuis Lanslebourg (2081m)

Un col à plus de 2000, ça donne envie et ça promet des paysages fabuleux. Oui, mais ce jour-là, il y avait du brouillard. Un brouillard épais et tenace. J'ai l'impression d'avoir grimpé ce col de nuit. A 15h00, ce 3 août, je n'ai absolument rien vu. Rien de rien. Même pas le refuge. C'est vous dire l'ambiance crépusculaire qui régnait ce jour-là. Et je ne vous parle pas de la température. A la descente, au retour vers Lanslebourg, je grelottais. J'avais les doigts gelés et beaucoup de peine pour freiner. C'est aussi cela la montagne.

00:00:00Col du Mont Cenis depuis Susa (2081m)

J'ai entrepris l'ascension du Mont-Cenis depuis Susa le jour de la finale de coupe du monde France-Italie. C'était très spécial. Il y avait des drapeaux italiens à toutes les fenêtres. Il n'y avait personne dans les rues. J'avais vraiment le sentiment d'être un intrus. Je me suis concentré sur cette longue ascension de 30 km qui me paraissait être une gageure. Mais comme chaque fois dans ce type de défit, j'étais transcendé par l'enjeu et j'ai su trouvé le rythme adéquat pour atteindre le sommet en moins de trois heures. C'est dans la première moitié qu'on a les pourcentages les plus forts, avec d'assez longues portions de lignes droites. L'approche de la frontière offre une vue plus dégagée et ça fout un grand coup au cœur quand on voit l'immense voute du barrage. Plusieurs épingles nous hissent à son niveau. Les derniers kilomètres sont de toute beauté. En surplomb du lac, nous côtoyons de magnifiques prairies fleuries. Nous sommes pour le coup vraiment récompensés de l'effort fourni.

S'il nous reste un peu de force, on peut poursuivre vers le col du Petit Mont-Cenis (2154 m), en contournant le lac par le nord, puis en filant dans les alpages.

00:00:00Col de la Croix de Fer depuis Saint Jean de Maurienne (2064m)

Je suis monté à la Croix de Fer en faisant le crochet par le col du Mollard. Comme j'étais arrivé au sommet de ce col tout courbaturé, j'étais plutôt inquiet quant à mon aptitude à pouvoir escalader le col de la Croix de Fer sans peine. Cette crainte a tout de suite été vérifiée quand il a fallu affronter la rampe de sortie du village de St Sorlin-d'Arves. Ce serait petit développement et vitesse réduite pour affronter les épingles qui serpentent jusqu'au col. Je me souviens que l'on domine peu à peu la station de ski et je me souviens surtout d'un panorama extraordinaire sur les Aiguilles d'Arves. Est-ce cela qui a agi pour me transporter jusqu'en haut ? Toujours est-il que je ne pensais plus à la rudesse de la pente, mais seulement au bonheur de pouvoir être sur cette petite route suspendue au flanc de la montagne et de pouvoir pédaler dans un décor aussi grandiose. Ça a vraiment été un très très intense moment de bonheur cyclotouristique.

00:00:00Col de la Croix de Fer depuis Barrage du Verney (2064m)

Le parcours est le même que celui du col du Glandon. Il reste ensuite trois kilomètres à gravir dans les alpages pour atteindre le col de la Croix de Fer qui est très prisé des cyclos parce qu'il dépasse les 2000 m d'altitude. Une fois en haut, on peut admirer les Aiguilles d'Arves de près.

00:00:00Col de la Croix de Fer depuis Saint Etienne de Cuines (2064m)

Le parcours est le même que celui du col du Glandon. Il reste ensuite trois kilomètres à gravir dans les alpages pour atteindre le col de la Croix de Fer qui est très prisé des cyclos parce qu'il dépasse les 2000 m d'altitude. Une fois en haut, on peut admirer les Aiguilles d'Arves de près.

00:00:00Col du Lautaret depuis Le Clapier (2057m)

Je suis parti du barrage du Chambon car je n'aime pas la série de tunnels au-dessus de Freney d'Oisans. Jusqu'à La Grave, la route ne monte pas très fort, mais on a l'impression d'être emprisonné entre la montagne et la Romanche. Heureusement, quand on débouche à La Grave, c'est l'émerveillement avec la vue sur les glaciers de la Meije. Passé le tunnel des Ardoisières (mal éclairé et défectueux)), on s'élève dans un paysage grandiose qui ne cesse de nous émerveiller. C'est comme si chaque virage de la route nous invitait à admirer la montagne dans tous ses recoins. Éboulis, prairies d'altitude, pics, glaciers nous dominent et nous enchantent. Toute cette beauté éteint la fatigue et l'on se prend à rêver de revenir souvent en un lieu aussi beau.

00:00:00Col du Lautaret depuis Briançon (2057m)

Après Briançon, il faut passer les multiples villages qui composent la station de Serre Chevalier et de ce fait on ne profite pas vraiment du paysage, tout occupé que l’on est à trouver sa place dans la circulation automobile. Après avoir dépassé La Salle, on voit le col du Lautaret, loin, tout là-haut, sur la gauche. Mais il reste encore 15 kilomètres avant de l'atteindre. Et du coup, on a l'impression qu'il nous nargue et qu'on n'avance pas bien vite. Ainsi avons-nous le temps de contempler le profond vallon de la Guisane et les pentes où l’activité agricole a bien de la peine à se maintenir. Heureusement, l'air des sommets nous garde dans une fraicheur bienvenue et nous pouvons à loisir profiter de la vue sur les pics des Écrins. Arrivé au paravalanche, on a envie d'accélérer, car on croit être arrivé. Erreur ! Ce sont sans doute les deux derniers kilomètres qui sont les plus difficiles et il vaut mieux poursuivre dans le rythme initial. Maintenant que nous voilà au col, on poursuit vers le Galibier ?

00:00:00Oberalppass depuis Göschenen (2044m)

Gravi après le Grimselpass et la Furkapass et donc en fin de journée. Incontestablement le plus facile des trois, avec aussi une belle succession de lacets à la sortie d'Andermatt. Hervé peinait un peu dans ma roue. Ce qui n'était pas une mauvaise chose, car ainsi j'ai pu rester davantage dans ce cadre champêtre qui m'enchantait. Je préfère les prairies fleuries aux rochers écrasés par les glaciers. Mais surtout, surtout ce que je retiens de ce col, c'est d'avoir pu admirer le train rouge et blanc de la ligne du Glacier Express. Cela est tellement symbolique de la Suisse ! Autre aspect symbolique de la Suisse : les exercices militaires. Je ne sais pas ce qu'il y avait à Andermatt ce jour-là, mais on a longtemps entendu des tirs à une cadence continue. Et au final, doux souvenir du soleil qui décline sur l'Oberalpsee.

00:00:00Station d'Isola 2000 depuis Isola (2010m)

En vacances d'été dans le Mercantour, nous étions allés à Isola 2000 pour faire une randonnée franco-italienne "sur les chemins de chasse du roi Victor-Emmanuel". Merveilleux souvenir. Et je me souvenais qu'il avait fallu plusieurs fois passer la première pour monter en voiture à la station. Comment cela allait-il se passer sur le vélo ? Je savais que ce serait difficile. 16 km, à 7% de moyenne, c'est long ! Dès qu'on s'élève au-dessus du village d'Isola, c'est très difficile, jusqu'à une série de lacets très relevés, soit sur environ 4 km. Ensuite, tant que l'on est dans la partie boisée, on repasse en-dessous des 7% et on peut tenir une petite cadence malgré quelques ressauts en escaliers. Après avoir obliqué direction est, on se dégage peu à peu de la forêt, et on avance toujours à flanc de pente sans trop encore se régaler du paysage. Enfin la station se profile avec ses grands immeubles. Heureusement, il n'y a pas que cela qui nous attire ici. Les alpages verdoyants et les sommets environnants invitent à des belles randonnées.

Et comment va notre cycliste ? Fatigué, il vous répondra au sommet du col de la Lombarde.

00:00:00Col du Simplon depuis Brig (2005m)

Je ne me souviens pas d'avoir peiné pour monter ce col (mon frère montait plus lentement que moi et je prenais mon temps). Mais je crois que je n'ai jamais gravi un col avec autant de travaux en cours, surtout dans la partie finale. Des feux alternatifs pour franchir les tunnels où les marteaux-piqueurs dégageaient une poussière asphyxiante. De l'eau qui dégoulinait de partout. Une insécurité permanente à cause des camions qui fonçaient sans se soucier du petit cycliste qui avait commis la folie de se trouver là. Voilà pourquoi je ne peux pas parler de la beauté de ce col. Monter avec la trouille aux fesses, ça ne laisse pas de place pour la contemplation !

00:00:00Port de Pailhères depuis Ax les Thermes (2001m)

Gravi au cours de la 5ème étape de la traversée des Pyrénées. Les grands cols laissent toujours des souvenirs. Et c'est le cas pour Pailhères ! Tout d'abord, dans la vallée de l'Ariège, avant Ax-les-Thermes, j'ai vu des montagnes blanches et j'ai cru qu'il avait neigé. Pas du tout ! Il y a des mines de talc à ciel ouvert. Les poussières liées à l'extraction blanchissent la montagne. Pas banal ! Je suis parti d'Ax tout excité à l'idée de monter un col supérieur à 2000. C'est rare dans les Pyrénées ! Ça s'est très bien passé jusqu'à la station d'Ascou-Pailhères. Il fallait de temps en temps se lever de la selle pour relancer l'allure, mais tout baignait, comme on dit. Et puis après, patatra ! La panne sèche et le vent dans la gueule. J'ai bien cru mettre autant de temps pour faire les cinq derniers kilomètres que pour faire les quatorze premiers. Mais j'ai tout de même bien aimé ce col, ne serait-ce que par la présence des chevaux en liberté.

00:00:00Station de Courchevel depuis Brides les Bains (2000m)

Je suis parti de Brides-les-Bains, un jeudi. Monter à Courchevel en semaine, c'est s'exposer à un flux continuel de véhicules de chantier ou de livraisons. J'ai trouvé ça bien pénible. J'ai aussi été très étonné de rouler sur une route extrêmement dégradée (enrobé fissuré, nids de poule), notamment dans la traversée de Moriond. Bref, l'accès à la station des millionnaires ne se fait pas dans les conditions optimales en ce qui concerne la qualité de la route. Du point de vue du dénivelé, ça passe bien. C'est assez régulier, et même avec quelques replats avant d'atteindre Courchevel 1850. Pour atteindre l'altiport, il faut dépasser Courchevel 1850, passer sous un tunnel et suivre sur un kilomètre bien raide la route qui conduit aux locaux de la navigation aérienne. Belle vue d'ensemble sur la station.

00:00:00Col de Sarenne depuis Le Chambon (1999m)

Ce col de Sarenne nous attire et nous agace. Il nous attire par sa position élevée qui nous offre un panorama exceptionnel sur tout l'Oisans. Il nous agace car il culmine à 1999 m et qu'on ne peut pas le mettre sur notre liste des plus de 2000 m, malgré l'effort énorme qu'il faut fournir pour le franchir. Dès qu'on s'engage sur la route de Mizoen, à proximité du lac Chambon, le ton est donné : plus de 11%. Si on ne passe pas là, inutile de songer à aller au sommet du col ! Ensuite, la route continue plein nord, sur une pente plus modérée, vers les villages de Clavans où j'avais rencontré quelques années plus tôt, alors que je faisais le Tour de l'Oisans sur le GR 54, des paysans qui descendaient le foin sur leur dos. Ça peut donner une idée de la sévérité des pentes que nous côtoyons. Parvenue au hameau du Perréon, la route change complètement de direction et commence une bonne série de lacets qui nous offrent une belle vue rétrospective. Mais le revêtement se dégrade en même temps que la route se rétrécie. Si on commence à voir les glaciers de la Meije et du Râteau, on ne peut pas encore se régaler du panorama, car la pente est à nouveau très dure et la fatigue se fait lourdement sentir. J'ai terminé à l'énergie, en localisant très bien le col, mais avec un effet trompeur qui me faisait croire qu'il était là, alors qu'il restait encore plusieurs hectomètres derrière chaque courbe.

00:00:00Col de Sarenne depuis Bourg d'Oisans (1999m)

On va d'abord faire les 13 km d'ascension de l'Alpe-d'Huez et puis il restera 8 km, dont la moitié en descente, pour rejoindre le col de Sarenne. Quel soulagement de quitter la station et de se retrouver en pleine nature, au calme, avec de splendides vues. Mais il faut une certaine prudence, car on côtoie le vide et il y a plusieurs passages à gué qu'il vaut mieux prendre doucement. Le final est dans un vallon plus resserré, avec une pente qui rappelle la montée de l'Alpe.

00:00:00Col de Poutran depuis Bourg d'Oisans (1996m)

Si on va au col de Poutran, on peut au moins ajouter un col à sa liste, chose que ne permet pas la simple ascension de l'Alpe-d'Huez. Il faut donc prendre la route qui part dans les prés, au-dessus de la station, après toutes les infrastructures pour le ski. La pente est modérée en comparaison de ce que l'on vient de faire. Après le col, on peut poursuivre jusqu'au lac Besson. On passera les 2000 et on aura une belle vue sur le massif des Petites Rousses.

00:00:00Col de la Madeleine depuis La Chambre (1993m)

Ce fut le dernier col franchi lors de notre traversée des Alpes du nord pour retourner à Annecy. Et c'est ainsi que je me rendis compte que d'accumuler les kilomètres et les cols ça finit par nous mettre bien en condition pour affronter les grosses difficultés. Il fait un peu figure d'épouvantail ce col de la Madeleine. Et ce ne sont pas les premiers kilomètres d'ascension qui vont démentir ce sentiment. La vision des villages perchés, sur le flanc opposé donne un peu le vertige. Ça n'a pas dû toujours être facile de vivre en de tels lieux ! Je suis bien assis sur ma selle et je ne me pose pas trop de questions pour savoir si ça sera plus dur après ou pas. J'ai un peu hâte d'arriver à St François-Longchamps, car je sais qu'au-dessus de la station, on est dans les alpages où l'on sent toujours un petit vent bienfaisant. Même si la pente y est sensiblement la même, j'ai l'impression de pédaler mieux et de davantage profiter du paysage, comme si l'altitude avait un effet d'enivrement. Comme chaque fois que l'on est sur un point haut, la vue au col est une récompense qui justifie les efforts accomplis : chaîne de la Lauzière, Mont-Blanc, pics de la Vanoise, Cheval Noir. Et dire que tout cela va si vite disparaître au fil de la descente...

00:00:00Col de la Madeleine depuis Feissons sur isere (1993m)

Je crois bien que c'est la montée qui m'a parue la plus longue parmi toutes celles que j'ai effectuées. C'est sans doute faux, mais j'ai l'impression de n'avoir progresser que sur une interminable rampe avec un ravin à main gauche. Il a même fallu que je m'arrête à Celliers pour manger quelque chose tellement je me sentais mal. Et tout cela pour une raison idiote : ma selle était réglée trop basse et je ne pédalais pas convenablement. La souffrance endurée m'aura au moins servi de leçon pour mieux préparer mon matériel !

00:00:00Col de Larche depuis Les Gleizolles (1991m)

Que ce soit par le versant français ou par le versant italien, le col de Larche ne me laisse que de très bons souvenirs. Je crois que cela tient à deux choses : une pente modérée et des paysages constamment ouverts. Il y a bien quelques passages à 7%, mais la pente moyenne n'excède pas les 5%. Dans le village de Larche, on laisse sur la droite la route qui conduit au vallon du Lauzanier et ses merveilleux lacs. Ensuite, on monte toujours dans la même direction. On ne s'interroge pas pour savoir où est le col : Il est devant nous. La forêt est quasiment absente de l'horizon et on a tout loisir d'admirer les sommets environnants et le parcours à venir. De cette facilité à gravir le col naissent une sérénité et un contentement rares. Avec le col de Larche, je réalise qu'on peut être en haute altitude et ne pas avoir peiné pour cela. Merveilleux, non ?
Une remarque : je n'ai pas compris pourquoi il y avait un panneau interdit aux cyclistes à la sortie de la première épingle, avant de passer sous la falaise. Risque d'éboulements ? Je suis passé et je ne dois pas être le seul.

00:00:00Col de Larche depuis Vinadio (1991m)

Il y a des ascensions que l'on garde longtemps en tête et celle-ci en fait partie. A quoi cela tient-il ? Au fait d'être de l'autre côté de la frontière (cela a-t-il encore un sens aujourd'hui) ? A la lumière si particulière qui inonde les pentes ? Au tracé de la route avec ses 12 tornanti entre le village d'Argentera et le sommet ? Au bleu du lac tout proche du col ? Au fait d'avoir entendu de belles exclamations en italien dans la traversée des villages ? Ou tout simplement au fait d'avoir gravi ce col un peu inopinément, pour voir où la route allait ? Ou bien encore d'être arrivé en haut sans avoir eu l'impression de forcer alors qu'on est tout proche des 2000 mètres ? C'est tout cela qui me revient en mémoire en rédigeant cet avis. Et je n'ai qu'un souhait, c'est de pouvoir retourner un jour sur la montée de la Maddalena !

00:00:00Col du Joly depuis Beaufort (1989m)

Le panorama du sommet sur le Massif du Mont-Blanc est une heureuse récompense après cette difficile montée qui se fait en deux temps. Jusqu'à l'usine électrique de Belleville, on est sur une route sinueuse où les faux-plats alternent avec quelques brusques coups de cul. Ça fait mal aux jambes et on est dans une ambiance un peu humide et froide du fait de l'exposition nord, sous la montagne d'Outray. Après la centrale électrique, on est dans un paysage de plus en plus ouvert au fur et à mesure que l'on s'élève. La pente est plus raide, mais on a de très beaux points de vue (en particulier sur Hauteluce, sur les voutes du barrage de la Girotte ou sur les Aiguilles Croche). A l'entrée des pâturages, tout du long de la montée, des bidons à lait sont prêts pour la prochaine traite (image devenue rare de nos jours). Malgré la beauté des lieux, j'éprouve quelque difficulté à finir sans zigzaguer. Dommage que je ne puisse pas ajouter ce col à ma liste des plus de 2000 m. Il en a toute la majesté !

00:00:00Colle San carlo depuis Morgex (1971m)

Très très difficile. Mais tellement heureux d'être arrivé au sommet d'une seule traite. Peut-être grâce aux jolis panneaux si soigneusement installés au fil de la pente. On aime les choses bien faites dans le Val d'Aoste.

00:00:00Cormet de Roselend depuis Bourg Saint Maurice (1968m)

Je craignais ce versant autant pour sa longueur que pour son dénivelé. Crainte accentuée par le fait que je l'avais déjà descendu à vélo. (J'ai remarqué que bien souvent le fait de descendre un col avant de le remonter a tendance à faire surestimer la déclivité). Je partis donc sur un rythme bien tranquille afin de ne pas brûler trop vite mon énergie. Assez vite après avoir quitté Bourg St Maurice, j'entre dans un vallon assez resserré et qui me conduit aux anciens thermes de Bonneval les Bains. Brrr ! Je n'aimerais pas faire une cure là ! Je m'attaque alors à la partie la plus pentue de la montée. Quelques courts lacets me hissent vers la vallée des Chapieux. C'est maintenant qu'il faut ouvrir les yeux pour profiter de la majesté du paysage : la chaine du Mont-Blanc sur la droite et les sommets du Beaufortin devant et sur la gauche. J'aimerais faire une pause dans le paisible vallon des Chapieux, mais il reste encore 8 km. Il me faut dompter les ressauts qui en obliquant à l'ouest me laissent découvrir les pâturages et bientôt le col. Ouf !

00:00:00Cormet de Roselend depuis Beaufort (1968m)

A partir du col du Méraillet, on est en haute altitude et il n'y a plus beaucoup d'arbres. Les alpages retrouvent droit de cité et c'est un vrai plaisir d'entendre les clarines ainsi que le bruit des torrents. La route descend légèrement pour aller contourner la pointe nord-est du lac de Roselend. Une volée de lacets nous fait franchir un dernier verrou rocheux et nous arrivons au Plan de la Lai (refuge sur le GR5 et pourquoi pas pour les cyclos ?). On aperçoit le col qui paraît tout près, mais vous verrez que vous trouverez le dernier kilomètre interminablement long. Ça laisse le temps d'admirer le massif du Mont-Blanc !

00:00:00Col de Brilles depuis Mont Louis (1965m)

1er août 2019.
En grimpant le col de Llose, on peut faire le crochet en aller-retour. Il n'y a que 4 km et ce n'est pas difficile (premier kilomètre en descente).
La route de ce col est réglementée car elle passe sur un champ de tir militaire. Il y a des panneaux, avec les jours et les heures. Mais rien n'était inscrit dessus. Et lorsque j'ai vu qu'il y avait des vaches dans les champs, je n'ai plus hésité à m'engager.
Franchement, si vous voulez ajouter un col à votre palmarès, le col de Brilles n'est pas celui qui vous fera le plus souffrir. Il offre aussi une belle vue sur le Conflent et ses montagnes. Et aussi deux chars "abandonnés" dans les champs.

00:00:00Refuge de l'Orgère depuis Freney (1933m)

C'est un peu compliqué de trouver la route qui va au refuge de l'Orgère en sortant de la route nationale. J'ai donc visé St André et j'ai tout de suite compris que ce ne serait pas tout à fait de la rigolade. Lorsque la route est étroite, on a le sentiment que la pente est encore plus rude. Et puis, au début, on peut aussi voir la vallée d'où on vient et ça impressionne un peu. On progresse un bon moment en forêt et on croise quelques maisons. Il n'y a pas tellement de virages et c'est toujours plus difficile de grimper à flanc sans pouvoir se relancer. Heureusement que l'air des sommets et la tentation de voir les cimes invitent à poursuivre jusqu'au bout de la route. Et alors ? Ben faut redescendre ! Parfois je me demande pourquoi je m'astreins à grimper. Ce n'était pas un bon jour...

00:00:00Barrage d'Emosson depuis Le Châtelard (1932m)

A partir du Chatelard (frontière franco-suisse), il faut descendre un peu pour trouver la bifurcation qui conduit à Finhaut. Après avoir traversé le torrent, ça grimpe déjà bien fort pour atteindre le village. On a encore une impression de montagne accessible et riante. Quand on a dépassé le village, ça prend une toute autre tournure. La pente ne va plus quitter les 9-10% jusqu'au col de la Gueulaz. La route va quelque peu se rétrécir et s'élever au-dessus d'une gorge impressionnante. Adieu prairies ! Bonjour rocailles ! Et il faut pédaler longtemps avant de passer une épingle salvatrice. Heureusement, ces moments de peine intense sont récompensés par la vue sur le Massif du Mt Blanc et la découverte du barrage d'Emosson à la toute fin.

00:00:00Col du Glandon depuis La Chambre (1924m)

Un col où j'ai souffert ! En grande partie parce que j'avais ma selle qui n'était pas réglée à la bonne hauteur et je ne pouvais pas pédaler assis correctement. Mais sans doute aussi parce que la pente est rude, surtout à la fin. L'entame du col, quand on traverse le sinistre village de St Etienne-de-Cuines, donne le ton de ce que sera l'ascension : âpre et solitaire. Ensuite, jusqu'à St Colomban, on grimpe dans le creux de la montagne, en pleine forêt, sans deviner quoi que ce soit de l'itinéraire. Heureusement, la deuxième partie de la montée nous régale davantage. Peu à peu, on découvre les sommets et les pentes herbeuses. Les derniers kilomètres, avec les lacets qui s'enroulent les uns au-dessus des autres sont très durs, mais le cadre est tellement beau qu'on oublie notre peine.

00:00:00Col du Glandon depuis Barrage du Verney (1924m)

Une des montées les plus irrégulières parmi tous les grands cols. En effet, le rythme de l'ascension est interrompu par deux fois avec des descentes impromptues. Le pourcentage moyen (4,78%) est une absurdité quand on sait qu'il y a plusieurs kilomètres supérieurs à 10%. On quitte le village d'Allemont en empruntant la route qui passe sur le barrage du Vernay. Ça nous donne déjà un beau panorama, tout à la fois lacustre et sur la plaine de l'Eau d'Olle. Quand on a laissé la route de Vaujany sur la droite, on remonte plein nord la vallée de l'Eau d'Olle, toujours en surplomb du torrent. Le kilomètre avant le Rivier-d'Allemont est terrible. C'est pourquoi on apprécie le replat sous les falaises du massif des Sept-Laux. Replat suivi d'une brusque descente. Si on jubile, c'est parce qu'on ignore ce qui nous attend derrière. On effet, dès la reprise de la montée, on escalade les pentes les plus escarpées de toute la montée, sous la voute du barrage de Grand-Maison. Je déteste d'avoir à affronter une telle situation. Avec le ralentissement brutal du pédalage, j'ai tout mon temps pour compter les lacets du chemin de terre qui conduisent sur le rebord du barrage. Me voici enfin au belvédère au-dessus du lac. Merveilleux, bien sûr. D'autant plus que la route a cessé d'être un mur. Je vois maintenant les sommets des Grandes Rousses et les Aiguilles de l'Argentière. Les marmottes gambadent dans les prés. Tiens, ça redescend à nouveau. Heureusement moins fort que tout à l'heure. Le col du Glandon est maintenant tout proche et je retrouve l'entrain du départ pour franchir l'ultime dénivelé. Je marque la pause auprès du monument commémoratif de la Résistance. Il me reste encore 3 km pour atteindre le col de la Croix de Fer.

00:00:00Col de Puymorens depuis Latour de Carol (1920m)

Je craignais de rouler sur une route à forte circulation. Belle surprise, ce fut très tranquille, y compris dans la partie basse qui permet de rejoindre le tunnel. La remontée de la vallée du Carol est très agréable. On ne peine pas. On peut admirer au passage les Tours de Carol partiellement ruinées. Après Porta, on voit bien les lacets du col de Puymorens et on se demande bien si ce sera facile ou non. Si l'on excepte un petit mur à la sortie du village, toute la montée se fait avec une grande facilité. C'est franchement un des grands cols que j'ai eu le plus de plaisir à franchir. Dès qu'on s'élève, on a une vue plongeante sur la vallée que l'on vient de parcourir. Il y a de l'air et malgré la chaleur de l'été, on respire bien. Un pur bonheur pour les cyclistes !

00:00:00Maljasset depuis Jausiers (1915m)

Depuis St Paul, l'itinéraire est commun avec celui de Fouillouse, jusqu'un peu avant le pont du Chatelet. On remonte paisiblement la vallée de l'Ubaye dont le grondement nous accompagnera jusqu'au terme de la route. De nombreuses fois, vous pourrez admirer la limpidité de ses eaux et vous serez peut-être tenté de vous arrêter pour regarder ce flot écumant le long du vallon. Ce parcours est vraiment enchanteur et peut être parcouru par n'importe quel adepte du vélo. En effet, sa déclivité reste modeste, excepté par deux fois sur environ un kilomètre. Tout d'abord, au passage du hameau de Grande Serenne dont les toits de taules rouillées disent assez bien la pauvreté d'autrefois, jusqu'à la bifurcation de Fouillouse. Mais c'est précisément en franchissant les deux épingles que l'on pourra faire les plus belles photos du pont du Châtelet suspendu sur le vide. Ensuite, ce sera après un passage sous les mélèzes et avant d'atteindre le hameau de La Barge que l'on aura une pente à 10%. Juste après cela, on découvrira l'église de Maurin dans le lointain, dominée par les sommets abrupts de la haute vallée. On pourra voir quelques troupeaux de moutons et leurs bergers dans les prés sur les versants de part et d'autre de la rivière. La luminosité éclatante qui inonde les reliefs majestueux renforce notre sentiment de bonheur. Heureux les hommes qui habitent ce paradis estival. Car en hiver, c'est tout autre chose ! Mon ami Jean-Louis C. qui fut instituteur en ces lieux au début des années 60 peut en témoigner.

00:00:00Mont Ventoux depuis Malaucene (1909m)

Il y a tellement de témoignages que je ne suis pas sûr que le mien apporte une quelconque nouveauté à tout ce qui a déjà été dit. Craignant la chaleur, je suis parti de Malaucène à 5h30, un 6 juillet. La route pour moi tout seul ! Dès les premiers kilomètres, je dois me mettre en danseuse. "Si c'est comme ça jusqu'en haut, je ne suis pas encore arrivé". Mais ne laisse donc pas les mauvaises pensées t'envahir. Tu as choisi de gravir ce sommet mythique et tu vas y arriver. Voilà, c'est comme ça qu'il faut prendre les choses. OK. Je pédale. Un point c'est tout. Il y a bien quelques portions plus faciles, mais j'ai l'impression que c'est pour entrer dans du encore plus dur juste après. Le compte à rebours des kilomètres fonctionne tout de même bien. Plus que dix. Plus que six. On est tout de même longtemps sous les sapins. Ça, c’est parce qu’on est sur le versant nord. Tiens voilà la station de ski. Enfin un lacet ! On a roulé longtemps plein est. Maintenant la configuration change. Quelques virages et on devine le sommet à main gauche. La route à flanc, comme dans beaucoup de grands cols et cette crête rocheuse qu'il faut franchir pour basculer sur l'autre versant. Pas de vent aujourd'hui. Ouf ! J'ai fait le Ventoux. Pourvu que la descente se passe bien maintenant !

00:00:00Mont Ventoux depuis Bedoin (1909m)

18 ans après le versant nord, j'ai voulu gravir le versant sud. Cette fois je suis venu en octobre pour profiter de la douceur de l'arrière-saison. J'ai encore eu de la chance : pas de vent ! Donc j'avais tout pour réussir. Je suis bien arrivé en haut, mais dieu que ce fut éprouvant ! Jusqu'à Bedoin, je progressais tranquillement et j'avais hâte de me trouver dans les passages les plus accentués. Hélas, il ne fallut pas longtemps pour que j'éprouve les pires difficultés à progresser. Je ne comprenais pas pourquoi je n'avançais pas plus facilement dans la forêt, alors que ça n'avait pas l'air si difficile que ça. J'aime faire les montées d'une traite, mais cette fois, j'ai été contraint de m'arrêter au chalet Reynard pour me restaurer. Bien m'en a pris. Après une heure de pause, je suis reparti plus allègrement. J'étais comme porté par la majesté de l'endroit. Les six derniers kilomètres à découvert avec toute cette rocaille blanche et cette route dont on perçoit tous les méandres, sont fascinants. Je voyais avancer d'autres cyclos et ça m'encourageait à les rejoindre. Je crois bien que j'étais au bord des larmes lorsque j'ai franchi le sommet. Serais-je capable de revenir ici, une autre fois, sur mon vélo ?

00:00:00Fouillouze depuis Saint Paul sur Ubaye (1907m)

Monter à Fouillouse, c'est passer sur l'incontournable pont du Chatelet qui fait le bonheur des photographes du haut de ses 108 m au-dessus de l'Ubaye. Mais attention, on ne croise pas dessus car il ne fait que trois mètres de large. Et le petit tunnel qui lui fait suite est totalement défoncé, si bien que je vous recommande de le passer en poussant votre vélo. Les trois kilomètres qui séparent Fouillouse de la bifurcation de la route de Maurin sont terriblement difficiles, avec un pourcentage moyen supérieur à 8%. C'est une enfilade de lacets au bord du vide, avec une très belle vue rétrospective sur une partie de l'itinéraire parcouru depuis St Paul. Un parking est obligatoire pour les voitures un peu avant le hameau qui est signalé comme étant piétonnier. Avec mon vélo, je me suis autorisé à avancer jusqu'au cœur du village où j'ai vu... des voitures garées dans tous les sens et sur le moindre espace libre. Dans le contre-jour matinal, j'ai pu saluer le Brec de Chambeyron (3389 m), avant de repartir, soucieux de bien négocier les virages de la descente vertigineuse, avant de poursuivre vers Maurin.

00:00:00Ferrere depuis Bersezio (1892m)

Après avoir gravi la Lombarde, j'ai voulu aller découvrir le village de Ferrere, encouragé en cela par l'hôtelier de Larche qui m'en avait fait mille compliments. Je n'ai vraiment pas regretté ce détour un peu inopiné. Dès qu'on a passé la deuxième épingle au-dessus du village de Bersezio, on a une vue magnifique sur celui-ci et les clapiers (tas de pierres) qui entourent les champs au-dessus du village. Un panorama que l'on ne devine pas quand on est sur la route du col de la Maddalena ! Ensuite, la route passe au-dessus d'un précipice saisissant d'où l'on peut voir les tornanti en aval de Bersezio. La montée se poursuit en forêt sur 2 km, avant de déboucher sur les pentes où paissent les moutons. Une borne indique l'altitude de 1870 m au moment où la route va plonger vers le village de Ferrere qui repose sur le flanc de la montagne. C'est un bout du monde où de plus en plus de citadins rénovent les vieilles bâtisses. Voilà pour l'ambiance paysagère. Je ne peux pas être aussi dithyrambique sur l'état de la route. Au départ, une série de panneaux d'interdictions prévient l'usager des risques encourus. Je note en particulier l'interdiction d'emprunter cette route par temps de pluie. Quant au revêtement, aïe, aïe, aïe ! S'il n'est pas troué ou fendu, il est jonché de débris multiples. Pas rigolo dans la descente au passage exposé au vide. Voilà qui donne un petit frisson supplémentaire à cette montée inoubliable.

00:00:00Passo di Campolongo depuis Corvara in Badia (1875m)

Je l'ai pris depuis Arabba, après la descente du Pordoï. La montée est courte et beaucoup moins spectaculaire que sur les cols précédents (Sella et Pordoï).

00:00:00Col de la Llose depuis Olette (1861m)

En venant du col de Creu, je n'ai donc monté "que" les 11 derniers kilomètres qui furent pimentés par deux événements. 1- Ce jour-là, la DDE procédait à l'éradication de blocs rocheux en bord de route. Route qui était donc coupée à la circulation, mais sans avertissement préalable. Heureusement, qu'à vélo on se débrouille pour passer, au prix d'un portage dans la pente ! 2- J'ai voulu aller faire le col de Jouel. Une formalité en venant de la D4f (c'est à plat). Mais je suis descendu à Ayguatébia, histoire de remonter Jouel par ce côté-là, où la route est très peu large, abimée et raide. Et comme fait exprès, j'ai dû croiser 4 ou 5 voitures (sans doute déviées du fait des travaux) qui m'ont obligé à mettre pied à terre, tellement le croisement était délicat. Et ce ne fut pas facile de repartir en pleine pente ! Après tout ça, le col de la Llose m'a paru bien long, même s'il ne présente pas des pourcentages excessifs. Petite consolation : j'ai doublé d'autres cyclos qui étaient encore plus à la peine que moi...

00:00:00Col de la Llose depuis La Llagonne (1861m)

Sur ce tronçon, nous avons une belle et large route, très bien profilée. Peu avant le sommet, on peut aller faire le col de Brilles, à condition de ne pas être en période de tirs militaires. Quoi dire de plus ? Ça fait un peu drôle d’être à une altitude aussi élevée alors qu’on n’a pas tellement peiné pour arriver jusque-là. Ce qui est le cas pour beaucoup de cols de Cerdagne et Capcir…

00:00:00Col de Montgenevre depuis La Vachette (1850m)

Le col de Montgenèvre est très connu parce que c'est un col de grande communication entre la France et l'Italie. Hannibal y serait passé avec ses éléphants... Voilà qui peut laisser supposer qu'il se gravit facilement à vélo ! Au départ de Briançon, on est déjà à plus de 1100 m d'altitude et nous arrivons à 1850. La route est large et se contorsionne en une multitude de lacets, après avoir dépassé les routes qui vont dans la vallée de la Clarée. Nous voilà à flanc de montagne, parmi les pins qui cachent les éboulis, avec un muret de béton qui protège du vide aval, mais sans bande cyclable. Ce n'est pas franchement la route idéale pour le vélo sécurisé. Sorti des épingles, l'effort doit se poursuivre jusqu'au cœur de la station de sports d'hiver, où il ne faut pas emprunter la tranchée couverte qui conduit vers l'Italie. Vigilance donc !

00:00:00Col de Montgenevre depuis Cesana Torinese (1850m)

Ce versant italien est tout en tunnels et ouvrages d'art multiples et franchement, après l'avoir gravi une fois, je me dis que ce sera bien la seule et unique. Depuis Cesana, en voyant tout ce béton et toutes ces armatures, j'ai bien l'intuition que ce n'est pas une route pour les cyclistes. Mais puisque j'ai décidé de gravir chaque col par tous ses versants, je ne me dérobe pas et j'entreprends l'ascension que je sais être périlleuse. Les infrastructures renforcent l'impression de raideur de la pente. Mais ce n'est pas ce que j'ai trouvé de plus pénible. Le plus pénible, sous les paravalanches ou dans les tunnels, c'est le vrombissement des voitures qui arrivent derrière moi et qui systématiquement entraine cette pensée "Est-ce qu'elle va me voir ? Est-ce qu'elle va se déporter suffisamment en me dépassant ?" C'est un stress terrible. Après 45 minutes de cette peur continuelle, je n'ai pas vraiment l'esprit à admirer les alpages de Clavières. Une seule obsession me préoccupe : pourvu que je n'aie pas d'accident, pourvu que je n'aie pas d'accident ! A la vue du sommet, dans la station de Montgenèvre, je pousse un Ouf de soulagement. Je suis sain et sauf ! Mon contrat moral est rempli, mais ce ne fut pas dans l'allégresse, hélas...

00:00:00Col de Pierre Carrée depuis Balme (1843m)

C'est le plus haut col goudronné de Haute-Savoie. Mais pas le plus difficile. Il aboutit à la station de Flaine. Les 21 km d'ascension depuis la vallée de l'Arve sont dans une pente constante, plus prononcée de Balme aux Carroz que sur la fin. On est tout d'abord dans une espèce de gorge sinueuse et boisée où la densité de la circulation (en particulier les véhicules utilitaires) stresse continuellement. Ça va mieux après la station des Carroz, en même temps que l'horizon s'élargit dans un univers de plus en plus minéral. On a le temps de compter les sièges des remontées mécaniques à l'arrêt, tout en jetant un œil vers le sommet que l'on devine de loin. Le col en lui-même n'est pas très attrayant à cause de la présence d'un bâtiment de l'armée.

00:00:00Col de Pierre Carrée depuis Flaine (1843m)

Faire le col de Pierre Carrée depuis Flaine implique que l'on a monté le col par l'autre versant et que l'on a basculé jusqu'à Flaine où la route se termine. Étant monté là à la fin du mois de mai, je me suis retrouvé dans une station fantôme où je n'ai croisé qu'un chien errant sur les dalles de béton. Impression d'une civilisation à la dérive. Brrr...
Pour ce qui concerne la grimpée, elle est ardue, mais courte. Au départ, la route grimpe à flanc de rochers, puis s'élève avec trois épingles bien dessinées. On tourne le dos aux remontées mécaniques.

00:00:00Col du Calvaire de Font Romeu depuis Mont Louis (1836m)

Depuis Mont Louis, on est sur une très large route, quasiment toute droite, plus pensée pour les autos que pour les vélos. Malgré la circulation qui peut être dense, on grimpe relativement facilement dans un environnement de conifères. Pour être plus tranquille, je conseillerais plutôt de passer par Super-Bolquère. Mais la route n'est pas en très bon état et il faut éviter les nids de poule.

00:00:00Col du Calvaire de Font Romeu depuis Estavar (1836m)

On peut aller mettre une roue à Llivia, tout proche d'Estavar, histoire de dire qu'on est parti d'Espagne ! Les choses sérieuses commencent immédiatement dans Estavar où il y a une rampe impressionnante. Sorti du village, on est sur une très belle route, avec quelques épingles. On a vite de très beaux points de vue sur la Cerdagne. Avant Font-Romeu, on ramasse trois cols : col de Palmanill, col d'Egat (qui n'ont pas de panneau) et col de Fau (indiqué en face de super U). A la sortie de Font-Romeu, la circulation est plus intense et la déclivité s'accentue. On trouve le panneau du col juste après le virage où il y a l'Ermitage. Ce serait presque un col urbain, alors qu'on est très haut en altitude...

00:00:00Signal de Lure depuis Saint Etienne les Orgues (1826m)

Lure, c'est la montagne chère à Jean Giono qui l'a souvent évoquée dans ses récits. Voici ce qu'il en dit lorsqu'il la vit pour la première fois. "Alors, un beau matin, sans rien dire, la colline me haussa sur sa plus belle cime, elle écarta ses chênes et ses pins, et Lure m’apparut au milieu du lointain pays. Elle était vautrée comme une taure dans une litière de brumes bleues." C'est donc avec cette image en tête que j'entrepris l'ascension par le versant sud, le versant Manosque. Quelle serait ma peine ?
Je dois dire que je n'ai pas éprouvé la moindre difficulté, même si bien sûr, j'ai senti qu'il y avait des passages plus ardus que d'autres (au-dessus de Notre-Dame de Lure, ou à l'approche de la station de ski). Une fois sorti de la forêt c'est un univers minéral qui s'offre à nous. La blancheur pique les yeux. C'est vrai qu'il y a une petite ressemblance avec le Ventoux, mais plus dans les couleurs et l'aridité, que dans la morphologie. Là aussi, on a installé des antennes et ça gâche l'envie de rejoindre la cime. Le panorama est exceptionnel, des Écrins au nord jusqu'à la Sainte Baume au sud, on embrasse une bonne partie de la Provence. Et ainsi, nous n'avons pas grimpé en vain.

00:00:00Signal de Lure depuis Valbelle (Vallée du Jabron) (1826m)

J'avais descendu ce versant en voiture et j'avais trouvé la route interminable. Je savais donc à quoi m'en tenir quant à la longueur (22 km). Et je savais aussi que l'itinéraire est presque toujours en forêt, sur un ubac, et avec beaucoup de lacets suivis de longues lignes droites.
Lorsqu'on quitte Vallebelle, la route monte en direction des falaises et de la longue muraille de Lure et on va comme buter vers cette paroi avant d'entreprendre la longue série de virages. A couvert, il ne fait rien trop chaud. On passe à proximité de la chapelle rupestre de St Pons (plutôt abîmée). Une certaine monotonie s'installe à quoi s'ajoute la fatigue. C'est pourquoi le Pas de la Graille apparaît comme une délivrance et surtout comme une récompense : la vue à 360° (à condition de poursuivre vers le sommet) est exceptionnellement étendue.

00:00:00Station de l'Alpe d'Huez depuis Bourg d'Oisans (1815m)

En vacances à Ornon, il était naturel que je fasse l'Alpe-d'Huez. Et j'ai eu l'idée un peu saugrenue d'y aller un jour d'arrivée du Tour de France. C'est vraiment très spécial. Dès le matin, les pentes sont noyées sous la foule des spectateurs, pas tous sportifs accomplis. Je crois que je n'ai jamais vu autant de bedaines rebondies que ce jour-là ! Il faut donc se frayer un chemin parmi cette foule surexcitée qui est un véritable obstacle pour une progression sereine. Et quand on connaît la sévérité de la pente pour atteindre la station, ça oblige à une double dépense d'énergie. Bref; ça a été un calvaire mémorable depuis lequel je considère l'Alpe-d'Huez plutôt d'un mauvais œil !

00:00:00Passo Tre Croci depuis Cortina d'Ampezzo (1805m)

Ce col n'était pas une découverte puisque je l'avais déjà franchi en auto à l'occasion de chacun de mes trois séjours dans les Dolomites. Mais je l'ai escaladé avec enthousiasme pour pouvoir une fois encore aller admirer le lac Misurina lorsque j'eus basculé sur l'autre versant. La pente la plus brutale est en sortie de Cortina d'Ampezzo, et ensuite la déclivité demande un effort soutenu tout du long. C'est agréable de rouler sous les mélèzes. Et si on lève les yeux, il ne faut pas longtemps avant de rencontrer les falaises blanches du Cristallo qui nous dominent au cours de ces 8 km. C'est la magie des Dolomites qui opère !

00:00:00Station d'Avoriaz depuis Morzine (1800m)

Je reprends partiellement ce que j'ai écrit pour le col de la Joux Verte : "C'est un peu la cohue pour traverser Morzine où rien n'est prévu pour les cyclistes, hélas. Alors, lorsqu'on se trouve sur cette montée aux larges virages bien dessinés, on se sent davantage en sécurité, même avec la présence des voitures. Et puis c'est comme chaque fois qu'on monte en altitude : on respire. Il y a toujours un léger souffle d'air pour atténuer la chaleur. Franchement, j'ai bien aimé cette montée plutôt régulière, avec le panorama qui se dégage au fil des épingles." L'arrivée à la station (interdite aux voitures) laisse une impression mitigée. En été, ce n'est pas folichon de voir tous ces bâtiments fort peu occupés. L'architecture ? Je préfère Avoriaz à Flaine. Les façades habillées de bois et aux formes plus élancées sont un peu mieux en harmonie avec la montagne. Mais ça fait tout de même une sacrée densité de bâtiments...

00:00:00Col de la Coche depuis Saint André d'Embrun (1791m)

C'est le dernier col routier des Hautes-Alpes que je n'ai pas encore grimpé. Ce n'est pas difficile de deviner pourquoi. Il est un peu à l'écart des prestigieux axes de passage et ne communique avec aucun autre col goudronné. Je me hardis donc à lui rendre visite ce lundi 31 août 2020. Le temps est au beau fixe. Je ne risque rien. L'arrivée à St André d'Embrun n'est pas des plus faciles. Faut-il ou ne faut-il pas suivre la route de Crévoux ? Enfin me voilà au hameau des Lagiers et à partir de là, il n'y a plus qu'un seul chemin possible. Mais quel chemin ! Au bout de 2-3 km, il y a un brusque passage supérieur à 15% et.. plus de goudron et le précipice sur la gauche. C'est pas le moment de tomber. Je préfère passer à pied. Lorsque je suis au-dessus du raidard, je me retourne et je découvre une vue splendide sur la vallée de la Durance et le bout du lac de Serre-Ponçon et de l'autre côté de la vallée, le Mont Guillaume et la Tête de l'Hivernet. Je n'ai pas sué pour rien ! Mais je ne suis pas encore au sommet. Je remonte sur ma machine et j'ai bien du mal à retrouver un rythme. La pente n'est pas démesurée, mais il y a sans arrêt des trous, du gravier, des branchettes. Il vaudrait mieux être-là avec un VTT. Enfin voilà le virage qui fait bifurquer à droite et repartir dans la direction opposée. C'est un peu comme si on montait en spirale pour finir. Et il y a même des panneaux indicateurs (j'aurais préféré les voir à St André !). Alors que je croyais que la pente s'adoucirait, voici que je dois me mettre en danseuse. J'en ai un peu marre de ce régime. Ouf ! Voici le col dans une clairière où on a érigé un cabanon. Un panneau de bois indique la direction du col de Valbelle. Mais celui-ci n'est pas pour moi. Je me contenterai de redescendre en évitant les trous et une gamelle inopportune.

00:00:00Col de Bassachaux depuis La Chapelle d'Abondance (1783m)

Le col de Bassachaux est le second col goudronné le plus élevé du département de la Haute-Savoie : 1783 m. Il n'est accessible sur route que par le versant de Chatel. La montée du col ne commence réellement qu'à Pré la Joux. Mais pour arriver jusque-là, il a fallu remonter toute la vallée d'Abondance. La longue ligne droite entre Chatel et Pré la Joux a commencé à donner le ton de la difficulté. Mais ce n'est rien en comparaison des lacets qui conduisent à Plaine-Dranse, avec le télésiège qui passe au-dessus de la route. Ça se monte en costaud pour aboutir contre la paroi humide et ruisselante. Quand on a dépassé la station intermédiaire, l'horizon se dégage, mais ça monte toujours fort. Il n'y a que le dernier kilomètre qui est plus tranquille, avec une belle vue sur le Mont de Grange (2432 m) et les champs de myrtilles. Si on poursuit un petit peu après le col, on aperçoit le lac de Montriond et la route du col de la Joux Verte.

00:00:00Col de la Croix depuis Les diablerets (1776m)

La route qui monte au col contraste par sa tranquillité et sa rudesse alpine avec le racolage commercial que l'on trouve aux Diablerets comme dans n'importe quelle station de sports d'hiver. Il y a une vraie ambiance de haute montagne avec les glaciers qui subsistent et les falaises. Pour ce qui est de la pente, elle est très régulière entre 7,5% et 8,5% tout du long. Eh oui, il faut fournir un petit effort, mais on est bien récompensé par la majesté des lieux.

00:00:00Col de la Croix depuis Bex (1776m)

Je suis parti de Châtel, j'ai rejoint la vallée du Rhône et puis je suis monté au col de la Croix en ayant d'abord fait l'aller-retour au col de Bretaye. Une excursion avec beaucoup de dénivelé dont je garde un très bon souvenir. Il y a une grande variété de paysages. On passe des vignes aux pâturages, de la plaine urbanisée à la coquette et majestueusement suisse station de Villars-sur-Ollon. Les passages les plus difficiles sont dans les vignes du côté de Devens-Fenalet et puis le final après Villars. Après la station, il n'y a quasiment plus de circulation et on apprécie d'autant mieux le paysage environnant.

00:00:00Chalets de la Faverge depuis Moutiers (1764m)

C'est ce que j'ai dû faire en poursuivant la route au-delà du col du Pradier (voir la fiche de ce col).

00:00:00Col de l'Echelle depuis La Vachette (1762m)

En partant de La Vachette, on remonte toute la Vallée de la Clarée, sur une belle route qui longe la rivière. Le dénivelé est modeste et on progresse avec entrain, de village en village. Deux kilomètres avant Névache, il faut prendre à droite et tout de suite, la route change de caractère. On s'élève très vite pour être en balcon au-dessus de la route d'où l'on vient. On entre ensuite sous les pins. Après deux lacets, on arrive au col qui se prolonge par une longue combe que se partagent les conifères et les prés. On est presque étonné d'être à plus de 1700 mètres d'altitude et de ne pas être exténué.

00:00:00Col de l'Echelle depuis Bardonecchia (1762m)

Sur le versant italien, le décor est nettement plus escarpé que sur le versant Clarée. On passe au village de Mélezet qui a beaucoup de similitudes avec les villages des Aravis ou du Beaufortin : beaux chalets fleuris et artisanat montagnard. Du village-station, on voit les lacets de la route taillée dans la montagne et ça impressionne. Mais il faut tout d'abord franchir une rampe assez difficile pour atteindre Pian del Colle. On laisse ensuite la route qui part à droite vers la Vallée Étroite, pour gravir la succession de lacets ponctués de deux tunnels. A vrai dire, c'est moins difficile qu'il n'y paraissait depuis le bas, même si l'arrivée au Mauvais Pas se fait par un ressaut acrobatique. C'est un plaisir de gagner le col par une large et lumineuse combe plantée de mélèzes.

00:00:00Col de Joux verte depuis Morzine (1760m)

C'est un peu la cohue pour traverser Morzine où rien n'est prévu pour les cyclistes, hélas. Alors, lorsqu'on se trouve sur cette montée aux larges virages bien dessinés, on se sent davantage en sécurité, même avec la présence des voitures. Et puis c'est comme chaque fois qu'on monte en altitude : on respire. Il y a toujours un léger souffle d'air pour atténuer la chaleur. Franchement, j'ai bien aimé cette montée plutôt régulière, avec le panorama qui se dégage au fil des épingles. C'est un peu plus monotone sur la fin avec la route qui file presque tout droit, mais on est revigoré à l'idée de savoir que le plus gros de la montée est déjà réalisé.

00:00:00Col de Joux verte depuis Montriond (1760m)

Il faut prendre le temps de longer le lac de Montriond sous la falaise, car ensuite la route va monter très fort par une série de lacets jusqu'au hameau des Lindarets réputé pour la présence de ses chèvres. Attention à ne pas trop transpirer, car les biquettes vous lècheraient volontiers. Passé ce folklore caprin, on entre dans la forêt d'épicéas et par une série de longues épingles on atteint le col au moment de rejoindre la route d'Avoriaz.

00:00:00Notre Dame de la Salette depuis Corps (1757m)

Le buisness catho installé au cœur de la montagne. Mais à qui on doit la magnifique route qui se termine au sanctuaire. On suit le même itinéraire que pour le col des Prés Salés d'où on voit Notre Dame de la Salette, 3 km plus haut. Le dernier kilomètre est difficile.

00:00:00Bois du Chênevier depuis Sechilienne (1731m)

Je suis monté là en croyant faire le Pas des Escaliers (1700 m). Mais depuis, ce col a été supprimé du catalogue des Cent Cols. Qu'importe ! J'ai gravi cette route fort longue et fort ingrate. Ça m'a au moins permis de découvrir les paysages dénudés de la station de La Morte et puis la route forestière terminale. On n'a jamais l'occasion de souffler. Je croyais voir des lacs, mais j'en fus pour mes frais. Ils ne sont pas visibles de la route. Et du coup je n'ai pas réussi à évacuer le sentiment d'hostilité que j'éprouvais en venant jusque-là.

00:00:00Port del Canto depuis Adrall (1730m)

Col gravi dans une grande solitude, loin derrière les autres membres du groupe. Je ne peux pas dire que j'en garde un mauvais souvenir, à cause de sa sévérité, sauf peut-être dans les premiers kilomètres. Non. Simplement, ce jour-là, je n'avançais pas. Il y a des jours comme ça au cours des randonnées itinérantes. Un manque d'énergie qui vous éjecte irrémédiablement du groupe. La route est impeccable, avec de très beaux points de vue.

00:00:00Val Pelouse depuis La Rochette (1728m)

Val Pelouse est une station de ski fantôme qui a fonctionné de 1972 à 1986. De ces années conquérantes, il reste une large route d'accès qui aboutit à un parking déserté. Après avoir lu les commentaires de mes prédécesseurs, je m'attendais à bien souffrir, voire à mettre pied à terre. Ce ne fut pas le cas. Je devais être en état de grâce ! Je suis monté le matin, ce qui m'a évité de souffrir de la chaleur. Depuis La Rochette, j'ai eu l'impression que ça montait progressivement, avec trois ou quatre replats assez courts et une accentuation du dénivelé après le passage du dernier hameau. Les épingles sont nombreuses, ce qui permet de bien se relancer. De ce fait, je ne suis pas vraiment d'accord avec la comparaison qui est faite avec le relai du Chat où les lignes droites sont beaucoup plus longues et les passages à 10% ou plus bien plus fréquents. Mais j'acquiesce à tout ce qui est dit concernant l'absence de vue et la monotonie, aussi bien que sur la dégradation de la route qui devient préoccupante par endroits. La descente me fait un peu changer d'avis en ce qui concerne la vue. En fait, on a de très beaux points de vue sur les sommets proches, ainsi que sur le Granier ou les Bauges. En montant, je devais avoir le nez dans le guidon comme on dit, et pris par l'effort, je n'ai pas vu les ouvertures dans la forêt.

00:00:00Col des Annes depuis Le Grand Bornand (1722m)

Le col des Annes a été goudronné récemment jusqu'en haut (2006 ?). Auparavant, c'était une piste pour desservir les chalets d'alpage. Il ne faut donc pas s'étonner de son tracé et de sa difficulté, ou de sentir très fort la vache par endroits. A partir du Grand-Bornand, nous avons environ quatre kilomètres assez paisibles pour remonter la Vallée du Bouchet jusqu'à la chapelle des Plans. A partir de là, c'est une montée très ardue mais toujours à découvert dans les alpages, ce qui nous permet de bien voir la chaîne des Aravis sur notre droite. Le plus terrible dans cette montée, c'est qu'on n'arrive pas à estimer la difficulté qui est devant nous. Comme on voit la route de loin, on croit que ça va aller et puis ça s'avère beaucoup plus difficile que ce que le visuel laissait croire. Alors, avec ces désillusions on finit par s'épuiser et on lutte pour ne pas mettre pied à terre. Le vélo ça se passe autant dans la tête que dans les jambes. Et ici, il faut être fort mentalement. Je suis tout de même monté d'une traite, mais pas avec le sourire !

00:00:00Col d'Aubisque depuis Laruns (1709m)

Gravi au cours de la 2ème étape de la traversée des Pyrénées, l'après-midi, après Marie-Blanque le matin. J'ai hâte de grimper, car je suis déjà passé trois fois en voiture à ce col, et à chaque fois il m'a laissé une impression extraordinaire. Une vue à 360°. Une immensité de pâturages avec des vaches en liberté. Là-haut, on comprend que l'air de la montagne est bon pour la santé ! De Laruns, je ne retiens que les maisons aux toits d'ardoise. Ça grimpe gentiment jusqu'à Eaux-Bonnes où règne un petit air d'autrefois avec les établissements thermaux. Le pourcentage se durcit ensuite, en particulier quand on rencontre les paravalanches. Et ça dure jusqu'à la station de Gourette (où je suis venu en juillet 1999, pour l'éclipse de soleil). Pour finir, les quatre derniers kilomètres sont plus enroulés les uns au-dessus des autres, avec des vues plongeantes sur là d'où on vient. Mon désir de voir le sommet réussit à calmer les crampes qui commencent à se faire sentir. Il est temps d'arriver ! Un grand, un très grand bonheur !

00:00:00Col de Creu depuis Olette (1708m)

Je venais du col de la Llose et je n'ai donc fait que les quatre derniers kilomètres sur ce versant. Je me souviens que, distancé par mes compagnons, j'avais pédalé dans un silence total, me demandant où cette route pouvait bien conduire. C'est désertique à souhait ! Pas âme qui vive ! Il y a des à-coups terribles qui font tirer la langue. Franchement, je fus soulagé de voir le sommet... et de retrouver les copains.

00:00:00Col de Creu depuis Matemale (1708m)

En venant de Montlouis, on passe à la Quillanne d'où on descend vers Matemale. A partir de ce village, ça monte fort : jamais en-dessous de 6%. On est dans la forêt, tout comme au sommet où il y a de nombreuses possibilités de randonnée pédestre. La descente vers Olette ne s'oublie pas. On voit bien le tracé de la route qui dégringole, avec quelques toboggans impressionnants. Pour ma part, j'ai bifurqué juste avant Railleu pour aller vers le col de la Llose. Et en passant je suis allé faire le col de Jouel qui est à gauche dans la montée, sur une toute petite route où un panneau prévient qu'elle n'est pas déneigée.

00:00:00Station de La Toussuire depuis Saint Jean de Maurienne, via Saint Pancrace (1705m)

On commence par emprunter la route du col de la Croix de Fer et puis on tourne sur la droite pour rejoindre le village de St Pancrace. C'est ensuite, pour monter aux Bottières que j'ai éprouvé beaucoup de peine. J'avais l'impression de ne pas avancer, le nez dans la pente, et même pas une vue agréable pour me distraire. Était-ce parce que c'était en plein après-midi, alors que j'ai plutôt l'habitude de rouler le matin ? Au bout d'un replat, on trouve Le Collet (1298 m), et puis on rejoint à flanc la route qui monte directement de Fontcouverte. Les derniers kilomètres, plus dégagés, permettent de mieux apprécier les sommets environnants et... la station qui se profile, ainsi que celle du Corbier, un peu en contrebas. Je ne peux pas dire que j'ai été admiratif des barres d'immeubles ni du béton omniprésent.

00:00:00Col du Pré depuis Lac de Roselend (1703m)

La grimpée depuis le lac de Roseland revient à faire partir du col du Méraillet. C'est un petit détour de 3 km que l'on peut facilement effectuer en allant ou en revenant du Cormet de Roseland. En ce matin d'août, c'est un brouillard tenace qui m'a enveloppé tout du long, ne me laissant que des regrets quant au panorama invisible. Dommage !

00:00:00Col du Pré depuis Beaufort (1703m)

Je m'en faisais tout une montagne de ce col du Pré. Pour l'avoir franchi en voiture, sur une route étroite où l'on croise difficilement et avec une multitude d'épingles, j'en gardais un souvenir inquiétant. C'est pourquoi je me décidai à le grimper assez tardivement. Eh bien ce fut un véritable régal au milieu des pâturages où résonnent les clarines des belles tarines.
On laisse le clocher de Beaufort par une série de virages assez brusques qui nous hissent dans un large vallon où s'éparpillent les fermes d'alpage. On perçoit de loin le clocher d'Arêches qui veille sur le bourg et ses beaux chalets fleuris. Après avoir traversé les rudes pentes du village, on progresse toujours dans les pâturages et on laisse sur la droite la route qui grimpe vers le barrage de St Guérin. Une série de lacets nous permettent de découvrir, un peu en contrebas, le hameau classé de Boudin. La pente ne fléchit pas dans les derniers kilomètres. Mais quelle récompense lorsqu'on aperçoit le lac de Roselend et la Pierre Menta !















Il y a tout ce qui peut faire plaisir à un amoureux de la nature et de la montagne dans ce col du Pré. Il faut aller le chercher à la force du jarret, mais il nous rend au centuple les efforts accomplis par la majesté de ses paysages. Ici, les hommes ont eu l'intelligence de préserver leur territoire.

00:00:00Col de Gleize depuis Col Bayard (1696m)

Que l'on vienne de Gap, ou que l'on vienne de La Fare, on a déjà passé de beaux pourcentages pour venir au col Bayard. A partir de là, on est sur une étroite route forestière que l'on ne soupçonne pas être aussi raide. Il m'a fallu me mettre en danseuse très souvent pour éviter de mettre pied à terre. Heureusement que l'on a la maison forestière en point de mire pour juger de l'effort qu'il reste à faire. Rarement arrivé au sommet d'un col avec le cœur qui cogne aussi fort !

00:00:00Col de Joux Plane depuis Samoens (1691m)

J'ai grimpé Joux-Plane à l'occasion du passage d'une étape du Tour de France où Mariano Martinez et Christian Levavasseur se sont disputé la victoire. A quelques encâblures du sommet la pente se radoucit et j'ai lancé un petit sprint, ce qui m'a valu d'entendre de la bouche d'une dame "Il ne doit pas arriver depuis en bas à cette allure celui-là". Oh, que non ! Mais j'étais tout de même assez fier de franchir ce col pour la deuxième fois et avec une certaine allégresse.
La sortie de Samoëns est brutale (surtout après la tranquille remontée de la vallée du Giffre depuis Taninges). Il faut serrer les dents, prendre son rythme et imaginer la majesté des pâturages et le petit lac qui nous attendent plus haut. Il n'y a pas de répit jusqu'au col et plus aucun virage quand on est sorti du couvert des épicéas. Le vide à gauche et la pente à droite avec les sommets de la Bourgeoise et de Nant-Golon. Le cœur tape bien fort, mais ce sera une ascension réussie de plus, dans une ambiance particulière due à la foule des spectateurs.

00:00:00Col de Joux Plane depuis Morzine (1691m)

Le versant Morzine est très différent du versant Samoëns, non pas par la difficulté de l'ascension qui est un peu similaire (même si les deux derniers kilomètres après le col de Ranfolly sont très relax), mais par l'ambiance dans laquelle on évolue. Le départ de Morzine est très urbanisé, la pente ne semblant pas être un handicap pour la promotion immobilière ! Ensuite, même si l'on grimpe un temps à couvert, on retrouve assez vite les remontées mécaniques et leur morne univers de ferraille et de câbles. Quitte à serrer les dents pour monter, je préfère largement l'ambiance plus champêtre du versant sud.

00:00:00Col du Solude depuis La Paute (1680m)

Sur la carte Michelin, il y a des pointillés rouges, ce qui signifie route dangereuse. Je m'attendais donc à trouver une route redoutable, mais ce ne fut pas le cas. Les premiers kilomètres sont communs au col d'Ornon. On bifurque ensuite sur la gauche et dès que l'on a passé le pont sur la Lignarre, on attaque une rude montée à plus de 8% de moyenne, sur 9 km complètement à couvert jusqu'au village de Villard-Reymond. Je ne peux qu'avoir de l'admiration pour ses habitants qui vivent toute l'année dans ce lieu perché et difficile d'accès. Mais je peux aussi leur envier le magnifique panorama dont ils jouissent face à l'Alpe-d'Huez et au Pic Blanc. Le col du Solude est encore un peu au-dessus du village. Je ne suis pas mécontent d’y trouver un banc pour m'asseoir en mangeant mes vivres de course. Aujourd'hui, je vais poursuivre avec le col de Sarenne et les Deux-Alpes. Je redescendrai par là où je suis monté, mon vélo n'étant pas adapté à la piste en terre qui arrive de Villard-Notre-Dame.

00:00:00Col de la Couillole depuis Saint sauveur sur tinee (1678m)

Gravi après avoir fait la Bonnette la veille. Alors forcément, cette Couillole apparaît très accessible, même si la route est très étroite, très pentue et ponctuée de plusieurs tunnels. Sur le bas, avec le rocher qui affleure et ses couleurs brunes-violacées, on est un peu impressionné, voire même étouffé. On a envie de sortir de cette gorge et de respirer un peu mieux. Et pour s'élever, il faut appuyer fort sur les pédales ! On laisse à droite la route qui va à Roure et quelques kilomètres plus loin, on voit le village de Roubion, perché dans la falaise. On s'en approche après avoir fait un large crochet en épingle. Quand on a dépassé le village, on a quelques lacets. Si on est un collectionneur de cols, on peut aller faire le col de Tournaeuro en aller-retour. Arrivé au sommet, on n'est pas vraiment récompensé de nos efforts. La forêt bouche la vue. Il ne faut pas hésiter à descendre vers Beuil, et puis remonter vers Valberg d'où on a de très beaux points de vue, dans une ambiance alpine caractéristique.

Parti sous un chaud soleil, j'ai été surpris par une grosse averse au moment où j'entamais la descente de retour vers Roubion. J'aurais préféré une route sèche, car je n'aime pas trop les descentes rapides et encore moins quand ça glisse. Tant pis ! Je suis tout de même très heureux d'avoir fait ce parcours riche de paysages très différents.

00:00:00Col de la Couillole depuis Beuil (1678m)

C'est un parcours de 7 km avec quelques lacets bien dessinés, mais sans intérêt touristique. Il y a juste l'amorce du premier virage qui oblige à appuyer fort sur les pédales.

00:00:00Col de Valberg depuis Guillaumes (1671m)

Je me suis lancé à 15h00, un jour d'août, alors qu'il faisait 33° à Guillaumes. Autrement dit, opération fournaise, surtout avec la route orientée à l'ouest et qui longe la paroi rocheuse. Mais quand on vient de loin, on n'a pas le choix de l'horaire. Et puis je n'ai pas l'intention de faire autre chose que la boucle qui monte à Valberg par Péone et qui redescend par St Brès, soit 14 km de montée et 12 km de descente. Je pédale assez allègrement jusqu'au village de Péone qui offre tout à coup une vue sublime : une dentelle d'aiguilles surplombe les maisons du village perché. Ensuite, la route change complètement de caractère. On a une succession de lacets dans la forêt jusqu'aux hameaux qui précèdent la station. Et finalement cette montée que je pressentais terrible s'avère bien agréable et sans coup de chaud. Vive la descente où on côtoie davantage le précipice que par l'autre côté !

00:00:00Col du Noyer depuis Le Noyer (1664m)

16-09-2019- Je suis parti du Motty et j'ai suivi la petite route qui passe par Lesdiguières et évite la nationale. En fait, on suit la fin de l'itinéraire "Tour du Dévoluy" qui est très bien balisé avec un panneau spécifique à chaque kilomètre. Il y a quelques bosses avant de redescendre vers la nationale à La Guinguette. Très vite, on prend à droite, direction Le Noyer. C'est une approche en escaliers, très irréguliers. Passé le village du Noyer, on fait un large crochet vers la gauche, avant de revenir contre la montagne que l'on va suivre à flanc, jusqu'au sommet. On restera toujours au-dessus des 7%, avec une pointe à 11% dans l'avant dernier kilomètre, et deux épingles dans le dernier kilomètre qui font bien sentir que l'on est en haute montagne.
L'arrivée au sommet nous plonge dans un univers très particulier en cette fin d'été particulièrement chaud et sec. Trois mots me viennent en tête : sécheresse, solitude, silence. Si on se retourne côté Champsaur (d'où je viens) on voit la myriade des prés brûlés par le soleil et si on regarde côté Dévoluy, une seule teinte pour tous les alpages : le bistre. Inquiétant, non ?

00:00:00Col du Noyer depuis Pont de Giers (via le Pin) (1664m)

En venant du barrage du Sautet, on a pu remonter le Défilé de la Souloise dans un paysage absolument magnifique. On sent la transition Alpes du Nord-Alpes du Sud, avec une luminosité très particulière. On s'est arrêté au Défilé des Étroits pour profiter du cadre exceptionnel. Et puis on est repartis, tout heureux de pouvoir randonner sur de si belles routes. On ne savait pas ce qui nous attendait au-dessus du village de St Etienne-en-Dévoluy. Il y a brutalement un dénivelé terrible, et on a bien allongé les quelques épingles en zigzaguant sans cesse de l'une à l'autre. Heureusement, ça ne fait que 2-3 kilomètres, et puis on débouche en quelque sorte vers le sommet que l'on aperçoit au bout d'une longue ligne droite. C'est toujours aussi majestueux. Le bonheur de pédaler dans une nature préservée ne peut pas toujours se dire avec des mots. C'est en atteignant un col comme celui-ci que l'on est vraiment récompensé de nos efforts. Un instant rare...

00:00:00Crêt de Châtillon / Mont Semnoz depuis Col de Leschaux (1660m)

Depuis le col de Leschaux, on voit la saignée de la route qui balafre le flanc de la montagne pour accéder au Semnoz. On a d'emblée un bon aperçu de la difficulté qui nous attend. Certes, cette longue ligne droite n'est pas tendre (6-7%), mais ensuite il y a bien plus difficile. Après avoir passé quelques replats dans la forêt, il y a de brusques raidillons qui obligent à se mettre en danseuse. Lorsqu'on débouche dans les alpages, on voit le sommet et on se dit que c'est fini. Mais c'est se tromper, car c'est là qu'on rentre dans le rouge (+ 10%). Et le chalet nordique du plateau qui paraissait si proche semble inatteignable. Heureusement, le tout dernier kilomètre s'apaise et on peut goûter au panorama à 360°.

00:00:00Crêt de Châtillon / Mont Semnoz depuis Quintal (1660m)

Si on part du village de Quintal, on s'est déjà pas mal élevé depuis la ville d'Annecy puisqu'on est à 730 m d'altitude. Il y a 3,5 km pour rejoindre la route qui monte directement depuis Annecy. Ce sont ces kilomètres qui sont les plus ardus, puisqu'ils dépassent les 10% de moyenne. On quitte le village par un mur assez brutal, avant un replat près du centre aéré. L'entrée en forêt correspond à un parcours sinueux avec des virages à la déclivité très sévère. Après avoir rejoint la route d'Annecy, la fin du parcours est bien sûr similaire à celui qui vient de là.

00:00:00Crêt de Châtillon / Mont Semnoz depuis Annecy (1660m)

Le Semnoz est une montée difficile, réservée aux bons grimpeurs capables d'affronter de gros dénivelés sur un long kilométrage. L’essentiel de la montée se fait à couvert dans la forêt. Les cinq premiers kilomètres jusqu'aux Puisots sont en lacets dans une pente moyenne approchant les 7%. Au début, on a quelques points de vue sur le lac et on côtoie le parc des biches. Ensuite, il y a trois kilomètres plus reposants, toujours en pleine forêt. Peu avant le croisement de la route de Quintal, la pente se redresse à 8-9% pour ne plus jamais faiblir jusqu'au sommet, hormis trois cent mètres à l'entrée de la station de ski. De là, la vue est plus dégagée et l'arrivée sur le plateau sommital est de toute beauté avec une vue panoramique sur la chaine des Aravis et le Mont-Blanc à l'est, les Bauges au sud, l'Albanais à l'ouest et le Jura au nord.

00:00:00Col du Ranfolly depuis Morzine (1658m)

Difficile d'ignorer qu'ici tout est dévolu au ski, que ce soit au départ de Morzine où à l'arrivée au col où les télésièges nous narguent ! Bon, ceci pour dire que faire rouler les cyclos en sécurité à Morzine n'est pas encore une priorité. Il faut donc d'abord s'extirper tant bien que mal du village encombré de voitures pour s'attaquer aux rudes pentes du col de Ranfolly. Il y a un bref répit au bout de 3 kilomètres, mais sinon on est très souvent au-dessus des 9%. Comme on est sur un versant nord, et à l'ombre des sapins, on ne peut pas trop se plaindre de la chaleur. Si au cours de la montée on n'a pas trop de vue, on se rattrape au col avec un beau point de vue sur le Mont-Blanc. La suite vers le col de Joux-Plane est beaucoup plus facile.

00:00:00Col des Saisies depuis Flumet (1657m)

Parmi les belles images du Tour de France, il y a celle des coureurs descendant à la queue-leu-leu dans les lacets qui précèdent la traversée de Flumet. On a envie de les découvrir ces épingles mythiques ! Mais pour aller aux Saisies, on va les prendre dans l'autre sens. On va avoir un peu plus le temps de goûter à la rudesse des lieux. En fait, il n'y a rien de très méchant. Les adeptes du vélo savent bien que les épingles sont un atout pour les grimpeurs. Le village de Notre-Dame-de-Bellecombe, avec ses remontées mécaniques, est vite atteint. Un peu galvanisé par l'idée de franchir enfin ce col des Saisies, je ne ménage pas mes efforts. Qu'y a-t-il soudain ? Une descente ! Ouah ! Trop bien ! Je fonce vers le fond du vallon où la route bifurque soudainement pour reprendre son tempo à 8%. Et là, catastrophe ! Je n'arrive plus à pédaler. Je suis littéralement coincé. Que m'arrive-t-il ? Les quatre derniers kilomètres, malgré de bonnes portions où la pente se fait moins forte, seront un calvaire. J'ai rarement éprouvé une pareille panne sèche. Et dire qu'il me faut rentrer à Annecy. Ça promet d'être long. Et la chaleur qui se fait de plus en plus intense...

00:00:00Col des Saisies depuis D925 / D218 (1657m)

Monter aux Saisies depuis Villard-sur-Doron, c'est parcourir le cœur du Beaufortin avec ce qu'il a à la fois de traditionnel (l'élevage laitier) et de moderne (le ski et ses infrastructures immobilières). Dans chaque village traversé, on a un mélange de chalets anciens et de constructions nouvelles, avec une très forte densité urbanisée au col lui-même. Ce qui fait que l'on n'arrive pas en pleine nature, comme souvent sur les grands cols. Mais on peut tout de même profiter d'une belle vue sur le Mont-Blanc. Pour ce qui est de la route, on peut dire qu'elle grimpe de façon constante entre 6 et 8%, en s'extrayant progressivement du couvert forestier, comme toujours sur ce type d'itinéraire. On laisse le village d'Hauteluce (et la route du col du Joly) sur la droite pour peu à peu découvrir les alpages et le Mont Bisane qui domine la station. Inutile de dire que je préfère l'approche par ce versant sud plutôt que par le versant nord !

00:00:00Col de la Pierre de Möelle depuis Aigle (1657m)

Ce col il faut aller le chercher ! Je suis d'abord monté au col des Mosses et puis je suis redescendu sur environ 2 km pour prendre une petite route fort étroite qui emmène en forêt. Je ne connais pas la distance exacte jusqu'au col de la Pierre de Moëlle depuis là. Mais j'aurais préféré faire plus de kilomètres et ne pas me retrouver sur cette succession de petits murs que je n'ai pu franchir que debout sur les pédales. Quand on est sorti de la forêt, on voit beaucoup de falaises et de rocs et on a une impression de solitude magistrale. Heureusement qu'il y a quelques troupeaux pour nous assurer qu'on est bien au pays des hommes, sans oublier la buvette au col. La descente vers le lac du Hongrin est vertigineuse et la poursuite de la route vers les Agites réserve bien des surprises. Je ne suis pas prêt d'oublier ce circuit extraordinaire ! Pour ceux qui aiment lire, je conseille le livre de Blaise Hofmann "Estive" qui raconte l’été d’un berger en ces lieux.

00:00:00Col de la Pierre de Möelle depuis Lac d'Hongrin (1657m)

Ayant déjà descendu par ce versant, je savais à quoi m'attendre si je décidais de monter à la Pierre de Moëlle depuis le lac du Hongrin. Et ce fut bien le mur que j'avais dans la tête. Je n'insistais pas : je mis pied à terre. Mais je mis un point d'honneur à finir sur le vélo après avoir dépassé le chalet qui est sur la gauche de la route.
Mais avant ce final acrobatique, je me dois de vous raconter ce qui m'arriva en court de route après avoir franchi la crête des Agites. Je me trouvai soudain nez à nez avec une barrière et un militaire qui me demanda où j'allais. Il me remit alors un papier que je devais donner à son frère d'arme lorsque je serais arrivé au prochain contrôle. Nous étions en semaine et l'armée suisse était en manœuvre sur ce terrain militaire. Je pouvais passer, mais ne devais pas m'arrêter tant que je ne repassais pas en terrain neutre. Petit français ignorant de l'omniprésence militaire en Suisse, je n'avais pas pris garde aux panneaux qui réglementaient la circulation en ces lieux. Ce qui me vaut de pouvoir raconter cette gentille anecdote.

00:00:00Station des Deux Alpes depuis Le Chambon (1652m)

J'ai effectué cette montée entre le col du Solude et le col de Sarenne. C'est de loin la plus facile des trois ! Mais pas la plus belle. La route est un billard, comme toujours pour les grandes station de ski. L'omniprésence de la forêt nous prive de vue. Je n'étais jamais allé aux Deux-Alpes et j'ai été impressionné par la densité de magasins qu'on trouve dans cette station. Une vraie ville !

00:00:00Col d'Albanne depuis Le Bochet (1652m)

En venant de St Jean-de-Maurienne, si on veut éviter le gros trafic, c'est mieux de prendre la D 81 en rive gauche de l'Arc. On arrive ainsi au village des Sauges d'où on entame tout de suite la montée en lacets. Jusqu'à la station des Karellis, on grimpera constamment à 8%, sur une bonne route et dans la forêt. Au bas de la station, on prend une petite route, toujours en forêt, pour rejoindre le col d'Albanne. Le village d'Albanne est un peu plus loin, comme suspendu dans le vide. De là, on aperçoit le col du Télégraphe juste en face. Cette montée est exigeante, mais pas vraiment intéressante pour celui qui aime grimper avec des horizons dégagés.

00:00:00Passo di Monte Croce di Comelico depuis San Candido (1636m)

C'était le dernier jour de notre randonnée itinérante de la Suisse vers les Dolomites. Nous avons abordé le Monte Croce di Comelico en partant de Dobiaco. Je ne sais pas quelle mouche nous a piqués lorsque nous fûmes lancés. Toujours est-il que nous avons escaladé ce col, pas très difficile certes, à vive allure, en file les uns derrière les autres. Ce qui ne m'a guère laissé le loisir de goûter au paysage. Il semble me souvenir que nous étions essentiellement en forêt.

00:00:00Mittelberg depuis Im Fang (1633m)

Nous sommes partis de Broc et nous avons rejoint Jaun par la route forestière qui nous a déjà donné un aperçu de quelques raidillons bien costauds à franchir. Si dans un premier temps la route s'oriente dans les alpages par une pente modérée, à partir de la mi-parcours on attaque les 8% que l'on garde jusqu'au sommet. La descente vers Saanen m'a parue bien plus terrible que ce que nous venions de faire. Illusion ? Et nous avons rejoint Broc par la vallée. Une boucle sportive, mais qui offre de très beaux paysages d'altitude. A cela, je dois ajouter que nous étions un 4 juillet et que les agriculteurs, après avoir récolté la première coupe de foin, avaient épandu le lisier sur tous les champs fauchés. Le souvenir olfactif de cette journée ensoleillée n'est donc pas aussi charmant que celui des paysages traversés.

00:00:00Col du Mollard depuis Pont de Belleville (1630m)

Comme on a fait le Glandon et la Croix de Fer auparavant, le col du Mollard est un supplément dont on se passerait bien. La route n'est pas franchement intéressante, surtout quand on remonte le cours de l'Arvan entre les falaises. Et puis quand on bifurque à droite au pont de Belleville, on entre dans le dur avec des portions à 8-9%. Si on est un peu à bout physiquement, ces 6 km vont paraître interminables.

00:00:00Col du Mollard depuis Saint Jean de Maurienne (1630m)

L'objectif, c'était la Croix de Fer. Et puisqu'il y avait la possibilité de passer par le col du Mollard auparavant, je suis donc passé par-là. Très franchement, je n'ai pas du tout aimé cette route. Froide. Sombre. Encaissée. Heureusement qu'au passage on peut ajouter deux cols à sa liste : le Collet (1140 m) et la Cochette (1355 m). L'arrivée sur le plateau d'Albiez-le-Vieux réjouit enfin les yeux. Je me suis arrêté pour me balader un peu dans le village et lorsque j'ai repris le vélo pour faire le dernier kilomètre jusqu'au col, ce fut une petite misère. J'ai eu des crampes. J’en ai presque raté la vue sur les Aiguilles d’Arves !

00:00:00Plateau des Saix depuis Samoens (1626m)

Ayant débuté ma carrière professionnelle dans le secteur, j'avais parcouru bien des routes à vélo, dont celle du col de Joux-Plane à plusieurs reprises, mais je n'étais jamais monté au Plateau des Saix. Je ne suis d'ailleurs pas certain qu'à l'époque (années 70), la route existait. Me voilà enfin à relever le défi de cette difficile grimpée. Que de constructions nouvelles dans le hameau de Vercland ! Le versant est tout urbanisé. En ce jour de juillet 2021, les sommets sont pris et je pédale alternativement sous un chaud soleil, puis sous l'ombre des nuages. Je n'aime pas ça ! Après avoir traversé le Giffre à la sortie de Samoëns, j'ai pris la direction de Vercland, avec d'entrée une rampe qui me met dans l'ambiance de ce que sera la suite. Au cœur du hameau se dresse une chapelle et s'est en tournant à droite face à celle-ci que j'entre dans les pentes les plus terribles. La surprise est d'autant plus grande que je déambulais jusque-là assez tranquillement. Ce n'est pas qu'un petit ressaut passager : pendant 3 km, le pourcentage moyen va rester dans les 11%. La bouche grande ouverte, j'ai lutté pour rester sur ma selle, tout en reprenant peu à peu un pédalage fluide. J'ai ainsi émergé vers le sommet où s'étalent d'incroyables constructions cubiques en surplomb d'une ferme d'alpage. J'ai cru halluciner. Un peu plus loin, après être passé sous un petit tunnel où il était impossible d'éviter les bouses de vaches, j'ai pu découvrir le complexe immobilier plus ancien. Je n'ai eu qu'une envie : repartir aussitôt, et ce d'autant plus que les nuages cachaient la vue dans toutes les directions.

00:00:00Col de Chaude depuis Villeneuve (1621m)

Après avoir laissé ma famille à l'aquaparc du Bouveret, je suis allé à Villeneuve où j'ai entrepris l'ascension du col de Chaude vers les 11h du matin. Je me suis tout d'abord trompé d'itinéraire, en me retrouvant bêtement sur une route sans issue, après deux kilomètres d'une rude montée. Retour à la case départ ou presque. J'ai passé à peu près convenablement la série de lacets qui nous amène en forêt, ne croisant qu'un seul camion chargé de grumes de bois. Et lorsque je fus sur la longue partie ascensionnelle en ligne droite, j'espérais trouver un petit replat pour manger mon casse-croûte. Qu'on se le dise : de replat dans ce col il n'y a pas ! La faim et la fatigue ayant le dessus, je finis par m'arrêter. Inutile de dire à quel point mon cœur battait fort, ni que j'étais inondé de transpiration, ni combien de temps il me fallut pour reprendre mon souffle. Un véritable enfer sous une chaleur de plomb. Et dire que j'aurais pu goûter aux délices de l'aquaparc... J'étais cuit à peu près dans tous les sens du terme et ce ne fut pas sans peine que je remontai sur mon vélo. Je devais zigzaguer autant sinon plus que le facteur de Jour de fête de Jacques Tati, mais pas pour les mêmes raisons. Il arriva un moment où je fus contraint de mettre pied à terre avant que de tomber du vélo. Je n'avais plus rien à boire. J'espérais rencontrer quelque touriste qui pourrait me dépanner. Personne ! Je marchai ainsi avec ce vain espoir sur les deux kilomètres sommitaux. Depuis ce maudit col de Chaude, je vis bien un chalet d'alpage à quelques encablures sur l'autre versant. A défaut de savoir s'il était occupé, je ne me risquai pas à aller plus loin et me résignai à redescendre, tremblant d'épuisement, la bouche asséchée, les yeux piquants de transpiration. Pourvu qu'il me reste assez de lucidité pour utiliser les freins à bon escient. Advienne que pourra... Je sais maintenant pourquoi ce col se nomme col de Chaude.

00:00:00Col de la Colombière depuis Scionzier (1613m)

Un grand col. Grand par sa longueur (20 km) et grand par son altitude (1613 m). Il est fermé l'hiver. La montée jusqu'au Reposoir (12 km) progresse en forêt sur une route qui épouse bien le relief. On peut prendre un rythme et le conserver facilement. Après le village, la pente s'intensifie jusqu'à atteindre les 11%. Il faut avoir gardé quelques forces en réserve. Mais notre peine est largement récompensée par la majesté du paysage : les falaises du Jalouvre à droite, la chaîne des Aravis à gauche. On respire l'air de la haute montagne. Satisfait d'avoir accompli une belle et grande ascension.

00:00:00Col de la Colombière depuis Le Grand Bornand (1613m)

Quand on habite Annecy, le col de la Colombière est bien sûr un but de randonnée annuelle. Je pourrais presque dire que je le ferais presque les yeux fermés. Mais je préfère les ouvrir pour me régaler du paysage qui est vraiment exceptionnel. Nous avons tout d'abord une large épingle pour nous extirper du village du Grand-Bornand. La vue plonge sur le clocher et les chalets fleuris avec leurs toits de tavaillons. Ensuite, les lignes droites alternent avec quelques épingles pour atteindre Le Chinaillon. C'est très régulier. La traversée de la station n'a rien de folichon, mais offre un petit replat. Comme toujours dans les grands cols, c'est le final qui offre les plus belles vues. Les falaises du Jalouvre étincellent au soleil alors que les combes des Aravis restent davantage à l'ombre. De ressaut en ressaut, la route progresse dans les pâturages où paissent les belles abondances. Le dernier kilomètre, après le franchissement d'un petit pont est le seul qui fasse vraiment serrer les dents. Et si on se retourne, on a une belle vue rétrospective avec la Tournette en toile de fond.

00:00:00Glaubenbielen Passhöhe depuis Kleinteil (1611m)

Sur la carte Michelin j’avais repéré ce col et j’en ai entrepris l’ascension le lendemain du Sustenpass, sans me préoccuper de son profil. Quelle horreur ! La rudesse de la pente et la fatigue accumulée m'ont obligé à renoncer à faire le tour que j'avais prévu. Du sommet du Glaubenbielen Passhöhe, je suis redescendu directement vers Giswil d'où j'étais parti, tellement j'étais épuisé. Tout avait pourtant bien commencé, car au cours des premiers kilomètres, on domine le Sarner See. On a sous les yeux la carte postale de la Suisse éternelle où la montagne se mire dans les eaux pures du lac. C'est après Kleinteil que tout s'est compliqué : 10 km à 10% de moyenne. Je ne me savais pas capable d'affronter une pareille difficulté. Je suis allé au bout de mes forces. Et je dois ajouter que le passage de ce col est assez minable. Le lac a disparu et on doit se contenter d'une pente ravinée où s'accroche quelque végétation.

00:00:00Col de la Ramaz depuis Mieussy (1610m)

Ce col a gagné en notoriété depuis que le Tour de France y est passé en 2003 avec la victoire et la prise du maillot jaune par Richard Virenque. Quand on s'élève au-dessus de Mieussy, on peut admirer le beau clocher du village et reconnaître les vieilles fermes traditionnelles avec leurs larges façades orientées au sud. La pente est tout de suite très prononcée et on traverse plusieurs petits hameaux, toujours avec des maisons remarquables. Après avoir côtoyé une dernière ferme, et pris une orientation est, on va s'attaquer aux pentes les plus difficiles sur une route en encorbellement et avec des paravalanches en point de mire. Sous la falaise, il fait chaud. La route n'est pas en très bon état. Il est nécessaire de se mettre en danseuse pour relancer un peu l'allure. Après la traversée du tunnel, on est très vite à la station de Sommand où la pente se relâche. Tout en gagnant le col par une large boucle dans les pâturages, on peut admirer les sommets proches sur notre gauche (Haute Pointe, Pointe de Chavanais, Pointe de Chavasse et Pointe de Chalune une fois arrivé en haut). Et je n'oublie pas le Mont-Blanc quand on débouche au col. On peut dire qu'en gravissant ce col on a un peu tout ce qui constitue l'âme de la Haute-Savoie : âpreté et beauté.

00:00:00Col de la Ramaz depuis Taninges (1610m)

Si on vient de Taninges, on passe au préalable au col de la Savolière, peu avant la station du Praz de Lys. (voir la description de ce col par ailleurs). On aura pu choisir de monter soit par le Pont des Gets, soit par le hameau de Rond pour éviter la circulation. L'arrivée au Praz de Lys est une bénédiction après les terribles pentes à plus de 10% entre Fry et la Savolière. On va laisser le Pic de Marcelly sur notre gauche pour une brève ascension vers le col de la Ramaz, là ou convergent plus ou moins les télésièges des stations de Sommand et du Praz de Lys. Le panorama est vraiment appréciable avec le Mont-Blanc et les pointes toutes proches (Chalune, Chavasse et Haute Pointe).

00:00:00Col de Méraillet depuis Beaufort (1605m)

Le col du Méraillet est une pause bienvenue dans l'ascension du Cormet de Roselend. Mais pour ce qui est de la montée depuis Beaufort, c'est un pensum de 12 km sans temps mort, ni panorama. Des virages et des sapins et toi avec ton petit vélo qui aimerait bien sortir de cet environnement désespérément pentu et sombre. Heureusement, au col, on peut admirer le lac du barrage de Roselend.

00:00:00Station des Karellis depuis Saint Jean de Maurienne (1600m)

C'est la même route que pour le col d'Albanne que l'on rejoint quelques kilomètres après la station.

00:00:00Pas d'al Loup depuis Enveigt (1590m)

Route très raide et très dégradée au départ d'Enveigt. Mais lorsqu'on laisse les maisons, on profite d'un paysage très dégagé et d'une belle route. Après 2 km, il faut prendre à gauche au croisement. De là-haut, belle vue sur les sommets espagnols dont j'ignore le nom, n'étant pas pyrénéen, mais savoyard. A découvrir si on aime les montées solitaires et méconnues.

00:00:00Pas de Peyrol depuis Salers (1588m)

Je sais que ce versant est le plus difficile des trois. J'ai déjà effectué les deux autres montées. Aujourd'hui est le jour de vérité pour moi : suis-je encore capable de grimper de pareils pourcentages ? Je crois que j'ai fait ce qu'il ne fallait pas faire : je me suis garé au Pas de Peyrol et je suis descendu en direction de Salers. Impressionnant ! J'ai eu toutes les peines du monde à m'arrêter à la première épingle et à ne pas tomber. Comme on dit chez nous, je "grévolais" en repartant, et je fus bien content de trouver une accalmie dans cette déclivité saisissante. Mais le mal était fait : j'avais eu peur et le doute s'était installé dans ma tête quant à ma capacité à remonter une pareille pente.
Je suis donc allé jusqu'à Salers d'où je suis reparti pour commencer l'ascension. Magnifique tout du long du col de Néronne (voir description par ailleurs). Et puis après environ huit kilomètres tranquilles en forêt, voici que se présente l'ogre. Je sais que ça va grimper fort après le petit pont et très fort à peu près au moment où on quitte la forêt. Ça y est, je suis dans le dur, dans le très dur. Une voix me murmure "tu vas y arriver, tu vas y arriver" et une autre plus forte "c'est trop dur, c'est trop dur". Je me bas. J'ai le cœur qui tape fort. Je suis en danseuse depuis plus de 400 m. La dernière épingle est en vue. Mais... Je craque. Je mets pied à terre. J'ai de la peine à reprendre mon souffle. Tant pis ! Je finis à côté du vélo.

00:00:00Pas de Peyrol depuis Mandailles (1588m)

Il y a des cols qui font plus envie que d'autres. Le Pas de Peyrol en fait partie. A la fois parce qu'il est le plus élevé du Massif Central et parce qu'il est au pied du Puy Mary que l'on peut atteindre en empruntant des escaliers, en très peu de temps depuis le col. Sans compter la vue qu'il offre ! C'est avec toutes ces idées en tête que je pars de Mandailles, impatient de découvrir le toit routier de tout le Massif Central.
Eh bien, franchement, je n'ai pas été déçu. La montée se fait au calme, sur une route qui tortille à flanc de montagne avec de très beaux points de vue, en particulier sur le Puy Griou à la forme si caractéristique. Les croupes herbeuses et la forêt se disputent les versants de la montagne, sauf sur le sommet où il n'y a plus d'arbres. Les vaches y sont les reines.
Il y a foule au Pas de Peyrol, ce qui ne m'incite pas à rester longtemps. Je bascule sur le versant Dienne et je m'arrêterai au col de Serre pour le pique-nique.

00:00:00Pas de Peyrol depuis Dienne (1588m)

Je quitte Dienne après avoir visité le musée de la pierre, et m'être restauré. Ce n'est peut-être pas la meilleure heure pour aborder une grosse ascension comme celle-ci. En effet, je me traine un peu jusqu'à Lavigerie, mais j'ai tout le temps d'admirer les montagnes qui se dressent devant moi. "C'est là-haut que tu vas, c'est là-haut que tu vas" répète une voix dans ma tête. Un là-haut que je connais puisque je suis déjà monté depuis Mandailles. Voici le col de Serre (on se demande un peu pourquoi c'est un col quand on arrive par ce côté), puis très vite le col d'Eylac et son buron. On voit bien le Pas de Peyrol tout en haut, sur la droite. Oulala ! Ça devient dur tout d'un coup ! Virage à droite et accroche-toi. Je dois me mettre en danseuse. Je zigzague un peu. Mais je tiens bon et me voici au sommet. Ouf !

00:00:00Pas de Peyrol depuis Cheylade (1588m)

Cet itinéraire revient à faire le col de Serre depuis la vallée de la Rhue, puis le Pas de Peyrol qui retrouve le route qui vient de Dienne légèrement en-dessous du col de Serre.

00:00:00Col de l'Arpettaz depuis Ugine (via Mont Dessous) (1581m)

Il faut aller le chercher ce col de l'Arpettaz qui est comme un bout du monde perché sous la chaîne des Aravis. Et par ce versant ouest ça ne rigole pas : jamais en-dessous de 7,5% sur les huit derniers kilomètres. Après avoir quitté le hameau du Mont, on est très longtemps en forêt avec une quantité impressionnante de lacets, avant de déboucher dans les alpages. Au col on peut continuer de deux façons : vers Héry et la vallée de l'Arly sur route goudronnée, ou vers le col des Aravis par la route des montagnes qui n'est pas goudronnée. Je me suis fait une petite frayeur en redescendant du même côté, lorsque j'ai dû croiser un tracteur qui montait avec une bétaillère et qui n'a absolument pas ralenti en me voyant.

00:00:00Col de l'Arpettaz depuis Ugine (via Hauteville) (1581m)

Lorsque j'ai voulu me désaltérer après avoir quitté la route d'Héry, je me suis aperçu que j'avais oublié ma gourde. Fatal oubli en cette brûlante journée de juin. Je n'ai pas renoncé pour autant, mais ce fut dur avec le gosier sec et la déclivité qui augmentait. J'espérai un peu rencontrer quelqu'un qui pourrait me dépanner, mais je fus bien seul sur cette route, ce jour-là.
En dépit de cette déshydratation, je garde un bon souvenir de cette ascension qui permet d'avoir un autre regard sur la chaine des Aravis, et en particulier sur son extrémité sud avec le Mont Charvin.

00:00:00Col d'Azet depuis Genos (1580m)

Je suis plutôt content de gravir ce col que j'avais descendu...à pied, quelques années plus tôt, alors que la route n'était pas encore goudronnée sur ce versant (elle l'a été après 1996). Il n'y a pas de répit après la descente du col de Peyresourde. On attaque tout de suite dans le gros dénivelé et il faut vite mettre petit. Alors que j'étais bien parti, mon mouchoir est venu se prendre dans ma chaine. Arrêt instantané imprévu. Tomber en montant, ça met les nerfs ! Je suis reparti bien moins fringant et j'ai trouvé les quatre derniers kilomètres affreusement longs. On voit parfaitement le passage du col, on croit qu'il est tout de suite là, mais la route presque rectiligne sous son flanc est trompeuse. Et puis il y avait un sacré vent tout en haut...

00:00:00Col de la Perche depuis Bourg Madame (1579m)

Je suis en vacances à Font-Romeu, et j'en profite pour découvrir tous les cols de Cerdagne. Je suis descendu jusqu'à Enveigt pour aller faire le Pas d'al Lloup. Et au retour, je prends la grand route pour faire les trois cols qui se suivent : col de Llous, col Rigat et col de la Perche. Il faut faire abstraction de la circulation et goûter à la beauté du paysage, très ouvert à ces altitudes élevées. On a le temps de découvrir Font-Romeu et le four solaire d'Odeillo.

00:00:00Col de Moissière depuis La Bâtie Neuve (1571m)

Pour l'avoir descendu, je savais que ce versant était abrupte et je le craignais un peu. Alors, je suis parti de la Bâtie-Neuve avec pour seul objectif d'atteindre le col sans poser le pied à terre. Et j'ai été très heureux de voir que je le réalisais sans difficulté. Ce qui est bien, c'est que les pourcentages se durcissent au fil des kilomètres. On a ainsi le temps de s'accoutumer à la progressivité du dénivelé. Comme il avait plu toute la nuit, les fossés regorgeaient d'eau et l'ambiance était plutôt fraîche et brumeuse au col. Ça m'a aussi évité de trop transpirer. Il faut faire attention au dévers de la route là où le panneau indique une pente à 10,6%.

00:00:00Col de Moissière depuis Forest Saint Julien (1571m)

Je l'ai fait après avoir passé le col du Noyer dans la matinée, puis le col Bayard et enfin le col de Manse depuis Gap. J'étais en bout de course dans tous les sens du terme. Heureusement que je me suis octroyé une bonne pause à Ancelle pour repartir rassasié et désaltéré. Ce village m'a d'ailleurs bien plu. Il fait comme une sorte de terrasse agricole prospère entre le bas de la vallée et les rudes pentes du col. Les remontées mécaniques se font presque oublier. La descente sur une étroite route en mauvais état et jonchée de débris m'a laissé un souvenir pénible.

00:00:00Col de la Croix de Peccata depuis Fay sur Lignon (1570m)

Je suis venu un 17 octobre, et lorsque je me suis garé sur la place de Fay-sur-Lignon, j'ai tout de suite été frappé par le nombre de maisons fermées. De belles maisons en pierre qui témoignent d'un passé qui a dû être florissant, mais qui aujourd'hui se meurent peu à peu, sauf peut-être à l'occasion de la foire aux chevaux du 20 octobre...
Ça descend jusqu'à la bifurcation pour Chaudeyrolles, ce qui nous permet d'embrasser le vaste paysage de prairies de montagne, un peu jauni à cette saison, ainsi que les lentes courbes du Lignon.
Dès qu'on emprunte la D 274, il faut se dresser sur les pédales et ça va monter pendant 9 kilomètres, sur une pente soutenue, mais régulière. On est davantage dans les bois en haut et j'ai un peu hésité à savoir que j'étais bien au sommet car il n'y a pas de panneau, mais une belle croix de pierre.
Ensuite, la plongée sur le village des Estables m'a réservé une des plus belles émotions cyclistes de ma vie. On est devant un paysage d'une extraordinaire nudité, comme si au-delà du village la nature seule décidait de nous offrir ses croupes herbeuses ou boisées, vierge de toute présence humaine.
Remontée vers la Croix de Boutières, pour filer en Ardèche, vers le Mont Gerbier de Jonc. Description par ailleurs. Vous aurez sans doute compris que j'ai particulièrement aimé parcourir ces routes désertes où la nature a encore tous ses droits.

00:00:00Col de Peyresourde depuis Bagneres de Luchon (1569m)

Peyresourde résonne en moi de façon particulière, ne serait-ce que pour sa prononciation. Mais c'est surtout un très beau col. Quand on vient de Luchon, on rencontre des villages quasiment tout du long. On traverse une montagne habitée, avec des horizons dégagés qui offrent des panoramas splendides. Quelques kilomètres avant le sommet, on voit comme un pain de sucre herbeux fendu au milieu par le sillon de la route. C'est une image forte qui montre la difficulté de la pente, et forme comme un appel à poursuivre notre chevauchée vers le haut. Je suis sûr de conserver très longtemps en mémoire cette image inédite et attrayante.

00:00:00Mont Aigoual depuis Meyrueis (1567m)

Ma deuxième grimpée vers le Mont Aigoual. C'est peut-être l'itinéraire le plus facile dans la mesure où il ne présente pas de forts pourcentages. On passe deux cols (Perjuret et Fourques). Ce n'est donc pas une ascension continuelle. Elle est ponctuée de quelques petites descentes qui obligent ensuite à reprendre le dénivelé perdu. On évolue la plupart du temps sur une route dégagée où le regard trouve toujours à se fixer sur une ferme, sur un mamelon ou sur la prochaine courbe. Il faut tout de même prévoir une bonne provision d'eau car l'air est particulièrement sec ici !

00:00:00Mont Aigoual depuis Saint André de Valborgne (1567m)

Je me souviens qu'il régnait une belle animation au village de St André de Valborgne en ce dimanche de mai. Nous étions à mi-parcours de notre sortie et il restait le plus difficile : le Mont Aigoual. Nous nous sommes bien restaurés, nous avons rempli nos gourdes et nous sommes repartis vers ce qui ressemblait un peu à une aventure. Il n'a pas toujours bonne réputation le Mont Aigoual ! Jusqu'au col de Salidès, je crois que j'ai encore pédalé bien en rythme. La route y est particulièrement étroite et dégringole comme un véritable col alpin vers le village de Gaseiral. A la reprise de la montée, j'ai commencé à souffrir de crampes et ce fut bien difficile de me hisser jusqu'au sommet, même si la pente n'est pas excessive. En lisant les panneaux qui indiquent les records de froid, j'avais quelque peine à les croire, tellement j'étais encore marqué par le coup de chaud qui m'avait saisi au cours de la montée. A tout prendre, c'était tout de même mieux que de subir le brouillard ! La vue à 360° est vraiment admirable !

00:00:00Col du Télégraphe depuis Valloire (1566m)

Ce n'est jamais facile de reprendre une montée après avoir descendu pendant plus de 20 km. Fort heureusement ici la pente est modérée et la distance courte (moins de 5 km). Je n'aime pas les antennes qui sont au col. Et pas plus que ça le panorama sur la vallée de l'Arc.

00:00:00Col du Télégraphe depuis Saint Michel de Maurienne (1566m)

Comme nous avions dormi à Modane, il a d'abord fallu faire la longue descente vers St Michel-de-Maurienne, avant de débuter l'ascension du col du Télégraphe. Je suis donc arrivé au bas du col passablement transi de froid et il m'a été difficile de me mettre dans le rythme pour grimper. Je n'ai pas cherché à rester dans les roues et je suis monté à mon allure, sous un ciel passablement gris. Même s'il est relativement long (12 km), le col du Télégraphe a le mérite d'être très régulier dans ses successions d'épingles forestières. Et même si je suis arrivé au sommet un bon moment après mes camarades, je n'en garde pas du tout un mauvais souvenir.

00:00:00Col des Prés Salés depuis Corps (1554m)

Je n'avais pas très envie de grimper ce col parce qu'il est en aller-retour, et parce que je n'avais pas trop envie de rencontrer des groupes de fervents adorateurs de la vierge en train de chanter sur la route. Et oui. Nous sommes sur la route de Notre-Dame-de-la-Salette. Mais je n'oublie pas que c'est sans doute grâce à la présence du monastère que la route est goudronnée jusqu'au col de l'Homme (1650 m). Le col des Prés Salés, lui, est quelques kilomètres plus bas. Je ne sais pas si j'ai été touché par la grâce divine, mais cette ascension compte parmi mes plus beaux souvenirs de cyclo-montagnarde. Ce jour-là, j'avais un coup de pédale aérien et surtout, je me souviens d'avoir pu admirer le Mont Aiguille dans le lointain. Ce panorama à lui seul justifie de parcourir les longs lacets du col des Prés salés.

00:00:00Col du Pillon depuis Aigle (1546m)

On est sur la même route que le col des Mosses jusqu'au-dessus du Sépey. Et puis on bifurque à droite pour aller aux Diablerets. Pendant six ou sept kilomètres, c'est franchement paisible. On a même peine à croire qu'on monte à une station aussi réputée que celle des Diablerets. Par contre, les cinq derniers kilomètres au-dessus de la station sont franchement difficiles (surtout si on vient de faire le col de la Croix), avec de longues rampes le long de murets bétonnés. Tout ça pour aboutir à un vaste col-parking d'où part un téléphérique pour le glacier 3000.

00:00:00Col du Pillon depuis Gsteig (1546m)

Le matin, nous étions passés au col du Sanetsch depuis Sion et nous avions pris le téléphérique pour descendre jusqu'à Gsteig. Une originalité que je n'ai pas refaite depuis. Le col du Pillon arrivait donc en deuxième partie de l'itinéraire. Ce fut horrible. J'avais des crampes et plus de forces. Bien que la route ne soit pas très pentue, je n'avançais pas. Julien aurait pu faire trois fois l'aller-retour avant que je ne le rejoigne au sommet ! Heureusement qu'ensuite il n'y avait plus que de la descente et un peu de plat pour retrouver la voiture à St Maurice !

00:00:00Col de Finiels depuis Le Pont de Montvert (1541m)

Le plus haut col de la Lozère ! A son sommet assez vaste panorama sur les Monts Lozère où les genets et la bruyère ont trouvé sol à leur convenance. Du point de vue historique, le col marquait une limite entre le nord catholique, et le sud protestant (on ne se mariait pas d'un versant à l'autre). C'est à Pont-de-Montvert que débutèrent les soulèvements camisards en 1702.
Pour accéder au col, nous avons environ 650 mètres de dénivelé sur 12 kilomètres. Il y a plus méchant ! On file plein nord sur une route jalonnée de bornes anciennes. Solitude ensoleillée. Silence animé par quelques rafales intermittentes. Serions-nous au paradis des cyclistes ?

00:00:00Col de Finiels depuis Le Bleymard (1541m)

Un très bon souvenir ! Effectué au cours d'une randonnée itinérante sans savoir le matin où nous serions le soir. Nous avons donc attaqué le col de Finiels sans savoir que c'était le plus haut de Lozère, ni où il conduisait. Je me souviens des toits d'ardoise du Bleymard, des prés de fauche qui cèdent assez vite la place aux pâturages ras qui peinent à croître sur un sol pierreux et ingrat. En regardant les croupes sommitales, on comprend pourquoi on nous a dit à l'école que le Massif Central est une montagne vieille et usée. On a un peu l'impression de suivre une route qui reste toujours la même, car ici la présence humaine est toute relative.

00:00:00Mont Revard depuis Aix les Bains (1537m)

En venant d'Annecy, on a déjà quelques kilomètres dans les jambes pour effectuer cette ascension. En venant par Montcel, on rattrape la route d'Aix à Trevignin où l'urbanisation va bon train. Oui, la vue est belle ici. Mais pour la grimpée au Revard, on tourne maintenant le dos au lac pour entreprendre comme une sorte d'encerclement de la montagne et qui nous fera déboucher au sommet. On est constamment sous le couvert de la forêt. Sans être facile, la pente n'est pas non plus rédhibitoire. Si on se met dans un rythme adapté, on peut le garder jusqu'en haut sans jamais se désunir. Arrivé au départ des téléskis, et même si elle est un peu pentue et encombrée, il ne faut pas hésiter à prendre la petite route qui conduit au belvédère. La vue sur le lac du Bourget (s'il n'y a pas la nappe de brume) est splendide. Et si on fait la totalité de la boucle sur le plateau, on peut attraper deux cols : le Golet de la Pierre et le Golet du Taisson.

00:00:00Col de Chaussy depuis La Chambre (1533m)

Le col ayant été intégralement goudronné pour le passage du Tour de France en 2015, je me suis décidé à effectuer l'ascension depuis La Chambre. Les six premiers kilomètres sont communs avec le col de la Madeleine et déjà fort pentus. Mais ce n'est qu'une mise en bouche, car quand on prend la direction de Montaimont, on a un passage sévère à 12%, sur une route à flanc, où l'on croise plus ou moins bien. La route reste très sinueuse et irrégulière jusqu'au village de Bonvillard. On se dégage alors peu à peu de la forêt pour déboucher au col qui offre une belle vue sur les Aiguilles d'Arves. Pour la descente, je vais passer par l'attraction locale : les lacets de Montvernier. Franchement, les pentes de Montpascal à Montvernier sont bien plus vertigineuses que ces lacets très photogéniques, mais au demeurant assez peu pentus.

00:00:00Col de Chaussy depuis Hermillon (1533m)

Il y a 1000 mètres à monter sur 16 km. On prend au passage le col anecdotique du Ventour (780 m). Après une légère descente, on sera dans une pente constante supérieure à 6,5% jusqu'au sommet. Nous avons un passage dans la falaise avec vue plongeante sur la vallée qui pimente un peu la montée. L'arrivée est dans les prés. Quelques panneaux informent sur le domaine de ski nordique. Il m'a fallu redescendre par le même versant, car à l'époque (2010), la jonction avec Montaimont n'était pas encore goudronnée. Sensation garantie dans les pentes de Montpascal !

00:00:00Col de Redondet depuis Mandailles (1531m)

Si tu vas au Pas de Peyrol, tu passes au préalable par le col de Redondet. Et lorsque tu es au col de Redondet, tu sais que tu as fait le plus dur avant d'atteindre le Pas de Peyrol. Certes, le Pas de Peyrol est magnifique, mais le col de Redondet l'est tout autant, et bien moins encombré. On a une très belle vue sur la vallée de la Jordanne et bien sûr sur le Puy Mary et la succession des puys du cirque du Falgoux. Voilà, j'avais envie de réhabiliter ce point de passage injustement écrasé par la notoriété de son illustre voisin. On y monte bien régulièrement depuis Mandailles sur une route qui épouse les plis du terrain et qui peu à peu nous dévoile les horizons et les sommets du Cantal.

00:00:00La Barillette depuis Gingins (1528m)

Je n'avais jamais entendu parler de la Barillette, et c'est en entreprenant la montée au chalet de la Dôle que j'ai découvert son existence ! L'itinéraire est commun aux deux sur environ 12 km. Quand on laisse la voie d'accès au chalet de la Dôle sur la gauche, il reste un peu plus d'un kilomètre pour atteindre la Barillette et son antenne géante. Si la montée a été rude avec ses passages à plus de 10%, on est vraiment récompensé avec la vue exceptionnelle que l'on a sur tout le lac Léman et les Alpes françaises. Je n'ai vraiment pas regretté ma peine grâce à ce si beau panorama final !

00:00:00Col de la Forclaz depuis Le Châtelard (1526m)

Le col de la Forclaz se fait généralement dans la foulée du col des Montets. On passe la frontière suisse au Chatelard, puis on laisse sur la gauche la route du barrage d'Émosson, avant de franchir un tunnel. La route change de direction pour s'orienter sud-est et atteindre le village de Trient blotti sous les parois verticales. C'est pour moi un magnifique moment de vélo car je découvre des paysages alpins exceptionnels avec le glacier des Grands et l'Aiguille du Tour. Les trois derniers kilomètres ont une déclivité plus forte, mais je les ai avalés facilement, porté que j'étais par l'envie de découvrir encore mieux cet environnement glaciaire.

00:00:00Col de la Forclaz depuis Martigny (1526m)

La mémoire est parfois trompeuse. Il me semblait que l'on quittait Martigny par une série d'épingles dans les vignes. Et bien pas du tout. On est bien dans les vignes, avec une vue plongeante sur la ville et la vallée du Rhône, mais il y a un seul lacet et ensuite la route ne tergiverse pas. Elle monte presque en ligne droite et toujours avec la même déclivité qui dépasse constamment les 7%. Si on retrouve des épingles, c'est vers le haut, mais à ce moment-là, on est en forêt. J'ai pu profiter d'un ballet d'hélicoptère qui procédait au débardage du bois. Les rotations se succédaient à un rythme impressionnant. Au col, la vue sur la vallée de Trient donne une irrésistible envie de poursuivre sur l'autre versant. (On peut aussi partir à pied par un très beau chemin qui suit une bisse, pour s'approcher en une heure du glacier du Trient).

00:00:00Tunnel des Agites depuis Yvorne (1517m)

Je ne regarde pas les profils avant de partir. J'ai pour habitude de construire un circuit et de m'y élancer sans trop me préoccuper de savoir ce qui m'attend. Ça m'évite ainsi de trop gamberger et de mal dormir la veille. Donc me voilà à Yvorne où ça grimpe tout de suite très sec dans les vignes. Mais je tiens bon et peux atteindre fièrement le replat forestier avant Corbeyrier. Dans la traversée du village, plusieurs personnes lèvent le pouce et hochent la tête à mon passage. C'est bien la première fois que je suis ainsi félicité au cours d'une montée. J'allais bientôt savoir pourquoi. A la sortie de Corbeyrier, la route tourne à angle droit et nous voilà dans un mur exceptionnel. Je suis debout sur les pédales, avec cette pensée unique "tenir ! tenir!". Voici le virage suivant. La pente ne diminue pas. Je sens mes forces faiblir et le "tenir" cède la place au "c'est trop dur". Je capitule et je mets pied à terre. Je marche au moins 500 m avant de pouvoir retrouver mon souffle et la force de remonter sur ma machine. Voici enfin l'auberge du Luan et une petite accalmie avant de repartir dans le dur, direction ouest. J'espère bien ne plus subir l'affront de devoir m'arrêter à nouveau. Le coup de pédale n'est plus fluide, et la pente semble se durcir à chaque perspective nouvelle. Où est le sommet ? Ah ! Voici les tunnels. La route n'est pas en très bon état. Je m'engage et j'entends un bruit de moteur qui vient vers moi. Je m'arrête. Un, deux, trois véhicules militaires. J'en profite pour regarder par l'une des ouvertures la vue plongeante sur la vallée du Rhône. Quelle route ! Qui l'a conçue ? En fin me voilà sorti de cet antre incertain et je devine que mon calvaire va bientôt s'achever. Je gagne la crête des Agittes sur un rythme un peu chaotique et peux enfin admirer la vue sur le lac Léman. Je sais déjà que cette montée restera longtemps dans ma mémoire et que je ne la referai sans doute jamais maintenant que les 60 ans sont proches.

00:00:00Col du Jaman depuis Montreux (1512m)

Voilà encore un col qui hante mes souvenirs à cause de sa difficulté. Dès le départ de Montreux ça grimpe rudement, et je me souviens tout particulièrement de la traversée de Glion. Ensuite, quand on est dans la forêt, ça va mieux, et surtout on est au frais. J'ai beaucoup aimé le village des Avants qui a toutes les caractéristiques du village suisse de montagne (funiculaire, maisons fleuries). Mais à partir de là, la route devient très étroite et très pentue, avec de multiples cassures pour l'écoulement des eaux de pluie. J'ai eu du mal à trouver un rythme, et surtout j'ai dû mettre pied à terre chaque fois que j'ai croisé une voiture ou chaque fois qu'une voiture m'a doublé. Je suis arrivé au col exténué. On est dans les alpages. On ne voit pas le lac, mais les Alpes bernoises. On peut entreprendre l'ascension de la Dent de Jaman qui est à environ une heure de marche du col et d'où la vue sur le Léman est exceptionnelle.

00:00:00Passo Palade depuis Lana di Sopra (1512m)

On peut aller de Merano à Bolzano directement par la vallée de l'Adige, en 28 km. On peut aussi y aller, comme nous l'avons fait, par la montagne et les cols de Palade et Mendola, en 72 km. Eh oui ! Quand on aime, on ne compte pas ! Que dire de ce passo Palade ? Sur une déclivité qui frise les 7% de moyenne, les 24 km d'ascension nous font passer des plantations arboricoles de la vallée aux paysages plus âpres des sommets où la forêt s'installe allègrement. Je comprends donc pourquoi j'ai trouvé ce cheminement fatiguant.

00:00:00Col de la Croix de Boutière depuis Le Monastier sur Gazeilles (1506m)

C'est du Monastier-sur-Gazeille que Stevenson est parti pour son fameux voyage à travers les Cévennes avec un âne. Mais tandis que lui se dirigeait vers le sud-ouest, nous nous dirigerons vers le sud-est si nous voulons atteindre la Croix de Boutière, au pied du Mont Mézenc. Sur ce parcours, il faut davantage craindre la longueur que la déclivité. Il n'y a qu'après les Estables qu'on dépasse les 6% et seulement sur deux kilomètres. On a donc tout le loisir de profiter de la campagne du Velay. Oui, nous sommes en Haute-Loire sur ce versant. Et bien sûr on a le regard attiré vers les sommets arrondis (je crois qu'on dit des sucs ici) et par la forme tabulaire du Mézenc dans le lointain. Le passage aux Estables, dans cet immense espace dénudé laisse vraiment une impression grandiose. C'est vraiment une route que je recommande pour tous ceux qui aiment la nature préservée.

00:00:01Mont du Chat depuis Le Bourget du Lac (1504m)

Nous sommes le 4 septembre 2017. C'est la rentrée scolaire. La première rentrée scolaire que je ne fais pas puisque je suis officiellement en retraite depuis le 1er septembre. Et pour marquer le coup, je décide de grimper le Relai du Chat, seul gros sommet de la région que je n'ai pas encore escaladé. Je ne sais pas si c'est une bonne idée de débuter à 14h00. Mais je n'ai pas pu partir plus tôt. Une seule idée en tête : tenir sur le vélo jusqu'en haut. Petit braquet dès les premières pentes. Et vas-y petit, tu peux le faire, même à 60 ans. Je sais que ça va être difficile, mais je sais aussi que si je prends tranquillement mon rythme, j'arriverai en haut. Et puis après tout, il n'y a que 14 kilomètres. Les bornes passent une à une. Et plus elles passent et plus je sais que je vais y arriver ! Mieux : la rage de vaincre me donne des ailes sur le haut où je passe les trois derniers kilomètres sans plus me mettre en danseuse. 1h20 pour goûter le bonheur d'être en haut. Je suis heureux. La retraite commence bien.

00:00:00Mont du Chat depuis Yenne (1504m)

Il n'y a pas beaucoup de cols ou de montées qui m'ont contraint à mettre pied à terre. Mais ce versant, je n'ai pas pu le gravir sans faire une pause à 3 km du sommet. Je n'en pouvais plus et j'avais peur de tomber tellement j'avançais lentement. 7 kilomètres consécutifs à plus de 10,5% de moyenne il faut les avaler ! Je suis tout de même reparti. Mais désormais, je doute de pouvoir grimper de telles pentes...

00:00:00Col de Solaison depuis Thuet (1502m)

Celui-là, je suis bien content de ne pas avoir eu à le grimper par ses deux versants puisqu’il n’est accessible que depuis Brizon sur route goudronnée ! Depuis la vallée de l'Arve, il est vraiment dur et sur une route étroite qui renforce son âpreté. Il ne faut pas longtemps pour être sur la route taillée dans la falaise au-dessus de Thuet. Magnifique belvédère sur Bonneville. Et coup de chaud assuré : 4 km à 10% de moyenne ! L'approche de Brizon nous laisse souffler un peu, tout en étant davantage exposée au soleil. Après le village, les six kilomètres restants, sont vraiment très exigeants. Il n’y a aucun répit. On est à flanc de pente, parfois dans les prés, parfois en sous-bois. Le cœur tape fort ! Sans être denses, les constructions anciennes jalonnent bien le parcours. Quand on passe le foyer de ski de fond, on peut se dire que c'est gagné. Le dernier kilomètre sur le plateau paraît presque plat.

00:00:00Col du Merdassier depuis Thones (1500m)

Comme on est déjà arrivé au sommet du col de la Croix-Fry, le col de Merdassier apparaît bien anodin trois kilomètres plus loin. Mais au fait, pourquoi considérer que c'est le col de la Croix-Fry qui est le col majeur et pas le col de Merdassier qui est plus haut en altitude ? Sans doute parce que Merdassier est un cul-de-sac, alors que la Croix-Fry fait communiquer les villages de Manigod et La Clusaz. Mais je vous invite à pousser jusqu'à Merdassier où la vue sur les sommets environnants est bien plus jolie qu'au col de la Croix-Fry. Vous verrez la Pointe de Merdasiier, l'Étale et le Mont Charvin.

00:00:00Col du Grand Colombier depuis Artemare, via Virieu-le-Petit (1498m)

Cette fois je m'attaque au versant le plus raide. Je n'ai pas d'appréhension particulière. Seulement l'envie d'atteindre le sommet sans mettre pied à terre. L'approche de Virieu-le-Petit ne se fait pas dans un rythme constant, ce qui m'agace un peu. J'ai transpiré plus que je ne l'aurais voulu. Me voilà dans les kilomètres rouges. Je mets le plus petit développement, bien assis sur ma selle. C'est le moment de vérité. Ce qui se passe dans la tête est aussi important que ce qui se passe dans les jambes. Les premières inscriptions commencent à apparaître sur la route : "Pas trop dur ? Tu tiens le coup ? Toujours sur le vélo ?" J'ai l'impression qu'on me nargue. Je continue. De temps en temps je dois me mettre en danseuse. Et toujours les inscriptions : "Alors, t'en chies ? Tu vas aller loin comme ça ? T'as pas encore mis pied à terre ?" Elles commencent à faire leur effet ces maudites inscriptions qui se multiplient. Je le sais que c'est dur. C'est vrai que j'en chie. C'est vrai que ça paraît interminable ce dénivelé. Je regarde vers le haut. Je ne vois pas le bout de la forêt. Et je continue de lire : "Pas encore craqué ? Toujours sur le vélo ? T'es sûr d'aller en haut ?" J'ai le cœur qui cogne très fort. J'ai de plus en plus de peine à rester assis sur ma selle. Je zigzague. Je suis presque à l'arrêt. Et... je mets pied à terre. A force de lire ces moqueries, j'ai fini par perdre les pédales. Je reprends mon souffle. Je sais que je suis presque sorti d'affaire. Gros effort pour reprendre ma place sur le vélo. Voici enfin le croisement de La Selle et un répit inespéré. Il y a encore un bout de forêt bien pentu et puis le débouché dans les alpages sous le sommet. Il faut aller prendre la dernière épingle pour finir avec cette longue ligne droite et la croix sommitale en ligne de mire. J'ai l'impression d'avancer comme un escargot. Je suis exténué. Mais je vais bien passer le sommet sur mon vélo.

00:00:00Col du Grand Colombier depuis Anglefort (1498m)

Comme j'ai passé toute mon enfance avec le Grand Colombier en guise d'horizon, il était normal que je veuille le faire à vélo dès que possible. Me voilà parti, avec mes frères, un dimanche matin, sans entrainement. Il n'a pas fallu longtemps avant que je trouve la pente insurmontable et que je mette pied à terre. J'étais alors à peu près persuadé que je ne grimperais plus jamais un truc pareil. Je n'ai retenté le coup que quelques années plus tard, avec cette fois le minimum de kilomètres requis pour prétendre s'attaquer à un tel monument. Je me souviens que j'ai été porté par cette unique pensée "Cette fois tu vas réussir. Cette fois tu vas au bout". Je ne peux pas parler du paysage, tellement j'étais concentré dans l'effort et occupé à tenir coûte que coûte. Mais je l'ai vue de près la croix sommitale. Et ce fut un beau moment d'émotion. Je tenais ma revanche. Je me suis lancé dans la descente vers Artemare. J'ai crevé dans le passage le plus pentu. Quelle frayeur ! Heureusement je n'ai pas chuté. Je me suis arrêté contre des billes de bois.

00:00:00Col du Grand Colombier depuis Culoz (1498m)

Mon copain Hervé m'a proposé de faire la montée du Grand Colombier par Culoz et j'ai tout de suite accepté parce que c'était la seule que je n'avais pas encore faite. Autant le dire tout de suite, c'est celle que j'ai préférée. Assez vite, grâce à une succession de lacets dans la falaise, on a une très belle vue sur la vallée du Rhône et plus loin, le lac du Bourget. Quand la route ne tourne plus, on gagne la forêt sur un dénivelé moins exigent. Un répit que l'on n'a pas sur les autres faces et que l'on savoure pleinement ! Au 2/3 de la montée, on retrouve la route qui vient d'Anglefort et sur laquelle on a tout de suite un passage difficile. Quand on entre dans les alpages, on voit la croix sommitale. Mais il reste encore un peu de chemin au cours duquel on franchit plusieurs barrières canadiennes. Cette fois, je suis en haut bien lucide et heureux de pouvoir contempler le vaste panorama sur les Alpes avec le Mont-Blanc à l'est, le lac du Bourget et la Chartreuse au sud.

00:00:00La Mouille Rosse depuis Taninges (1490m)

C'est le même départ que pour la station des Gets et peu après la large épingle qui tourne le dos à la vallée, il faut prendre à droite une petite route forestière non déneigée l'hiver. Après le hameau de Vers le Mont, la pente va rapidement se durcir autour des 8-10% et garder cette inclinaison jusqu'au hameau de La Biolle. J'ai eu en prime la chance de croiser un camion chargé de grumes de bois au moment où on peine le plus ! Dans toute cette partie, il n'y a strictement aucune vue. Seulement des écureuils qui gambadent à leur aise. Mais lorsqu'on sort de la forêt, on est doublement récompensé avec une déclivité beaucoup moins forte et avec un nombre impressionnant de sommets qui s'offrent à notre regard : le Pic de Marcelly derrière nous, le bout de la chaine des Aravis et le Bargy au sud, tous les sommets de la haute vallée du Giffre à l'est, et une fois atteinte la Mouille Rosse, les pointes qui dominent Morzine. Après avoir pensé que je pédalais bien inutilement dans la partie la plus raide, j'ai dû convenir que cette montée vaut la peine d'être effectuée.

00:00:00Col d'Aspin depuis Arreau (1489m)

Au lendemain de l'épopée du col du Portet, je me demandais si je serais capable de repartir. Eh bien oui ! Et même plutôt bien. Et voir Aspin sous un beau soleil, quel bonheur ! (voir description Portet et Aspin par ailleurs). Dès qu'on a pris la direction du col après Arreau, on monte dans une ambiance montagnarde, toujours sur un flanc plus ou moins abrupte. La route s'en va par de longues lignes droites sur lesquelles on devine un dénivelé assez constant. On peut prendre un rythme et le garder assez facilement, sauf une fois où on a besoin de se mettre en danseuse. La présence des vaches blanches sur le sommet confirme que l'on est bien dans les Pyrénées.

00:00:00Col d'Aspin depuis Sainte Marie de Campan (1489m)

Gravi également lors de la 3ème étape de la traversée des Pyrénées. Réchauffé, séché et restauré après la descente périlleuse du Tourmalet, il me faut repartir sous la pluie. Les jambes tournent. Le regard est rivé à la route, un mètre devant la roue. Pas de paysage. De l'eau qui ruisselle sur mon maillot et sur la route. Dans ces conditions, je pense moins à la pente qu'à finir le plus vite possible. Arrivé au sommet, transi et grelottant, on doit me porter pour descendre de vélo. La voiture suiveuse est un refuge. Fin de l'étape. Je ne gravirai pas Peyresourde aujourd'hui.

00:00:00Passo di Sant'Antonio depuis Padola (1489m)

Ce col s'appelle aussi paso del Zovo. Depuis Padola, la montée est brève, un peu plus de 4 km. Mais elle réserve quelques passages sévères au-delà des 10%. Nous l'avons abordée dans la continuité du Monte Croce di Comelico pour rejoindre notre gîte à Vigo di Cadore. Ce fut le dernier col de notre périple.

00:00:00Col des Aravis depuis Flumet (1486m)

On quitte Flumet par une petite rampe qui nous permet d'accéder à deux kilomètres de plat dans un fond de vallée encaissée. Devant nous se dresse la muraille des Aravis. Et puis la pente se durcit pour atteindre le village de La Giettaz. J'ai l'impression que c'est dans sa traversée que l'on peine le plus. J'ai été surpris de la facilité avec laquelle j'ai franchi les derniers kilomètres. Une succession d'épingles va et vient dans la pente où les chalets n'en finissent plus de pousser au côté des fermes anciennes. Au passage d'u petit tunnel, on peut remettre du braquet. Le sommet est proche. Les clarines des troupeaux résonnent contre les parois abruptes. Nous voici au royaume des alpages et du reblochon !

00:00:00Col des Aravis depuis Thones (1486m)

Si on veut prendre un modèle pour décrire ce qu'est un col, je crois que le col des Aravis est parfait. Il correspond bien au point le plus bas de la chaine et qui permet de communiquer entre la vallée de Thônes et celle de l'Arly. Je l'aime particulièrement car quel que soit le versant par lequel on le gravit, on le voit longtemps à l'avance et on peut admirer ses alpages dominés par les falaises. L'été, les clarines des vaches résonnent dans toute la montagne. C'est un col vivant situé sur la route des Grandes Alpes (Thonon-Nice). Et de ce fait, on y rencontre beaucoup de cyclistes.
En partant de Thônes, on passe par le col de St Jean-de-Sixt et on continue en légère montée jusqu'à La Clusaz. A partir de là, la partie difficile de l'ascension commence. On est sur une rampe assez sévère tant que l'on est dans la station. On emprunte ensuite une série de larges lacets très bien dessinés et que l'on peut compter au fur et à mesure de notre progression. Chaque regard rétrospectif est un encouragement à continuer. Dès qu'on voit le Mont-Blanc, on est sûr que le sommet est tout proche. Ce nouvel horizon récompense les efforts fournis.

00:00:00Col du Soulor depuis Cirque du Litor (1474m)

En venant de l'Aubisque, la route étroite et sinueuse est comme suspendue au contrefort de la pente. La vue plonge d'un seul côté sur les ravins profonds. A partir du cirque du Litor, la route remonte légèrement vers le col du Soulor que l'on devine de loin.

00:00:00Col de la Croix Fry depuis Saint Jean de Sixt (1467m)

Le parcours est le même que pour le col des Aravis à la sortie de La Clusaz. Après deux kilomètres, on bifurque à droite en tournant le dos à la station. La route zigzague encore quelques temps parmi les chalets avant de venir buter sur le versant boisé de la montagne. Après un large virage à droite, la route monte tout droit sous les sapins. On est presque surpris d'arriver aussi rapidement au col. Ce parcours peut être une belle alternative pour retourner à Annecy après avoir fait le col des Aravis si on ne veut pas faire un banal aller-retour.

00:00:00Col de la Croix Fry depuis Thones (1467m)

Pour y être passé en voiture, je savais que la sortie de Manigod est brutale. En une seule épingle, on domine le village et son clocher élancé. Mais ce dont je ne me doutais pas, c'est à quel point la montée entre Thônes et Manigod est usante. On y trouve difficilement son rythme. On croit que c'est roulant et ça ne l'est pas. C'est pourquoi je préfère de beaucoup la deuxième partie où il y a des épingles qui permettent de bien relancer et un décor alpin plus dégagé : derrière nous la Tournette, à droite le Sulens et le Mt Charvin. Au fil des années, on découvre de nouvelles constructions. Où cela va-t-il finir ?

00:00:00Col des Montets depuis Chamonix (1461m)

Si on part de Chamonix, le col des Montets n'est pas difficile, mais il faut s'attendre à une circulation importante. Petit détail : si vous êtes matinal, n'oubliez pas une petite veste, car l'air est frais sous les glaciers. Jusqu'à Argentière, on longe la voie ferrée à crémaillère et l'Arve. On ne voit pas trop les aiguilles de Chamonix qui sont plutôt derrière nous, mais davantage les Aiguilles Rouges. C'est après avoir laissé le village de Montroc sur la droite que la route s'élève en une série d'épingles assez majestueuses et on entre dans la réserve naturelle des Aiguilles Rouges. Un jardin alpin est aménagé au col. On poursuit vers le col de La Forclaz ? Ou vers le barrage d'Émosson ?

00:00:00Col des Montets depuis Le Châtelard (1461m)

La remontée du col des Montets depuis la Suisse, nous fait traverser la commune de Vallorcine de part en part, en passant par chacun de ses hameaux. On est dans une ambiance de haute montagne où les versants abruptes ne sont que le soubassement de sommets qui s'élèvent à plus de 3000 m. La route réussit à se hisser vers le col sur un tracé à la déclivité modérée (sauf dans le dernier kilomètre). Cela ne m'a pas empêché d'avoir mal aux jambes car je rentrais vers Chamonix après avoir gravi les Montets puis la Forclaz par ses deux versants. La descente vers Chamonix reste un grand souvenir de vélo pour les fabuleux points de vue qu'elle offre sur les glaciers et les aiguilles et le plaisir de dépasser le petit train rouge du Mont-Blanc.

00:00:00Col du Pradier depuis Moutiers (1456m)

J'avais repéré le col du Pradier dans la liste du Club des Cent Cols et je suis innocemment parti vers son sommet, en plein midi, après avoir fait le col du Tra depuis Pomblière. L'innocence conduit à tout, y compris vers les cols les plus ardus et... introuvables ! Ce n'est pas de la rigolade ce col ! Mais le pire, c'est que je n'ai jamais su où il était. Ne voulant pas redescendre sans l'avoir franchi, je suis allé jusqu'au bout de la route goudronnée. Mais cet endroit n'a pas du tout les caractéristiques d'un col. Ce serait donc bien qu'un panneau le signale...
On quitte Moutiers par une route très pentue qui dessert des immeubles perchés. On a donc très vite une vue plongeante sur la ville... et les jambes flageolantes. La déclivité se poursuit à la même cadence jusqu'au village de Hautecour qui est comme un joli balcon au-dessus du vide. Il y a même quelques bancs où je m'assois pour me restaurer. La reprise, avec une pente qui s'accentue (?10%) m'oblige à zigzaguer pour progresser. Je cherche des yeux quelque chose qui ressemble à un col, mais en vain. Alors, il ne me reste plus qu'à appuyer sur les pédales jusqu'à ce que... jusqu'à ce que... jusqu'à ce que la route se finisse. Je suis au bord de l'évanouissement, trempé de sueur, et bien seul. Qui préviendrait les secours s'il m'arrivait quelque chose ? Depuis Hautecour, je n'ai vu absolument personne...
Pour résumer, je dirais que ce col est introuvable, épuisant, mais avec un joli panorama sur les sommets de la Vanoise de l'autre côté de la vallée, et quelques belles sculptures sur bois réalisées par un artiste local à Hautecourt.

00:00:00Collet d'Allevard depuis Allevard (1450m)

Pour une fois, je ne vais pas être bavard pour décrire cette montée. Elle est en effet très exigeante, mais d'une telle monotonie dans le déroulé que je n'ai rien de plus à en dire. La station est absolument déserte en cette mi-mai. Je rencontre quelques apprentis parapentistes au décollage dans un champ au bord de la route. Ils se poseront dans les prés d'Allevard sans doute avant que je n'aie eu le temps de redescendre. Je reste un moment à contempler la vallée du Grésivaudan et le massif de la Chartreuse.

00:00:00Col du Marchairuz depuis Gimel (1449m)

C'est le grand col du Jura suisse : 700 m à monter sur 12 km. Il vaut mieux être un petit peu endurant. Pour ma part, je ne l'ai pas trouvé éprouvant, sauf peut-être dans le final. J'ai mis plus de temps que prévu pour arriver au sommet. Sur ce versant, plutôt forestier, on profite tout de même de la vue sur le lac Léman.

00:00:00Col du Marchairuz depuis Le Brassus (1449m)

J'ai vu deux fois le sommet du Marchairuz de la même journée, mais pas en provenance du même endroit. Après avoir grimpé depuis Gimel, je suis redescendu sur Bière pour faire le Mollendruz, puis le Mont D'orzeires et enfin je suis revenu au Marchairuz depuis Le Brassus. Quand on habite loin, on essaie de découvrir le plus de cols possibles dans la même journée. On ne reviendra peut-être pas de sitôt... Que dire de ce versant ? Que j'avais bien mal aux jambes et que je l'ai trouvé très difficile au début. Ensuite, dans les alpages, j'ai attrapé le vent et ça n'a pas été beaucoup mieux, même si la pente était moindre.

00:00:00Col des Mosses depuis Aigle (1445m)

On est sur une route de grand passage, avec ses avantages et ses inconvénients. Du côté des avantages, on peut mettre un tracé très bien profilé et donc plutôt favorable au cycliste, ainsi qu'un revêtement de bonne qualité. Du côté des inconvénients, il y a bien sûr le trafic intense (et les suisses ont la fâcheuse habitude de serrer de prêt en doublant), au moins jusqu'à la bifurcation pour Les Diablerets. Le départ, comme chaque fois que l'on quitte la vallée du Rhône, est rude. Mais entre les vignes qui s'accrochent à la pente et le château d'Aigle, nous avons le choix des beautés à admirer. Ensuite, le paysage se referme quelque peu, avec une longue pente à flanc de montagne et des paravalanches. C'est un peu avant le Sépey que l'on retrouve l'ambiance alpine attendue (chalets, funiculaire). La route fait une large courbe pour changer de direction et s'élever désormais à découvert. Même si la pente se durcit quelque peu, on peut admirer les sommets et goûter au grand air des hauts. Pour ceux qui chassent les cols, il y a la possibilité de faire plusieurs échappées en court de montée : col de Prafandaz au-dessus de Leysin, La Forclaz au-dessus du Sépey ou même Pierre de Moëlle.

00:00:00Col des Mosses depuis Les Moulins (1445m)

Ce fut un grand plaisir de remonter au col des Mosses depuis Château d'Oex. La circulation est modérée et on est tout de suite dans l'ambiance chalets et alpages. La déclivité n'est pas très régulière, mais avec de bonnes portions où on peut remettre du braquet. A la Lécherette, on peut prendre à droite une route d'alpage très pentue par endroits, et qui conduit au col de Sonlomont (1503 m), au-dessus de lac du Hongrin.

00:00:00Col du Festre depuis La Madeleine (1441m)

Je suis parti de Montmaur, car j'ai voulu faire auparavant le col de Gaspardon. Du point de vue difficulté, les deux cols n'ont rien de comparable. Ici, on est sur une très belle route conduisant aux stations de ski du Dévoluy. Il y a tout d'abord de longues portions rectilignes que l'on franchit allègrement sur le grand plateau. Et puis peu avant le tunnel, ça se corse car la pente se relève et on prend le vent du nord de pleine face. Changement de cadence garanti ! Mais il reste tout de même le plaisir d'évoluer dans un cadre exceptionnel où les sommets du Dévoluy se dévoilent peu à peu. L'approche du hameau des Garcins est de toute beauté avec les falaises blanches de la Crête des Aiguilles. Voilà qui me donne une furieuse envie de venir séjourner quelques jours dans ce site altier ! Mais pour le moment, il me faut franchir le sommet qui n'est plus qu'à un kilomètre, au milieu des prés. Sensation de plénitude, d'être dans ce que la nature offre de plus parfait...

00:00:00Col du Festre depuis Barrage du Sautet (1441m)

Je fais la même remarque que pour le col du Noyer : la remontée du Défilé de la Souloise est de toute beauté. On sent le passage progressif des Alpes du Nord vers les Alpes du Sud, avec un changement de luminosité. Après St Disdier, la route s'élève gentiment et nous dévoile les sommets du Dévoluy, du Grand Ferrand à l'ouest au Pic de Bure au sud et à la Montagne de Ferraud à l'est. On entre en quelque sorte sur un plateau d'altitude, cerné de hauts sommets. C'est un monde isolé, mais majestueux. On a envie d'y rester pour en goûter le calme.

00:00:00Chalet de la Dôle depuis Gingins (1439m)

J'avais si souvent regardé la Dôle avec son radar géant lors de mes passages au col de la Faucille, que j'ai fini par me demander si on pouvait y accéder à vélo d'un côté ou de l'autre. Grâce au site, j'ai découvert qu'on pouvait y aller depuis Gingins. Me voilà donc parti en ce dernier jour de mai. Je découvre qu'on a préféré baliser la Barillette plutôt que la Dôle. Mais ça n'a pas d'importance puisque c'est rigoureusement le même parcours jusqu'au moment où on atteint le chalet de la Dôle et que la route se poursuit encore un peu pour la Barillette. La vue est saisissante avec la paroi rocheuse qui fait comme un mur devant nous. La route s'arrête au chalet et il faut redescendre. Mais on n'emprunte pas tout à fait la même voie qu'à la montée puisqu'il y a un fléchage qui nous conduit sur des portions à sens unique. La précision suisse étant légendaire, j'ai suivi ces flèches directionnelles, et je me suis retrouvé à l'abbaye de Bonmont, un peu à l'écart de l'itinéraire direct pour Gingins. Il serait peut-être judicieux de flécher cette direction au cours de la descente.

00:00:00Col du Coq depuis Saint Nazaire les Eymes (1434m)

C'est le seul col routier qui permet de passer de la vallée du Grésivaudan au cœur du massif de la Chartreuse. C'est aussi le plus haut en altitude. Il grimpe pendant 14 km à 8,5% de moyenne. Sa réputation de col dur n'est donc pas usurpée. Même si on a le nez dans la pente, on peut se régaler des magnifiques perspectives sur les falaises de la Dent de Crolles qui nous domine. Et quand on est en haut, on peut prendre le temps de reconnaître les sommets de Belledonne, tout en reprenant notre souffle.

00:00:00Col du Coq depuis Saint Hugues (1434m)

Si vous voulez un peu de réconfort avant d'entamer la montée, vous pouvez toujours faire une halte à l'église de St Hugues qui abrite un musée d'art sacré réalisé par l'artiste Arcabas. Profitez bien de la belle ligne droite et plane qui traverse le village car la suite sera terriblement épuisante. La route se rétrécit, puis s'enfonce dans la forêt où elle est affreusement cabossée. De brusques ressauts obligent à se mettre en danseuse. Sur ce type de parcours, il ne faut pas chercher à ruser, avoir l'humilité de mettre le plus petit développement et prendre le rythme qui nous convient. A l'arrivée au sommet, belles vues sur Belledonne de l'autre côté de la vallée du Grésivaudan, et sur la Dent de Crolles toute proche.

00:00:00Col de Gaspardon depuis Montmaur (1433m)

C'est un col qu'il faut aller chercher puisque la route se termine à la maison forestière peu après le sommet du col. Mais il ne faut pas hésiter à le gravir, si on a un minimum d'entraînement, car il offre de splendides points de vue sur le Massif du Dévoluy. On y baigne dans la lumière provençale, avec une impression d'éternel été.
Entre Montmaur et le hameau de la Montagne, la pente est ardue, mais on roule en toute tranquillité, sans presque jamais voir de voitures.

00:00:00Col de l'Encrenaz depuis Essert Romand (1432m)

C'est ce qu'on appelle une ascension trapue ! Pas très longue, mais constamment dans de gros pourcentages (excepté une légère descente peu avant le sommet). La montée à La Côte d'Arbroz se fait par une série de courts lacets où on peut admirer les chalets fleuris. Puis on est un temps en forêt avant d'apercevoir le col que l'on atteint par une rampe finale très dure.

00:00:00Col de l'Encrenaz depuis Taninges (1432m)

Le départ est commun au col de la Savolière (voir fiche). Quand on a laissé la direction du Praz de Lys, on se retrouve sur une route beaucoup plus étroite qui nous emmène aux chalets d'alpage du Foron. C'est le grand calme, d'abord en sous-bois, puis dans les prés. On va rencontrer les remontées mécaniques du Mont Chéry juste avant le col. La descente vers Morzine est plus urbanisée et plus sinueuse.

00:00:00Colle Saint Michel depuis Thorame Haute (1431m)

Partis de Savine le Lac le matin, la Colle St Michel était notre terminus de la journée (il y a un gîte qui reçoit les groupes au col). Il y a peu de fois où j'ai terminé une étape aussi fatigué et meurtri. Le col d'Allos m'avait fait bien souffrir et même si les pentes de la Colle St Michel ne sont pas terribles, j'en avais plus qu'assez de me trainer tout seul sur la route. Mes compagnons ne m'avaient pas attendu et cela était encore pire à encaisser que la pente relative. Épuisé, et les voyant attablés devant leur bière, ma colère explosa et je refusai de trinquer avec eux. Je ne suis plus jamais reparti avec ce groupe.

00:00:00Col des Glières depuis Le Petit Bornand (1425m)

Grimpé une seule fois par ce versant, à l'occasion d'un rassemblement "citoyens et résistants". Heureusement que je n'avais pas regardé le graphique des pourcentages ! Ça a le don de me couper les jambes. Je suis donc parti tout innocemment, avec un seul but en tête : arriver en haut sans m'arrêter. Pari réussi ! Je me souviens qu'il n'y a pas beaucoup d'épingles, que la route est étroite et que l'on ne voit des prés qu'à l'arrivée sur le plateau. La solitude conjuguée à la souffrance, ça ne donne pas forcément envie de recommencer...

00:00:00Col des Glières depuis Nant Sec (1425m)

9% de moyenne sur 8 km d'ascension, ce n'est pas rien ! Pour mes 18 ans, on m'offrit un vélo neuf et le lendemain j'entrepris la grimpée des Glières, sans un seul kilomètre d'entraînement. Quel souvenir ! J'ai dû mettre je ne sais combien de fois pied à terre, lorgnant sans cesse vers le sommet pour savoir quand ce calvaire prendrait fin. Mais plus que de cette montée semi-pédestre, c'est de la descente dont je me souviens encore ! Comment n'ai-je pas heurté les glissières de sécurité dans les virages en épingle ? Il devait y avoir un dieu pour me protéger. Comme on dit chez nous, je grévolais sur mon vélo, happé par la pente et ne sachant pas adopter les gestes adéquats pour freiner opportunément. J'en tremble encore !
Depuis, j'ai refait quelquefois la montée, mais toujours après avoir accumulé les sorties, afin d'être certain d'avoir la forme optimum pour affronter ce mastodonte, car c'en est un et un gros !

00:00:00Col du Mont Noir depuis Cognin les gorges (1421m)

Fidèle à mon habitude, je suis parti vers le col du Mont Noir depuis Cognin les Gorges, sans rien connaître de l'itinéraire. Et pour le coup, j'avais un peu mésestimé sa longueur. Mais qu'importe ! Je suis arrivé au sommet après avoir découvert de magnifiques paysages. La remontée des Gorges du Nan est à l'image de ce que le Vercors nous offre de plus beau : passage en surplomb sous la falaise, tunnels biscornus, abîme vertigineux. A la suite de ça, on est presque étonné de découvrir le pimpant village de Malleval (un nom lourd de sens). Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines : il reste encore 500 m de dénivellation à avaler en forêt. Le sommet se fait longtemps désiré dans cet univers végétal uniforme.

00:00:00Col du Mont Noir depuis Saint Gervais (1421m)

Ce col est très exigent, car si on excepte les deux kilomètres qui précèdent le passage au col de Romeyère, on est constamment entre 7 et 9% de dénivellation. Dans le premier tiers de la montée, le passage des Écouges est absolument hallucinant avec l'abîme, l'étroitesse de la route sous les rochers et une pente terrible. C'était la première fois que je passais une route aussi exposée au vide et j'en suis encore tout impressionné ! Le dernier tiers du col se fait sur une route forestière assez rectiligne et sans repos possible. Heureusement qu'il y a un panneau pour indiquer la position du col, car il n'est absolument pas discernable dans l'épaisseur du bois.

00:00:00Col de la Savolière depuis Taninges (1418m)

J'étais déjà allé faire du ski de fond au Praz de Lys et je savais qu'il y avait une belle rampe sur la dernière partie de la montée. Aussi suis-je parti de Taninges avec cette idée en tête, ce qui m'a rendu l'ascension peut-être plus difficile qu'elle ne l'est en réalité. Jusqu'au Pont des Gets, le parcours assez roulant, mais très fréquenté, est commun à celui du col des Gets. Puis on tourne à gauche pour emprunter alors une partie commune avec le col de l'Encrenaz. C'est d'ailleurs sur ce tronçon que se situent les passages supérieurs à 10%. Dans une épingle qui tourne à gauche, on abandonne le torrent du Foron et l'Encrenaz pour atteindre le Praz de Lys avec une série de courts lacets. Le col de la Savolière est peu avant la station. On peut poursuivre vers le col de la Ramaz.

00:00:00Col du Gerbier de Jonc depuis Le Bourlatier (D122 / D378) (1417m)

Ce fut la seconde étape de notre parcours aventurier avec les sacoches et pas un rond. On a dormi dans le foin au-dessus d'une grange ! Ici, on se dispute la propriété des sources de la Loire. On a le choix entre "l'authentique", "la véritable" et "la vraie" source ! Business quand tu nous tiens...
Et le vélo dans tout ça ? Je suis arrivé complètement exténué. Ça n'arrête pas de monter depuis Tournon. Heureusement qu'on ne pouvait pas aller plus haut ! Voir le soleil se lever sur le Mont-Gerbier-de-Jonc a suffi à faire oublier les crampes de la veille.

00:00:00Col du Gerbier de Jonc depuis Sainte Eulalie (1417m)

Parti du Puy-en-Velay. C'était le point culminant de la journée. Ambiance un peu froide sur le haut. Mais toujours un certain émerveillement à découvrir ce pain de sucre qui semble recouvert d'écailles.

00:00:00Col de Prat Peyrot depuis Valleraugue (1415m)

A l'observatoire du Mont Aigoual, on parle de centaines de jours de brouillard par an et de vents terribles. J'ai de la peine à le croire tant j'ai eu chaud pour arriver ! Quelle vue exceptionnelle !

00:00:00Col de Menée depuis D75 (1402m)

J'avais très envie de gravir le col de Menée depuis Clelles pour pouvoir admirer à mon aise le Mont Aiguille que j'aime tout particulièrement. J'ai été un peu déçu car on l'a plutôt dans le dos et le route boisée offre assez peu d'occasions de le voir. Mais qu'importe. Le bonheur est venu d'ailleurs et c'est sans doute encore mieux. Quand on a franchi le col de Prayet, la route plus étroite sinue gentiment en forêt, avec un dénivelé plus modéré. Un passage sous la falaise, menacé de partir dans le vide, est protégé par de gigantesques travaux acrobatiques. Quand on sort du tunnel, après le col, versant drômois, on découvre tout de suite une autre ambiance. C'est comme si on changeait de pays ! J'ai été ébloui par la lumière et j'ai humé avec plaisir l'odeur des pins et des buis. Je ne connaissais pas du tout ce secteur et ce fut un enchantement qui se poursuivit avec la grimpée du col de Grimone.

00:00:00Col de Menée depuis Menée (1402m)

Quand on vient de Châtillon-en-Diois, la route se faufile dans la verdure jusqu'au hameau de Menée, sans esquisser l'envie de monter. Le regard est bien sûr happé par la majesté des falaises du Combeau ou de Serre Chomille. C'est vraiment un univers particulier où la nature sauvage semble avoir encore quelques droits. On s'inquiète aussi un peu du profil que prendra la route, là où tout semble vertical. Mais le génie humain a su trouver le cheminement qui permet de s'élever sans jamais souffrir, mais avec, il faut bien le reconnaître, quelques détours qui allongent la distance. Si vous aimez les senteurs du midi, ne vous dépêchez pas trop de monter, car une fois au sommet, vous entrerez dans un univers radicalement autre, uniquement composé de l'ombre des sapins. Vous pouvez aussi faire une halte avant de franchir le tunnel. Elle vous permettra d'admirer les crêtes dénudées du Jocou (2051 m). J'aimerais bien résider dans le coin pour pouvoir jouir plus souvent du bonheur qu'offre cette route !

00:00:00Le Bettex depuis Vervex (1400m)

Je suis parti du Fayet, en passant par Fayet du Milieu et Fayet d'en Haut. Là aussi la pente est soutenue, mais certainement plus abordable que par Vervex. Ça vaut le coup de se retourner pour voir la vue plongeante sur le viaduc des Egratz qui monte à Chamonix. Quand on a passé la route St Gervais-Megève, on monte avec une vue magnifique sur le Mt Blanc, le glacier de Bionassay et les Dômes de Miages. Et droit devant il y a la pyramide du Mont Joly. Après avoir tourné à droite pour faire les quatre derniers kilomètres, la pente est nettement plus soutenue. Mais comme la fin est proche, on a bien sûr le sursaut nécessaire pour garder une bonne cadence.

00:00:00Col de Parquetout depuis Corps (1398m)

En partant de Corps, j'étais sûr d'une chose : la montée au col de Parquetout ne pouvait pas être plus difficile que par le versant de Valbonnais. C'est vrai, sauf pour la toute dernière rampe qui permet d'atteindre le point haut. Quand on a quitté la route nationale, on grimpe tranquillement de villages en villages que l'on devine plus ou moins désertifiés. A main gauche, nous avons l'Obiou qui me rappelle immanquablement le crash d'un avion de pèlerins canadiens en 1950. La montagne a aussi ses drames. Mais revenons à notre périple cycliste. Solitude totale. Lumière qui annonce le sud. Panorama beaucoup plus ouvert que sur l'autre versant qui est totalement forestier. Une route secrète comme celles que j'aime découvrir au cours de mes escapades cyclos. A noter qu'après le village de Ste Lucie, on passe le col de l'Holme (1207 m).

00:00:00Col de Parquetout depuis Valbonnais (1398m)

Une fois de plus, je me suis présenté au pied du col sans savoir ce qui m'attendait. Après le hameau des Angelas, et dès qu'on entre en forêt, c'est atroce. On peut dire que j'ai été cueilli à froid. Je pensais que c'était un petit passage difficile et que ça se calmerait bientôt. Eh bien, non ! C'est très dur jusqu'en haut. Je voyais écrit ça-et-là sur la route 14, 12, 13,5. Je pensais sans cesse que c'était la dernière portion difficile. Et ça repartait de plus belle. Je me demande encore comment je suis parvenu en haut sans mettre pied à terre. Mais je peux dire que j'avais le cœur qui cognait et que j'étais au bord de l'épuisement. Pourquoi n'avais-je donc jamais entendu parler de ce col auparavant ? Le Valbonnais est donc bien une région isolée et peu fréquentée.

00:00:00Col de Prat de Bouc depuis Murat (1396m)

Par ce côté, la montée s'effectue en trois temps (quatre si on ajoute l'aller-retour à la Molède). Le départ de Murat est tout de suite pentu, autour de 8%. Puis nous avons le replat d'Albepierre (enfin, tout est relatif) sur deux kilomètres. Et pour finir, ça grimpe à 6-7% sur 4-5 km. J'attrape une soudaine averse après Albepierre. Heureusement, comme disent les anglais "en août, c'est de la pluie chaude". Je peux tout de même voir les croupes du Plomb du Cantal tout proche et la vallée du Brezons que je vais rejoindre.

00:00:00Col de Prat de Bouc depuis La Sagnette (1396m)

Je le fais dans la foulée de la Grifoul, et donc en passant par la Sagnette. L'espace s'élargit et on n'a pas l'impression que ça monte fort, alors qu'on passe tout de même les 7%. On a le temps d'admirer le Plomb du Cantal et l'ombre mouvante des nuages qui joue avec les bosses du relief. Une bien belle ascension qui donne envie de parcourir chacune des vallées voisines !

00:00:00Chalets d'Ajon depuis Onnion (1396m)

C'est le même itinéraire que pour le plateau de Plaine Joux. Arrivé au parking, il faut prendre sur la droite une route qui va monter fort pendant 2 km. On passe à proximité de plusieurs chalets disséminés dans les alpages. La Pointe de Miribel (1681 m) nous ferme l'horizon devant, alors que le Mont-Blanc éclate de toute sa blancheur dans le lointain.

00:00:00Chalets d'Ajon depuis Villard (1396m)

Sitôt passée l'église de Villard-sur-Boëge, je m'attendais à grimper en pleine nature. Mais ce ne fut pas vraiment le cas, car les constructions se multiplient au fil des hameaux, si bien que les espaces autrefois naturels sont de plus en plus urbanisés. Un phénomène très courant en Haute-Savoie. La forêt finit tout de même par s'imposer, mais sur un laps de temps assez court puisque sitôt passés les chalets de la Fully, on découvre les alpages où résonnent les cloches des génisses. Le dernier kilomètre qui est commun avec la route qui vient d'Onnion a une pente sévère qui frise parfois les 10%.

00:00:00Col de la Core depuis Audressein (1395m)

Gravi au cours de la 4è étape de la traversée des Pyrénées. Avec plus de 15 km d'ascension, on peut dire qu'on a grimpé un grand col, même s'il ne fait pas parti des mythiques cols du Tour de France. Mais on ne peut toutefois pas dire qu'on a grimpé un col majestueux. Certes, on est dans un paysage plutôt ouvert, mais sans qu'on puisse admirer des cimes altières ou des prairies florissantes. On sent comme une déprise dans les enclos où la fougère semble vouloir prendre le dessus sur les herbages. Les bosquets vont-ils bientôt constituer une forêt plus dense ? Pour la route, c'est la même monotonie : jamais très pentue, mais sans répit tout du long. Ça finit par fatiguer.

00:00:00Col de Cornille depuis D79 (1387m)

Voilà un col dont le nom évoque les Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet. Mais il a plus un caractère alpin que provençal par ses paysages. Et aussi par la sévérité de sa pente, heureusement courte (3km).

00:00:00Col de Combe Blanche depuis Divonne les bains (1383m)

Si on compare la montée archi roulante de la Faucille avec celle de la Combe Blanche qui est très granuleuse, et parfois encombrée de débris rocheux, on a déjà un paramètre pour évaluer la difficulté de chacun de ces deux cols proches géographiquement. Du point de vue de l'intensité du trafic, il n'y a pas de comparaison possible : intense à la Faucille, nul à la Combe Blanche. Pour ce qui est des paysages, c'est un peu pareil pour les deux cols : on a parfois de belles trouées qui permettent de voir le Pays de Gex, le Lac Léman et les Alpes, mais l'omniprésence de la forêt bouche le plus souvent l'horizon. Enfin, pour ce qui est de la déclivité, la Combe Blanche est plus pentu : il culmine 70 m plus haut que la Faucille et compte trois kilomètres de moins en distance. Maintenant, vous avez toutes les cartes en main pour choisir votre itinéraire, mais attention : le départ de Divonne est un peu difficile à trouver (si vous êtes comme moi, dépourvu de tout outil connecté).

00:00:00Pas de Morgins depuis Bioge (1371m)

On quitte la route qui va à Morzine pour s'enfoncer dans une gorge étroite et lugubre où les éboulements contraignent parfois à fermer la route. Ce n'est qu'au croisement de la route qui va à Évian que l'on retrouve un paysage un peu plus ouvert, puis Vacheresse et ses prairies. Ensuite, jusqu'à Abondance; le paysage n'est pas très folichon. Même les noms de villages sont sinistres (Feu Courbe, la Solitude). On peut s'arrêter pour voir l'église d'Abondance et son cloître qui contient quelques peintures murales du 15è siècle évoquant la vie de la Vierge. Le haut de la vallée est beaucoup plus pimpant et animé grâce à l'affluence touristique. Cette longue remontée de la vallée de la Dranse pour rejoindre le Pas de Morgins n'est jamais très pentue (sauf sur les deux derniers kilomètres) et peut donc s'envisager, même si on est un modeste adepte du vélo.

00:00:00Pas de Morgins depuis Abondance (1371m)

De Abondance jusqu'à Chatel, la route remonte la vallée de la Dranse en traversant presque continuellement des villages où les constructions modernes jouxtent les fermes anciennes. On sent que le tourisme a apporté une richesse certaine à ces villages autrefois enclavés. C'est à partir du moment où on laisse sur la droite la route qui va au col de Bassachaux, que la pente se révèle nettement plus marquée. Passé le lac de Vonnes, il reste environ deux kilomètres avec deux épingles et des rampes soutenues. Le débouché sur le col, à la frontière suisse, offre une belle vue sur les Dents du Midi côté suisse et sur les Cornettes de Bise côté français.

00:00:00Pas de Morgins depuis Monthey (1371m)

Je suis parti d'Evian en début d'après-midi et je me souviens d'un sacré coup de chaud dans la montée, en particulier là où les pourcentages sont les plus durs, à flanc de montagne, avec une brûlante réverbération sur les bordures de ciment. La montée jusqu'à Troistorrents est très passante (on est aussi sur la route qui va à Champéry). Les épingles qui nous hissent au-dessus du village sont magnifiquement dessinées en allant tourner au-dessus du vide pour atténuer la pente. C'est un régal de passer là. Mais ensuite les choses se corsent puisqu'on va atteindre les 8% et même les 10% sur 4-5 km. La rampe semble interminable. Elle se finit un peu avant le village de Morgins que l'on atteint par un beau replat dans les prairies. La pente reprend dans le village jusqu'au poste de douane. Et puis on finit tout à fait paisiblement en longeant un petit lac.

00:00:00Col d'Herbouilly depuis Les Barraques en Vercors (1370m)

Pour l'avoir descendu en venant de Villard, je savais que ce ne serait pas de tout repos. Mais comme j'avais bien le profil en tête j'ai pu adapter mon effort pour franchir les pentes les plus difficiles. Bien que ce soit la partie la plus escarpée, j'ai bien aimé bien les premiers kilomètres au-dessus de St Martin en Vercors car c'est de là qu'on a les plus belles vues sur le massif. La route se rétrécit à l'approche du sommet. Elle est même très abîmée. On se demande si on est encore sur une route départementale. Les équipes de la DDE seraient-elles mal coordonnées entre la Drôme et l'Isère (le col est à la limite des deux départements) ?

00:00:00Col d'Herbouilly depuis Villard de Lans (1370m)

Ce col d'Herbouilly n'est pas très difficile en lui-même. Mais je me suis compliqué la tâche en voulant faire les petits cols à proximité : col du Liorin et col de Malaterre. Ça finit par faire du dénivelé et la route forestière est plutôt rugueuse. On sort de Villard de Lans par une route en balcon assez difficile. Puis on atteint Bois-Barbu qui doit être un site nordique. Quand on est dans la forêt, il y a une longue accalmie. On passe près du village de Valchevrière détruit par les allemands en 1944. Peu avant le col de Chalimont, la route se redresse et on rejoint le col d'Herbouilly par une longue rampe rectiligne. Il n'y a pas de vue au sommet. La descente sur St Martin est étroite, raide et pleine de gravillons. Ça m'a valu une crevaison.

00:00:00Portus d'Auzenc depuis Ruynes - Moulin (1369m)

Benoit G a fait un descriptif très détaillé auquel je souscris pleinement. J'ai eu un vrai coup de cœur pour ce col. C'est un immense plaisir que de venir pédaler sur ces petites routes très bien entretenues, où le regard se régale de découvrir ces discrets petits hameaux, ces champs et ces bois. Le sommet arrive presque trop vite !
Ensuite, je suis passé par le Mt Mouchet et je suis allé à Auvers où il y a une sculpture qui représente la Bête du Gévaudan. On rejoint alors la route qui vient de Saugues et on peut revenir en passant par le col de la Croix du Fau.

00:00:00Col de la Morte depuis Sechilienne (1368m)

Je ne sais pas si c'est à cause du nom, mais j'ai trouvé cette montée particulièrement lugubre. On enfile les épingles sans aucun répit, toujours au-dessus de 7-8%. On ne voit rien. Je me demandais bien comment serait le sommet. Heureusement on débouche sur de vastes pentes dénudées. Il y a un vrai contraste. Mais cette nudité a aussi quelque chose d'hostile, âpre. La morphologie des lieux n'est pas à mon goût...

00:00:00Col d'Ornon depuis Entraigues (1367m)

Le col n'est pas extrêmement difficile en lui-même. Mais s'il est situé en bout de parcours, on peut ne pas trop apprécier les kilomètres après Chantelouve. J'étais parti de Séchilienne et j'avais déjà fait le col de la Morte et le col de Malissol. Disons que j'avais les jambes lourdes pour entreprendre le col d'Ornon. J'ai bien aimé l'approche par les villages d'Entraigues et du Périer, avec leurs églises imposantes. Ces bourgs sont bâtis sur de vastes replats et viennent s'adosser à des verrous rocheux. Ensuite, la route passe une sorte de défilé pour venir au pied des parois rocheuses du Grand Armet qu'elle longera pratiquement jusqu'au col. On évolue dans un paysage ouvert qui permet de découvrir les sommets escarpés.

00:00:00Col d'Ornon depuis La Paute (1367m)

Comme c'était la toute première fois que je venais en Oisans, j'ai été très surpris par la verticalité des pentes de la montagne. J'ai ainsi compris ce qu'était une vallée en V. Une route qui remonte une vallée en V se trouve donc forcément exposée au vide à un moment ou à un autre. Pour le col d'Ornon, ce sont les premiers kilomètres qui nous font frissonner au-dessus du torrent de la Lignarre, avec quelques ouvrages bétonnés suite à des glissements de terrain. Quand on a laissé sur la droite la route étroite qui va au village d'Ornon, on attaque les quelques épingles qui nous sortent du goulet. Et pour finir, nous débouchons sur une longue et paisible combe où se trouve le col.

00:00:00Col des Supeyres depuis Ambert (1365m)

J'étais à Ambert pour écouter une conférence sur Alexandre Vialatte et j'ai fait d'une pierre deux coups en allant, au cours de l'après-midi, grimper le col des Supeyres. C'était la première fois que je venais dans le Livradois et je fus frappé par la très grande solitude des routes que j'escaladais. Quel contraste avec les Alpes ! La route ombragée tourne pas mal. Ça donne une pente pas trop méchante, mais avec tout de même quelques buttes assez ardues. L'ambiance au sommet est assez particulière (Jacques Lacarrière l'a très bien décrite dans son livre "chemin faisant"). Le regard porte sur une succession de croupes avachies et pelées. On devine une terre pauvre et battue par les vents. J'étais plutôt content de ne pas trop m'attarder en ces lieux en apparence inhospitaliers.

00:00:00Col du Pranlet depuis Col de Mézilhac (1363m)

Lorsque je l'ai passé, je ne savais pas qu'il y avait un col là ! Situé entre Mézilhac et le Gerbier de Jonc, il est en quelque sorte situé sur la route de crête. L'horizon est dégagé et on peut admirer les sucs et parmi eux , le plus célèbre, le Gerbier de Jonc.

00:00:00Passo della Mendola depuis Brez (1363m)

Nous l'avons gravi dans la foulée du col Palade. Par ce versant, le col Mendola ne présente pas de difficulté. Et pourtant il nous réserve une belle surprise à l'arrivée au sommet d'où nous pouvons contempler la vallée de l'Adige. Par contre, la descente vers Appiano est assez spectaculaire, avec un tracé un peu acrobatique dans la falaise qui paraît friable.

00:00:00Les Mouilles depuis Le Villard (1353m)

Faire débuter la montée au Villard c'est la faire débuter à partir du moment où la pente est la plus difficile. Jusqu'au village du Bouchet, c'est le même itinéraire que pour aller au col de l'Épine. Dans le village, il faut prendre à gauche entre deux maisons, une route qui tout de suite dénivèle très fort. Et ça ne cessera jamais sur 3 km. Il y a deux ou trois accalmies, mais c'est pour retrouver un ressaut plus brutal derrière. Sur notre droite on a la pyramide du Mont Charvin ainsi que la Goenne. Et devant nous, les pentes du Sulens qui paraissent immenses et la Pointe d'Orsière plus discrète.

00:00:00Plaine Joux depuis Passy (1352m)

Je suis parti de Marlioz dans la plaine et j'ai rejoint le chef-lieu de Passy (ce qui est aussi l'itinéraire pour rejoindre Chamonix à vélo). C'est à partir de là que la pente s'accentue, mais sans excès. On peut admirer la sculpture de Calder dans une épingle à droite et aussi la vue en balcon sur la vallée de l'Arve et Combloux sur le versant en face. Au Plateau d'Assy, choisir plutôt l'itinéraire fléché "église". On peut ainsi s'arrêter pour admirer la façade, les vitraux et les sculptures réalisés par les grands artistes du 20è siècle (Chagall, Léger, Matisse, Rouault, Lurçat, Germaine Richier, Braque, Bonnard). Ensuite, on trouve les pourcentages les plus forts, mais après la pause à l'église, ça passe tout seul. On est sous le couvert froid des sapins et on côtoie les anciens sanatoriums. C'est à la toute fin de la montée que l'on découvre le panorama sur le Mont-Blanc tout proche. Et si on tourne la tête de l'autre côté, on peut aussi admirer les falaises de Fiz avec la Marteau. Du parking de la station de ski, on peut prendre la route à droite et qui descend vers le Lac Vert, un kilomètre plus bas. Il est rare en 17 km de pouvoir admirer autant de beautés naturelles et de richesses artistiques. N'hésitez donc pas à faire cette montée exceptionnelle !

00:00:00Col de l'Allimas depuis Saint Paul les Monestier (1352m)

Je suis arrivé depuis St Andéol, après avoir fait l'Arzelier. Autant dire que le gros de la montée était déjà fait. C'est une route tranquille qui nous amène à Gresse-en-Vercors, après avoir passé le col des Deux. Et le final est très court pour atteindre le col, avec le Mont Aiguille plein cadre. J'ai beaucoup pensé à mon père qui a fait les chantiers de jeunesse dans le secteur. Il y avait souffert du froid et de la faim...

00:00:00Col de l'Allimas depuis Saint Michel les Portes (1352m)

Benoit G. fait un descriptif très détaillé et très juste qu'il serait fastidieux de reprendre. Je me contenterai donc de donner mes impressions. Je suis arrivé en haut exténué. Je ne m'attendais pas à des passages aussi difficiles. Mais pour moi, ce qui est le plus éprouvant, ce sont les changements de rythme. Il y a plusieurs descentes qui viennent perturber la progression ascendante et il n'y a pas pire pour casser les jambes et le moral. Ceci étant dit, je garde le meilleur pour la fin : ce col est un enchantement pour les yeux. A commencer par la traversée du village de St Michel avec ses maisons typiques du Vercors. Puis c'est l'apparition du Mont Aiguille sur sa face la plus effilée qui au fil des virages nous impressionne et nous émerveille. Voilà pourquoi, en dépit de sa difficulté, j'espère bien gravir ce col à nouveau.

00:00:00Col de Menté depuis Saint Béat (1349m)

Gravi au cours de la 4ème étape de la traversée des Pyrénées. Peu de souvenirs et pour cause : du brouillard. Si, tout de même : des virages bien relevés.

00:00:00Le Thyl depuis Saint Michel de Maurienne (1348m)

Le Thyl est sur la route du col de Beau Plan quand on vient de St Michel-de-Maurienne. Ça part tout de suite très fort derrière les anciennes usines, avant de s'adoucir un peu. On a quelquefois un beau panorama sur la vallée de la Maurienne et sur le col du Télégraphe sur le versant opposé de la montagne. Cette fois encore, j'ai trouvé éprouvante cette montée d'un col mauriennais.

00:00:00Col de Bonnecombe depuis Nasbinals (1340m)

Fait le 13 juillet, pour mes 60 ans. Et cerise sur le gâteau, c'était aussi mon millième col ! Pour l'occasion, je voulais réaliser un joli circuit dans une région que j'aime tout particulièrement. Mon objectif était d'aller jusqu'à St Urcize et de revenir en passant par Nasbinals et Aubrac, afin de parcourir le cœur du plateau de l'Aubrac. Je suis parti de St Germain-du-Teil où j'avais dormi, seul pensionnaire du petit hôtel. La météo était annoncée estivale et ensoleillée.
La montée jusqu'aux cols de Trébatut, puis de Bonnecombe s'effectua bien tranquillement, même si quelques rafales de vent vinrent contrarier mon rythme de sexagénaire. Je me régalais du vaste paysage où les troupeaux s'égayaient un peu partout. Ça-et-là, les faucheuses s'activaient pour préparer la récolte du fourrage pour l'hiver. Il faisait un peu frisquet au sommet, mais je ne m'en étonnais pas davantage, connaissant la rudesse du climat local.
On ne peut pas vraiment parler de descente vers Nasbinals, tant la route tourne et détourne pour épouser les courbes du relief ou éviter une zone marécageuse. Il fallut donc appuyer constamment sur les pédales sous peine d'être stoppé net par la bise. Car, je ne l’ai pas encore dit, mais la bise s’était levée et ne faisait que se renforcer. Peu à peu, je commençais à sentir la morsure du froid sur mes doigts. Vous pensez bien qu'à une date pareille je n'avais pas envisagé la nécessité de porter des gants longs ! Au fil des kilomètres, mon coupe-vent se révéla aussi bien précaire pour me protéger du froid. Si bien que j'arrivai à Nasbinals transi et grelottant. Mais je n'y fis pas halte, craignant de ne pas avoir le courage de repartir plus loin. Et c'est assommé par le vent, grelottant de froid, morveux, que je finis par mettre pied à terre à l'hôtel de la Dômerie à Aubrac. Je ne cessais de trembler et de suffoquer, si bien que la patronne me prit en pitié et m'installa dans la grande salle de restaurant où il n'y avait personne, mais où la cheminée flambait. Elle alla me chercher un pull et me servit une soupe chaude et de la langue de bœuf avec des pommes de terre. Je n'avais qu'une envie : dormir.
Repu, je repartis vers St Urcize vêtu du pull de l'hôtelière. Ainsi, je bouclais mon itinéraire sans plus souffrir du froid. En repassant par Aubrac je pus rendre son bien à la dame et repartir, vent dans le dos, vers St Germain-du-Teil. J'y arrivai en trois fois moins de temps qu'à l'aller, décontracté, le thermomètre ayant daigné franchir les 15° !
Voilà qui me fera quelques souvenirs pour cet anniversaire que je voulais particulier !

00:00:00Col de la Grifoul depuis Lustrande (1338m)

Nous sommes au mois d'août 2000. Je pars de St Martin-sous-Vigouroux, histoire de bien effectuer le maximum de dénivelé depuis la vallée de la Truyère. Mais comme c'est la première fois que je viens rouler dans le Cantal, je ne sais pas trop à quoi m'attendre question difficulté. La route est assez étroite et se déroule entre des haies sur les premiers kilomètres. La pente reste raisonnable et nous passons ainsi plusieurs hameaux. Je suis un peu étonné de voir que la fenaison se fait encore à la main dans certaines pentes. Ça donne une petite connotation rétro à cette randonnée de découverte. Au-delà de Lustrande, on entre dans les estives. Les arbres ont quasiment disparu et les troupeaux s'égayent sur toutes les pentes. On aperçoit au loin, à gauche, le Plomb du Cantal. Je suis agréablement surpris de ne pas avoir davantage peiné pour parvenir au col. Il ne doit pas rester beaucoup de kilomètres pour atteindre Prat de Bouc...

00:00:00Col de la Chau depuis Vassieux en Vercors (1337m)

Au col de la Chau est implanté le Mémorial de la Résistance. L'ascension du col débute à côté de la Nécropole Nationale de la Résistance. Il est donc difficile de passer par-là sans avoir une pensée pour les tragiques événements de juillet 1944 qui ont endeuillé tout le plateau.
Depuis Vassieux, je vois parfaitement bien le tracé de la route qui s'en va en une large boucle et qui revient à l'aplomb du point de départ, près de la Nécropole Nationale de la Résistance. Je suppute que je vais peiner sur cette pente rectiligne. Tout compte fait, je dois reconnaître que ces trois kilomètres ne sont pas si insurmontables que ça. A l'arrivée, aux abords du Mémorial de la Résistance, je suis ébahi de la magnifique vue qui s’offre sur le plateau de Vassieux, ainsi que sur le Grand Veymont au loin. Je vous recommande vivement cette montée, à la fois pour son aspect historique, et à la fois pour sa simple beauté.

00:00:00Col de la Chau depuis Les Trois Routes (1337m)

Il aurait mieux valu faire débuter la montée depuis St Jean en Royans, ou Léoncel, puisque pour venir-là, il faut passer par quelques autres cols auparavant. Quand on est à Lente, le plus difficile est accompli. Mais il reste des kilomètres. On passe par la station de Font d'Urle où il y a un pourcentage non négligeable. On roule plutôt en forêt. Je vous conseille de faire le très léger détour par Font d'Urle pour avoir une vue particulièrement belle sur les vastes pentes dénudées. Ça m'a tellement plu que j'y suis revenu en famille, et en hiver ! Les derniers kilomètres vers le col de la Chau se font en très légère descente. De là, on pourra admirer les plus hauts sommets du Vercors (Grand Veymont) et le village martyr de Vassieux.

00:00:00Col des Pitons / Mont Salève depuis Annemasse (1335m)

Arrivé au téléphérique, le vue est extraordinairement belle. Mais auparavant, il faut gravir 3 km extrêmement sévères (plus de 9%) sur une route boisée et plutôt étroite. Autrement dit, il ne faut pas s'attaquer à ce versant sans un minimum d'entrainement. A la difficulté de la pente peut s'ajouter la densité du trafic. Les genevois aiment monter contempler leur ville depuis là-haut !

00:00:00Col des Pitons / Mont Salève depuis Cruseilles (1335m)

C'est sans doute la montée du Salève la plus facile parce que la plus régulière sur une belle route. Après avoir quitté les coteaux qui dominent le bourg de Cruseilles et les Bornes, on entre dans la forêt pour un assez long moment, et sur une pente modérée. La route est une succession de courbes et de contrecourbes. Un peu avant le passage du col des Pitons (1335 m), l'horizon se dégage. On peut voir le Mont-Blanc sur la droite et bientôt le lac Léman devant. Une brève mais forte descente conduit à la Croisette d'où on remonte jusqu'à la Grande Gorge qui semble être le point balise de ce descriptif. Le plaisir de parcourir cet itinéraire, c'est d'évoluer sur une route forestière, puis une route de crête avec des points de vue exceptionnels sur le Genevois et le massif du Mont-Blanc.

00:00:00Col des Pitons / Mont Salève depuis Collonges sous Salève (1335m)

Si j'ai fait les autres versants plusieurs fois, celui-ci je ne l'ai grimpé qu'une seule fois. Comme excuse, je dirai que c'est le plus éloigné de chez moi. Bon, plaisanterie mise à part, il faut aimer les cols durs pour apprécier ce versant. Et quand on a le choix entre plusieurs possibilités d'itinéraires, on n'opte pas souvent pour la plus difficile. Ici, il faut mettre le tout petit développement, adopter le pédalage le plus fluide possible et se dire que 4 km ce n'est au bout du compte pas si long que ça dans une vie de cycliste. Et pourquoi ne pas compter les épingles ? Il y en a 13, mais de longueur tout à fait irrégulière. Je suis arrivé à La Croisette avec le cœur qui battait fort, mais heureux de pouvoir contempler l'exceptionnel panorama sur le Genevois et le Mont-Blanc.

00:00:00Col des Pitons / Mont Salève depuis La Muraz (1335m)

Les cyclos du dimanche aiment bien faire le tour du Salève, et c'est vrai que c'est un itinéraire idéal pour accumuler des kilomètres sur un parcours vallonné et champêtre. Et lorsqu'on a les jambes suffisamment en condition, pourquoi ne pas faire un extra et grimper jusqu'à La Croisette depuis La Muraz ? La route tournicote pas mal pour progresser dans les ressauts successifs de la montagne. Ça permet d'avoir de beaux coups d'œil sur le Genevois entre Annemasse et Bonneville. Après Le Feu, la portion forestière est la plus abrupte de la montée. A La Croisette, on retrouve le vaste panorama recherché quand on monte au Salève.

00:00:00Col de Serre depuis Cheylade (1335m)

Après avoir trouvé un gîte au Claux, une fois n'est pas coutume, j'ai grimpé le col de Serre en fin de journée. Je suis arrivé en haut après 18h00. Il n'y avait plus personne et j'avais comme l'impression d'être là, alors que c'était défendu. Je suis restée un certain temps à contempler le vallonnement qui finit au loin vers le Cézallier et bien sûr la pyramide proche du Puy Mary sur lequel les ombres du soir grandissaient. Pour évoquer le parcours, je me souviens très bien des gros dénivelés après le hameau de La Maurinie, où on laisse une ferme sur la droite pour prendre un virage à angle droit et buter dans la pente. Ensuite, on a une succession d'épingles, en forêt. On monte bercé par le souffle du vent dans les feuillages. La nature, rien que la nature...

00:00:00Col Saint Jean depuis Selonnet (1333m)

Bien gentil après avoir fait le col des Fillys depuis La Bréole. On arrive tout de même à une station de sports d'hiver, à une altitude qui n'est pas négligeable. Tant mieux si on ne souffre pas !

00:00:00Col Saint Jean depuis Espinasses (1333m)

La route à grande circulation est empruntée par les camions. C'est donc qu'elle ne présente pas une déclivité trop soutenue. Petit frisson au passage du tunnel de Chaussetive. Et puis après on émerge sur un espace plus ouvert où les fermes d'élevage bovins donnent encore vie à la montagne. Lorsqu'on quitte la route de Barcelonnette, on peut s'arrêter pour profiter du beau belvédère sur le lac de Serre-Ponçon. Les cinq derniers kilomètres sont très réguliers et on est presque étonné d'arriver si haut (1333m) en altitude.

00:00:00Col de la Molède depuis Murat (1329m)

14 juillet 2016 - Parti de Pierrefort, je suis venu à Murat en passant par le col du Puy de Renel et Valuéjols. De là, je suis monté jusqu'à Albepierre, où j'ai pris à droite la direction du col de la Molède. A partir de là, j'ai vraiment souffert ! Ce sont vraiment des gros pourcentages et en plus, la route est très dégradée (voir photos de Vincent B.) On ne peut pas dire qu'en haut le panorama soit alléchant (un vrai dépotoir).
Je voudrais savoir si on peut monter directement depuis Murat sur une bonne route goudronnée. Du haut, il ne m'a pas paru que la route soit praticable avec un vélo de route.
Heureusement, la suite du parcours a été bien plus agréable avec le Prat de Bouc puis la Griffoul.

00:00:00Col de Porte depuis La Diat (1326m)

A moins d'être venu à St Pierre-de-Chartreuse en voiture, quand on est à La Diat, c'est qu'on a déjà pas mal roulé, et pas tout à plat. Le plus facile, c'est de venir de St Laurent-du-Pont, en remontant les gorges du Guiers Mort. Le plus classique, c'est quand on entreprend la trilogie col du Granier-Col du Cucheron-col de Porte. Le plus explosif, c'est quand on fait col du Coq-col de Porte. J'ai eu le plaisir de faire le dernier choix. Un petit défit que je suis très heureux d'avoir accompli ! Il faut profiter du bref passage dans le plat de St Hugues pour regarder les sommets qui se détachent encore, car au fil de la montée, on va se retrouver en forêt, avec pour seule compagnie notre fatigue grandissante. J'ai eu comme l'impression que la pente forcissait au fil des kilomètres. Usure ou réalité ? Le col de Porte en lui-même n'est pas très ouvert et n'invite pas à la halte, même si on peut admirer les parois de Chamechaude à l'est ou les pentes du Charmant Som au nord-ouest. Et aussi la Pinéa bien sûr !

00:00:00Col de Porte depuis Grenoble (1326m)

Je n'avais pas très envie de faire cette montée avec une circulation intense et une première partie complètement urbanisée. Mais il a bien fallu que je la fasse, si je voulais respecter mon engagement de faire tous les cols par chacun de leur versant cyclable. Je m'y suis collé un samedi de juin, en même temps que quelques autres broutilles autour de Grenoble (Comboire et Pressembois). C'était le jour des cols urbains ! Mon manque d'entrain à vouloir le faire rejaillit aujourd'hui au moment où je veux rédiger ce témoignage : je ne me rappelle de rien. Aucune image ne me revient en tête. Seulement un gros coup de fatigue quelque part dans Corenc. Et après ? Désolé pour les fans qui me lisent. C'est page blanche.

00:00:00Le Môle depuis Marignier (1326m)

Les commentaires lus avant d'entreprendre la grimpée ma faisaient douter de ma capacité à réussir à aller en haut d'une traite. Mais comme je souhaite faire toutes les ascensions proposées, je me suis lancé. Les premiers kilomètres en direction de Cormand donnent déjà le ton avec une pente régulière au-dessus des 7%. Puis la route du Môle se prend en deux temps. On a un peu moins de 2 km, toujours avec des habitations, avant de trouver le panneau "Môle" devant une grosse bâtisse ancienne. A partir de là, il reste 5 km qui vont jouer avec mes capacités de résistance. J'ai eu l'impression que la route jouait à être de plus en plus infernale. Tout d'abord, les à-coups étaient plutôt brefs et toujours suivis d'un replat salvateur. Et puis peu à peu, ils prenaient de la consistance, jusqu'à ce kilomètre interminable qui n'offre aucun répit. Voilà de quoi emballer le palpitant ! Fort heureusement, ce mur fut suivi d'un bon replat qui me permit de retrouver ma lucidité. Je croyais que je monterais continuellement en forêt, mais il y a tout de même quelques chalets parsemés tout au long de la pente. Alors qu'il ne restait plus qu'un kilomètre, j'aperçus le cône herbeux du Môle, et aussi, spectacle beaucoup moins réjouissant, l'immense cicatrice faite par la carrière dans la montagne entre St Jeoire et Mieussy. Sonnailles d'un troupeau quelque part sur la pente. Eau à volonté pour me désaltérer au bassin du bout de la route. Images champêtres comme je les aime et qui m'ont vite fait oublié ma peine.

00:00:00Pas de Mathieu depuis Saint Urcize (1325m)

Il faut savoir qu'il existe ce col, car aucun panneau sommital ne le mentionne. Donc, pour être bien sûr de l'avoir franchi, je suis passé une fois en venant d'Aubrac, et une autre fois en venant de St Urcize. Nous sommes dans les espaces très ouverts de l'Aubrac, sur une route très peu fréquentée et qui ondule gentiment au gré des bosses herbagères. Avec les hivers sans neige que l'on a maintenant, je me demande si la station de ski qui est mentionnée à mi-pente survivra longtemps. Quant à obtenir les Jeux Olympiques... On a le sens de l'humour ici !

00:00:00Col des Fillys depuis Selonnet (1322m)

Pas très difficile (bien moins que depuis La Bréole). Mais en fin de circuit, après Sarraut et les Sagnes par leurs deux versants et les Garcinets, ça commençait à peser dans les jambes et je n'avançais plus très allègrement. C'est après avoir quitté la route de la Blanche et qu'il faut s'approcher du coteau pour monter à flanc que j'ai senti que les forces allaient me manquer. Mais fort heureusement, il n'y avait que trois kilomètres à ce régime là. La descente vers La Bréole m'a parue vraiment vertigineuse, entrecoupée par la petite remontée du col de Charamel.

00:00:00Col des Fillys depuis La Breole (1322m)

La sombre épaisseur des feuillus du bas du col s'oppose à la clarté des pins qui garnissent le sommet. J'ai encore la bonne odeur de résine qui vient me chatouiller les narines. Mais malgré cet atout olfactif, je peux ranger ce col parmi ceux que je n'aime pas à cause de la brutalité et de l'irrégularité de sa pente. De plus, la descente qui se situe aux 2/3 de la montée, là où il y a le col de Charamel coupe le moral. Ici, le calcul du pourcentage moyen de la montée n'a aucun sens. Ce col est difficile, sans offrir de paysage particulièrement remarquable.

00:00:00Pre Richard depuis Bernex (1322m)

Après être monté à Thollon, je suis passé à St Paul en Chablais pour trouver la direction de Bernex. J'ai énormément aimé ce parcours où on voit le lac Léman magnifiquement. Après avoir traversé Bernex, on rejoint le hameau de Trossy et ses anciennes fermes transformées en coquettes habitations. De là, on monte droit vers la forêt. La pente s'accentue sérieusement jusqu'à être infernale à l'approche du parking de la Fétiuère. Pourquoi y a-t-il autant de gravillons sur la chaussée ? L'arrivée au chalet de Pré Richard offre une belle vue sur le Pic de Boré (1974 m) et la Dent d'Oche (2221 m) à l'est, et sur Bernex, le lac Léman et le Mont Bénand au nord. Voilà de quoi faire oublier la piètre qualité de la route et la suée endurée pour arriver jusque-là !

00:00:00Col de la Faucille depuis Gex (1320m)

Monter à la Faucille depuis Gex, c'est emprunter une route à grande circulation avec ses avantages (beau tracé exempt de pente abrupte, route large) et ses inconvénients (circulation intense). Il faut donc en prendre son parti. Pour ma part, j'ai trouvé ce col très roulant et je l'ai gravi sans peine. Dans ce sens, comme on tourne le dos au Léman, et avec le couvert forestier, on ne voit pas grand-chose. De même, l'arrivée au sommet est assez décevante. On a le sentiment que tout n’est pas très florissant avec des bâtiments à l’abandon et des hôtels fermés.

00:00:00Col de la Faucille depuis Mijoux (1320m)

Le départ de Mijoux se fait à proximité du télésiège qui relie la station à celle du col de la Faucille. On emprunte une très belle route sous le couvert d'une forêt mixte (sapins et feuillus) tout du long. On monte aisément, sans avoir à jouer du braquet. C'est mon versant préféré car la circulation y est bien moins dense que sur l'axe Genève-Les Rousses.

00:00:00Col de la Faucille depuis Morez (1320m)

Je l'ai fait en deux temps à cause de la météo, un week-end de Pentecôte. Je ralliais Besançon à Annecy lorsque je fus surpris par un orage carabiné dans la montée des Rousses. Je décidai donc de m'arrêter aux Rousses pour me sécher, me reposer et passer la nuit. Lorsque je repartis assez tôt le lendemain, les champs étaient givrés et j'eus très vite froid aux doigts (je n'avais pas de gants longs). La montée jusqu'à la Faucille n'est pas très exigeante. Mais j'avais de plus en plus de peine à tenir mon guidon et ne savais trop comment pallier à cette morsure du froid. Je me hissai tant bien que mal jusqu'au col lorsqu'un camion me doubla. Je sentis alors la chaleur de son échappement et je me mis dans son sillage au moment d'aborder la descente. Ce fut bien la seule fois où je pris plaisir à suivre un poids lourd pour profiter de son échappement et me réchauffer. Cela eut assez vite un résultat positif. A moins que ce ne soit aussi le changement de versant qui opéra un réchauffement de l'air ambiant. Toujours est-il qu'au cours de la descente je retrouvai le plein usage de mes mains.

00:00:00Col de l'Aiguillon depuis Baulmes (1320m)

Comme je venais de descendre le col jusqu'à Baulmes, je savais à quoi ressemblerait la montée. J'ai donc pris le temps de manger mon ravitaillement. J'ai bien serré mes chaussures et je suis reparti pour 5 km à plus de 10%. Dans ce cas là, ça se passe autant dans la tête que dans les jambes. Et ma fois, comme j'avais très envie de repasser à l'Auberson, puis aux Fourgs, je me suis fixé les images de ces villages. J'ai ainsi trouvé mon rythme, tantôt assis, tantôt en danseuse. Quand j'ai à nouveau entendu les sonnailles du troupeau à l'alpage, j'ai su que le sommet approchait et ce fut un véritable soulagement. Je n'avais pas prévu de faire cette montée dans mon parcours initial, et je dois dire que je suis très fier de l'avoir accomplie. C'est probablement un des cols les plus difficiles de tout le massif jurassien.

00:00:00Col de l'Aiguillon depuis L'Auberson (1320m)

Quand on vient des Fourgs et qu'on s'approche du village de l'Auberson, on voit sur la droite la route du col de l'Aiguillon qui s'en va vers la falaise boisée, tout en desservant quelques fermes isolées.Sous le couvert des sapins, la pente s'accentue

00:00:00Col de Grimone depuis N75 / D539 (1318m)

Ce versant du col de Grimone est court (4 km), mais très surprenant. En effet, quand on quitte la route du col de Lus la Croix Haute totalement champêtre, on ne s'attend pas à rencontrer aussi vite des paysages aussi escarpés. Après le village des Lussettes, la route fait une courbe qui l'emmène à flanc de montagne. On grimpe alors au-dessus d'un profond ravin, dans une ambiance très minérale. Si le passage du col est très étroit, il ne faut que quelques mètres pour découvrir les horizons du versant Diois. Et la descente sera splendide !

00:00:00Col de Grimone depuis Chatillon en Diois (1318m)

Le jour où j'ai fait la boucle Clelles-col de Menée-Châtillon-col de Grimone-col de la Croix-Haute-Clelles, j'ai fait un des plus beaux parcours qui puisse se faire à vélo. C'est magnifique tout du long, et avec un dénivelé qui reste accessible à n'importe quel cyclo motivé. La grimpée du col de Grimone se fait en trois temps. Tout d'abord, le franchissement des Gorges des Gats. La route joue avec le torrent qu'elle ne traverse jamais. L'ambiance entre les falaises est un peu fraîche (ce qui peut être très appréciable en été). J'ai été très surpris de voir des buis taillés tout du long. C'est très inhabituel. Puis il y a le passage dans la "plaine" de Glandage qui apparaît comme une oasis au milieu des montagnes abruptes. Et enfin, on aborde les lacets du col, avec le passage au hameau de Grimone. On se retrouve dans la configuration d'un grand col alpin avec la forêt qui laisse place peu à peu aux alpages. La route s'en va par de longues épingles, vers le sommet qui se voit de loin.

00:00:00Bois de Freydière depuis Domène (1318m)

Parmi tous les cols des balcons de Belledonne, il me manquait le col du Rousset. Je suis donc parti de Domène, avec l'idée de franchir ce col. Mais une fois que j'ai été sur la petite route au-delà de Rousset, je n'ai pas su exactement où était le col, faute de panneau pour le signaler. J'ai poursuivi la route, puis un peu plus. Et comme j'étais lancé (enfin façon de parler, car la pente est assez conséquente), j'ai décidé de poursuivre jusqu'au bout de la route. C'est ainsi que je suis arrivé au Bois de Freydière, qui doit être aussi, si je ne me trompe pas, le point de départ pour monter au refuge de La Pra. Ça fait tout de même plus de mille mètres de dénivelé depuis la vallée. Alors, si vous vous sentez les jambes pour venir respirer sur les contreforts de Belledonne, n'hésitez pas à monter ! C'est on ne peut plus calme !

00:00:00Col de la Bataille depuis Leoncel (1313m)

Si on part de Léoncel, c'est qu'on est déjà monté soit depuis Beaufort sur Gervanne via le col de Bacchus, soit depuis St Jean en Royans, soit depuis Peyrus via le col des Limouches, ou encore depuis Barbières via le col de Tourniol. Tout ça pour dire qu'on a déjà quelques kilomètres dans les jambes et que de poursuivre vers le col de la Bataille ne sera pas forcément facile. Le pourcentage moyen n'est pas excessif, mais il y a tout de même un long passage qui frôle les 9% et qui se fera bien sentir. Profitons bien des prairies de Léoncel avant de nous lancer dans la conquête du col de la Bataille, car nous serons désormais constamment en forêt. On rejoint le col après le tunnel et une légère descente sur une corniche exposée au vent. Là, le panorama sur les combes et les falaises est fabuleux !

00:00:00Col de la Bataille depuis Oriol en Royans (1313m)

Je suis parti de St Jean en Royans et je suis venu par le col de la Machine, puis le col de la Portette. Ça a été pour moi une journée inoubliable. Je partais sur des routes inconnues et je ne me doutais pas que j'allais rencontrer autant de merveilles naturelles. Je vous recommande cet itinéraire très vivement. Mais il faut une bonne condition physique, car la montée au col de la Machine est très rude sur au moins 7 km. Tout du long, vous êtes largement récompensé avec la vue plongeante sur Combe Laval et le passage sous les falaises. Ensuite, vous allez être sur des routes forestières beaucoup plus faciles, avec alternance de petites descentes et de petites bosses. Ce jour-là, je fus pris dans le brouillard et surpris par la fraîcheur (5° un 10 août !). L'arrivée au col de la Bataille me réserva un instant magique : le brouillard se déchira au moment où je m'engageais sur la corniche qui conduit au tunnel. J'eus l'impression de franchir le seuil d'un nouveau monde. Une sensation unique ! Mais je ne pus pas trop m'attarder car j'avais froid. Je descendis vers Léoncel où j'arrivai tout grelottant. Il me fallut un temps infini pour retrouver quelques sensations au bout de mes doigts. Mais cela n'enlève rien à l'éblouissement et au plaisir que j'eus de découvrir ce si beau col !

00:00:00Station de Leysin depuis Aigle (1313m)

Je suis passé par Leysin pour aller jusqu'au col de Prafandaz un peu au-dessus. On peut dire que j'ai été enchanté de découvrir cette petite station au caractère suisse bien affirmé. Quand on a quitté la route du col des Mosses, on passe en forêt dans un premier temps, puis on découvre les alpages avec de nombreux chalets, et les premiers sommets des Alpes bernoises. Perchée sur son versant sud, Leysin est comme une Suisse miniature, avec un nombre surprenant de grands hôtels. Les sanatoriums y furent nombreux et ont été reconvertis. J'avais bien envie de flâner un peu dans ce paradis d'altitude, mais j'avais aussi prévu d'aller au col des Mosses. Il me fallut donc quitter Leysin avec regret.

00:00:00Col des Guérins depuis La Saulce (1312m)

14-05-2019 - La route goudronnée se termine au col des Guérins qui est le point de départ pour aller grimper dans les falaises de Céüse. Il y a 300 mètres de dénivelé, sur une distance de 4 kilomètres depuis Sigoyer pour atteindre le col. C'est donc une montée sèche, et sans répit. Hormis les falaises de Céüse, on peut aussi contempler un vaste panorama vers l'est, avec beaucoup de montagnes enneigées.

00:00:00Col de la Biche depuis Gignez (1310m)

Ayant habité Seyssel, et étant monté de nombreuses fois skier à Sur Lyand, ce col ne m'était pas inconnu. Et je crois bien que le fait de parfaitement connaître la route a été un atout pour monter sereinement. Partir de Seyssel, c’est partir du point le plus bas du département de la Haute-Savoie : 254 m. Sitôt qu'on tourne à gauche à Giniez pour entamer la montée, on passe dans le rouge. Il faut donc avoir anticipé pour mettre le bon braquet et prendre le rythme de pédalage adapté. Ça va durer neuf kilomètres ! La plupart du temps, nous sommes sur de longues portions en ligne droite, ponctuées de tranquilles lacets. J'ai quelques repères qui me permettent d'étalonner mon effort et surtout d'évaluer ce qui reste à faire. De temps en temps je regarde le Rhône et l'échancrure du Val de Fier, entre la Montagne des Princes et le Gros Foug. Oui, c'est plus facile de grimper en territoire connu. Enfin voici le foyer de ski de fond. La pente va s'atténuer. Une dernière épingle et voici la croix sommitale avec une belle vue sur le Mt Blanc. Mais nous ne sommes pas au col. Attention à la brève descente et ses barrières canadiennes ! Il faudra remonter un peu pour trouver le panneau du col dans un passage étroit.

00:00:00Col de la Biche depuis Artemare (1310m)

J'ai osé ajouter le col de la Biche après avoir fait le Grand Colombier. Les pentes sont rudes, mais ce qui m'a permis de tenir, ça été de me répéter sans cesse que ce n'était pas long. Après Brénaz, une fois installé dans la difficulté, j'ai pris le rythme que je pouvais tenir et je l'ai gardé sans jamais chercher à vouloir faire mieux. Attitude gagnante. Comme je savais que le point haut est situé à la croix et nom au panneau du col, j'ai fait la petite descente et la brusque remontée avant de m'arrêter pour reprendre mon souffle et boire, boire encore.

00:00:00Col du Pertus depuis Mandailles (1309m)

Comme j'étais déjà passé par là à pied et en voiture, je savais que ce Pertus ne serait pas de tout repos. Et en effet, ça monte dur, vraiment dur. Mais comme je suis au début de mon circuit, je grimpe bien tranquillement, tout en me disant que ce qui compte aussi, c'est de profiter du cadre. Et là, nous sommes gâtés ! A chaque virage, la route offre une nouvelle vue, un nouvel horizon. Et voilà que bientôt apparaît le Plomb du Cantal, puis la vallée de la Cère. C'est le sommet ! C'est fait ! C'est beau ! Il se passe en moi quelque chose qui ressemble au contentement.

00:00:00Col du Pertus depuis Saint Jacques des Blats (1309m)

J'ai choisi de partir de St Jacques des Blats pour aller au Pas de Peyrol, via le col du Pertus qui me servira de test pour savoir si je suis en mesure de gravir le plus haut col du Cantal. Ben dis donc, ça n'attend pas pour mettre du pourcentage ! On est tout de suite au-dessus des toits du village ! Puis la route s'élève en épousant au mieux le relief accidenté, mais sans trop laisser deviner où est le col. On a la longue crête du Plomb du Cantal derrière nous et quelques granges d'altitude pour témoigner que nous sommes bien dans un pays d'élevage. Les prés laissent peu à peu la place aux taillis, ce qui fait que la vue au col n'est pas extraordinaire. Ces 6 kilomètres sont difficiles, mais parfaitement gérables et de bon augure pour la suite de l'itinéraire vers le Pas de Peyrol. Ce fut une de mes plus belles journées cyclotouristiques.

00:00:00Col du Tra depuis Pomblière (1305m)

On quitte Pomblière aux allures de cité ouvrière ancienne, pour rapidement se trouver dans un cadre forestier et sur des pentes difficiles. La route ne cesse pas de tourner en une série d'épingles bien refermées. 27 virages jusqu'en haut ! L'alpe d'Huez est largement battu ! On traverse le village de Notre-Dame-du-Pré avec ses maisons en bois sur des sous bassements de pierre. On trouve le col du Tra un peu plus loin, sur la route qui va à Aime ou La Plagne.

00:00:00Col du Tra depuis Aime (1305m)

Cette montée m'a fait suer comme pas possible. Je m'attendais à quelque chose de tranquille et jusqu'à Longefoy j'ai trouvé la route interminable alors qu'il n'y a que 6 km ! Ensuite, on sort de la forêt et c'est nettement plus roulant.

00:00:00Col de Perty depuis Laborel (1302m)

Celui-ci, je ne l'ai pas pris à la légère, ne serait-ce que pour son altitude (1302 m). Je suis donc parti de Laborel bien tranquillement, en sachant que je grimperai sur une petite route qui doit jouer avec les ressauts du relief. On a vraiment l'impression de partir dans un coin déserté. Le relief très tourmenté n'offre pas de larges vues, mais il baigne dans une lumière extraordinaire. Pas de doute, on est bien en train de basculer vers le Midi. Les champs de lavande sont aussi là pour nous confirmer cette impression. Un peu ébloui par toute cette atmosphère provençale, j'ai atteint le sommet beaucoup moins fatigué que je ne le craignais. Et je vous invite donc à découvrir ce col qui a quelque chose d'enchanteur.

00:00:00Les Favesses depuis Sallanches (1301m)

A classer dans les plus belles montées ! A la fois par sa difficulté et à la fois par la beauté du paysage. Les quatre premiers kilomètres jusqu'au village de Cordon sont les plus difficiles et les moins chouettes pour le paysage. A Cordon, on peut visiter l'église qui est une des plus belles églises baroques de Savoie. Ensuite, la pente se tient à 7-8%, avec de belles épingles qui permettent de bien se relancer. L'avant dernier virage, à proximité d'une ferme neuve, est dantesque. Il faut anticiper. Tout du long, c'est un régal pour les yeux : les chalets éparpillés un peu partout et surtout les massifs montagneux : les Quatre Têtes côté Aravis, le Massif de Fiz à l'est, et bien sûr le Mont Blanc tout proche.

00:00:00Col de la Serreyrède depuis Camprieu (1299m)

Par ce versant, ne fait que poursuivre le col de Montjardin. On y passe pour accéder au Mont Aigoual. Très belle route.

00:00:00Col de Plan Bois depuis Les Clefs (1299m)

Je l'ai gravi le jour du décès de mon père. Deux souvenirs douloureux pour une même journée ! Depuis Les Clefs, il n'y a absolument aucun répit. On a beau regarder vers le haut en croyant que ça va se calmer, il faut toujours appuyer plus fort sur les pédales. La route est étroite et n'offre pas vraiment un horizon dégagé qui nous permettrait au moins de nous régaler avec la vue. A un kilomètre du sommet, il y a une jolie petite chapelle qui nous indique que notre calvaire est bientôt fini. Heureusement qu'on a un beau panorama sur les Aravis à l'arrivée. On peut redescendre soit en rebroussant chemin, soit vers Manigod par la vallée de Joux (virages dangereux), soit vers Les Clefs, mais par une autre route de montagne très étroite est très défoncée. Quelle que soit l'option choisie, ce sera une descente à risque.

00:00:00Col de Romme depuis Reposoir (1297m)

Sorti du village, on est constamment en forêt, avec quelques virages bien relevés ! Il y a aussi un passage délicat où la route est rétrécie. Si on ne compte l'ascension que depuis Le Reposoir, 5 km ça paraît dérisoire en comparaison des 10 km du versant Nancy-sur-Cluses. Mais il faut bien sûr ajouter les 12 km de l'itinéraire Cluses-le Reposoir pour avoir le profil exact de cette montée. 10 km d'un côté. 17 km de l'autre. C'est donc presque 2 fois plus long, mais 2 fois moins pentu ! A vous de choisir ce que vous préférez...

00:00:00Col de Romme depuis Cluses (1297m)

J'ai commis une erreur qui m'a valu d'avoir des crampes sur la fin de l'ascension. En effet, j'ai démarré ma randonnée au départ du col et nous sommes tout de suite dans des pourcentages supérieurs à 10%. Sans échauffement, j'ai dû mouliner fort et je l'ai payé par la suite.
Elle est impressionnante cette route à flanc de falaise et terriblement pentue ! Belle vue plongeante sur la ville de Cluses. Nous avons environ 4 km difficiles jusqu'au village de Nancy-sur Cluses. Ici, nous avons atteint les prairies où carillonnent les cloches des vaches. Après le village, la route s'élève en une succession de lacets, tantôt en forêt, tantôt dans les alpages. Le village de Romme est assez remarquable par son unité architecturale et ses beaux chalets de bois. La route continue de s'élever après le hameau, avant de bifurquer sur la droite pour amorcer la descente vers Le Reposoir. Aurai-je la force nécessaire pour gravir la Colombière ?



00:00:00Col du Portillon depuis Bossost (1293m)

Sur ce versant, nous sommes en Espagne. Je mettrais volontiers le col du Portillon dans la catégorie des cols courts et nerveux. On quitte la vallée de la Garonne pour grimper avec de beaux lacets. Après la quatrième épingle, la pente se redresse assez fort. Elle restera jusqu'en haut, à plus de 7%. On grimpe en forêt, ce qui a l'avantage de garder un peu de fraicheur, mais nous prive totalement de vue. La descente sur Luchon m'a impressionné...

00:00:00Col de Faubel depuis Col de Montjardin (1285m)

Du col de Montjardin à Camprieu, la route monte à peine. Ensuite, il faut aller chercher ce col en bifurquant à droite et ne pas continuer directement vers le Mont Aigoual par le col de la Serreyrède. Ce n'est qu'à partir de cet embranchement que la pente se fait plus sentir. Route très calme, idéale pour le vélo. Si on aime visiter les sites naturels, on peut aller voir l'abîme de Bramabiau en passant (mais pas avec des chaussures de cycliste).

00:00:00Plateau d'Agy depuis Cluses (1274m)

On quitte la route très passante des stations à Chatillon pour n'être plus que sur celle de Flaine-Les Carroz. Mais ce n'est pas leur principal voie d'accès et on est donc bien plus tranquille. A partir de St Sigismond, la pente se durcit considérablement. Je suis surpris de voir autant de constructions nouvelles. La route se finit en cul de sac là où il y a le foyer de ski de fond. Très belles vues sur les sommets : le Môle, le Pic de Marcelly, la Pointe d'Areu au bout de la chaîne des Aravis, le massif du Bargy.

00:00:00Col de Manse depuis La Bâtie Neuve (1268m)

La montée commence très tranquillement avant d'entreprendre une longue succession de virages qui nous hissent au-dessus du contrefort rocheux. On a tout loisir de regarder le chapeau de Napoléon au-dessus de nous. C'est assez austère et exposé au soleil. Passé le village de La Rochette, l'ambiance change. On est dans les prés, exposé à la bise. On peut admirer le Pic de Gleize et le Pic de la Greysinière à l'ouest et les sommets du Champsaur au nord.

00:00:00Col de Manse depuis N85 / D14 (1268m)

Je me souviens d'une belle et lumineuse route qui sillonne parmi les prés de fauche et quelques champs de blé. On arrive sur un vaste plateau, très dégagé, avec plusieurs possibilités de routes pour descendre vers Gap.

00:00:00Col de Pra l'Etang depuis D531 / D292 (1267m)

Entre Pont en Royans et Presles, c'est une route à faire tourner la tête absolument dans tous les sens du terme. Tourner la tête pour regarder partout : vers le haut pour admirer les sublimes falaises teintées de toute la palette du jaune à l'ocre; et au fur et à mesure de l'ascension, tourner la tête vers le bas pour admirer les lacets que l'on vient de passer. Si on est sujet au vertige, on aura aussi la tête qui tourne à force de côtoyer le vide de près. Parce qu'elle est sacrément acrobatique cette route avec ses parapets, ses tunnels et ses passages sous les falaises. L'arrivée au village de Presles fait office de havre de tranquillité après le rude effort qu'il a fallu accomplir : on a avalé du 7-8% sur 7 km et on retrouve quelques prairies planes. Peu avant le village, on tourne sur la droite pour emprunter une petite route qui ne nous offre plus aucun plaisir visuel si ce n'est celui de de repérer les différentes essences de la forêt.

00:00:00Col de Pra l'Etang depuis Choranche (1267m)

Si on suit rigoureusement l'itinéraire proposé, on va passer dans des configurations géographiques radicalement différentes. Tout d'abord, on va remonter les Gorges de la Bourne et leurs hautes falaises où la route se faufile sous les rochers saillants, à la rencontre de quelques tunnels. Ambiance garantie ! A La Balme de Rencurel, on va tourner à gauche pour rejoindre le col de Romeyère. On va retrouver un itinéraire alpin assez classique avec quelques courts lacets et des prairies. Un peu avant le col, il faut prendre une petite route forestière sur la gauche (direction les Rimets; ne pas confondre avec la route qui va au col du Mont Noir). On entre dans la forêt des Coulmes, là où se trouve le col. Il ne faut donc pas s'attendre à trouver de la vue au col de Pra l'Étang ! Dans le fouillis des petites routes forestières, on peut poursuivre vers le col du Mont Noir. Cet itinéraire nous permet de découvrir un peu tous les aspects du Vercors. A faire donc !

00:00:00Col Luitel depuis Vaulnaveys le Haut (1262m)

Je n'aime pas spécialement les montées vers les stations, mais il faut tout de même reconnaître qu'elles ont un avantage : une route large et bien dessinée. Le col Luitel qui est 7 km au-dessous de la station de Chamrousse, profite de cet atout. La montée se fait donc sur une pente assez régulière, avec d'assez longues lignes droites d'une épingle à l'autre. Le col en lui-même n'est pas très attractif, mais on y trouve des tables de pique-nique.

00:00:00Col Luitel depuis Sechilienne (1262m)

Après avoir grimpé le versant Chamrousse, je suis descendu à Séchilienne et j'ai remonté le col par ce versant. On peut dire que les deux versants n'ont rien à voir l'un avec l'autre ! Bon dieu que ce fut dur par Séchilienne ! La route est très étroite, très, très pentue et même si on est en forêt on côtoie tout de même sans arrêt le ravin. Il fallait sans cesse que je me mette en danseuse. Franchement, je n'ai pas très envie de revivre ce petit calvaire.

00:00:00Col du Garabeil depuis Escouloubre (1262m)

Passé au cours de la 6ème étape de la traversée des Pyrénées. Dès le départ d'Escouloubre, les mollets sont sollicités pour aller à la découverte de l'Aude par les hauteurs. La lumière est déjà plus méditerranéenne, la végétation aussi. Tout du long, nous pouvons admirer de nouvelles lignes de crêtes. Nous ne sommes pas encore sortis des montagnes...

00:00:00Col de la Charmette depuis Saint Laurent du Pont (1261m)

Un col interdit et que l'on franchit malgré tout, ça ne peut que laisser des souvenirs. Ne serait-ce que celui de se savoir en infraction et de risquer de se faire arrêter et verbaliser. Ce ne fut heureusement pas mon cas. Mais disons que je n'étais pas tranquille. Est-ce cela qui a fait que j'ai trouvé ce col atroce ? Ou sa déclivité très rude ? Ou l’état déplorable de la route ? La circulation est autorisée jusqu'à la chartreuse de Curière. Le revêtement est bon sur cette portion de trois kilomètres qui est aussi la plus rude avec plus de 10,5% de moyenne. Pour la suite, il y a de longs passages très dégradés, et en particulier dans les tunnels où il est plus prudent de mettre pied à terre. Je n'ai jamais réussi à trouver un coup de pédale régulier après le long tunnel des Agneaux, bien que la déclivité soit moindre. Il faut constamment chercher le bitume et éviter les trous, sans oublier les pierres tombées de la falaise. Quand enfin on retrouve une route en meilleur état, on se fait cueillir par une pente à nouveau très raide et on se demande quand finira cette galère. J'ai rarement attendu le panneau sommital avec autant de mauvais souvenirs derrière moi. Pas question de redescendre par ce versant (au moins je respecterai les panneaux d'interdiction). Me voilà lancé vers St Egrève puis Le Fontanil. Et là, patatras ! Je casse ma pédale gauche ! Un truc qui ne m'était encore jamais arrivé ! Que faire ? J'espère trouver un vélociste à Voreppe et je me lance dans un périlleux exercice qui consiste à propulser mon vélo avec une seule pédale, sur une route heureusement en très légère pente. Un exercice acrobatique dont je ne me serais jamais cru capable. Mais comme on dit "La nécessité fait loi". Et je me suis suffisamment démené pour trouver un réparateur avant la fermeture de midi. Ouf ! Je me souviendrai du col de la Charmette !

00:00:00Col de la Charmette depuis Saint Egreve (1261m)

J'étais déjà allé au col de la Charmette en voiture. C'est le point de départ pour aller à la Grande Sure (1920 m). Et je me souvenais de la croix sommitale sur son socle de pierre. Je me souvenais aussi d'une route étroite, à l'ambiance humide sur la fin. Et je me souvenais bien sûr qu'on ne pouvait pas descendre sur l'autre versant. Mais je ne m'étais pas vraiment soucié du relief, ni de la déclivité de la pente. Dès le départ de St Égrève, on enclenche les pourcentages supérieurs à 8% et on ira jusqu'en haut à ce rythme, avec à peine deux petits replats entre Proveysieux et Le Gua. La route monte toujours tout droit, dans une ambiance boisée qui ne laisse pas voir grand-chose des falaises qui sont sur notre gauche. Ce col de la Charmette reste donc dans mon souvenir comme un col exigeant, mais qui offre peu d'enchantement paysager.

00:00:00Col de Carabès depuis Valdrôme (1261m)

Pour moi, même si avant d'arriver au col, on passe près des sources de la Drôme, ce col reste dans ma mémoire comme un col ou j'ai souffert du chaud et de la soif. Il faut dire que j'avais gravi auparavant Haute-Beaume, Cabre et Rossas et que l'après-midi était déjà bien avancé lorsque j'ai entrepris la montée de Carabès depuis Valdrôme. En cherchant des yeux le sommet du col, j'ai pu découvrir un beau massif forestier, ce qui m'a un peu rassuré : la fin de l'ascension devrait se faire plutôt à l'ombre. Et le parcours ? Moins pire que je ne le redoutais. La route est étroite et très peu passante. Elle sinue beaucoup et nous permet de garder un rythme régulier. Au sommet, nous passons de Rhône-Alpes à Provence-Alpes-Côte d'Azur, autrement dit, du froid vers le chaud (même si ce n'est pas ce que j'ai éprouvé aujourd'hui).

00:00:00Col de Rousset depuis Saint Agnan en Vercors (1254m)

A partir de St Agnan, on remonte plein sud dans un vallon champêtre, avec à l'est les hauts sommets du Vercors et à l'ouest des chainons boisés. Bucolique. Oui, je crois qu'on appelle ce type de route bucolique. Parce que la nature est belle et qu'on a l'impression d'y être seul. Après le village de Rousset, la pente se durcit au fil des épingles et on aboutit au col assez vite après avoir croisé la route du col de St Alexis qui va sur Vassieux. Pour profiter de la vue sur l'autre versant, il faut traverser le long tunnel qui est après la station.

00:00:00Col de Rousset depuis Die (1254m)

Je n'étais jamais passé par ce versant, mais j'avais vu les nombreux lacets depuis le sommet. Et comme j'aime par-dessus tout ce type de route, j'avais très envie de la gravir à vélo. Ce fut aussi idyllique que je l'espérais. La longueur des lacets offre une pente relativement faible (4-5%) et l'on se régale à aller et venir dans ce décor provençal, avec toujours un œil sur les falaises proches ou lointaines. Un petit vent tenta bien de contrarier ma progression sur le haut, mais porté par l'euphorie du moment, je m'en accommodai fort bien. Une montée que je souhaite pouvoir refaire le plus souvent possible !

00:00:00Col de Port depuis Massat (1250m)

Passé au cours de la 5ème étape de la traversée des Pyrénées. Depuis Massat, il n'est pas difficile, et s'adoucit même sur les derniers kilomètres. Nous sommes dans un paysage ouvert, mais toujours avec cette impression que l'activité pastorale décline et que les pâturages cèdent face à l'emprise de la forêt. La descente vers Tarascon m’a parue interminable.

00:00:00Plaine Joux depuis Bogeve (1249m)

Je l'ai fait en fin de journée en juin. J'ai beaucoup transpiré ! J'ai aussi pu respirer l'odeur du foin séché. A Bogève, il ne faut pas prendre la direction de la station des Brasses, mais à gauche, la direction Onnion. On va passer successivement quelques petits hameaux où les constructions se multiplient depuis quelques années. La pente ne rebute plus ! Sauf peut-être les cyclos fatigués... Quand on arrive à Plaine Joux, on a la Pointe de Miribel (1681 m) et son chemin de croix en face de nous, et le Mont-Blanc plus sur la droite. Le col de l'Avernaz est un peu plus loin, au moment de basculer vers Onnion, mais pas signalé par un panneau. On peut poursuivre la montée jusqu'aux chalets d'Ajon, 2 km plus haut.

00:00:00Plaine Joux depuis Onnion (1249m)

Je suis impressionné par le nombre de constructions nouvelles qui s'étagent le long de la route au départ d'Onnion. On a vraiment l'impression d'être dans une station de sports d'hiver. Le dénivelé de la route est d'emblée sur de gros pourcentages et va le rester sur environ 5 km. Quand on passe le panneau "Plateau de Plaine Joux", la pente s'atténue et surtout on évolue dans un espace préservé de toute urbanisation. En se retournant, on peut voir le Mont-Blanc. C'est bien agréable de terminer sans forcer et en pleine nature !

00:00:00Col Bayard depuis Gap (1248m)

Grimper un col emprunté par des centaines de camions chaque jour, ça ne fait pas très envie. Mais si on veut l'avoir à son palmarès, il faut bien se lancer un jour... Il n'y a pas de bande cyclable à proprement parler, mais un espace suffisamment large en bordure de route pour dire que l'on roule sur cette nationale en relative sécurité.
On quitte Gap par une longue rampe rectiligne et qui finit par faire un large crochet sur la gauche. Revenue à l'aplomb, la route s'élève ensuite en trois ressauts avec chacun 3-4 épingles assez serrées. Enfin, on peut remettre quelques dents pour franchir le dernier kilomètre.
Ce col m'a paru plus facile que ce que laissent soupçonner les panneaux routiers qui indiquent une dénivellation de 12%.

00:00:00Col Bayard depuis La Fare en Champsaur (1248m)

Gravi après le col du Noyer, sur la route qui conduit vers la mer... Il faut donc voir le col Bayard comme un passage obligé vers le sud.
A partir du village de Brutinel, il y a 4 kilomètres avec des portions de lignes droites vraiment dures. Mais comme c'est la route des vacances, on peut bien suer un peu avant de s'allonger sur le sable... dans quelques jours !

00:00:00Col du Rouvey depuis Col de Baraques (1244m)

Par ce versant, l'essentiel de la montée a été effectué jusqu'au col des Baraques. La route se poursuit tranquillement en forêt. On est presque étonné d'être à 1200 m d'altitude.

00:00:00Col du Négron depuis Revest du Bion (1242m)

A Revest-du-Bion, on est déjà à 900 m d'altitude. Je pense qu'il serait plus logique de faire débuter la montée à Banon, car en fait, c'est entre Banon et Revest que ça grimpe le plus. Une fois sur le plateau, on a de longues lignes droites, le vent dans la figure et plus aucune habitation. On pédale en pleine nature, dans un espace un peu monotone. Pas très loin, il y a Le Contadour où Giono aimait retrouver ses fidèles lecteurs.

00:00:00Col du Négron depuis Col de la Pigière (1242m)

Quand j'ai terminé la montée du col de la Pigière, j'ai vu la saignée de la route du col du Négron dans le flanc de la montagne, et j'ai compris que la difficulté serait autrement plus rude que ce que j'avais enduré jusque-là. Je n'ai donc pas fait le malin. J'ai mis le petit développement et je suis monté bien tranquillement. Je ne dis pas que je n'ai pas un peu zigzagué dans les portions les plus pentues. Mais qu'importe ? Je n'ai pas rencontré une seule voiture, ni aucun cyclo.

00:00:00Col de Néronne depuis Salers (1241m)

Un col magnifique ! La route qui part de Salers s'élève tranquillement dans les pâturages d'où nous découvrons progressivement, sur notre droite, la verdoyante vallée de la Maronne qui semble se terminer dans un beau cirque de montagne. Et puis aussi la croupe du Puy Violent qui est sans doute un but de randonnée appréciable.
Au col, nous avons 3 possibilités. Revenir sur Salers par le vallon de la Maronne. Descendre au Falgoux, pour éventuellement remonter le col par ce versant nord, en forêt et nettement plus pentu. Poursuivre sa route jusqu'au redoutable Pas de Peyrol.

00:00:00Col de la Charousse depuis Villevocance (1241m)

Quand on habite la Haute-Savoie, venir rouler ici, ce n'est que du bonheur si on s'en tient à la tranquillité ! Il n'y a pratiquement pas de voitures. Il y a aussi une luminosité très particulière que j'aime beaucoup. Il faut tout de même un certain entrainement pour avaler ces treize kilomètres d'ascension. Le départ est plus difficile que la fin où on roule en forêt.

00:00:00Col de la Charousse depuis Vanosc (1241m)

C'est le parcours de Villevocance raccourci de trois kilomètres. Mais il est plus logique de commencer une ascension par son point le plus bas. Sinon, on peut avoir un sentiment d'inaccompli.

00:00:00Col de Trechauffé depuis Col du Grand Taillet (1241m)

Après le col du Grand Taillet, il faut aller au col de Trechauffé, ne serait-ce que pour admirer la vue sur le lac Léman depuis le belvédère. Il n'y a plus que 3 km d'ascension et pas plus difficiles que ceux gravis jusque-là. Le cheminement se fait toujours sur une succession de lacets, mais sous le couvert forestier ce qui est bien moins photogénique. La route se finit en cul de sac, après une légère descente depuis le belvédère. On a une belle vue plongeante sur la retenue d'eau du barrage du Jotty.

00:00:00Col du Corbier depuis Seytroux (1237m)

On peut passer de la vallée de Morzine à la vallée d'Abondance en franchissant le col du Corbier. Mais au prix d'un bel effort : 7 km à presque 9% de moyenne. Après le village du Biot (terre natale de beaucoup d'évêques au 20è siècle), on entre en forêt et on ne trouve aucun répit sur cette route sans épingles. Ce n'est qu'après le hameau du Corbier que la route va un peu plus tourner dans la pente pour rejoindre le col. Énorme déception à l'arrivée où je découvre une urbanisation à mon avis tout à fait injustifiée. Pourquoi mettre autant de bâtiments ou de chalets qui sont inoccupés neuf mois sur douze ? Ce n'est certainement pas pour la vue qui est des plus banales dans l'axe où ils se trouvent...

00:00:00Col du Corbier depuis La Solitude (1237m)

Si vous aimez les cols avec de beaux lacets, vous allez adorer la montée au col du Corbier depuis la Solitude. On éprouve comme un sentiment d'enivrement en passant chacun des virages et en découvrant de plus en plus loin derrière nous le village de Bonnevaux puis les prés magnifiques dans lesquels se déroule le long serpent de la route. C'est vraiment le type de montée que j'affectionne ! Par contre, l'arrivée au col est très décevante avec la promotion immobilière qui a envahi tout un versant de la montagne. Ça ne donne pas du tout envie de flâner là.

00:00:00Col de Landoz-Neuve depuis Mouthe (1235m)

Puisqu'on est à Mouthe, il faut faire le détour pour aller voir la source du Doubs. Moi, j'aime bien au départ de Mouthe, la barrière levée et la cabane des douaniers qui nous rappellent la vie d'autrefois. De là on voit le chainon montagneux et la forêt où l'on va passer. Est-ce que ce sera difficile ? Non, pas vraiment, même s'il faut sur les 3-4 premiers kilomètres forcer un peu plus que pour traverser la vaste combe de Mouthe. Sur la fin, quand on retrouve des pâturages, on se fait plaisir à gagner le sommet.

00:00:00Col de Landoz-Neuve depuis Les Charbonnières (1235m)

Plus que la montée du col lui-même, ce qui m'a plu, c'est l'approche le long du lac de Joux et la découverte d'un second lac (Brenet) au moment où débute le col. On éprouve une joie très particulière à pédaler dans des lieux aussi beaux. Le col se monte facilement, en dépit de son amorce un peu brutale. Heureusement qu'il y a un panneau pour signaler le sommet, car le col n'est pas très visible géographiquement.

00:00:00Col de l'Oeillon depuis Chavanay (1234m)

J'ai un peu hésité à le faire car j'avais déjà plus de 80 km dans les pattes. Et puis quand j'ai été au carrefour de la Croix du Collet (946 m), je me suis dit que j'étais loin de la maison et que quatre kilomètres, même difficiles, ça pouvait se faire à l'énergie et au moral. Je suis donc monté. Il y a une rampe en ligne droite vraiment difficile à 2 km du sommet que je suis bien content d'avoir passée sans faiblir. Je ne peux pas dire d'avoir été enchanté du panorama qui nous est réservé au col. Mais fort heureusement, il y avait eu de beaux points de vue sur la vallée du Rhône et ses coteaux en cours de montée.

00:00:00Planachat depuis Cormaranche en Bugey (1234m)

Heureusement qu'il m'arrive parfois de me tromper de route et d'arriver sur un sommet que je n'avais pas prévu de gravir. Sans quoi je n'aurais jamais découvert Planachat et son antenne-relais. Je voulais aller au col de la Clye, mais comme j'ai tourné à gauche un peu trop tôt, je me suis retrouvé sur cette terrible rampe en escaliers. Face à la difficulté intense, j'ai bien deviné que je n'étais pas au bon endroit, mais puisque j'avais déjà fourni un gros effort, je me suis dit autant aller jusqu'en haut, et après j'aviserai. De la forêt, une route défoncée et cette antenne qui semblait me faire signe, ont accompagné mes palpitations cardiaques intenses pour atteindre le sommet.

00:00:00Col de la Givrine depuis Morez (1232m)

Ce versant n'est pas plus difficile que le versant Léman, même si le fait de passer sous des barres rocheuses rend la montée quelque peu austère. Après s'être extirpé du trou de Morez, on découvre les Rousses et ses vastes pâturages. On se dirige alors vers la Cure où on passe le poste de douane. Il reste alors à peine deux kilomètres pour franchir le col et descendre en pente douce vers St Cergues.

00:00:00Col de la Givrine depuis Nyon (1232m)

En bon français, je suis parti de Divonne pour rejoindre l'itinéraire de Nyons après le village de Gingins. C'est à partir de là que la route serpente en larges lacets, et en forêt. St Cergue a bien sûr un air de station suisse très cossue. Sur le haut, la route file quasiment en ligne droite, en parallèle avec la voie ferrée. Pas de vue sur le lac Léman à l'arrivée, mais de beaux pâturages. Je pense que n'importe quel adepte du vélo peut se faire plaisir sur ce parcours d'une vingtaine de kilomètres et sans gros dénivelé.

00:00:00Col de Legal depuis Vercuere (1231m)

Je suis monté depuis Fontanges, en passant par le col St Georges. C'est un beau parcours qui commence par un long faux-plat le long de l'Aspre. Ça se relève dans les quelques épingles avant St Georges. Après une courte descente, on s'approche du col Legal sur une pente très régulière. Ensuite je décide de poursuivre cette route des crêtes jusqu'à son terme. C'est à dire que je descends à St Cirgues-sur-Jordanne, en passant par les cols du Bruel et de la Croix de Cheules. Et puis je passe à Lascelle pour remonter vers la Croix de Cheules et refaire le parcours en sens inverse. C'est un régal. Je suis étonné de ne pas être plus fatigué que ça. Une fois n'est pas coutume, je m'arrête au col Legal pour manger l'assiette de charcuterie au buron. J'aimerais bien rouler sur des routes comme celles-là à toutes mes sorties !

00:00:00Col de la Croix de Baptiste depuis Allanche (1229m)

En partant d'Allanches, le col de la Croix de Baptiste fait suite au col du Baladour (que l'on laisse légèrement sur la droite) pour prendre la direction nord vers le col de Chanusclade et le département du Puy-de-Dôme. Nous grimpons bien sûr au milieu des pâturages, royaume de la vache salers. La présence d'éoliennes change sans doute l'ambiance pastorale d'autrefois...

00:00:00Col d'Aulac depuis Trizac (1228m)

Depuis Trizac, nous avons une montée tout en douceur, en forêt tout d'abord, avant de déboucher sur les vastes pâturages qui offrent une vue exceptionnelle sur les monts du Cantal. On est au calme. On respire à plein poumons. Un moment de pur bonheur.
Je suis descendu vers Le Falgoux pour grimper le col de Néronne, en face. Et puis je suis repassé au Falgoux, pour remonter vers le col d'Aulac, nettement plus difficile par ce côté. Et d'autant plus qu'on est en plein soleil. Mais c'est un énorme plaisir de retrouver de si beaux et si vastes horizons.

00:00:00Col de la Croix Perrin depuis Sassenage (1218m)

Je l'ai gravi alors que je faisais mes études à Grenoble. Je suis parti comme ça, un après-midi, sans entraînement. Je suis arrivé en haut pas très frais, mais satisfait. Je découvrais une route prisée des grenoblois. Ce fut une surprise de remonter le défilé d'Engins si proche de la ville. Dès les premiers lacets au-dessus de Sassenage on découvre les falaises caractéristiques du Vercors. Là, on comprend que la nature ne se laissera pas urbaniser et c'est tant mieux ! Le débouché sur le vaste Plateau de Lans est aussi un enchantement pour les yeux après s'être longtemps cogné aux parois verticales. Au carrefour des Vernes, quand on prend la direction d'Autrans, on a l'impression que la pente s'accentue, un peu à cause de la fatigue et aussi parce que l'on voit le plateau de plus en plus loin au-dessous de nous. Le passage au col ne se prête pas vraiment à un arrêt contemplatif. Mais si on veut compléter sa liste des cols, on peut se diriger vers le col de la Molière (1634 m), sur une route extrêmement dégradée.

00:00:00Col de la Croix Perrin depuis Autrans (1218m)

Autrans étant dans une combe, il faut d'une manière ou d'une autre franchir une crête pour y accéder ou pour en repartir. Le col de la Croix Perrin est l'accès le plus direct pour aller à Grenoble. La montée n'est pas très longue (5km), ni très difficile, sauf immédiatement après avoir rejoint le route qui vient de Méaudre où il y a un petit passage à 9%. Dans la montée, on découvre une carrière qui défigure le paysage boisé. Pas de vue exceptionnelle au sommet.

00:00:00Col de l'Homme Mort depuis Ferrassières (1211m)

Si on prend Ferrassières comme point de départ, on est déjà à presque 900 m d'altitude, sur le Plateau d'Albion, et il ne reste donc plus beaucoup à escalader. La montée au col se fait par une route inhabituellement large sur un terrain comme celui-ci. On peut remercier les militaires à qui nous devons de telles infrastructures. La vue est dégagée, avec des perspectives sur les champs de lavande assez uniques. Oh ! J'ai failli oublier de mentionner le Mont Ventoux !

00:00:00Col de l'Homme Mort depuis Col de Macuègne (1211m)

Comme j'avais déjà gravi le col de Macuègne, et avant le col de la Pigière, je ne peux pas considérer ce col de l'Homme Mort comme une simple formalité. Disons plutôt que c'est un aboutissement. Il permet surtout de découvrir les vastes horizons du Plateau d'Albion dès qu'on bascule vers Ferrassières, avec en point d'orgue le Mont Ventoux.

00:00:00Col du Baladour depuis Allanche (1207m)

Au départ d'Allanche, il y a au moins 8 cols routiers à découvrir, tous sur une route différente (Malmouche, La Rieu, Balladour, Croix Baptiste, Croix de Lampre, Combalut, Montirargues, Fortuniers). Le Balladour est le plus proche. La route monte direct à travers les champs, à plus de 6%. Ça fait drôle de découvrir des éoliennes. Elles me font un peu peur, fantômes articulés sous la bruine.
Le Balladour n'est pas mon col préféré du Cézallier. Mais pour le moment, on n'a pas la main pour écrire sur le Fortuniers ou Chanusclade...

00:00:00Col de l'Holme depuis Corps (1207m)

En sortant de Corps, il faut emprunter un petit bout de la nationale 85, puis prendre à droite la direction de Ste Luce, tout en tournant plus ou moins le dos au massif de l'Obiou et du Châtel que l'on reverra en cours de montée. La route serpente sur le coteau, au gré des accidents du relief et des hameaux dépeuplés. La pente n'est jamais méchante, plutôt irrégulière, ce qui finit tout de même par produire un sentiment d'usure, surtout après le village de Ste Luce. Le col n'est pas des plus remarquables visuellement, mais il offre un beau coup d'œil sur les montagnes proches ou lointaines. Au village de Villelonge, on peut poursuivre vers le col de Parquetout, qui dans son dernier kilomètre nous inflige une pente insoutenable, identique à celle que l'on rencontre tout du long de l'autre versant.

00:00:00Col de l'Holme depuis La Salle en Beaumont (1207m)

En route pour le sud, ce 8 juillet, j'avais prévu de faire le col de l'Holme au passage, en partant de La Salle en Beaumont. Mais je n'avais pas imaginé qu'il puisse régner un brouillard aussi intense à cette période de l'année. Ce fut comme si j'avançais dans un tunnel d'un bout à l'autre ! Heureusement, je n'ai pas croisé de voitures. Et que dire de la température ? Il faut vraiment être fou de vélo pour faire tous ces kilomètres dans de telles conditions ! Et pour les photos, autant ne pas y penser...

00:00:00Col de Carri depuis Saint Jean en Royans (1202m)

Ce versant est davantage boisé que le versant de La Chapelle. il est aussi moins difficile. Je ne parle que de la portion à partir du col de La Machine (pour le départ, se reporter à la fiche du col de La Machine).

00:00:00Col de Carri depuis La Barraque en Vercors (1202m)

Le cœur du Vercors est constitué de nombreux chainons montagneux orientés nord-sud et qui enserrent des combes plus ou moins vastes. Le col de Carri est un des rares cols goudronnés qui permettent de franchir un de ses chainons pour passer d'une combe à l'autre. La montée au col commence véritablement deux kilomètres après La Chapelle en Vercors et très brutalement : on sera au-dessus de 7,5% pendant 4 km. La route taillée dans la roche blanche accentue l'impression d'hostilité dans la première partie. La fin est boisée et le passage au sommet assez anodin malgré la présence d'un foyer de ski de fond.

00:00:00Col de la Croix de Chaubouret depuis Saint Etienne (1201m)

Je craignais la circulation sur le col de la République et du coup, je suis monté par Rochetaillé et je suis arrivé au col de la Croix de Chaubouret. Ce fut un bon choix. La montée est très régulière, sans à-coups. On est dans la campagne, avec un paysage un peu bocager. L'ambiance y est fraîche. J'ai poursuivi vers le Collet de l'œillon.

00:00:00Station du Désert d'Entremont depuis Epernay (1200m)

Cela revient en fait à faire le col de la Cluse depuis Entremont le Vieux. Dans le village, il faut prendre la direction de la fruitière. Ça descend un peu jusqu'au musée de l'Ours des Cavernes- Ensuite, ça va monter de façon soutenue et constante en allant chercher les bosses de la moraine. Après le village du Désert, on arrive dans un bel espace découvert, avec les falaises du Mont Outheran devant nous. Et si on regarde d'où on vient, on attrape forcément une belle vue sur le Granier.

00:00:00Col de la Croix de Lampre depuis Maillargues (1199m)

Fait sous un ciel gris. Au sommet du village, on cherche un peu sa route car il n'y a pas de signalisation (et je ne suis pas équipé de GPS). On est vite au col. La descente vers Peyrusse est assez sèche sur une route étroite avec quelques virages bien refermés.

00:00:00Col des Pradeaux depuis Saint Antheme (1196m)

J'ai passé le col des Pradeaux à la suite du col de la Croix de l'Homme Mort, dans le but de me rendre à Ambert. Dans cette contrée, les villages de moyenne montagne sont à des altitudes relativement élevées (800-900 m), si bien que le passage de ce col à 1196 m, ne présente pas une bien grande difficulté. On est en forêt quasiment tout du long et le col en lui-même n'a rien de particulier. La descente vers Ambert est plus sinueuse, avec une jolie vue plongeante sur la ville lorsqu'on s'en approche.

00:00:00Col du Buis depuis Entrevaux (1196m)

On passe d'abord le col de Félines qui est une très belle ascension forestière avec de nombreux lacets. Puis on redescend vers le vallon de La Serre sur une route étroite et exposée au vide. Sitôt que l'on a passé le panneau qui indique que l'on arrive dans les Alpes-Maritimes, la pente devient infernale. C'était auparavant un col muletier que l'on a goudronné au début des années 2000. Sur trois kilomètres, la pente, toujours rectiligne, ne descend pas au-dessous de 11%, et avec des murs terribles. On se demande où est le sommet et si on y arrivera sans mettre pied à terre. C’est l’occasion de mettre à l’épreuve le palpitant et de mesurer son endurance. Je me souviens plus du temps qu’il m’a fallu pour reprendre mon souffle que du paysage qu’il y avait là-haut.

00:00:00Col du Buis depuis La Serre (ponte) (1196m)

Heureusement que je suis arrivé dans ce mur sans savoir ce qui m'attendait. Je me suis dressé très fort sur les pédales et j'ai avancé mètre par mètre. Pour une surprise, ce fut une surprise ! Vingt ans après, je me revois encore en train de reprendre mon souffle en haut. J'étais allé au-delà de mes forces !

00:00:00Col de Combalut depuis Maillargues (1196m)

Un col qui est bien à l'image du Cézallier : sur une petite route qui se faufile entre les clôtures des immenses pâturages où paissent les magnifiques vaches salers. Ce col offre tout de même deux kilomètres à 7% et sans doute que les vaches ont tout le temps de nous regarder passer dans cette portion rectiligne et pentue.

00:00:00L'Alpettaz depuis Marthod (1193m)

Inutile de chercher une signalisation pour l'Alpettaz. Il n'y en a pas, sauf au moment de prendre la route forestière. J'ai demandé mon chemin à un agriculteur, il a voulu m'envoyer à l'Arpettaz, au-dessus d'Ugine. Donc, qu'on se le dise, l'Alpettaz n'est pas une appellation utilisée localement. Le même agriculteur m'a parlé des alpages de Marthod quand je lui ai expliqué où je voulais aller. Dès que l'on quitte la vallée de l'Arly pour aller au village de Marthod, on se coltine une sévère montée avec de nombreux virages. Les constructions sont denses sur cette partie de l'itinéraire. Passé le chef-lieu et en suivant la route des hameaux, toujours avec de nombreuses épingles, on passe à Bulles, puis Chantemerle. C'est là qu'il faut quitter la route principale pour prendre la route forestière à droite. La pente se durcit, avec un revêtement de plus en plus médiocre et pour finir inexistant. La route se finit par un chemin de terre et une petite plateforme qui est le point de départ pour une excursion à la dent de Cons (2063 m). On n'a aucune vue. Mais en redescendant, j'ai deviné le Mont-Blanc entre deux nuages. Franchement, je ne vois pas l'intérêt de monter là à vélo. Il y a tellement mieux dans le secteur...

00:00:00Col de Sur la Semine depuis Molinges (1190m)

C'est toujours un peu le même scénario dans le Jura. On quitte un fond de vallée (ici la Bienne), pour gagner les sommets où s'étirent les combes propices à l'élevage. La partie inférieure du parcours est souvent engluée sous les falaises et la forêt, si bien que la vue est assez médiocre. Ici, on a ce scénario, avec une pente très irrégulière, mais qui heureusement s'apaise avant de croiser la route du col de la Croix de la Serra. En traversant le village de Viry on devine que c'est un satellite de la capitale de la plasturgie qu'est Oyonnax. Le final, après Le Désertin a quelques portions difficiles, mais c'est pour moi le plus beau du parcours avec ses fermes isolées et ses vastes champs.

00:00:00Col du Grand Cucheron depuis Les Granges (1188m)

Je suis monté par la vallée des Huiles que j'ai découverte à cette occasion. Très joli parcours dans une nature encore préservée et épargné par le trafic automobile. C'est un peu raide au début pour s'extirper de La Rochette et puis après on progresse de village en village, dans une alternance de prés et de bois. Au hameau des Granges, on rattrape la route qui vient du col de Champ Laurent. La route va alors se diriger vers la paroi de la chaîne des Hurtières et grimper à flanc de montagne pour atteindre la trouée du col du Grand Cucheron. Ce final forestier est le plus éprouvant du parcours.

00:00:00Col du Grand Cucheron depuis La Corbiere (1188m)

En partant d'Aiguebelle, on passe au-dessus du tunnel de l'autoroute dont on entend ensuite le grondement du trafic pendant plusieurs kilomètres. Le profil de la montée est assez irrégulier jusqu'au village des Champs où commence la série des 7 lacets de la montée. Le final est entièrement forestier et à plus de 8% de moyenne. Au moment où je débouchais au col, j'ai eu la surprise de rencontrer un troupeau de moutons qui transhumait. Dans la lumière automnale, les sommets de la Lauzière m'ont paru bien austères.

00:00:00Col des Garcinets depuis D 900b (1185m)

La montée vers Bréziers fait bien mal aux jambes, surtout à froid de bon matin. J'ai ensuite poussé jusqu'à Turriers, histoire de faire le col des Sagnes. Et je suis revenu vers le col des Garcinets par une belle petite route de campagne sans dénivelé jusqu'au moment de retrouver la route qui vient de Bréziers. Les derniers kilomètres du col se font sur de larges courbes très dégagées. Voici pour le versant lumineux du col. Si on bascule vers Selonnet, on tombe sur le versant sombre. Sombre parce que la route est une horreur, toute rapiécée et malgré tout pleine de trous. C'est infernal de rouler là-dessus et qui plus est, en descente. Et c'est bien dommage car lorsqu'on découvre la vallée de la Blanche, la vue est splendide et on ne peut pas en profiter tellement on est occupé à ne pas choper le trou qui va amener la crevaison.

00:00:00Le Markstein depuis Buhl (1184m)

On passe tout d'abord quelques villages alsaciens bien typiques et bien fleuris. Et puis on se rapproche de la forêt sur une route assez rectiligne. La pente s'élève plus sérieusement lorsqu'on commence les virages, avec plusieurs passages difficiles jusqu'au lac de la Lauch qui offre un bon replat. Pour repartir de plus belle ensuite. Heureusement, le paysage se dégage lorsqu'on rejoint la Route des Crêtes. On peut contempler les croupes herbeuses jusqu'au Grand Ballon et au-delà.

00:00:00Col d'Entremont depuis Dienne (1184m)

Le col d'Entremont n'est pas redoutable du tout, d'autant moins qu'il est sur une route importante et donc bien profilée. Mais si on le prend (comme c'est mon cas), après avoir gravi le Pas de Peyrol, cette petite bosse peut s'avérer pénible. Et avec la pluie, et la route qui fume sous l'effet de la chaleur, ça pimente un peu le passage. On s'en souvient davantage que si on était passé sur route sèche...

00:00:00Col d'Entremont depuis Murat (1184m)

Après le Pertus et le col de Cère, je suis passé à Laveissière d'où j'ai pris la petite route qui passe par le Meynial et rejoint la D3 trois kilomètres avant le sommet du col d'Entremont. En voilà de la route granuleuse qui use bien l'organisme ! Mais sans voitures ! Le col d'Entremont est très ouvert et nous laisse découvrir de beaux pâturages.
A Dienne, je me suis arrêté pour visiter le musée de la pierre. Très belle présentation. On y découvre notamment les techniques de construction des maisons du Cantal.

00:00:00Col de la Clusaz depuis Aix les Bains (1184m)

Rien à dire de plus que ce que j'ai écrit sur la grimpée du Revard puisque c'est la même route. Le passage du col n'est ni mentionné sur un panneau, ni visible dans le paysage. C'est à partir de là que l'on quitte peu à peu la forêt et que l'on découvre les croupes herbeuses du Revard.

00:00:00Col de Platzerwasel depuis Munster (1183m)

C'est bien de partir faire un col sans avoir au préalable regardé son profil. Ça évite de gamberger et de se demander si on va y arriver ou pas. Pour le Platzerwasel, je suis parti de Munster bien sereinement, en pensant grimper un col du type des jours précédents (Firstplan, Bagenelles, Calvaire). J'ai tout d'abord été étonné de traverser autant de villages proches les uns des autres. La circulation y est assez intense, sur une route au dénivelé modeste.
Ça change brutalement à la sortie de Sondernach avec l'épingle qui nous fait entrer en forêt. Il faut vraiment appuyer fort sur les pédales, et pendant plusieurs kilomètres. Renseignement pris au retour, je m'aperçois que c'était du 9%. Content de voir le sommet, où on n'est pas récompensé par la vue puisqu'on est toujours sous les sapins. Il est donc judicieux de poursuivre vers le Markstein, puis le Grand Ballon d'où on peut découvrir les grands espaces vosgiens. On sera alors sur un profil de route vraiment idéal pour la randonnée cyclo paisible (il y a une zone de silence).

00:00:00Col des Sagnes depuis Bresiers (1182m)

Au cours de cet itinéraire, on change de département, mais on garde le même type de paysage lumineux. Pour le vélo, c'est ce qu'on appelle du casse-patte. Une belle petite côte suivie d'une petite descente (oh ! la vue sur l'église de Bellaffaire) et puis on monte à nouveau et on redescend pour enfin monter jusqu'à Turriers. On laisse le bourg sur la gauche pour enchainer quelques lacets au sommet desquels la vue plongeante sur le village mérite une photo. Le final est en ligne droite dans une sorte de combe.

00:00:00Col des Sagnes depuis D951 (1182m)

Pour une belle surprise, ce fut une belle surprise ! Depuis Bayons, on s'en vient par une large route pentue et plutôt rectiligne et voici que tout à coup, après avoir passé un petit pont, surgissent "les Tournants". La route vient buter contre la montagne et il faut une succession de cinq lacets pour gagner une échancrure que l'on croit être le col, mais qui ne l'est pas. C'est très beau et pas si difficile que ça à franchir. Vraiment, je vous recommande de venir vous promener par-là, car en plus de ce passage pittoresque, vous pourrez goûter à un calme absolu. Vous verrez que comme moi, vous rêverez de revenir là, même si l'effet de surprise aura disparu.

00:00:00Col de la Loubière depuis Lanuéjols (1181m)

La veille, nous étions sur le Causse Méjean où nous avons dormi. Ici, on change radicalement d'ambiance. Des moutons on passe aux vaches. Des horizons désertiques, on passe à la forêt. La montée est bien aimable. Il faut un peu de vigilance car la route est étroite.

00:00:00Col de la Loubière depuis Bagnols les bains (1181m)

Je suis monté par ce versant quatorze ans après l'avoir fait depuis Lanuéjols, mais j'en conserve moins le souvenir. Est-ce parce qu'il a été franchi après le col de Finiels qui nous fait découvrir les sommets de la Lozère ?

00:00:00Col de Cabre depuis Saint Pierre d'Argençon (1180m)

On peut dire que ce col débute réellement à Aspres-sur-Buëch. Pendant une douzaine de kilomètres, jusqu'au village de La Beaume, on est sur une route assez rectiligne et qui offre une large vue sur l'espace agricole environnant. Devant nous, se profilent les montagnes du Diois. Peu à peu, courbe après courbe nous nous élevons dans la forêt. Les champs laissent la place aux éboulis, aux ravins. On change insensiblement de déclivité, mais jamais avec brutalité. Le col de Cabre fait partie de ces cols où l'on s'étonne d'être en haut sans avoir souffert. Environ trois kilomètres avant le sommet, on peut prendre à droite la route qui conduit au col de Haute Beaume (1262 m) que l'on peut faire en aller-retour. Il est nettement plus costaud que le col de Cabre !

00:00:00Col de Cuvery depuis Bellegarde sur Valserine (1178m)

Si on enlève les deux derniers kilomètres, le pourcentage moyen frise les 7%. Ce n'est pas rien ! Mais ce n'est pas infernal car il n'y a pratiquement pas de rupture de pente. On peut s'installer dans un rythme et le conserver tout du long. A l'approche de l'auberge, l'horizon se dégage et on peut voir le Vuache et le Massif du Mont-Blanc. Si vous montez à la fin mai, vous pourrez voir les champs tout blancs de narcisses en fleur. Un peu moins agréable : le passage à basse altitude des avions qui s'apprêtent à atterrir à Genève.

00:00:00Col de Cuvery depuis Le Grand Abergement (1178m)

L'itinéraire est le même que celui du col de Bérentin. Un ou deux kilomètre avant le sommet de celui-ci, on bifurque à droite et on s'achemine au col de Cuvéry sur une route presque plate qui laisse voir une vaste combe typique du relief jurassien, et propice à la pratique du ski de fond. Ce versant est incomparablement plus facile que le versant est qui vient de Bellegarde (aujourd'hui rebaptisé Valserhône).

00:00:00Col de la Portette depuis Bouvante (1175m)

Quand on fait la liaison col de la Machine-col de la Bataille, on le franchit sans trop s'en apercevoir du fait qu'il est en pleine forêt et qu'on ne voit pas vraiment de passage en crête. Par contre, si on vient de Bouvante, on en prend pour une bonne bavante de 10 km, si je puis dire. On va tout d'abord chercher quelques bergeries isolées et puis on entame la longue série des lacets. La route est assez étroite et peu protégée du vide. On passe deux tunnels avant de rejoindre la route plus importante qui monte vers Font d'Urle.

00:00:00Col du Mollendruz depuis Le pont (1174m)

Un petit bonheur de col. Depuis le lac de Joux, la distance n'est pas très importante. Il y a une bonne petite bosse pour commencer et puis on roulera bien tranquillement dans un paysage très caractéristique du Jura.

00:00:00Col du Mollendruz depuis L'isle (1174m)

Franchement très facile en comparaison du Marchairuz gravi juste avant. C'est une route de grand passage, boisée et assez monotone.

00:00:00Col de Plainpalais depuis Lescheraines (1173m)

Il y a deux routes possibles depuis le pont sur le Chéran à Lescheraines. Soit par Le Noyer, soit par St François de Sales. Les deux routes ont un profil assez similaire, même si on a l'impression que c'est un peu plus dur par St François. On passe successivement les hameaux de chacun des villages, avec de belles vues sur ceux du versant opposé. Par chacune des routes, quelques épingles s’étirent sur le final, avant leur rencontre. La montée se termine par une longue ligne droite ascendante jusqu'à Plaimpalais. On peut admirer les falaises de la Margériaz sur notre gauche.

00:00:00Col de Plainpalais depuis Chambery (1173m)

C'est en abordant St Jean d'Arvey, au premier tiers de la montée réelle, que la pente est la plus difficile (10%). Passé ce kilomètre, on retombe à du 6-7% bien régulier, sans plus aucun lacet, mais avec de douces courbes qui épousent le terrain. Un peu en avant et sur la droite, on a le temps d'admirer les falaises de la Margeriaz. Il est un peu monotone ce col. C'est pourquoi il ne faut pas hésiter à monter à La Féclaz, puis au Revard pour jouir d'une vue plus attrayante.

00:00:00Col de Magnard / Lajoux depuis Mijoux (1172m)

Il faut tout d'abord remonter la vallée de la Valserine depuis Bellegarde. On passe la station de Lélex et on découvre peu à peu les grosses fermes qui annoncent l'architecture jurassienne. Avec la série de lacets à partir de Mijoux, on a vraiment l'impression de grimper un grand col. L'arrivée à Lajoux est magnifique avec la large vue qu'elle offre sur le plateau et les crêtes du Jura.

00:00:00Ballon d'Alsace depuis Malvaux (1171m)

J'ai bien aimé grimper ce Ballon d'Alsace. J'ai été étonné par sa facilité. On enchaine, virage après virage, sans avoir jamais à forcer. Un régal !

00:00:00Col de la Cluse depuis Corbel (1169m)

Découvert à l'occasion d'une randonnée organisée par les cyclos chambériens. J'avais crevé dans la descente du col des Égaux et un gars m'avait dépanné avec sa chambre. Merci à lui ! J'avais bien aimé le village de Corbel, en balcon au-dessus d'un vallon boisé et face à la proue verticale de la Roche Veyrand. Quand il a fallu reprendre la montée, ça a été un peu compliqué car j'avais perdu le rythme et la pente est sévère, mais pas continuellement. Le débouché dans les prés au col de la Cluse est magnifique, avec la vue sur le Granier.

00:00:00Col de Peyra Taillade depuis Prades (1169m)

Je ne suis pas parti de Prades, mais de Paulhaguet, car je voulais au préalable gravir les cols de Montclard et de Fix-St Geneys. Je suis donc arrivé par Siaugues et Vergonzac. En fin d'itinéraire, avec des routes qui montent et qui descendent sans cesse, j'ai trouvé qu'il y avait quelques rampes bien méchantes. Je me souviens d'une vue bien dégagée dans le dernier kilomètre, tout en ligne droite.

00:00:00Col de Val Ferrière depuis Seillans (1169m)

Une montée un peu longue, mais qui permet de savourer les paysages de l'arrière-pays provençal. J'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir le village de Mons très animé. Après avoir roulé dans une ambiance un peu désertique, on est un peu surpris de découvrir un bourg aussi vivant. C'est le Midi chaleureux que l'on aime ! Les derniers kilomètres en balcon sur la route qui vient de Grasse donnent l'impression qu'on a beaucoup grimpé.

00:00:00Saint Nizier du Moucherotte depuis Grenoble (1168m)

Je lis le témoignage de François B. auquel je souscris entièrement. Je dirais en complément que c'est un peu difficile de traverser Seyssinet à vélo (à moins que je n'aie pas su voir l'itinéraire protégé ?). Cette montée alternative sur le plateau du Vercors est de plus en plus empruntée par les voitures et peut être très pénible de ce fait. Elle permet de voir Grenoble bien plus que la montée par Sassenage.

00:00:00Espace nordique de Giron depuis Champfromier (1166m)

J'ai entrepris la montée de bon matin le 26 juin. Il faisait 9°. Je n'ai donc pas transpiré et c'est tant mieux. Je suis parti de St Germain de Joux, histoire de bien effectuer tout le dénivelé. Dès qu'on a pris la route de Montanges-Champfromier, la pente s'installe gentiment et on peut prendre un rythme très régulier. Il y a un long replat entre les deux villages, puis la pente s'intensifie dès qu'on entre dans Champfromier. On se retrouve vite en forêt jusqu'à la traversée du petit tunnel. La bascule vers Giron se fait davantage dans les prés, ce qui ouvre l'horizon. Pour atteindre l'espace nordique, il y a un bon kilomètre pentu au-dessus du village. Delà, on peut continuer vers La Pesse. J'ai préféré descendre vers Belleydoux pour gagner le col de la Croix de la Serra.

00:00:00Col de la Croix de l'Homme Mort depuis Montbrison (1163m)

J'ai aimé gravir ce col, car c'était la première fois que je venais dans cette région que je ne connaissais absolument pas. J'étais donc avide de découvrir sa géographie et ses paysages. Dès qu'on quitte Montbrison, la route s'élève sur une pente assez soutenue pour offrir de larges vues sur la campagne vouée à l'élevage. Elle épouse ensuite les accidents du relief par de nombreuses courbes. Les villages sont le plus souvent légèrement à l'écart. Les cinq derniers kilomètres se déroulent sous le couvert des sapins. On ne peut pas dire que l'arrivée au sommet soit inoubliable. Mais elle n'a pas fait de moi un homme mort. Je vais pouvoir atteindre Ambert et sa célèbre mairie ronde.

00:00:00Petit Ballon depuis Metzeral (1163m)

Je suis allé au Petit Ballon après avoir fait le Platzerwasel et le Grand Ballon. Disons que je n'étais plus très frais. Mais qu'importe, l'essentiel c'est d'être arrivé en haut et d’avoir pu apprécier le paysage ! Depuis Sondernach, nous suivons une route assez étroite, au pourcentage régulier et lorsque nous débouchons sur le sommet, le panorama est superbe. Dommage que je ne sache pas nommer tout ce qui nous entoure. Mais je reconnais tout de même les crêtes du Linge, au nord. La descente vers Luttenbach m’a paru vertigineuse. Est-ce l'effet de l'étroitesse de la route ?

00:00:00Col des Gets depuis Taninges (1163m)

On quitte Taninges par une très belle route en surplomb de la plaine jusqu'à un premier lacet. De là, on va peu à peu rentrer en forêt, puis dans une espèce de gorge toute en courbes et contrecourbes, froide et sombre. La pente est tout à fait acceptable, mais la circulation très intense, notamment avec les camions de chantier. Après avoir laissé sur la gauche la route du Praz-de-Lys, on est très heureux de sortir de la gorge pour découvrir les premiers chalets de la station des Gets. Le nom du col est gravé sur une pierre, sur le rond-point proche de la télécabine du Mont Chéry. On ne peut pas dire que tout soit fait pour accueillir les cyclos routiers dans les meilleures conditions possibles. Aux Gets, tout est axé vers le VTT.

00:00:00Col des Gets depuis Morzine (1163m)

En quelques coups de pédales sur une pente modérée, on remonte du trou de Morzine vers la crête des Gets. Tout se passe en forêt sur une large route très fréquentée. Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux à conseiller pour une jolie promenade cyclo.

00:00:00Col des Arces depuis Lullin (1163m)

Après avoir quitté Lullin, on grimpe dans les prés escarpés. Cette route étroite qui va de hameau en hameau, joue avec le relief tourmenté et offre des pourcentages très soutenus. Il ne faut pas hésiter à mettre le petit braquet. Voilà qui fait démentir l'idée que les cols d'accès à la Vallée Verte sont tous faciles.

00:00:00Col des Arces depuis Habère Lullin (1163m)

Jusqu'à Habère-Poche, c'est le même parcours que pour le col de Cou. Dès qu'on a pris la direction des Arces, la route se rétrécit et la pente s'intensifie. On passe près d'une chapelle et quelques maisons anciennes. On débouche très vite au sommet, avec de belles vues sur le Mont Forchat et le Mont Billiat.

00:00:00Col de Grand Bois depuis Bourg Argental (1161m)

C'est une route à grande circulation et j'avais quelque crainte à l'emprunter. Mais elle a aussi l'avantage d'être bien entretenue et bien dessinée, donc plutôt roulante. Il y a un passage un peu éprouvant au troisième kilomètre (8%). Sinon, on reste quasiment toujours avec la même déclivité de 4-5%. Sous les sapins, on devine aisément qu'il peut faire froid ici, même aux beaux jours. Au final, j'ai trouvé cette ascension plutôt agréable et plus sécurisée que je ne le pensais. Au sommet, un panneau indique que c'est le premier col supérieur à 1000 m qui a été franchi par le Tour de France, en 1905.

00:00:00Col d'Espreaux depuis Les Savoyons (1160m)

Voici un col qui ne peut que laisser des souvenirs ! Vraiment ! On se croirait sur la lune ! Le désert total. Que des cailloux et de profondes ravines. Par endroit, on se demande comment la route tient sur un terrain pareil. C'est d'autant plus surprenant que le départ est vraiment tranquille. On remonte longuement et tout en douceur le vallon du Drouzet, et lorsque la route se relève, c'est un changement complet de décor. Si vous voulez de l'inédit et du sauvage, il faut faire ce col !

00:00:00Col de Creusaz depuis Bernex (1160m)

Dans le village de Bernex, il faut suivre la direction Mont Bénand, puis plus haut Mont César. Il y a des constructions tout le long de la route et au col on trouve l'auberge des alpages. J'ai fait la montée sur une route épouvantable, remplie de gravillons. J'ai été quelque peu déçu de l'arrivée où on ne voit ni la Dent d'Oche (2221 m), ni le Pic des Mémises (1674 m), mais seulement les parois écaillées du Mont César (1574 m). Ce col de Creusaz n'a finalement d'intérêt que parce qu'il est le point de départ de belles randonnées vers les sommets cités.

00:00:00Col Saint Jean depuis Laborel (1159m)

Je rejoins pleinement Alex V. pour dire que ce col est difficile, surtout si on l'enchaine avec le Perty. Les pentes sont très raides dès le départ. On roule sur une route très sinueuse, dans une ambiance désertique. On est à la fois émerveillé par ce paysage sauvage, et anéanti par la chaleur accablante. A quelques encâblures du sommet, on peut rejoindre le col de Muze si on prend la petite route à flanc sur la droite. La descente sur Egalayes est assez acrobatique, avec une route souvent encombrée de gravillons.

00:00:00Ballon de Servance depuis Col des Croix (1158m)

Arrivé au col des Croix depuis Servance, j'ai bifurqué à droite, sans savoir où j'allais. J'aime le vélo pour ces opportunités qu'il nous offre de découvrir un secteur totalement inconnu. Nous sommes sur une petite route au dénivelé assez irrégulier où il faut parfois se mettre en danseuse pour passer quelques bosses. Je ne me souviens par particulièrement d'un paysage bien dégagé. Mais je me souviens bien de la descente sur une route étroite et humide, dans la forêt, et avec des dévalés vertigineux. Arrivé en bas, je me suis demandé si je remonterais cette route un jour. Elle m'a vraiment impressionné.

00:00:00Col des Limites depuis Montbrison (1157m)

Le col des Limites est juste après le col de la Croix de l'Homme Mort. Il marque la limite entre les départements de la Loire et du Puy de Dôme (jolie borne ancienne). Je ne ferai donc pas une description différente de celle du col de la Croix de l'Homme Mort.

00:00:00Côte de Prémanon depuis La Doye (1155m)

Jusque-là, je n'avais fréquenté Prémanon qu'en hiver pour le ski de fond. J'étais passé par cette route enneigée qui m'avait parue glaciale et lugubre. J'avais donc une petite réticence à la faire en vélo. Eh bien, en ce dernier jour de mai, ce fut un véritable enchantement. Mi- champêtre, mi- forestière, la montée se passe sans à-coups. J'ai été accompagné par les chants d'oiseaux, ce qui est bien plus agréable que les pétarades automobiles continuelles de la RN 5 abandonnée à Morez et retrouvée à la Cure. C'est vraiment une alternative agréable pour débuter le col de la Faucille ou celui de la Givrine. Le panneau qui indique le sommet de la montée est à environ un kilomètre après le village de Prémanon.

00:00:00Col de Palaquit depuis Grenoble (1154m)

C'est exactement le même itinéraire que celui du col de Porte, mais avec un panneau qui indique le col de Palaquit 2,5 km avant le sommet. A cet endroit, il y a une route qui permet de rejoindre Sarcenas et Quaix-en-Chartreuse. Pour éviter de faire un doublon, il vaudrait mieux mettre le descriptif qui passe par cette route.

00:00:00Col de l'Arzelier depuis Vif (1154m)

Eh bien moi, je l'ai trouvé bien long ce col ! Avec quelques passages bien raides avant Prélenfrey. Mais il offre de beaux coups d'œil tout du long. Et je n'oublierai pas l'arrivée au sommet avec la vue exceptionnelle sur les falaises des hauts sommets du Vercors et leur dentelle de pierre. Éblouissant !

00:00:00Col de l'Arzelier depuis Saint Guillaume (1154m)

Montée qui a deux aspects. Entre St Guillaume et Château-Bernard, on est sur un terrain très accidenté, et si je peux dire encaissé d'un ravin à l'autre. Au-dessus de St Bernard que l'on quitte par de belles épingles, la route s'élargit et l'horizon se dégage. C'est une montée pour puncheur, avec des replats qui succèdent à de brusques ressauts. Pas ce que j'aime le mieux...

00:00:00Col des Étroits depuis Vuiteboeuf (1153m)

A Yverdon, dans la plaine, je me dis "Oulala ! Il faut monter là-haut. Ça va être dur !" Et puis me voilà parti. Les kilomètres s'enchainent. Je suis déjà dans les lacets au-dessus de Vuitebœuf. Je vois le lac au loin. Les premiers bâtiments hôteliers de Ste Croix approchent. Je respire déjà comme un petit air des hauts. Ça sent la station un peu chic, mais pas trop. Il y a bien sûr la petite gare. Des fleurs aux balcons. C'est l'été. La vie est belle. Mais il faut encore faire un effort car le col est un peu au-dessus, avec peut-être les pourcentages les plus exigeants de la montée. Et après, j’ai filé vers le Val de Travers où notre cher Jean-Jacques Rousseau vécut de bien tristes déconvenues.

00:00:00Col des Étroits depuis La Gauffre (1153m)

Un itinéraire merveilleux qui nous offre tout du long des paysages ou des villages qui nous donnent envie de séjourner là. Tout d'abord, on peut admirer le château de Joux sur son éperon rocheux. La montée vers Les Fourgs oblige à forcer un peu sur les pédales. Normal : on arrive au village le plus haut du Doubs où il y a de très belles pistes de ski de fond. Son beau clocher comtois aux tuiles vernissées attire l'œil. Ça descend un peu pour passer la frontière suisse et on aborde alors le vaste plateau de L'Auberson et ses riches prairies. Le Chasseron se profile droit devant. Le col arrive après un ressaut qui brise un peu l’harmonie ressentie jusque-là.

00:00:00Col de Malissol depuis Nantes en Ratier (1153m)

Quand on est à La Mure, on voit des montagnes chauves. C’est assez peu commun. Le col de Malissol est au pied d’une de celles-ci. Il permet d'accéder à la station de l'Alpe du Grand-Serre. Sitôt après le village de Nantes en Ratier, la pente va jouer avec les 9-10% sur les deux kilomètres qui séparent du sommet. On est content de le franchir !

00:00:00Col de Malissol depuis Basse Valette (1153m)

Quand on vient de Valbonnais, on a déjà grimpé pas mal pour atteindre Oris en ratier. C'est le désert ! Qui peut avoir le courage d'habiter par-là ? Quatre kilomètres plus haut, on laisse la route du col de La Morte pour prendre à gauche une route ombragée, mais dont on devine le tracé ascendant. La pente ne cesse de se durcir jusqu'au col heureusement proche.

00:00:00Station de la Sambuy depuis Faverges (1152m)

Mes camarades de l'internat natifs de Faverges ne juraient que par la station de la Sambuy et sa piste noire. Cela valait bien une visite à cette station si prestigieuse, mais en été, et à bicyclette. Il avait plu le matin et des orages étaient annoncés pour le soir. Dans cet entre-deux, j'ai pu échapper à la touffeur de l'été. J'ai vraiment beaucoup aimé cette montée somme toute assez courte - 10 km depuis Faverges - avec une pente qui se durcit au fil des kilomètres. La route est très large et sans à-coups. Elle tourne gentiment sous les sapins. On n'a pas de vue en montant, mais en redescendant, on peut voir la Dent de Cons droit devant, et plus à gauche le Mont Charvin et le bout de la chaine des Aravis et la Tournette.
Si vous montez au col de Tamié, ce serait dommage de ne pas faire le crochet par la Sambuy. Il n'y a que 5 km depuis Seythenex.

00:00:00Col de Clye depuis Cormaranche en Bugey (1151m)

Après la suée pour atteindre (par erreur) Planachat, la remise sur le bon chemin pour le col de Clye offre un temps de repos : presque 2 km à plat, mais toujours dans la forêt. Et puis soudain, rebelote, une pente dingue où il faut serrer les dents pour rester assis sur la selle. Le mauvais revêtement ne fait que compliquer la tâche. Franchement, je ne crois pas que j'aurai envie de revenir affronter les nids de poule et ne rien voir de particulier. Je vais rattraper la route du col de la Rochette pour basculer vers le Valromey beaucoup plus ouvert et verdoyant.

00:00:00Col de la Forclaz de Montmin depuis Vesonne (1150m)

Le col de la Forclaz est connu de tous les annéciens adeptes du vélo pour être très difficile par ce versant. Cette réputation n'est pas usurpée. Ça commence juste au-dessus de Vesonne avec une longue rampe à flanc de montagne. Après une courbe à gauche, on entre en forêt où la pente se tasse un peu. Mais c'est pour se durcir encore plus lorsqu'on aborde les prairies dans une série de virages très relevés. On laisse à droite la route qui va au hameau du Plan. Le village de Montmin semble nous narguer sur son promontoire. Il faut encore appuyer très fort sur les pédales pour l'atteindre. Il nous offre un replat. Hourra ! Voici une petite descente. C'est fini ? Pas du tout ! Ça repart de plus belle et si vous ne terminez pas les 300 derniers mètres en zigzaguant, c'est que vous êtes très fort !

00:00:00Col de la Forclaz de Montmin depuis Menthon Saint Bernard (1150m)

C'est un site de décollage très prisé des parapentistes, ce qui amène constamment du monde au col les jours de beau temps. C'est bien de faire débuter l'ascension à Menthon. Comme ça on a l'altitude du lac (450 m) comme repère. La côte d'Echarvines n'a rien d'effrayant pour commencer, pas plus que la montée vers l'ermitage de St Germain qui se trouve au-dessus d'un tunnel. C'est dans ce secteur qu'on a de très beaux points de vue sur le lac d'Annecy. Ça continue encore assez paisiblement jusqu'à Rovagny où la route se redresse à 7%. Là, on tourne le dos au lac et on entre dans la forêt et... dans le dur. Après le passage d'un pont, et un virage à droite, c'est à peu près tout droit jusqu'au sommet et à plus de 10% sur deux kilomètres. Au col, on peut admirer le lac (enfin, si ce n'est pas trop la cohue). Avancez-vous de quelques mètres sur l'autre versant et vous pourrez admirer l'impressionnante masse de la Tournette (2351 m) toute proche.

00:00:00Col de l'Echarasson depuis Saint Jean en Royans (1146m)

A partir du col de Gaudissard, si vous allez au col de l'Echarasson, vous abandonnez la route en surplomb de Combe Laval. Vous y perdez pour la vue, mais pas pour la tranquillité et un relatif repos à l'ombre. Vous pourrez toujours basculer sur le versant de Lente et retrouver la route qui vous ramènera au col de la Machine. A moins que vous ne préfériez aller découvrir le col du Carri (1202 m) ou le col du Chaud Clapier qui est le col goudronné le plus élevé de la Drôme (1431 m).

00:00:00Col de Tourniol depuis Saint Jean en Royans (1145m)

Jusqu'à Léoncel, le parcours est commun à celui du col de Bacchus : plutôt régulier, mais un peu lassant dans sa partie boisée. C'est pourquoi, lorsqu'on amorce les lacets au-dessus de Léoncel, on retrouve un peu plus d'envie, porté par un paysage plus attrayant. Mais qui peut parfois être pris dans le brouillard comme en témoigne la stèle commémorative d'un crash d'avion.

00:00:00Col de Tourniol depuis Romans (1145m)

La montée au col débute réellement à Barbières. On a les parois du Vercors devant nous qu'il va falloir franchir dans une échancrure au col de Tourniol. Après avoir contourné un premier monticule, on enfile une série de courts lacets qui nous permettent d'embrasser une large vue sur la vallée de l'Isère d'où on vient. On s'approche des parois verticales où des rochers émergent comme de grosses molaires. Une nouvelle envolée de lacets plus rudes que les précédents permet de déboucher au col avec une belle vue sur le vallon de Léoncel tout proche. Je me souviendrai de cette belle montée qui comme dans toutes celles que j'ai effectuées dans le Vercors m'a offert des paysages exceptionnels.

00:00:00Col du Calvaire depuis Hachimette (1144m)

Je n'ai pas beaucoup apprécié la montée depuis Orbey. J'ai préféré arriver depuis les cols du Bonhomme et du Luschpach. C'est la bucolique route des crêtes, mais avec quelques passages assez raides sur les deux derniers kilomètres. On découvre aussi que le télésiège fonctionne l'été et que de nombreux vététistes l'utilisent afin de pouvoir dévaler les pistes tracées pour eux. Toujours la même cohue de voitures sur le parking.

00:00:00Col du Calvaire depuis Orbey (1144m)

Il y a les cols que l'on aime (les Bagenelles) et les cols que l'on n'aime pas (le Calvaire). A quoi cela tient-il ? A la difficulté ? Ce que je n'aime pas, ce sont les à-coups. Ici, il y en a à plusieurs reprises et en particulier à proximité du Lac Blanc. On a l'impression que ça ne grimpe pas et on est collé à la route. A la fréquentation ? Oui, il y a pas mal de voitures. Les motards eux se font plaisir en pétaradant le plus possible. Au panorama ? (ou plutôt au manque de vue) ? La signalisation routière annonce plusieurs lacs que l'on ne voit jamais, ou à peine. Quant au col lui-même, il n'offre pas de vrai beau point de vue, mais des parkings autos bien remplis.
Heureusement que l'on peut s'échapper par la route des crêtes et retrouver le calme des hauteurs.

00:00:00Col de Bérentin depuis Le Grand Abergement (1144m)

La route idéale pour qui aime le cyclotourisme sur des parcours peu fréquentés et un peu secrets. Ici, on ne roule pas spécialement pour la vue, ni pour accomplir un exploit, mais pour être au calme, à plus de 1000 mètres d'altitude et sans avoir fourni un effort démesuré. A cela s'ajoute que si on est chasseur de cols, on peut aller glaner quelques golets (c'est le nom qu'on donne aux cols dans le secteur) dans les environs : golet Comment, golet Sapin, golet Belon, sans oublier le col de Cuvéry. Bonne promenade !

00:00:00Col de Bérentin depuis Nantua (1144m)

On est content de laisser la route nationale aux Neyrolles pour prendre la montée vers Le Poizat. Mais il faut supporter la rumeur continuelle de l'autoroute des Titans. Après le passage du tunnel du Peney, la pente s'adoucit et les sonnailles des troupeaux remplacent le bruit des autos. Au Poizat, on retrouve la route qui vient de St Germain de Joux et on monte paisiblement en forêt les cinq derniers kilomètres.

00:00:00Col de Bérentin depuis La Voute (1144m)

En partant de St Germain de Joux, on grimpe par le versant nord, dans la forêt de sapins. On a la rumeur de l'autoroute jusqu'au village de Lalleyriat. Ensuite on rejoint le village du Poizat où il y a un foyer de ski de fond. Le col de Bérentin est cinq kilomètres au-dessus. Il n'a rien de très particulier, si ce n'est qu'il fait communiquer la vallée de Nantua avec les hauts plateaux du Bugey. La montée est à peu près homogène d'un bout à l'autre et il y a très peu de circulation. Je le recommande à ceux qui aiment les coins isolés.

00:00:00Les Bergonnes (Plans d'Hotonnes) depuis Le Grand Abergement (1143m)

J'étais venu skier là une fois ou deux et il était donc tout naturel que j'y vienne un jour à vélo. Comme pour tous les cols environnants, ce qui est appréciable par-dessus tout, c'est le calme. Après la station (où il y a maintenant un anneau goudronné pour les adeptes du ski à roulettes et l'entraînement estival des biathlètes), la route s'élève un peu plus fort. Belle vue sur les environs.

00:00:00Col du Cucheron depuis La Diat (1139m)

Depuis St Pierre de Chartreuse, ce n'est qu'une rampe à peu près rectiligne de 2 km, où l'on côtoie les remontées mécaniques au départ et à l'arrivée.

00:00:00Col du Cucheron depuis Saint Pierre d'Entremont, via Saint Philibert (1139m)

La Chartreuse est un massif fermé, plutôt difficile d'accès. Le col du Cucheron étant situé en son cœur, c'est celui qui demande le plus de kilomètres pour être atteint depuis les agglomérations de Chambéry ou de Grenoble. Mais ce handicap de la distance est largement compensé par la tranquillité des lieux qui ont su conserver la rusticité d'autrefois. Depuis St Pierre d'Entremont, la montée va se faire en deux temps car il y a une légère descente avant d'atteindre le village de St Philibert. A la première épingle, on a une belle vue sur le village avec la Roche Veyrand en arrière-plan . Et puis on progresse en alternance à travers prés et bois. Le final semble plus difficile.

00:00:00Col de la Schlucht depuis Fraize (1139m)

Parmi les montées proposées, il n'y a pas celle que j'ai faite. Je pense que c'est celle-ci qui est la plus proche. Je suis parti de Xonrupt-Longemer, puis Le Valtin et la Schlucht. Pour atteindre Le Valtin, on passe le petit col de Surceneux dans la forêt vosgienne typique. A partir du Valtin, ça monte vraiment et comme c'est en ligne droite, on n'a aucun répit. Il faut prendre un rythme et le tenir jusqu'en haut. La montée directe depuis Xonrupt-Longemer est sans doute plus facile.

00:00:00Col de Montirargues depuis La Gazelle (1139m)

C'est le point de passage ouest pour accéder à Allanche. Il y a une petite portion un peu difficile après avoir quitté la route Murat-Riom-ès-Montagne, mais on est très vite sur un large plateau exposé au vent et avec quelques zones humides. J'aime pédaler dans ces espaces ouverts et semi-sauvages. La descente vers Allanche est courte mais prodigieuse. Laissez-vous emporter !

00:00:00Col de Menthières depuis Confort (1136m)

Sans vouloir faire un méchant jeu de mots, on quitte son confort pour une montée bien ardue sur les deux tiers du parcours. On est plutôt dans les prés avec la vue qui s'élargit progressivement sur le bassin de Bellegarde et l'avant pays savoyard. On se sent un peu seul au monde sur ces hauteurs ignorées des masses touristiques. Et du coup on est d'autant plus satisfait d'avoir su découvrir cette montagne jurassienne.

00:00:00Col des Prés depuis Challes les Eaux (1135m)

Pour un kilométrage similaire à celui du versant nord, le dénivelé est le double sur le versant sud ! Me voilà donc prévenu. Je suis parti de St Alban-Leysse en empruntant la route du col de Plaimpalais, puis en bifurquant vers Thoiry. Voilà qui nous fait déjà faire pas mal de toboggan avant d'entreprendre la montée pour de bon. Aux Chavonnettes, puis sous les falaises de la Montagne de Bonvillard, le pourcentage devient sévère et j'ai besoin de me mettre en danseuse. Voici le virage qui oblique plein nord pour atteindre le col en ligne droite. Ouf ! C'est fini !

00:00:00Col des Prés depuis Pont d'Escorchevel (1135m)

Voilà un joli nom qui laisse imaginer une vue dégagée au sommet. Je suis monté par la route la plus directe depuis Lescheraines. On ne peut pas faire plus tranquille, tant du point de vue dénivelé que du point de vue circulation paisible ! On passe quelques hameaux avant d'atteindre Aillon-le-Jeune et sa fromagerie. La route se cabre un peu à la sortie du village, mais rien d'insurmontable et nous débouchons en effet sur un bel espace de prés avec une belle vue sur la Pointe de la Galoppaz.

00:00:00Col du Granier depuis Chapareillan (1134m)

Tous les cyclos le diront : c'est la route la plus difficile pour accéder au Granier. C'est aussi le côté où la montagne s'éboule. Sans atteindre la catastrophe de 1248 qui fit au moins un millier de victimes, il y a eu ces dernières années plusieurs éboulements spectaculaires. J'entreprends donc la montée avec un œil circonspect sur ces falaises maudites. J'entreprends la montée avec très peu de kilomètres au compteur, et je vais très vite en payer le prix. Ça fait déjà deux ou trois kilomètres que j'alterne la position assise avec la position en danseuse, sans jamais pouvoir retrouver du rythme. Je sais que ce n'est pas bon signe. Et j'ai beau regarder vers le sommet, je n'y suis pas encore. Arrive donc ce qui devait arriver : je cale. Oui. Plus de jus, plus de force. Je suis obligé de m'arrêter. Ma fierté en prend un coup. Ce genre de panne m'est déjà arrivé. Mais sur des cols plus longs, ou plus difficiles. Caler en montant le Granier, c'est un peu la honte. Et ça m'est arrivé ! Il faudra que je revienne pour effacer cet affront !

00:00:00Col du Granier depuis Saint Pierre d'Entremont (1134m)

C'est presque une anomalie pour moi d'avoir grimpé ce versant avant le versant chambérien. J'en garde un souvenir ébloui, avec cette petite route sauvage qui longe le Cozon dans un joli défilé depuis St Pierre d'Entremont. A Entremont-le-Vieux, la pente s'accentue au fil des prairies. C'est dans l'épingle, à l'approche de la station de ski, qu'on a la plus forte déclivité. On peut reprendre du rythme dans le final, où les falaises du Granier émergent majestueusement.

00:00:00Col du Granier depuis Chambery (1134m)

Au cours de ces 15 km de montée, on va passer du monde urbain au monde de la montagne, tout en traversant des paysages très variés. La pente n'excédant pas les 7,5%, le col du Granier est accessible à n'importe quel cyclo capable d'enchainer les kilomètres. Il nous faut tout d'abord sortir de Chambéry. Un bon balisage nous conduit sur les premières pentes où l'urbanisation s'étend de plus en plus loin. On n'est pas très loin des Charmettes, chères à Jean-Jacques Rousseau. Un peu plus haut, une méchante usine gâche le paysage côté montagne. Regardons plutôt les collines sur la droite. La route va enfin changer de direction pour se rapprocher de la falaise et nous mettre dans une ambiance plus sévère et plus minérale. On passe le tunnel du Pas de la Fosse et on va finir la montée sur une pente adoucie et dans une ambiance boisée. 4 alternatives s'offrent à nous pour revenir sur Chambéry.

00:00:00Col du Granier depuis Saint Baldoph (1134m)

Je me souviens d'avoir serré les dents et levé le cul de la selle pour affronter les premiers kilomètres où l'on domine peu à peu tous les villages du piémont chambérien. Et je me souviens surtout d'avoir été serré méchamment par un abruti d'automobiliste qui m'a obligé à mettre pied à terre. Je ne pense donc pas remonter par cette route au demeurant fort jolie.

00:00:00Col des Tribes depuis Le Bleymard (1131m)

Depuis Bagnols-les-Bains, on côtoie les premiers méandres du Lot. C'est ce qu'on appelle une route bucolique où le cyclotouriste peut flâner à son aise !

00:00:00Col des Tourettes depuis Col de La Saulce (1126m)

De part et d'autre de la route qui va de Serres à Rosans, on trouve des petits cols, sur des petites routes. Le col des Tourettes est sans doute le plus beau, parce que le plus haut (1126 m). Au col de La Saulce, il faut prendre à droite et pendant trois kilomètres, on ne va pas s'amuser : on frise les 8% de moyenne ! Mais on est récompensé par un panorama splendide sur tout le Pays de Rosans. Vraiment, ça vaut la peine d'aller jusque la-haut !

00:00:00Col des Tourettes depuis Serre Boyer (1126m)

Je craignais un peu cette montée qui se situait en fin de parcours après La Fromagère, Prémol, Fays et Rossas. Et bien c'est passé comme une lettre à la poste ! Et pour deux raisons : 1- J'avais le vent dans le dos. Eh oui, ça compte ! 2- Depuis La Charce, la montée est bien plus progressive que depuis le col de La Saulce et joliment ombragée sur la fin.

00:00:00Col des Moises depuis Draillant (1121m)

La présence d'un foyer de ski de fond au col des Moises laisse présager d'un col plutôt ouvert dans une combe. Les deux premiers kilomètres, après avoir quitté la D12, sont pentus, sinueux et en forêt. Quand on atteint le hameau de Chez Roch, on trouve les prés que l'on ne quittera plus jusqu'en haut. Je ne peux rien dire de la vue puisque ce jour-là j'ai roulé dans le brouillard, hélas.

00:00:00Col de la Charme depuis Chabreloche (1120m)

Col fait en compagnie d'Hervé. Partis de St Just-en-Chevalet, nous avons passé le col de St Thomas et sommes redescendus jusqu'à Arconsat. Je me souviens d'une route forestière humide et sombre, où nous avons pu pédaler côte-à-côte, sans être dérangés par les voitures. Le col en lui-même n'est pas signalé et n'offre pas de vue. Nous avons poursuivi vers le col de la Loge des Gardes.

00:00:00Col du Feu depuis Orcier (1120m)

Quand on s'approche d'Orcier, en venant de Draillant, à la vue de la montagne, on se demande bien où va passer la route. Eh bien après le village, sur une longue rampe à flanc de moraine, elle va chercher une échancrure. Elle change alors complètement de direction et se dresse encore plus terriblement le long du torrent du Pamphiot. De hameau en hameau, dans un vallon plutôt resserré, la route zigzague constamment pour atteindre le col. Moins boisé, l’autre versant offre plus de vue.

00:00:00Col de Mézilhac depuis Le Cheylard (1119m)

Col passé complètement au hasard, à l'occasion de mon premier périple à vélo avec les sacoches. Je me souviens que j'étais terriblement fatigué. Arrivé là en deux jours depuis Seyssel, ça n'était pas rien ! Il me semble qu'on aperçoit le Mont Gerbier de Jonc depuis le col de Mézilhac.

00:00:00Col de Cou depuis Draillant (1117m)

Montée effectuée bien des années après celle du versant Vallée Verte, en partant d'Allinges. Ce versant est intéressant par sa régularité. On peut se tester sur ce parcours pour essayer de monter à un bon rythme. Rien d'extraordinaire pour la vue (on est très longtemps sous les arbres), sauf au début si on se retourne, on a une belle vue sur le lac Léman et plus particulièrement sur le Golfe de Coudrée. Arrivé en haut, on a le choix de poursuivre vers plusieurs autres cols : les Moises, les Arces, Terramont ou Jambaz.

00:00:00Col de Cou depuis Fessy (1117m)

Ce versant ouest est le plus court (7km), mais avec des pourcentages plus difficiles. Dès le centre du village de Fessy ça monte très fort jusqu'au moment où on laisse les dernières maisons. Ensuite, on va être constamment à couvert et pour ainsi dire sans guère de répit (sauf là où il y a une stèle souvenir de la Résistance). On est content de croiser la route qui monte de Thonon pour faire le dernier kilomètre sur une pente plus modérée.

00:00:00Col de Cou depuis Habere Poche (1117m)

C'est le premier col éloigné de chez moi que je suis allé découvrir à vélo. Un mercredi après-midi d'automne, je suis parti de Bonneville pour Findrol et ensuite remonter toute la Vallée Verte. Délicieuse impression de ce que peut offrir le plaisir de pédaler. De villages en hameaux, j'ai les yeux grands ouverts sur la campagne, insouciant des kilomètres qui restent à parcourir. L'essentiel est de savourer ce sentiment de liberté nouvelle. C'est peut-être de ce jour qu'est née en moi l'envie de partir à la découverte du plus grand nombre de cols possibles.

00:00:00Col de Champ Laurent depuis Chamoux sur Gelon (1116m)

Ce jour-là, le temps était bouché. Brouillard épais qui m'a évité de transpirer. Mais bien évidemment grosse déception de ne pas au moins voir la vue au sommet. Il m'a semblé que la traversée du village de Champ-Laurent était étroite et pentue. Illusion ? Par contre, je me souviens bien des nombreuses épingles.

00:00:00Col de la Fageole depuis Massiac (1114m)

On hésite un peu à faire le col de la Fageolle parce que l'autoroute A75 est proche tout au long du parcours entre Massiac et St Flour. Et lorsqu'on fait du vélo, on préfère ne pas subir le grondement du trafic. Rassurez-vous, si vous faites seulement la portion Massiac-La Fageolle, vous ne serez pas dérangé par le bruit des voitures, sauf au col, tout à la fin. On monte sur une route quasiment déserte. J'y ai vu deux renardeaux tranquillement couchés sur le bitume ! Au départ de Massiac, la route doit composer avec le relief tourmenté et tournicote dans une ambiance forestière. Au tiers du parcours, on trouve de belles portions en ligne droite, que l'on peut faire sur le grand plateau. Après être passée sous l'autoroute, la route dégringole vers le village de Vieillespesse pour remonter tout aussi sec vers le hameau de la Fageolle, cette fois en enjambant l'A 75. Je me rends compte en rédigeant ce témoignage que le col de la Fageolle n'est pas si monotone que ça et je vous invite donc à venir goûter à son charme.
Arrivé au sommet, j'ai opté pour la visite de St Flour. Je vous raconterai donc le retour, mais pour cela, il vous faut aller voir le témoignage qui part de la cité cantalienne.

00:00:00Col de la Fageole depuis Saint Flour (1114m)

Lorsqu'on descend le col de la Fageolle, on aperçoit assez vite St Flour sur son piton rocheux, sans doute d'origine volcanique. Et on est frappé par la couleur noire qui semble imprégner toute la cité. Ici, les maisons sont solides. Il faut lutter contre le froid...
Après mon petit tour de ville, je reprends la direction de Massiac. Et je me dis que ce sera bien moins facile de grimper que par l'autre versant, car la descente m'a quelque peu impressionné, avec ses longues portions rectilignes, et des panneaux qui indiquent une pente à 8% à l'approche de St Flour. Sans compter que là, on est proche de l'autoroute et de son flot continuel de véhicules. A cela s'ajoute un vent de face qui va s'amplifier à mesure que je monte. Tout ça fait donc pas mal d'éléments négatifs, mais bon, n'exagérons pas trop tout de même. La montée ne fait que 8 km et les paysages de la Planèze sont bien agréables.
J'ai donc grimpé le col de la Fageolle par ses deux versants, dans la même demi-journée : le nord est facile et paisible; le sud est plus pentu et soumis au trafic autoroutier. Ça, c'est pour le tracé le plus direct. Il y a aussi une possibilité de monter par Montchamp, mais bien plus longue.

00:00:00Col de la Rochette depuis Ruffieu (1112m)

A Ruffieu, si on prend la direction du col de la Rochette, on tourne le dos au Grand Colombier. Très vite on entre en forêt et on suit une longue ligne droite avant de passer la seule épingle qui nous amène vers le sommet enfermé sous les sapins.

00:00:00Col de la Rochette depuis Hauteville Lompnes (1112m)

Le col de la Rochette fait passer des maisons de repos d'Hauteville-Lompnès aux prairies du Valromey. La route très granuleuse demande une attention constante. Bien qu'il soit court, son manque de régularité peut agacer. A peu près à mi-chemin, dans une épingle, on aperçoit une statue de la vierge. On peut prendre sur la droite, une petite route très dégradée qui conduit au col de la Clye, tout proche, juste après une clairière où se trouve une ferme. Le final, à l'ombre des conifères, conserve une certaine fraicheur, même en été. Dans la descente, j'ai eu la surprise de voir deux chamois sur la route !

00:00:00Le Collet depuis Plainfaing (1110m)

Point de passage obligé pour aller à la Schlucht. Montée en ligne droite depuis Le Valtin.

00:00:00Col Lebraut depuis Chorges (1110m)

Depuis Chorges, la route est très large et très roulante. Merci le barrage de Serre-Ponçon qui verse les subsides ! On a bien quelques points de vue sur le lac que l'on voit mieux dans le sens de la descente. Si on redescend vers Chorges, on aperçoit aussi très bien le Piolit et sa pointe caractéristique et le Pic de Chabrières.
La montée depuis Espinasses est plus sinueuse, mais plus grandiose aussi puisqu'on passe devant la voute du barrage. Ça fait tout de même quelque chose quand on pense à la quantité d'eau qu'il y a derrière ! Attention aussi à l'insolation : ce versant est très dégagé et très exposé au soleil.

00:00:00Megève depuis Ugine (1107m)

La route des Gorges de l'Arly étant fermée très souvent ces dernières années, il vaut mieux se renseigner pour savoir si on peut passer. En cas de fermeture, il y a un itinéraire alternatif par Héry-sur-Ugine qui oblige à monter davantage.
La route des gorges, comme on l'imagine, est encaissée, mais avec un profil plutôt roulant. Il y a simplement un kilomètre un peu plus relevé à partir du croisement de la route qui va à Crest-Volant. Petite descente pour aborder Flumet et puis ça repart sur un dénivelé moyen. On découvre les alpages, mais aussi la promotion immobilière qui peu à peu transforme la montagne en vaste dortoir. De Praz-sur-Arly à Megève, on est continuellement dans les constructions. Ce n'est pas ce que recherche le cycliste solitaire...

00:00:00Megève depuis Le Fayet (1107m)

Sur cet itinéraire, ce n'est pas la pente qui est gênante, mais la circulation intense, car il n'y a aucun aménagement pour les cyclistes. Après St Gervais, la route est tellement sombre qu'on a comme l'impression de se sortir d'une gorge. Heureusement que sur les hauts la vue se dégage et que l'on peut admirer la vallée de l'Arve, l'Aiguille de Varan et les Fiz. A la sortie d'un virage on peut admirer tout le village de Combloux un peu en contrebas. De ce beau point de vue, il ne reste que 2 km pour gagner le centre de Megève.

00:00:00Megève depuis Sallanches (1107m)

Je suis monté depuis Sallanches car je voulais boucler consciencieusement mon programme qui consiste à gravir chacun des cols par ses deux versants. Bien sûr, la vue sur le Mont-Blanc est magnifique à partir de Combloux. Mais comment goûter à la majesté du paysage alors qu’il faut sans cesse être sur ses gardes à cause de l’intensité du trafic ? Le stress fatigue plus que le dénivelé. Je n'ai pas du tout envie de refaire ce parcours à vélo ! Quand est-ce qu’on se préoccupera des aménagements cyclables dans ce département ?

00:00:00Les Rousses depuis Morez (1105m)

C'est le début des cols de la Faucille et de la Givrine. Il a fallu qu'un orage carabiné décharge ses trombes d'eaux au moment où je montais. Pas drôle avec en plus les voitures qui arrosaient en dépassant. Les chaussettes n'ont pas beaucoup aimé et le bonhomme non plus. Dans la catégorie sortie humide, ça fait un souvenir de plus...
Sinon, nous avons une montée régulière qui flirte avec les 6%. On longe des barres rocheuses. On passe même un hameau qui s'appelle Sous les Barres. Il n'y a guère de points de vue. On est heureux de voir des vaches dans les prés un peu avant d'arriver aux Rousses.

00:00:00Col du Bulay depuis Les Planches en Montagne (1104m)

Nous sommes partis de Mouthe pour aller au col du Bulay nouvellement inscrit en 2017 au catalogue des Cent Cols. De Mouthe à Chatelblanc, on roule tranquillement à travers les prairies tout en admirant les grosses fermes comtoises. Puis on descend vers Foncine le Haut où il faut prendre à droite une route forestière qui se dirige vers la crête boisée. Bon petit raidillon en perspective jusqu'au moment où la route tourne à angle droit près d'une ferme. On enchaine alors une série de trois épingles plutôt éprouvantes et la route goudronnée se termine près des antennes. Je ne m'attendais pas à trouver un final aussi costaud...

00:00:00Col de Proncel depuis Les Barraques en Vercors (1100m)

Le col de Proncel fait communiquer La Chapelle à Vassieux en Vercors. Une fois qu'on est aux Barraques en Vercors, on ne va pas trop avoir l'impression de grimper dur. On est déjà entré sur le plateau et on va avancer au gré des accidents du terrain. Le replat de La Chapelle nous permet de nous reposer un moment. Ensuite, il reste quatre kilomètres assez débonnaires, où on est quelque peu enserré entre les chainons calcaires. A noter que peu avant La Chapelle, on peut prendre la D256 pour aller faire en aller-retour le col de la Croix Chatelar (1026 m).

00:00:00Col des Moulis depuis D118 / D84 (1099m)

Passé au cours de la 5ème étape de la traversée des Pyrénées. Après Pailhères, cette grimpette de trois kilomètres paraît bien anodine. On ressent comme un air de désolation en traversant Escouloubre-les-Bains où les installations thermales semblent à l'abandon. Après cela, le passage au sommet du col des Moulis offre un chouette moment de communion avec la nature.

00:00:00Col de Terramont depuis Habere Poche (1098m)

Joli petit col qui fait transiter de la Vallée Verte à la vallée de Bellevaux. Alors qu'habituellement il est d'une tranquillité absolue, je n'ai rien trouvé de mieux que de le gravir au moment du festival Rock'enPoche. Pas tous très bien réveillés les festivaliers qui zonaient au milieu de la route !

00:00:00Col de la Croix Berthel depuis Vialas (1088m)

C'est la fin de l'itinéraire de Génolhac. A partir de Vialas, la pente s'accentue un peu plus à chaque kilomètre.

00:00:00Col de la Croix Berthel depuis Le Pont de Montvert (1088m)

Comme toujours sur les routes cévenoles, pour atteindre le col de la Croix-de-Berthel, ça tourne et ça vire sans cesse. Si on débute sous un couvert forestier, l'horizon se dégage peu à peu au fil de la montée. Les croupes sur le versant desquelles les pierres affleurent laissent imaginer que les sols ici ne sont pas très propices aux cultures, ni à l'élevage. Terre aride, terre du vide...

00:00:00Col de la Croix Berthel depuis Génolhac (1088m)

Cette ascension que j'imaginais bucolique et paisible a failli virer au cauchemar lorsque j'ai été mordu par un chien dans le hameau de Nojaret, un peu avant Vialas. Plus que ma blessure, c'est la lâcheté du propriétaire de l'animal qui m'a affecté. Il prétendait que son chien était enfermé ! Heureusement qu'un voisin a bien voulu témoigner en ma faveur !
Il faut tout d'abord passer la grosse bosse du col de Valoussière (501 m) et poursuivre assez tranquillement jusqu'à Vialas. A partir de là, la route s'élève un peu plus durement à chaque kilomètre, partant de 4% pour finir à plus de 7%. Et avec le vent de face. On comprend pourquoi le village proche du sommet s'appelle St Maurice de Ventalon (qui est aussi le nom de la montagne). C'est la route cévenole typique : sinueuse, bordée par un ravin et agrémentée de solides parapets de pierre (des ouvriers dont l'idiome n'était pas le français en reconstituaient un).

00:00:00Col des Limouches depuis Saint Jean en Royans (1086m)

Je suis monté là un 29 avril et s'il y a une chose à laquelle je ne m'attendais pas c'est d'avoir froid. Je grelottais véritablement (car bien sûr je n'avais pas de tenue chaude). Malgré ce désagrément, je garde un bon souvenir du passage au petit village de La Vacherie et de ses prairies. C'était plus attrayant que l'interminable montée entre St Jean et Léoncel.

00:00:00Col des Limouches depuis Chabeuil (1086m)

Monter au col des Limouches depuis Chabeuil, c'est franchir un premier chainon montagneux pour ensuite gagner le cœur du Vercors. On aura une bonne dizaine de kilomètres de véritable montée à partir de Peyrus. Après avoir remonté un petit vallon abrité, la route s'élève vers la falaise boisée et puis change brusquement de direction pour aller chercher un passage dans un effondrement du relief. La pente diminue en intensité dès lors que l'on est passé au-dessus de la muraille. C'est le moment de regarder en arrière pour découvrir la plaine au loin. L'arrivée sur le plateau sommitale est un peu décevante dans la mesure où on ne débouche pas sur un vaste horizon.

00:00:00Col de la Loge des Gardes depuis le Moulin Gitenay (1077m)

Le jour où j'ai appris qu'il y avait un col dans l'Allier, à plus de 1000 mètres d'altitude, ce fut une sacrée surprise ! Et encore plus, en venant à vélo de constater qu'il y avait un domaine pour pratiquer le ski de fond ! C'est aussi pourquoi j'aime bien grimper de nouveaux cols à vélo. On découvre des portions de territoires un peu secrets et pourtant riches de tout un passé.
Pour ce qui concerne la montée, je l'ai d'abord faite depuis Renaison, en passant par les cols de la Croix du Sud et de Rivière Noire. Quand on a passé Rivière Noire, c'est une route de crête, tantôt boisée, tantôt à découvert où on avance sans peine. Le col est à un carrefour de routes, avec une maison forestière et un point de vente de produits du pays (fermé lors de mon passage)
La seconde fois, je suis venu depuis Laprugne, en étant passé auparavant par les cols de St Thomas et de la Charme. Il y a beaucoup de virages et une portion bien rude quand on entre dans la forêt. Mais on arrive tout de même assez facilement à la maison forestière...

00:00:00Col du Lancier depuis Mignovillard (1075m)

Je suis parti de Mouthe, je suis passé au col du Lancier, puis j'ai filé vers Mignovillard, Frasne et Sombacour pour faire le Pertuis de la Vrine. A la suite de quoi je suis passé à Pontarlier et au col de la République et puis je suis revenu à Mignovillard pour faire l'autre versant du col du Lancier. En fin de parcours, je l'ai trouvé bien long ! Faut dire que cette montée en ligne droite renforce cette impression. Ayant découvert la cabane du foyer nordique sur le parcours, j'y suis revenu en famille pour une très belle journée de ski de fond.

00:00:00Col du Puy de Renel depuis Rochebrune (1075m)

La portion qui est décrite ici est assez courte. Il serait plus judicieux de faire partir l'itinéraire d'un des ponts sur la Truyère. On aurait ainsi une meilleure idée de ce qu'est le cyclotourisme dans le Cantal : souvent ardu pour s'extirper des fonds de vallée. Pour ma part, je suis parti de Ruynes-en-Margeride (pour voir le viaduc de Garabit), puis je suis passé au barrage de Grandval d'où je suis remonté jusqu'à Neuvéglise pour retrouver le parcours indiqué. On a le Plomb du Cantal en face de nous. On pédale dans un espace très ouvert où les immenses pâtures accueillent les vaches aubracs. C'est le parcours rêvé pour tout cyclo qui aime se retrouver en pleine nature !

00:00:00Col de Cuvillat depuis Champdor (1073m)

Il y a pléthore de cols dans le Haut Bugey et c'est donc un plaisir d'y aller pour compléter sa liste. Cuvillat n'est pas situé sur un axe nord-sud, comme la plupart de ceux du secteur. Il faut donc aller le chercher comme on dit dans le jargon. Mais il n'est pas très long, ni d'un côté, ni de l'autre (4 km). Avec plus de 6% de moyenne, ce n'est tout de même pas qu'une simple bosse. Vous pouvez aussi être presque sûr de ne pas rencontrer de voiture. Heureusement parce que la route est étroite, en particulier au sommet où on passe entre deux parois qui ont dû être taillée pour laisser passer la route.

00:00:00Col de Cuvillat depuis Le Petit Abergement (1073m)

Le pied du col monte tout de suite très fort dans des prairies plutôt sèches. Ensuite, on alterne champs et couverts boisés dans une grande solitude. C'est assez souvent le cas dans le Haut Bugey, mais ici, le sentiment d'être dans un bout du monde est encore plus fort. A noter toutefois qu’au départ du col au Petit Abergement, un dépôt de matériel agricole au rebut n’est pas du plus bel effet.

00:00:00Ahusquy depuis Saint Jean le Vieux (1072m)

Je ne sais pas pourquoi, mais beaucoup de cols ou de montées au Pays-Basque m'ont paru abominables. La montée vers Ahusquy depuis Mendive n'échappe pas à la règle. J'étais collé à la route, avec le cœur qui battait terriblement. Je n'avais pas l'impression de devoir affronter des pentes soutenues, mais... je n'avançais pas. C'est dommage de devoir se battre pareillement alors qu'on est dans un cadre très ouvert, très verdoyant, avec des vues plongeantes extraordinaires.
PS : Maintenant que je vois le profil, je comprends pourquoi j'ai trouvé cette montée aussi difficile. Visuellement, elle ne me paraissait pas aussi forte.

00:00:00Col de la Fromagère / Pommerol depuis Rosans (1072m)

12 mai 2019 - Depuis Rosans j'emprunte une petite route qui serpente au flanc du massif. J'évolue dans un univers boisé. Je ne croise personne. Je ne sais pas où conduit cette route. Peu à peu, je me sens gagné par un sentiment d'inquiétude. Certes, c'est paisible ! Certes, c'est préservé ! Certes, c'est reposant (même si on grimpe à plus de 1000 m) ! Mais mon appréhension ne fait que se renforcer avec la dégringolade vers les bergeries de La Fromagère, sur l'autre versant. Que se passerait-il si je venais à chuter dans un endroit aussi désert ? Combien de temps resterais-je sans secours ? Pourquoi ces idées morbides me viennent-elles ici ? Est-ce la morsure de la bise contre laquelle je lutte depuis le départ qui me désespère ainsi ? Heureusement, je n'ai connu aucun incident et j'ai pu réaliser l'intégralité du circuit prévu.

00:00:00Col des Baraques depuis Annonay (1072m)

Rouler sur de longues lignes droites en Ardèche est suffisamment rare pour qu'on se rappelle qu'une bonne partie du col des Baraques depuis Villevocance est sur un parcours plutôt rectiligne. Il faut dire que ça monte à peine. C'est après St Julien que ça devient vraiment un col. Les cinq derniers kilomètres en forêt sont plus sinueux. L'ombre des sapins est bienvenue.

00:00:00Col de Romeyère depuis La Balme de Rencurel (1069m)

C'est le même itinéraire que celui qui part de Pont e Royans, mais raccourci. (Se reporter à cette fiche).

00:00:00Col de Romeyère depuis Saint Gervais (1069m)

Il y a des cols qui laissent plus de souvenirs que d'autres. Celui-ci en fait partie. Pas pour son passage au sommet qui est très classique dans les pâturages. Mais pour toute la portion du canyon des Écouges. La route taillée dans la falaise et le tunnel impressionnent. A plusieurs reprises, ma roue arrière a patiné tant la pente était ardue. J'en ai encore des frissons, à la fois de plaisir et à la fois de peur rétrospective. Que se serait-il passé si j'avais dû croiser une voiture pendant l'effort le plus intense ? Il est toujours possible de mettre pied à terre. Mais ensuite, c'est dur de repartir. Même pour regarder les gorges je n'osais pas m'arrêter, de peur de couper mon élan. Il y a comme un jeu de fascination-répulsion avec cette route exposée au vide. Et sans doute que ce premier passage laisse plus d'émotion qu'une fréquentation plus assidue...

00:00:00Col de Romeyère depuis Pont en Royans (1069m)

Pour une belle route, c'est une belle route ! On quitte Pont-en-Royans et ses maisons suspendues pour remonter les Gorges de la Bourne, sous les hautes falaises du Vercors. C'est un régal permanent pour les yeux ! A hauteur de La Balme, on quitte la route de Villard-de-Lans pour prendre à gauche la route qui conduit à la combe de Rencurel. La pente est plus difficile, mais sans être insurmontable. On retrouve des prairies. Après le col, la descente vers St Gervais est très spectaculaire. Vérifiez les freins et ouvrez les yeux !

00:00:00Col de Portet d'Aspet depuis Aspet (1069m)

Gravi lors de la 4ème étape de la traversée des Pyrénées. Nous l'avons pris depuis Henne-Morte, ce qui nous a permis de faire les quatre kilomètres les plus difficiles. Ça demande un effort très intense. Les plots en béton fichent un peu la trouille, surtout après être passé devant la stèle de Fabio Casartelli.

00:00:00Col de Macuègne depuis Montbrun les Bains (1068m)

Celui-là, j'avais vraiment envie de le monter ! Rien qu'en regardant la carte et en découvrant tous les méandres de la route, je savais que je me ferais plaisir ! Au départ, on peut déambuler dans les petites rues en pente de Montbrun-les-Bains qui est classé "plus beau village de France". La montée au col est superbe. On devine de loin où la route va nous conduire dans ce paysage de lumière, et on a comme une impatience à gagner le virage supérieur. Vraiment, ce fut un moment d'enivrement cycliste exceptionnel. Il n'y a pas que le Mont Ventoux qui soit digne d'intérêt !

00:00:00Col de Macuègne depuis Sederon (1068m)

Quand on est au col de la Pigière, on voit le col de Macuègne et le beau déroulé de la route qui y conduit. Il nous faut alors descendre sur trois kilomètres et remonter sur quatre. C'est un parcours charmant, à la pente modérée, entièrement à découvert et empreint de solitude. Que rêver de mieux pour le cyclotourisme ? Si vous collectionnez les cols, au sommet vous pouvez prendre la petite route goudronnée qui se dirige vers l'antenne et vous passerez le col de Bays (1125 m).

00:00:00Col de Marcieu depuis La Buissière (1065m)

Niché sous les falaises du massif de la Chartreuse, ce col méconnu est difficile d'accès. Depuis la vallée de l'Isère, il y a deux façons d'y parvenir : soit en partant de La Terrasse, soit en partant de St Vincent de Mercuze et en passant par Ste Marie du Mont. Dans les deux cas, le dénivelé est le même et la difficulté semblable. A chaque fois, ce sont les 5-6 premiers kilomètres qui sont les plus terribles. Depuis La Terrasse, on emprunte la route qui conduit au plateau des Petites Roches (très connu des parapentistes). De nombreux lacets nous hissent au-dessus du rebord du plateau. Quand on l'a atteint, il faut laisser la route du col du Coq sur la gauche et prendre à droite Une route beaucoup plus apaisée, mais relativement étroite. Depuis St Vincent, ça va grimper très fort jusqu'à Ste Marie du Mont que l'on laisse sur la droite- On termine en forêt, avec une déclivité plus modérée. Très belle vue sur le massif de Belledonne en face.

00:00:00Col du Mont d'Orzeires depuis Vallorbe (1061m)

Il faut quitter le fond de la vallée pour aller vers les hauteurs du lac de Joux et on passe le col du Mont d'Orzeires. Si j'ai eu mal aux jambes, c'est surtout parce qu'auparavant j'avais grimpé le col de l'Aiguillon depuis Baulmes. Rien de sensationnel à voir au cours de la montée. Les surprises sont à voir dans les grottes de Vallorbe et leur rivière souterraine.

00:00:00Col du Mont d'Orzeires depuis Le pont (1061m)

Des cols comme celui-ci, je veux bien en grimper tous les jours ! On tourne le dos au lac de Joux pour longer le lac Brenet et la voie ferrée qui finit par disparaître dans un tunnel. La pente se manifeste un peu plus, mais c'est déjà le sommet. Un régal !

00:00:00Col de Belle Roche depuis Nantua (1056m)

Parcours commun avec le col de Colliard. Ensuite, la route monte sans aucun virage jusqu'au col de Belle Roche. Les talus herbeux font progressivement place à un affleurement pierreux, si bien que le col se trouve bien marqué dans une sorte d'étranglement rocheux.

00:00:00Col de Belle Roche depuis Ruffieu (1056m)

Sur ce versant, le parcours est commun avec le col de la Cheminée. Ensuite, la route est rectiligne. On sent à peine une légère élévation sur la fin. Le parcours est fléché « route des sapins ». On imagine donc facilement l’ambiance forestière dans laquelle on évolue. Si vous voulez vous promener au calme, il faut venir là !

00:00:00Col de Pierre Vesce depuis Laborel (1056m)

Après le col de Perty et le col St Jean, le col de Pierre Vesce a l'air bien anodin par sa longueur (3 km). Mais je l'ai trouvé passablement difficile. Et j'ai eu la peur de ma vie lorsqu'au sommet, j'ai vu surgir un 4x4 qui avait oublié qu'on roule à droite et qu'on ralentit pour croiser sur une route étroite. J'ai dû me jeter dans le fossé ! J'ai abordé la descente vers Villebois tout tremblant, ce qui n'était pas le mieux sur cette route très raide, très tournante et très bosselée.

00:00:00Col de Pierre Vesce depuis Villebois les Pins (1056m)

Je l'ai remonté aussitôt après l'avoir descendu. Je me demande un peu pourquoi on a établi une telle route tellement la roche parait peu stable. Certains passages sont très acrobatiques aussi bien du point de vue de la déclivité que de la sinuosité.

00:00:00Col du Reychasset depuis Villebois les Pins (1052m)

J'ai beaucoup aimé cette route en partant d'Orpierre. On est au calme et ça ne monte pas beaucoup, sauf sur le dernier kilomètre quand la route vient se coller à la montagne. J'ai ensuite filé vers le col du Laux, ce qui m'a permis de découvrir de petites routes épargnées par le trafic.

00:00:00Champéry depuis Monthey (1050m)

La route est extrêmement fréquentée jusqu'à Troistorrents. Ça va un peu mieux quand on a laissé la route de Morgins. Ça va aussi nettement mieux pour la déclivité qui s'atténue. Malgré les voitures, on peut tout de même avoir un œil sur les Dents du Midi au loin devant et sur le versant opposé à la route. A moins que l'on préfère regarder passer le train... Après Champéry, je suis monté à Sur Cou (1350 m) sur une route très étroite et extrêmement pentue. J'ai mis un bon moment à reprendre mon souffle, pas forcément très bien récompensé par le paysage vu de là-haut.

00:00:00Col de la Croix de la Serra depuis Saint Claude (1049m)

On peut dire que la route monte tout droit de St Claude au col, et toujours avec la même déclivité (environ 6%), sauf sur une portion à 4% après 8 km de montée. On peut donc prendre un rythme et le conserver. On ne rencontre pas grand monde et on a une vague impression de solitude. Les hameaux portent de jolis noms (gaité, abondance, chalet modèle), mais je ne suis pas sûr qu'ils reflètent bien la vie d'ici. Peu avant le sommet, on aperçoit le village des Bouchoux étalé sur sa combe herbeuse. Jusque-là, il fallait se contenter des croupes boisées. En conclusion : facile, mais monotone.

00:00:00Col de la Croix de la Serra depuis Saint Germain de Joux (1049m)

Le parcours est assez long : plus de 17 km. C'est une sorte de marche lente vers les hauts. La route sinue tout d'abord entre la falaise et le ravin. On passe à trois kilomètres du village de Plagne où ont été découvertes les plus importantes traces de dinosaures de France. En quittant la forêt, on découvre le village d'Echallon où les villas récentes se mêlent aux grosses bâtisses anciennes sur plusieurs kilomètres. Passé Belleydoux, on trouve le caractère montagnard du Jura. La végétation est bien moins avancée et les fermes sont très dispersées. Un peu avant le sommet, on peut prendre à droite, direction La Pesse, pour faire le col de Sur la Semine.

00:00:00Col de Besseyre depuis Riom es montagnes (1048m)

Je venais pour la première fois à Riom-ès-Montagnes et j'ai été très agréablement surpris par l'activité qui règne dans ce bourg. Je n'ai pas grand-chose à dire sur le col de Besseyre (qui n'était pas l'objectif principal de ma journée). Nous montons progressivement en suivant les vallonnements du relief, ce qui fait que les points de vue varient constamment. Nous sentons que cette montagne est encore bien vivante grâce à son activité agricole. Le village de Trizac en témoigne. Je poursuis vers le col d'Aulac.

00:00:00Col de la Chaudière depuis Saillans (1047m)

Depuis Saillans, on grimpe le col de la Chaudière par son côté nord, ce qui nous offre un parcours en grande partie boisé. Si on débute dans les vignes, on entrera vite dans la forêt typique de l'étage alpin. A défaut de paysage, on pourra se concentrer sur son pédalage. La pente n'est jamais excessive, même si on sent bien qu'à plusieurs reprises il y a comme une crispation dans l'effort. C'est ainsi que l'on ressent les passages au-dessus de 8%. A l'approche du sommet, on peut voir sur la gauche le village de La Chaudière, et sur la droite, au-dessus de nous, la falaise des Trois Becs. Je n'oublierai pas que j'ai dû descendre l'autre versant sur une route fraichement goudronnée. Vous aimez ? Moi, pas du tout, du tout !

00:00:00Col de la Chaudière depuis Bourdeaux (1047m)

Le col passe entre deux montagnes connues de la Drôme : les Trois Becs et le Couspeau. Il est bien visible depuis tous les villages du secteur. Je me souviens que j'aurais préféré rester à l'ombre des platanes de Bourdeaux plutôt que d'entreprendre la montée du col de la Chaudière en ce milieu d'après-midi brûlant. Mais il fallait bien boucler le circuit ! Disons que ce fut moins cuisant que je ne le redoutais. On a tout d'abord quelques kilomètres assez tranquilles, comme une sorte d'encouragement à poursuivre plus loin. Puis quand on laisse les dernières maisons, la pente s'installe et ça va grimper avec de longues épingles sur cinq kilomètres, dans un paysage plutôt dénudé. Je n'ai pas à me plaindre puisque j'ai aussi ramassé au passage un col dont j'ignorais l'existence : le col du Gourdon, 953 m.

00:00:00Col du Tourrond depuis Saint Etienne du Laus (1047m)

On monte un véritable chemin de Croix. Oui, je ne rigole pas. Jusqu'au sanctuaire, la montée est ponctuée de croix. Sans doute pour nous faire oublier la pente (supérieure à 7%). Le sanctuaire passé, la route se rétrécit brutalement, devient très rugueuse et monte dans la forêt, sans plus jamais offrir de point de vue. La descente sur Jarjayes est assez courte, en meilleur état, et offre un beau panorama sur la montagne de Céüse.

00:00:00Col de Foureyssasse depuis La Saulce (1042m)

On quitte la vallée de la Durance et ses vergers (pommiers) pour grimper sur le plateau de Sigoyer. Et ce n'est pas de tout repos, surtout en début de saison ! Ce col n'offre aucun répit. Après le village de Lardier et Valença, la pente s'accentue et on entre vraiment dans un univers montagnard, avec la route à flanc de montagne et un profond ravin. Les pins font leur apparition. Au sommet, jolie vue sur les falaises de Céüse et du Pic de Bure.

00:00:00Col du Grand Taillet depuis Chevenoz (1041m)

On passe par le hameau du Fion où la route est maculée de bouses ! Un comble ! Ce désagrément étant passé, l'ascension se fait par une série de très beaux lacets que l'on peut voir se dérouler au fur et à mesure que l'on progresse. On est ainsi dans la représentation idéale que l'on peut se faire d'un col. C'est pourquoi j'ai beaucoup aimé découvrir cette route à l'écart des circuits réputés.

00:00:00Col du Grand Taillet depuis D902 (1041m)

Les chablaisiens disent sous forme de boutade qu'à La Forclaz il faut ferrer les poules. Voilà qui peut donner une idée de la nature du terrain ici. Nous sommes donc prévenus : nous serons en pleine pente et il faut s'accrocher pour ne pas dégringoler. Depuis la route Thonon-Morzine, nous grimpons en forêt jusqu'au village de La Forclaz et puis nous finirons dans les prés où carillonnent les cloches des vaches abondances. Autant mettre d'emblée le petit plateau et essayer de pédaler en souplesse le plus longtemps possible. La traversée des deux villages permet de reprendre un peu sa respiration. Au col, nous pouvons poursuivre vers le col de Tréchauffé ou redescendre directement vers la vallée d'Abondance.

00:00:00Col du Barioz depuis Goncelin (1041m)

La route des balcons de Belledonne va d'Allevard à Uriage, avec une multitude de cols tout du long (Barioz, les Ayes, Hurtières, Lautaret, les Mouilles, Rousset). Le col du Barioz est le plus septentrional et demande un bon effort pour s'extirper de la vallée de l'Isère et monter à plus de 1000 mètres d'altitude. C'est à St Pierre d'Allevard que l'on quitte la route très fréquentée qui relie Goncelin à Allevard. On va alors évoluer sur un relief typique des piémonts, mi-boisé, mi-champêtre, avec des pentes ardues, suivies de portions plus roulantes. Si on a de la peine à suivre un rythme constant, on pourra se consoler en respirant l'odeur caractéristique des sous-bois humides et en attrapant quelques beaux points de vue sur la vallée du Grésivaudan, sans oublier les falaises de la Chartreuse, en face.

00:00:00Col de Fourques depuis Col de Perjuret (1040m)

Ce n'est pas un col connu pour être un but de randonnée. On y passe pour aller au Mont Aigoual si on vient de Florac en passant par le col de Perjuret. La route suit une ligne de crête assez vallonnée avec la végétation typique des causses.

00:00:00Col de Richemond depuis Lochieu (1036m)

L'intérêt de prendre cette route, c'est de pouvoir faire le tour du Grand Colombier, en partant d'Artemare, en passant par le col de Richemond pour ensuite revenir par Seyssel. On se fait plaisir tout du long, sans jamais avoir à forcer excessivement. Sur la portion Lochieu-col de Richemond, on est comme sur une route en balcon. On ne rencontre presque personne et on pédale avec allégresse. Je recommande cet itinéraire à ceux qui veulent faire des kilomètres, avec du dénivelé, mais sans souffrir.

00:00:00Col de Richemond depuis Bellegarde (1036m)

C'est un col que j'aimais beaucoup faire depuis Seyssel, même si à partir d'Injoux-Génissiat les pylônes et les lignes à haute tension gâchent un peu le paysage. La route s'en va très progressivement sur le flanc de la montagne et puis entre en forêt. Après une succession de courbes légères le sommet se signale avec un peu plus loin, une large prairie sur la gauche. Il faut y venir au printemps pour voir le jaune des jonquilles illuminer toute la combe.

00:00:00Col de Richemond depuis Hotonnes (1036m)

On laisse Hotonnes et ses quelques grosses fermes pour se diriger vers le chainon montagneux boisé. Ça monte un peu plus que la paisible route qui vient de Champagne en Valromey. Après le virage qui nous oriente en direction du sud, on a une très belle vue rétrospective sur tout le Haut Valromey. En sortant de la forêt, on retrouve la route qui vient de Lochieu. Peu avant le point haut, on croise une ferme qui semble bien isolée. On a une légère descente qui longe une vaste combe et on atteint le col par une courte remontée. Une stèle commémorative donne le nom des morts du maquis du col de Richemond.

00:00:00Col Palomère depuis La Bastide (1036m)

Parti de Maureillas. Palomère est l'ultime col après LLauro, Fourtou et Xatard. On s'extirpe peu à peu des villages arboricoles pour entrer dans un univers plus montagnard. Belles vues sur le Canigou. La descente sur Vinça m'a parue interminable, sans doute par le fait que nous sommes sur une route étroite et assez dégradée.

00:00:00Col de Marie Blanque depuis Escot (1035m)

Gravi en matinée, au cours de la 2ème étape de la traversée des Pyrénées. J'avais tellement entendu de superlatifs au sujet de Marie-Blanque, que je m'attendais au pire : finir à pied. Bon, je ne vais pas démentir tout ce qui a été écrit par ailleurs, mais je dois dire que j'ai presque été surpris de finir sur mon vélo et sans jamais mettre pied à terre. J'en avais tellement bavé sur les cols basques la veille (Haritxarat, Bestako Lepoa, Lecharria) que j'ai pu profiter de cette mise en bouche pour rallier le sommet sans accroc.

00:00:00Col de la Joux depuis D 28 (1035m)

Pas si anodin que ça ce petit col jurassien. Il nous emmène tout de même vers le domaine nordique de Prénovel !On peut dire que pour la tranquillité en forêt, il n'y a pas mieux.

00:00:00Col d'Ayens depuis Moustiers Sainte Marie (1032m)

C'était il y a plus de 30 ans. Je descendais dans le Midi avec les sacoches. Je n'avais pas programmé d'itinéraire et j'avançais au gré des panneaux de signalisation. C'est ainsi qu'en fin de journée je me suis retrouvé à Moustiers-Ste-Marie, avec déjà plus de 100 km dans les jambes. Après avoir flairé l'ambiance snob de la cité de la faïence, et ne la trouvant pas tout à fait à mon goût, je m'enquis de savoir si on trouvait, pas trop loin, un hébergement type auberge de jeunesse. On m'indiqua La Palud sur Verdon, à 15 km. Je repartis à la nuit tombante, accablé par toute une journée sous un soleil ardent, et avec rien dans l'estomac. Et sans me douter que pour atteindre La Palud sur Verdon, il fallait passer le col d'Ayen. Je n'ai rien vu de la beauté du site. A la fois à cause des ombres crépusculaires et à la fois à cause des crampes qui tout du long m'ont fait souffrir un calvaire. A chaque coup de pédale je ne pensais pas pouvoir aller plus loin, usant mes dernières forces à ne pas tomber du vélo. L'horreur totale ! Heureusement, il y avait bien une auberge de jeunesse à La Palud, mais l'heure du dîner était passée depuis longtemps et je dus me coucher sans manger, tout perclus de douleurs. Pourrais-je repartir le lendemain ? Quant au col d'Ayen, inutile de dire que je n'ai pas eu la moindre idée de son décor !

00:00:00Col de Perjuret depuis Fraissinet de Fourques (1028m)

Nous sommes partis de Florac. Merveilleux souvenir d'une grimpée sous le soleil printanier avec les genets en fleur. Depuis les Vanels, le regard se porte vers le sommet et on peut évaluer ce qui nous reste à grimper. On voit les méandres de la route qui jouent avec la pente. Un peu au-dessus du village de Fraissinet-de-Fourques, on peut voir la stèle érigée à la mémoire de Roger Rivière dont la carrière cycliste s'arrêta brutalement dans un ravin proche, au cours du Tour de France 1960. Mais dans le sens de la montée, aucun risque de basculer dans le vide !

00:00:00Col de Perjuret depuis Meyrueis (1028m)

C’est vraiment un régal de pouvoir découvrir ce col à vélo depuis la vallée de la Jonte. La luminosité est comme démultipliée par la blancheur des falaises du Causse Méjean. La pente est assez douce et l’on gagne le sommet comme si on avait des jambes de vingt ans.

00:00:00Col de Jambaz depuis Saint Jeoire (1027m)

C'est la route pour aller skier à la station d'Hirmentaz depuis la vallée du Giffre. Même si elle progresse assez régulièrement, elle nous fait passer de la basse vallée aux sommets du Chablais. La sortie de St Jeoire jusqu'à Pouilly est sans doute la portion la plus pentue de l'itinéraire. Ensuite, on remonte les Gorges du Risse, avec un passage dans un tunnel avant d'arriver à Onnion et ses nombreuses constructions nouvelles. A Mégevette, on peut découvrir les bâtiments massifs des fermes d'autrefois. Les derniers kilomètres jusqu'au col se font en ligne droite dans une belle combe&pe