Station de Pipay : 1591 m

depuis Tencin

Informations

Nom : Station de Pipay
Altitude : 1591 m
Départ : Tencin
Longueur : 19.46 km
Dénivellation : 1341 m
% Moyen : 6.89%
% Maximal : 10.5%
Massif : Belledonne, France

Profil

  • Profil Station de Pipay depuis Tencin

Vous souhaitez ajouter un témoignage ?

Connectez-vous ou
Créez votre compte

02:19:00Bruno M • Commentaire publié le 05/06/2019

monté depuis Froges ;
c'est une route de station, large, avec de longues lignes droites et sans beaucoup de charme ;
montée longue et peu pentue ; hors saison et une fois que l'on a laissé la route des 7 Laux, il n'y a plus de circulation
derrière Valpelouse et différentes versions du massif de Chamrousse, une des routes les plus difficiles de Belledonne

01:46:00Serge N • Commentaire publié le 07/07/2019

Une ascension longue et assez usante.
De Tencin jusqu'à Theys pas de forts pourcentages.
La partie de Theys au col des Ayes est assez difficile.
Après le col des Ayes de longues lignes droite sur une large route , j'ai trouvé cette partie très dure moralement surtout qu'il n'y a pas grand chose à voir.
Je conseille lors de la descente de tourner à gauche au col des Ayes puis juste avant les Adrets de prendre la petite route à droite direction de Hurtières, la descente sur Tencin par cette petite route est magnifique.

00:00:00Arnaud F • Commentaire publié le 26/08/2019

04/08/2019

00:00:00Pierre-joseph G • Commentaire publié le 15/10/2021

14-10-2021. Lorsque je suis parti de Tencin, le couvercle nuageux était mis sur les sommets, et je me demandais bien s'il était judicieux de partir pour finir dans le froid et les nuages. Heureusement, l'approche de Theys m'a permis de découvrir le soleil et d'espérer un beau final. Je fis une belle pause au col des Ayes pour me ravitailler et profiter de la magnifique vue sur Chamechaude et la Dent de Crolles. Je repartis tout ragaillardi et commençai la montée vers Pipay sur un bon rythme, appréciant la douceur des lacets. Mais peu à peu, je fus gagné par une certaine lassitude, doublée de la morsure du froid alors que je réalisais que les talus étaient complètement givrés. Aucun véhicule de passage. Si bien que cette montée finit par me sembler bien fastidieuse. Et ce n'est pas le débouché sur un parking quasi désert qui vint démentir cette impression. Heureusement que j'eus la bonne idée de m'approcher de la bordure, ce qui me permit d'apercevoir Prapoutel en contrebas et la ligne d'horizon des crêtes du Vercors et de la Chartreuse. Je doute fort d'avoir envie de retourner là à vélo une autre fois...