Col de la Moutière : 2454 m

depuis Saint Etienne de Tinee

Nom : Col de la Moutière
Altitude : 2454 m
Départ : Saint Etienne de Tinee
Longueur : 18.30 km
Dénivellation : 1300 m
% Moyen : 7.1%
% Maximal : 11.1%
Massif : Mercantour, France

Les autres montées disponibles

Profil

Vous souhaitez ajouter un témoignage ?

Connectez-vous ou
Créez votre compte

01:38:00Armel G

Sauvage, superbe mais duuuuuurrrrrr.......
Quasiment aucune voiture sur une petite route qui serpente pendant longtemps sous les arbres avec entre deux bosquets des paysages magnifiques. Ensuite les arbres laissent la place aux alpages avec les marmottes. . La descente est plus périlleuse. Restez prudent.

A partir de Saint Dalmas, ça se corse et c'est interminable. Certaines rampes sont à 13%, tout ça avec l'altitude, ça fait fait que je me suis retrouvé dans le rouge vers le KM 15.
Grimpé en 34X21 dans sa 1ère moitié. Puis 34X24 ou 28.

Route goudronnée jusqu'au col (en 2015)
Point d'eau à St Dalmas.

Bonne route.

01:19:00Pierre B

Le départ depuis Saint-Etienne de Tinée permet de se mettre en jambe, et même jusqu'à Saint-Dalmas. Ensuite, les choses se corsent, pour devenir à l'exemple du Granon (c'est le seul qui me vient à l'esprit) avec des lacets déjà irréguliers mais d'une pente moyenne encore raisonnable. Après le plateau de Sestrière, les choses se compliquent et le compteur affichera 16% dans la partie la plus rude.

Ce col n'a pas beaucoup d'équivalent dans les Alpes françaises : la montée est forte et souvent irrégulière. Le paysage n'en demeure pas moins sublime, surtout dans la dernière partie, qui rappelle fortement le versant nord de la Cayolle (toute proche).

01:20:00David M

.

01:41:00Bruno M

un des plus beaux décors pour qui aime les mélèzes, ambiance de haute montagne au sommet ; avant St-Dalmas : aucun intérêt ; depuis St-Dalmas la première moitié est assez facile mais mal entretenue, la seconde très pentue et bien goudronnée ; attention l'Equipement ne dégage pas cette route, col ouvert plus tardivement que Restefond
temps pris de la route de St-Etienne de Tinée

00:00:00Jean-charles D

Vraiment duraille par moments !!!

00:00:00Jean-christophe A

3 derniers kms non gourdonnés, fait en août 2013

00:00:00Henri C

Superbe et beaucoup plus tranquille que sa voisine La Bonette !
Du col, on fait une petite descente, puis on laisse à gauche la descente cahotante vers Bayasse et on monte rejoindre les casernes de Restefond par une route cyclable en 700x25c minimum.Voir photos

00:00:00Maurice R

en 1991 (ou 1992) ?

00:00:00Pierre C

superbe
attention aux chevreuils et aux marmottes

00:00:00Nicolas R

Col extrêmement difficile que nous avons gravi après la Bonnette par temps chaud. La partie finale est vraiment pentue avec des passages à 12 %. Un des plus durs cols que je connaisse. Nous avons ensuite rejoint, avec nos vélos de route équipés de pneus normaux, la route de la Bonnette, par un chemin qui dure environ 3 kms et qui monte à 10% et c'est tout à fait faisable

00:00:00Jean-luc L

Petit frère du col de la Bonette, il donne du fil à retordre après le village de Saint-Delmas-le-Selvage. Par contre, c'est très sauvage et très beau.
Récit + photos => https://lesbaroudeursenvadrouille.wordpress.com/2016/02/29/viree-dans-le-mercantour/

00:00:00Loic L

Ca monte gentiment jusqu'aà St Delmas...et puis on enchaîne quelques lacets sur une pente ma foi relativement "douce".

Et puis on se tape une ligne droite INTERMINABLE jusqu'au lieu dit " plateau de Sestrière".

Là , je commence à être bien carbonisé ( je viens de Jausiers pour faire LA boucle) quand soudain je la pente devient de plus en plus raide et irrégulière. J'en voyais pas le bout nom d'une pipe !!!

Et la piste jusqu'au col de restefond m'a achevé gentiment malgré la descente trop courte car très rapide.

PS : il y a un immense blockaus qui se visite mais il faut une bonne lampe torche .

00:00:00Llabres C

col sauvage pour initiés uniquement

00:00:00Bruno D

fait avec un vélo vintage equipé de pneus VTC de 28 pour rejoindre la Bonette. Du cout je me suis arrété souvent pour prendre des photos. Trés casse patte, De courts moments de répis suivis de rampes bien au dela de 10% . Trés beaux paysages. Au col même rien ou à peu prés. Il faut s'écarter de 20 m de la route pour trouver un panneau de rendonnée qui indique le col. Ca vaut le coup de s'equiper pour rejoindre la route qui va a la Bonette depuis Jausier. En 2017 en pneus de route de 25 ça passe pas. Je l'ai fait en pneu VTC de 28 (Acrobat Hutchinson) et il faut bien ça.

00:00:00Frédéric B

Fait en VTT au départ de Saint Dalmas le Selvage et retour par le col de l'Alpe (cassant)

00:00:00Julien F

A faire en 2015

00:00:00Marc G

27 / 07 / 2017

00:00:00Olivier K

col sauvage de toute beauté , une première partie peut pentue jusqu'au village , ensuite le route s'élève en lacets de façon régulière , au beau milieu des cèdres , avec suivant la saison fraise et framboise a portée , un grand champs , un cours d'eau , un arbres avec un double tronc et c'est partie pour une monté avec de gros pourcentages cela ne descend plus en dessous de 9 a 13% dur , dur , et long , il y a quelques virages un peut moins pentus , mais franchement comparait a la bonnette si ce n'est une altitude supérieure , une balade a coté .
La vue est dégagé et de toute beauté , sur votre droite vous pouvez voir la cime de la bonnette justement . a faire mais attention a la cassette !!!!

00:00:00Pierre-joseph G

Le matin, j'avais monté le col de la Bonnette depuis Jausiers et puis j'étais allé jusqu'au col des Fourches. Je me suis alors questionné pour savoir si je remontais ou si je descendais jusqu'au carrefour de la route de St Dalmas le Selvage pour ensuite gravir le col de la Moutière, avec comme contrainte de devoir pousser le vélo sur trois kilomètres puisque le parcours de jonction avec la route du col de la Bonnette n'est pas goudronné. J'ai bien sûr opté pour la solution la plus longue, motivé par le fait que je ne reviendrais pas de sitôt dans le secteur. Si la température était clémente au col, je fus saisi par la chaleur de four qui régnait au bas de la vallée. Je transpirais à grosses gouttes en arrivant à St Dalmas où je fus tout heureux de trouver une fontaine pour me désaltérer et remplir mes bidons. J'étais sur un itinéraire que je n'avais pas du tout étudié et dont je n'avais aucune idée de la longueur, ni du dénivelé. Je repartis donc la fleur au fusil, pensant assez vite rejoindre le col. Tout se passa assez bien pendant 4-5 km, et puis je sentis peu à peu fondre mes forces en même temps que la pente se raidissait. Les mélèzes s'espaçaient lentement et je pus revoir la cime de la Bonnette. Mais à quel prix ! Je zigzaguais continuellement. Un véritable enfer. Heureusement qu'il n'y avait pas de voitures. Et pour accroître ma souffrance, je crus maintes fois que le col était juste après la bosse qui se profilait et maintes fois, la route continuait plus loin, et dans une déclivité qui ne faiblissait jamais. Je devais faire pitié à voir. Mais je ne vis absolument personne, me demandant même si j'étais bien autorisé à rouler en ces lieux dont je ne saurais vanter la beauté. Après une telle défaillance, la marche de jonction sur le chemin empierré qui pouvait s'avérer pénible fut presque une délivrance. Je pus pendant presque une heure voir les conquérants de la Bonnette monter à des allures très variées. Je n'étais plus le seul à souffrir sur ma machine.