Le Môle : 1326 m

depuis Marignier

Informations

Nom : Le Môle
Altitude : 1326 m
Départ : Marignier
Longueur : 9.70 km
Dénivellation : 846 m
% Moyen : 8.72%
% Maximal : 13.0%
Massif : Giffre & Chablais, France

Profil

  • Profil Le Môle depuis Marignier

Vous souhaitez ajouter un témoignage ?

Connectez-vous ou
Créez votre compte

00:55:00Olivier B

Bon là on ne rigole plus, on en blêmit même sur le plat dans la vallée. L'approche ne donne pas envie de se marrer .. On anticipe déjà un peu ce que l'on va trouver .. et comme on ne va pas être déçu .. même pas du tout ! Fléchage pourri en ville de Marinier qui peut vous faire tournicoter .. et retarder quelque peu la confrontation. Bon il faut partir tôt en plein été, car la route même protégée par les forêts reste exposée plein Est puis Sud. En automne attendre que la route sèche après une petite pluie et un jolie tapis de feuilles .. sinon bonne assurance descente en prime. La montée est heureusement pas complétement uniforme et elle aménage quelques temps de repos salutaires. Les deux "petits" kilos entre 4 et 5,7 sont purement déments avec des virages ou l'on se dit "la route était verticale et se redressée encore" ... L'objectif à ces moments est de tordre le cou au problème du moment .. pas de se battre contre le chrono ou bien de se trouver bien placé sur cette foutue machine ... pour resté poli. Un repos judicieusement placé (400 mètres), dans un joli petit hameau et après THE coup de cul (avant le 6 ième kilos). Puis on est reparti dans de beaux pourcentages (10%), mais le plus dur est fait. Comme toujours les deux derniers kilos sont plus longs que prévu (ou souhaité ...).. Quand à la descente, comme à mon habitude, c'est tout sur les freins .. l'horreur : - route forestière coupant le bitume, pourcentage raides, résurgence d'eau au milieu de la chaussée (journée sèche ..), cailloux etc ... et oui l'inévitable 4*4 noir qui monte à donf ! Pour ce type de route, la chaussée est d'assez bonne qualité (2013). Ah si je croisais un jour l'ingénieur des ponts et chaussées du coin ... Bon courage à vous ...

00:00:01Michel G • Commentaire publié le 02/03/2016

J'ai profité d'un séjour à Bonneville en 2006 pour effectuer cette montée. Déjà pas évident à trouver les 3 premiers kilomètres ça va surtout en garder sous la pédale car après c'est l'horreur le tout sur une petite route forestière sans panoramas mais le pire reste à venir c'est la descente en permanence sur les freins j'avais mal aux mains en bas.

00:52:00Cedric D • Commentaire publié le 29/06/2018

Fait le le 29 Juin 2018 depuis Cormand (Panneau 8km)

Vraiment très dur, je suis pas certain de la refaire un jour. Mais un beau challenge.

Pas de circulation, peu de panorama.

Descente tout sur les freins.

00:00:01Maxence B • Commentaire publié le 24/04/2021

Réalisé en enduro.

00:00:00Loic L

Les premiers kms permettent de bien s'échauffer avant d'attaquer les ultimes kms bien raides du Môle. Et comme c'est une route forestière, vous n'aurez aucun panorama pour vous distraire.

La route était en excellent état en 2010 mais son étroitesse la rend aussi très dangereuse...

00:00:00Jean-charles S • Commentaire publié le 12/03/2015

Pas piqué des vers

00:00:00Pierre-joseph G • Commentaire publié le 28/06/2021

Les commentaires lus avant d'entreprendre la grimpée ma faisaient douter de ma capacité à réussir à aller en haut d'une traite. Mais comme je souhaite faire toutes les ascensions proposées, je me suis lancé. Les premiers kilomètres en direction de Cormand donnent déjà le ton avec une pente régulière au-dessus des 7%. Puis la route du Môle se prend en deux temps. On a un peu moins de 2 km, toujours avec des habitations, avant de trouver le panneau "Môle" devant une grosse bâtisse ancienne. A partir de là, il reste 5 km qui vont jouer avec mes capacités de résistance. J'ai eu l'impression que la route jouait à être de plus en plus infernale. Tout d'abord, les à-coups étaient plutôt brefs et toujours suivis d'un replat salvateur. Et puis peu à peu, ils prenaient de la consistance, jusqu'à ce kilomètre interminable qui n'offre aucun répit. Voilà de quoi emballer le palpitant ! Fort heureusement, ce mur fut suivi d'un bon replat qui me permit de retrouver ma lucidité. Je croyais que je monterais continuellement en forêt, mais il y a tout de même quelques chalets parsemés tout au long de la pente. Alors qu'il ne restait plus qu'un kilomètre, j'aperçus le cône herbeux du Môle, et aussi, spectacle beaucoup moins réjouissant, l'immense cicatrice faite par la carrière dans la montagne entre St Jeoire et Mieussy. Sonnailles d'un troupeau quelque part sur la pente. Eau à volonté pour me désaltérer au bassin du bout de la route. Images champêtres comme je les aime et qui m'ont vite fait oublié ma peine.

00:45:22Seb M • Commentaire publié le 31/08/2019

00:50:30Victor B • Commentaire publié le 16/05/2015

00:00:00Benjamin B • Commentaire publié le 15/08/2018