Commentaires de Christophe L

10 ascensions

Nombre de montées : 10 Commentaires sur le forum : 1
Nombre de sommets : 10 Photos : 0

Carte des cols gravis


Liste des sommets franchis

Nom Altitude Massif Détails
Lac de Cap de Long 2161 m Pyrénées centrales
Port de Pailhères 2001 m Pyrénées est
Col d'Aubisque 1709 m Pyrénées centrales
Station de Nistos 1590 m Pyrénées centrales
Pas de Peyrol 1588 m Monts du Cantal
Col d'Agnès 1570 m Pyrénées centrales
Col d'Aspin 1489 m Pyrénées centrales
Col de la Crouzette 1241 m Pyrénées centrales
Mont Tauch 878 m Corbières
Mont Faron 510 m Monts toulonnais

01:05:00Lac de Cap de Long depuis Saint Lary Soulan (2161m)

Osons le dire, la montée du Cap de Long est exceptionnelle ! Tout d'abord, il faut privilégier le mois de juin ou de septembre pour profiter de ce col sereinement. Au départ de St Lary (65), il vous faudra gérer un effort de 23KM. Considérons que les 9 premiers KM sont une longue approche sans difficulté particulière (3 à 4% en moyenne). Pour les 14 derniers KM, il faudra vous employer. J'ai mis 1H05min sur cette portion. La route est étroite et le revêtement correct. Mais quelle impression de tranquillité tout au long de cette ascension. Oui certains passages sont ardus, mais la beauté du décor est saisissante et apaisera votre fatigue. Vous accumulez les tableaux paysagers, au coeur du massif du Néouvielle. Les derniers KM sont juste hallucinants avec des lacets en balcon et une vue imprenable sur le lac d'Oredon. L'arrivée au barrage du Cap de Long est splendide, paysage hors-norme où au bout de l'effort vous aurez franchi 2161M ! Je recommande ce col à tous les amoureux de beauté sauvage, c'est un effort long depuis St Lary mais accessible au plus grand nombre avec les braquets adaptés. Attention à la descente, route étroite, chaussée parfois limite, nombreux troupeaux en transhumance en septembre.

00:50:00Port de Pailhères depuis Mijanes (2001m)

Beaucoup de cyclistes vous diront que Pailhères est plus difficile que le Tourmalet. Étonnement, c'est un col que j'ai toujours monté avec aisance. Alors oui, il faut aborder la bête avec humilité, mais la montée est somptueuse. Le final quant on accède aux lacets en balcon est incroyable. Pour un grimpeur c'est un passage grisant où on est à la relance dans chaque virage. Le panorama sur cette portion est superbe. Enfin sur le dernier KM, on appréciera le répit de la pente avant de gravir le dernier coup de cul bien costaud. Ce col est d'une beauté sauvage remarquable, les voitures assez rares. Depuis Quillan, l'aller/retour est très agréable pour une distance totale avoisinant les 100KM.

01:10:00Col d'Aubisque depuis Laruns (1709m)

Un classique des Pyrénées. Une montée exigeante mais sur laquelle j'ai toujours été à l'aise. Le revêtement est correct, la route large, un peu de circulation en été. Une première partie sur 7KM où on peut envoyer, assez roulante. Puis on rentre dans le dur pour filer vers Gourette, jusqu'au sommet les pourcentages sont exigeants. Une magnifique montée, je n'y ai que des bons souvenirs.

01:00:00Station de Nistos depuis Nistos Bas (1590m)

C'est une montée peu connue, mais son profil mérite le respect. L'approche est très bucolique, on traverse de verte prairies, jalonnées par un cour d'eau, des villages bercés par l'oubli. Plus on s'enfonce, plus la déclinaison de la pente se fait sentir. Mais il vous faudra attendre le croisement vers Cap Nestes, pour rentrer dans le vif du sujet. Dés le pied on est en prise et c'est compliqué durant 7KM. D'autant plus si la DDE a eu la bonne idée de jeter des pelles de gravier tout au long de la montée. L'ascension est surtout appréciable pour son calme, très peu de voiture emprunte cet axe. Après cette première portion compliquée, vous pourrez souffler, profitez-en pour récupérer car le final sur 2KM vous demandera un dernier effort, on appréciera cependant le magnifique point de vue sur la gauche. Le terminus de cette montée vous ouvre les portes du Cap Nestés. De très jolis sommets à cet endroit, un havre de paix où on pourra récupérer avant d'attaquer la descente. Attention à cette descente, où comme je le mentionnais plus haut, les plaques de gravier peuvent se révéler redoutables. Une belle montée pour atteindre tout de même 1700M.

00:55:00Pas de Peyrol depuis Salers (1588m)

Une montée agréable depuis le village de Salers. Les paysages sont magnifiques tout au long de l'ascension. Dans un grand jour, on peut grimper avec la plaque les 15 premiers KM. Le col de Néronne se passe à bon train. Un long passage pour récupérer avant le plat de résistance. 3KM la tête dans le guidon pour saluer le passage du Pas de Peyrol. J'ai réalisé cette montée en 2004 lors de l'étape du tour. Beaucoup de cyclistes avaient pioché pour passer le sommet et beaucoup d'autres avaient passé celui-ci à pied. Une référence dans le Massif Central, une très belle montée par ce versant. Malheureusement je l'ai toujours gravi par temps couvert et humide !

00:45:00Col d'Agnès depuis Aulus les Bains (1570m)

C'est un col dans la pure lignée des montées pyrénéennes, courte et sèche ! J'ai toujours du m'employer pour escalader ce versant. Pour commencer le revêtement ne rend pas, les 3 premiers KM sont exigeants avec un pourcentage moyen de 10%. Jusqu'au 7ème KM, il faudra vous arracher pour enfin souffler durant 1KM salvateur. Enfin le final se gère, 2KM avant de basculer vers le site de l'étang de LERS. Si vous n'avez que ce col au menu du jour, c'est pas un souci, mais si vous finissez votre boucle pas ce col, croyez-moi vous allez vite le trouver interminable ! Attention, si vous devez le descendre par ce coté, la chaussée est souvent dangereuse compte tenu des nombreuses plaques de graviers.

00:40:00Col d'Aspin depuis Arreau (1489m)

C'est un col que je grimpe régulièrement et qui ne présente pas un profil redoutable. Les 2 premiers KM sont progressifs, on attaque les hostilités au troisième Km. Malgré tout, si vous êtes en jambes vous passerez les 7 premiers km sans difficulté. Comme pour le versant coté Ste Marie de Campan, se sont bien les 5 derniers KM qui présentent les pourcentages les plus durs. Au bout du compte si vous avez bien géré le début de l'ascension, vous pourrez jeter vos forces sur les derniers KM. Pour l'anecdote, j'emprunte souvent ce col dés le mois de février. Celui-ci est en général fermé à la circulation mais pour le plaisir, n'hésitez pas à le grimper, c'est un moment rare. Les pentes enneigées, le silence, la solitude de l'effort, et la beauté des sommets, vous offrent un instant magique !

00:40:00Col de la Crouzette depuis Biert (1241m)

La Crouzette, EST un col redoutable ! Je n'oublierai jamais la longue colonne de cyclistes qui montèrent à pied lors de l'édition 2004 de l'Ariègeoise. Au départ de Biert, on rentre dans le vif du sujet, revêtement passable, route très étroite. Après 4KM, on profite d'un passage sur 1KM pour récupérer, mais le meilleur est à venir. Sur 2,5 Km, vous serez en apnée pour passer les terribles pourcentages de cette portion. Autant disposer d'un braquet adapté lors de ce passage, sinon c'est l'arrêt comptoir obligatoire. Seul le final sur 500m vous laissera un peu de répit avant d'enchaîner vers le sommet du Col de Portel. La Crouzette, un col méconnu qui vous laisse un souvenir certain. Non grimpeur s'abstenir.

00:40:00Mont Tauch depuis Tuchan (878m)

Autant vous prévenir de suite, cette montée est dantesque ! Le Mont Tauch, c'est le "petit Ventoux" du Languedoc. Rien n'est simple dans cette ascension, d'abord le vent (dans cette région, une journée sans vent ça n'existe pas !), le bitume déplorable, la route très étroite. Ensuite tout dépend de votre effort précédent, les routes des Corbières sont usantes, donc après 80/100 KM on est déjà bien entamé. Son ascension exclusive n'est guère plus simple surtout à froid ! Vous devez gérer 8KM de montée séche. Les 4 premiers KM sont une alternance de raidars à 8/10% et de replat, voir de légère descente. Après le 4ème KM, un grand virage à gauche et vous prenez un mur. A partir de cet endroit les 4 derniers KM sont un pur exercice d'escalade. Vous serez surpris par la raideur de la pente, d'autant que le revêtement ne rend pas. Après suivant la force du vent et son orientation, c'est un véritable challenge. Jusqu'au sommet vous devrez vous battre pour enfin profiter du panorama. Quant au retour, imaginez les pavés du Nord en descente, presque aussi épuisante que la montée. Ce "spot" de la grimpe est incontournable, méconnu mais mémorable !Petit conseil, ne vous emballez pas dans le première partie et surtout mettez tout à gauche avant de rentrer dans les 4 derniers KM, vous pourrez toujours descendre des dents si vous êtes en cannes !

00:25:00Mont Faron depuis Toulon (510m)

Une montée sèche pour un panorama somptueux ! Je l'ai gravi pour la première fois début février 2011. Pas un très bon souvenir malgré un temps magnifique. Après avoir chuté au départ de Bandol, sur une chaussée encore humide, je décidai de poursuivre mon effort. MAL m'en a pris, j'ai souffert le martyr ne pouvant plus tirer sur mon guidon. La descente fut un calvaire, tant le revêtement est pitoyable. Le bilan après radio fut sans appel, fracture du poignet et 40 jours d'immobilisation.
Sinon un bonheur de grimper en dominant toute la rade de Toulon. 5KM où les grimpeurs peuvent répéter leurs gammes. A déconseiller par forte chaleur car exposé plein sud. Un gros bémol cependant : l'ètat de la route !