Commentaires de Paul-philippe H

7 ascensions

Nombre de montées : 7 Commentaires sur le forum : 5
Nombre de sommets : 7 Photos : 0

Carte des cols gravis


Liste des sommets franchis

Nom Altitude Massif Détails
Station de l'Alpe d'Huez 1815 m Arves et Grandes Rousses
Romme sur Cluses 1297 m Aravis
Station de la Planche des Belles Filles 1148 m Vosges
Col de la Schlucht 1139 m Vosges
Collet du Linge 987 m Vosges
Col des Chevrères 916 m Vosges
Col de Hundsrucken 748 m Vosges

01:17:00Station de l'Alpe d'Huez depuis Bourg d'Oisans (1815m)

Ça, c'est fait!
Ascension faite à titre d'extra le 15/07/2016 du fait d'une participation au Trail des Passerelles du Monteynard: comme l'Alpe n'était plus trop loin et l'arrivée main dans la main de Hinault et LeMond m'en avait donné la chair de poule du haut de mes 10 ans, me devais d'y aller.
Donc au lendemain d'un Kilomètre Vertical et à la veille d'un 22 km / 1200 D+, montée faite en dedans, en aerobie, sauf pour les 400 m finis comme une balle.
Je n'en garde pas un souvenir impérissable: beaucoup de trafic (tu m'etonnes, le pont du 14/07...), m'attendais limite à plus de cyclistes,... Fort vent frais remontant de la vallée, j'opte donc pour la musique et un programme en force. Comme indiqué plus haut, les trois premiers kil sont les plus durs, mais dans le genre, Romme me paraît du même calibre. La pente s'adoucit un peu entre La Garde et Huez et se corse à la sortie d'Huez jusqu'à l'entrée de l'Alpe, mais ça reste gerable si c'est la seule difficulté de la journée.
Je recommande vivement de redescendre sur Rochetaillee via Villa Reculas (magnifique route en balcon). La remontée de la Vallée jusqu'au Bourg d'Oisans a 35 km/h en mode décra a ete un pur régal (c'est dire comme le vent poussait fort)!
A refaire "pour de vrai" en enchaînant avec le col de Sarenne.

00:53:00Romme sur Cluses depuis Cluses (1297m)

Romme, objet de mon unique ressentiment, comme disait l'autre...
Y'a pas plus direct de Nancy à Romme que par cette route ;-)
Première ascension faite le 04/07/2014. Il ne s'agit que d'une estimation du temps mis depuis Scionzier: j'étais parti de chez moi la veille au soir en oubliant ma sangle de cardio :-( Du coup, j'ai fait la montée en aveugle, sans taper dans les réserves, sachant que j'avais encore le Col de la Colombière et la montée des Carroz d'Arâches depuis Cluses (eh, oui la cyclo JPP se prépare comme il faut...).
Très impressionnante première partie d'ascension jusque avant Nancy: la route a été taillée à même la roche, on la voit depuis l'A40 avant d'arriver sur Cluses, et d'en bas, la pente fait peur. Eh oui, ça ne peut être que cette route! Pensez-vous que les forçats se sont amusés à en construire une autre à même la roche??
Toujours aussi dur pour le moral de devoir tout mettre à gauche et plafonner à 60-65 RPM pour rester dans les limites d'un essoufflement contrôlé. Comme indiqué dans de précédents commentaires, le plus dur de la pente est dans les premiers km et ça se comprend: les mecs voulaient en finir au plus tôt et rejoindre au plus vite les verts pâturages au moment de construire cette route.
J'ai oublié le nom du premier hameau traversé avant Nancy, mais la pente devient (j'ose le mot sur cette ascension) roulante quelques hectomètres après. Cette portion ombragée est bienvenue pour se refaire la cerise, ça redémarre fort à la sortie de Nancy.
Le panorama qui se détache sur un fond d'alpages permet de mieux supporter la pente qui, il est vrai, est moins dure qu'au début. N'empêche que l'altitude aux bornes défile aussi vite qu'au Platzerwasel.
La redescente sur le reposoir est piégeuse: route en mauvais état, quelques virages sournois et une chaussée bosselée ont eu raison d'un de mes bidons que j'ai mis 5 minutes à retrouver lors de la cyclo.
Ce col est à refaire en tout cas: c'est un premier pas dans la vraie montagne.

00:00:00Station de la Planche des Belles Filles depuis Plancher les mines (1148m)

Montée très irrégulière qui commence très fort avec une p... de ligne droite façon courbe exponentielle. Ils ont même trouvé le moyen de faire une portion descendante après la première épingle. Ensuite, ça tourne le plus souvent autour de 10% jusqu'à 500m du parking où la pente devient douce pour mieux vous préparer au final: 400m à 22% où tu luttes pour garder suffisamment de "vitesse" pour rester en équilibre.
Me souviens plus assez des détails: y'a plus qu'à la refaire!

00:00:00Col de la Schlucht depuis Fraize (1139m)

Presque aussi dur que la Dent du Chat.
Mais non, j'déconne!
Je la fais quand je travaille la force et alors tous les braquets y passent, parce que la beauté des paysages fait passer le temps. Faire une ascension en aisance respiratoire, c'est conceptuel pour moi, mais tellement nécessaire pour faire du muscle sans prendre de poids!

00:26:38Collet du Linge depuis Weier (987m)

Fait le 15/10/2016 pas au sommet de ma forme (5 semaines d'arrêt) mais au top de mon énervement et de ma motivation (les multiples vues sur la vallée n'ont de cesse d'enchanter, même ceux qui y ont grandi). Faut aussi signaler que c'est la seule ascension d'une sortie faite sur un coup de tête étant donné la météo.
Ascension faite sur un mode quelque peu transgressif (pas d'échauffement, pas de flotte, même pas censé rouler à cause d'une blessure à la main qui tarde à se cicatriser...) et sans cardio, mais bon, c'est passé, ouf...
C'est une ascension top dans le massif (difficile à départager avec la montée sur Geishouse depuis Moosch, du Wettstein ou encore du Petit Ballon depuis Wasserbourg, même si cette dernière devrait avoir une préférence eu égard au challenge sportif). Les ingrédients pour la faire rentrer dans le hit parade y sont en tout cas: route pas trop large, avec un bon revêto, pas trop fréquentée (à nuancer...), viroleuse, quelques changements de pente pour casser une "HYPOTHETIQUE" monotonie (je mets la tonne de guillemets, parce qu'entre les paysages, les virolos, l'ambiance et les cyclos qu'on ne manque pas de croiser, je vois mal comment certains pourraient s'y ennuyer sur à peine 9 bornes pas trop casse-pattes), une ascension sur versant ensoleillé en balcon sur la Vallée de Munster, un panoramique à 360° sur les sommets environnants et un final à l'ombre qui permet de se préparer à la descente dans le sens où t'arrives pas en nage au sommet pour devoir rebâcher. QUEL PIED! Suis un peu chauvin, d'accord...
Mes conseils: éviter d'attaquer le début comme un bourrin (facile à dire, moins à faire, vu l'énergie positive envoyée par cette route), profiter des portions plates pour mouliner (dans Hohrod, repasser au 39/25 après avoir enquillé la première borne sur le 39/19 à titre indicatif). Les deux bornes suivantes sont plus régulières, entre 6 et 7% en moyenne, essayer de prendre les épingles aussi larges que possible (elles sont pas forcément aussi plates que sur l'Alpe d'Huez...). Avant Hohrodberg, une épingle à la 4e borne, vire à plat avec un petit replat sur 50m, rebelotte pour mouliner, puis la même chose au niveau de l'hôtel Roess, un peu plus d'une borne plus haut. S'ensuit un LEGER coup de cul, moyennant un autre replat d'une centaine de mètres au niveau de la cote 805 et l'avant dernier nettement plus court juste une borne plus haut avant d'entrer dans la forêt. A ce moment, paraît que la pente se corse quelque peu, mais ça tombe plutôt bien: comme on se retrouve à l'ombre, faut fournir un effort plus intense pour se maintenir à température. Dernier bref répit à la faveur d'un virage à gauche, à la sortie duquel, la cote 930 indique que la fin est proche. Selon l'état de forme et la gestion de l'effort en considérant les éventuelles difficultés restantes, faites-vous plaiz', vous pouvez vous mettre une mine sur les 400-500 mètres restant pour vous offrir une arrivée en fanfare au Baerenstall d'où vous récolterez les regards admiratifs des touristes. Vous êtes un champion!!
Attention, prendre à gauche au croisement pour accéder au Collet du Linge: la vitesse prise dans votre sprint final peut vous valoir un virage à la Pantani dans le final de l'Alpe. Reste alors 350 mètres sur un faux plat montant qui se négocie sur un bon 52/15 des familles ;-)
MAIS QUEL PIED!!!

00:00:00Col des Chevrères depuis Servance (916m)

Faite le 29/08 dans le cadre de la manifestation "Climbing for Life" organisée en faveur de la recherche contre la mucoviscidose, après quelques bornes au compteur (via la côte d'Esmoulières et du Guidon) et avant de se finir sur la Planche des Belles Filles. Forcément, pouvoir compter sur le 30/25 dans le dur, ça fait du bien. Figure libre à déconseiller: redescendre jusqu'à la moitié de la portion la plus pentue pour y faire demi-tour et finir l'ascension avec un ami: la route étroite complique le demi-tour et tu te retrouves à l'arrêt dans la pente. Gamelle garantie quand on n'a pas eu le temps de déchausser!

00:24:42Col de Hundsrucken depuis Sentheim (748m)

Temps pris depuis Bourbach le Bas, le 29/07/2017. Une belle mise en jambe consisterait dans un premier temps de faire le crochet par Michelbach depuis Aspach le Haut, puis de poursuivre par Roderen pour déboucher à Bourbach le Bas.
Ceci fait, en profiter pour bien faire tourner les jambes sur les 2 premières bornes en faux-plat montant. Les choses se corsent légèrement à 1km de Bourbach le Haut, avec une portion pavée en côte au niveau de la mairie. La pente se poursuit de façon atténuée encore sur une centaine de mètres, puis 200m de plat descendant se terminant avec un large virage pavé. Les plus "gros" pourcentages se trouvent en début d'ascension (6%) entrecoupés d'une série de virolos presque plats en sous-bois,puis pour moi d'une longue portion en relance sur le 39/19 jusqu'à la première épingle.
Profiter de ladite épingle qui vire presque à plat pour admirer la vue qui se dégage, boire un coup et monter une dent et mouliner. Le plus dur est presque déjà fait.reste 400 en ligne droite UN PEU plus pentus avant l'épingle suivante à nouveau à plat. En profiter à nouveau pour pédaler en souplesse. La pente reprend doucement jusqu'au sommet. Dernière ligne droite sur le 39/19 avant de tomber une dent à 200m du sommet. C'est si rare qu'une ligne droite fasse du bien au moral: on se projette au sommet du col et on sent qu'on est en train de faire un truc, quel que soit son niveau.
Route idéale pour le vélo: étroite, pleine de virage, qui donne donc l'impression d'aller vite, revêtement correct et vue dégagée. Un seul regret: elle devient victime de son succès et attire beaucoup de motards d'outre Rhin...