Koppenberg : 78 m

depuis Melden

Nom : Koppenberg
Altitude : 78 m
Départ : Melden
Longueur : 0.60 km
Dénivellation : 64 m
% Moyen : 10.67%
% Maximal : 22.0%
Massif : Région flamande, Belgique

Profil

Vous souhaitez ajouter un témoignage ?

Connectez-vous ou
Créez votre compte

00:03:06Florent L

Un monstre sacré, et quand on est dedans on comprend pourquoi ... c'est raide, étroit et les pavés sont traîtres.
Fait en compagnie de Tom Boonen puis lors du Tour des Flandres 2014.

00:00:00Maxime D

probablement la côte pavée la plus dur au monde!! Même le tour des flandres hésite à l'emprunter craignant toujours l'hécatombe. En effet avec ses 22% au maximum la côte est quasiment infranchissable à vélo lorque qu'il pleut, question d'ahdérence des pneumatique (votre roue tourne dans le vide). Il est également très craint car ses pavé irrégulier et sa pente font que parfois le vélo se met travers et là on continue à pieds :). Si cela parait anodin si vous êtes seul, si c'est tous le peloton il y a deux groupes, ceux avant celui qui pose pieds et celui après, c'est ce qui s'est passé en 2006. Revenons à la montée, donc 22% mais contrairement au patersberg ici ce n'est pas sur 30mètre c'est sur 100 mètres, et ça ne pardonne pas. Déjà il faut avoir le moral pour la montée parce que si vous suivez le parcours du tour des flandres vous venz d'une petite route et d'un seul coup vous virez à droite et là vous vous retrouver devant le monstre. Là le mot mur prend tout son sens à vos yeux, tant l'impression de verticalité surpasse celle d'inclinaison. Il vous faudra alors vous prendre pour tom boonen et ne pas relacher l'effort de musculation pur jusqu'au sommet qui heureusement n'est pas si éloigner du pied que cela.

00:00:00Jimmy S

Tours des Flandres 2015

00:00:00Idris R

Un mythe ce mur pavé !!

On arrive d'une petite route, on tourne sur un virage serré à droite et là il est devant nous !
Juste énorme, on entre sur les pavés, juste le temps de voir à quoi ils ressemblent et ça monte, ça monte, toujours plus, jusqu'à arriver à 22 %, là tout passe assis sur le vélo (je suis léger) pour stabiliser au mieux, tout se fait avec les cuisses, on espère juste être au maximum de la pente parce que plus raide ça passe plus^^
La meilleure trajectoire est au milieu du pavé car sur les bords c'est sous les arbres et il y a de l'humidité résiduelle qui rend le pavé glissant.
Je l'ai monté 2 fois, je me suis fait avoir la première fois sur l'humidité, ça a patiné juste à la fin de la partie à 22 %, j'ai dû mettre pied à terre, mais heureusement j'étais à la fin de la partie raide et je n'ai pas de pédales auto, du coup après 10 mètres à pied j'ai pu repartir, limite limite.
La 2eme fois en fin de parcours après les autres monts, je l'ai passé super bien au milieu du pavé avec des bonnes jambes.

Quand on y est on repense à toutes les images du Tour des Flandres et c'est génial !

00:00:00Michel D

2 x durant le Tour des Flandres pour cyclo en 2009 et 2010 mais sans succès càd à pied vu la masse de cyclo.
En fin avril 2010, j'ai atteint le sommet mais j'étais seul.

00:00:00Marc D

Une des côtes pavées les plus dures. dangereux par temps de pluie.

00:00:00Bruno M

tt à fait d'accord avec les autres commentaires ;

pas spécialement pour le Koppenberg mais pour tous ces monts pavés il faut :
- bien choisir sa roue libre avant d'y aller
- vélo et pneus de course
- du froid, de la pluie et du vent
- un peloton de flamands en manches courtes et qui parlent fort
...sinon à quoi bon ?

00:00:00Jonathan F

Monté le 08/05/2018.
Tout en puissance le but étant de ne pas posé le pied !!
Très court mais on est heureux une fois en haut où on se remémore les plus belles batailles du Tour des Flandres sur ce monstre.

00:00:00Marten D

Pas facile à cause du pourcentage mais heureusement pas trop long. J'ai mis une fois pied à terre pendant le Ronde à cause des embouteillages parce que quelques cyclistes doivent mettre pied à terre et comme la route est très étroite....

00:00:00Anthony C

J'ai grimpé cette côte sur le Tour des Flandres Cyclotouriste le samedi 1er avril 2017, avec mon VTT sur le "petit" parcours de 141 km. Il s'agissait de la huitième côte du parcours au km 81 avec 500m à 9,4 % avec 22 % au maximum selon les statistiques de la course.

C'est la difficulté principale du Tour des Flandres même si cependant elle est assez loin de l'arrivée. C'est un mur pavé qui se dresse devant vous mais on le voit venir donc on peut s'y préparer. Attention aux pavés sur les côtés qui peuvent être glissants. Il se raidit au fur et à mesure mais il est faisable avec un très petit braquet. Les 50 derniers mètres sont plus faciles. La descente qui suit derrière est belle et à la hauteur de la difficulté qu'on vient de grimper mais sur le Tour des Flandres cyclo 2017 je n'ai pu en profiter car un cycliste ayant chuté a été évacué dans un véhicule de secours et il y a eu un bouchon.

Hélas aussi pour mon ascension du Koppenberg mon matériel m'a trahi. J'avais fait réviser un mois plus tôt mon VTT bas de gamme que j'avais depuis décembre 2007. Mais cela n'a pas suffi. J'ai entamé l'ascension avec le plateau de 32 dents et je me sentais assez fort pour le grimper à vélo. Bien sûr, rapidement j'ai voulu passer le petit plateau de 22 dents pour franchir l'obstacle. Mais impossible de rétrograder, je suis resté bloqué sur le 32*28 malgré mon acharnement. Devant moi un cycliste commençait à coincer, j'ai voulu le doubler à gauche mais je suis resté moi même coincé à cause de ce souci mécanique. Du coup le cycliste derrière moi a dû aussi mettre pied à terre et un autre a réussi à passer dans un trou de souris en me frôlant.

J'ai dû donc me résigner à faire 200m de l'ascension à pied avec des pavés un peu glissants. D'autres ont fait de même. J'ai pu remonter sur le vélo dans les derniers 50m moins pentus.

Il faut aussi dire que le Tour des Flandres cyclo est plutôt une randonnée cyclotouriste anxiogène. Avec 16000 cyclistes (l'équivalent de l'Ardéchoise) sur des petites routes, on se talonne souvent et il faut vraiment regarder avant de dépasser par la gauche car sinon la collision est assurée avec des cyclistes déboulonnant à toute allure. Sur les murs pavés, cette anxiété est décuplée par les risques de bouchons.

00:00:00Patrick J

Super paysages

00:00:00David L

00:00:00Paulo M

00:00:00Pierre-xavier M