Commentaires de François P

13 ascensions

Nombre de montées : 13 Commentaires sur le forum : 1
Nombre de sommets : 13 Photos : 0

Carte des cols gravis


Liste des sommets franchis

Nom Altitude Massif Détails
Col du Galibier 2642 m Arves et Grandes Rousses
Col du Tourmalet 2115 m Pyrénées centrales
Col du Lautaret 2057 m Arves et Grandes Rousses
Mont Ventoux 1912 m Provence
La Barillette 1528 m Jura
Col d'Aspin 1489 m Pyrénées centrales
Chalet de la Dôle 1439 m Jura
Col de Menté 1349 m Pyrénées centrales
Col de la Faucille 1320 m Jura
Col de la Givrine 1232 m Jura
Mont Faron 510 m Monts toulonnais
Col du Babaou 416 m Massif des maures
Col de Caguo Ven 230 m Massif des maures

01:30:00Col du Galibier depuis Col du Lautaret (2642m)

Depuis le sommet du Lautaret.
C'est une montée difficile, c'est sûr, mais quel plaisir ! On se sent quitter le monde et ma foi, que c'est bon !
Je l'ai monté au train avec mon père, à 6-7 km/h de moyenne. Le paysage est grandiose, il y a moins de voitures qu'au Lautaret, et, pour ma part, je l'ai fait avec la banane.
À partir du Chalet, le pourcentage devient sévère (12%). Mais dans l'ensemble je pense que c'est moins dur que l'autre versant qui sera pour une prochaine fois.

Les + : la beauté du paysage, c'est vert, c'est "vierge", on respire. La pente, à la fois difficile mais appréciable : à aucun moment on se dit qu'on en a plein les bottes, qu'on avance pas, etc. On voit des vaches sur le bord de la route, aussi. C'est super.

Les - : les voitures et motos (les mecs s'envoient comme des malades, y'en a bien un qui va finir dans le ravin... moi je le ramasse pas), les gros camping car qui prennent toute la route (assez étroite), les prix des maillots au châlet (60 euros pour un truc à 10 boules, faut pas déconner !)...

Et, le gros moins, pour moi, c'est l'absence d'animaux sauvages. Certes j'ai vu les vaches, mais j'aurais vraiment voulu voir la faune en liberté. Mais bon, avec tous ces jobards qui passent la poignée dans le coin, ça fait belle lurette que y'a plus la moindre marmotte.

00:00:03Col du Tourmalet depuis Sainte Marie de Campan (2115m)

Plus dur que je le pensais. Soleil de plomb, pas un nuage, grosse chaleur, attention aux brûlures !
Montée à très petite allure en s'arrêtant plein de fois pour les photos, car c'est beau. Au sommet, je vous conseille d'aller manger au restaurant du berger. C'est copieux et ma foi très bon. Et le type est vraiment du cru avec un accent béarnais magnifique !
Appréciable : le public de cette montée : pas de m'as-tu-vu ou de mecs qui montent à l'envers, sans les mains, sur la tête, alouette, comme on peut voir dans les cols des Alpes ou, surtout, au Ventoux. Là, c'est des cyclistes. Point.
Dans l'ensemble, tout ce que j'avais lu de négatif m'a au final, agréablement surpris. Y'a pas tant de voitures que ça, La Mongie n'est pas si moche (oui, y'a une barre à l'entrée, mais après ça se laisse voir) et la montée est dure comme on aime.
Bref, à faire et à refaire.

01:30:00Col du Lautaret depuis Briançon (2057m)

Le temps est approximatif.
Alors, le début du col est absolument inintéressant : c'est pas beau, y'a du trafic et ça grimpe peu.
À partir du Monnetier, on respire un peu. Je vous conseillerai même de partir de là. Ca grimpe à 5% de façon très très régulière. Idéal pour les montées au train.
Sur la fin du col, le paysage est intéressant et on commence à prendre du plaisir. On sent qu'on quitte le monde, et personnellement, c'est aussi ce que je recherche dans une ascension.

Les + : montée très accessible, roulante, beau paysage sur la fin, quand on se rapproche enfin des sommets. Ascension bien balisée, avec les bornes, les pourcentages...

Les - : des bagnoles, des bagnoles, des bagnoles... et des motos. Et les mecs vous frôlent à 110 ! C'est vraiment stressant.

02:30:00Mont Ventoux depuis Bedoin (1912m)

J'ai monté deux fois le Ventoux par Bédoin. Une fois avec mon VTT BH avec des pneus fins (style vtc). Montée à 7-8 km/h en un peu plus de deux heures environ. Départ depuis Carpentras, que je conseillerai plutôt pour les vélos de route parce qu'avec les 30 km de distance, j'y ai laissé des plumes pour ma part.
La forêt est dure. Mais à partir du Chalet, je ne dirai pas comme la plupart que c'est plus simple : y'a encore de bonnes rampes et quand le vent s'en mêle, c'est rude rude rude. Fait au mois d'août, il faisait 40 en bas et 0 en haut. Donc prenez une petite laine !!

La deuxième fois avec mon trek de route. Parti plus tôt le matin (faut être en bas à 8h sinon le vent se lève tôt ou tard) y'avait de quoi faire un temps, mais je n'étais pas seul. On s'est arrêté plusieurs fois, etc. Bref, on a dû mettre entre 3 et 4h.

C'est une montée formidable, un vrai rendez-vous avec soi-même. Même quand on lambine, une fois au sommet, on a un grand sentiment de plénitude, de fierté. On se sent prêt à bouffer la vie. Faudrait le recommander à tous les dépressifs.

Ce qui m'a déplu :
_ Le chalet Réynard : la première fois j'y avais mangé des pâtes au foie gras. C'était copieux et excellent. La seconde fois, ils ont dû changer de crémerie, c'était très moyen.
_ le prix des maillots "Ventoux". Je voulais en acheter un pour marquer le coup. Ben purée... aujourd'hui pour 60 euros t'as plus rien !
_ le nombre de jobards que j'ai croisés pendant la montée : ça va du mec en tongs sur un vélo de ville, à celui qu'est torse-nu, en passant par le père qui cravache ses gosses, le vieux beau qui fait le malin en te doublant (genre je retiens ma respiration), le coureur du dimanche qui se prend pour Amstrong... Pfff... Ils me gâcheront pas mon plaisir, mais putain, quelle bande de tocards...

02:00:00La Barillette depuis Gingins (1528m)

Une vraie montée comme on les aime : exigeante, avec des kilomètres à 10%, sans bagnole, et dans une nature foisonnante. (Un aigle s'est envolé à mon passage dans la descendante, m'offrant quelques dizaines de mètres à son contact).
Le sommet offre un point de vue magnifique sur le lac.
C'est une sorte de petit Ventoux, qui rappelle en bien des points le passage dit "de la forêt", avant d'arriver au chalet Reynard.

Un +, aussi : une bonne partie de la montée et de la descente se fait en sens unique !

00:00:00Col d'Aspin depuis Arreau (1489m)

Jolie montée, avec des passages exigeants. Quelques voitures à déplorer. C'est sauvage : il n'y a rien : pas de maison, de chalet, de troquet, de magasin de souvenir, pas d'agitation en haut comme au Ventoux ou Galibier, etc... on a parfois l'impression d'être seul au monde, et ça, ça fait du bien. À peu près à mi-pente, on peut apercevoir un incroyable petit hameau coincé dans un renfoncement de la montagne (Aspin-Aure). Je me suis vraiment demandé si des gens habitaient là et comment on faisait pour vivre dans un lieu qui semble à ce point en dehors du monde.
C'est un col à faire. Il sera dur pour les uns ou facile pour les autres, mais on s'entendra sur le fait que la montée est belle, avec une superbe vue sur la vallée, totalement exposée au soleil et avec un bon revêtement dans l'ensemble. C'est très vert, ça sent bon, il y a des animaux. Oui, à faire !

01:45:00Chalet de la Dôle depuis Gingins (1439m)

Une vraie montée exigeante et réservée aux cyclistes (pas une voiture ce jour-là !). Ca ressemble, niveau difficulté, au bas du Ventoux (passage dit de la Forêt, juste avant d'arriver au chalet Reynard) : ça grimpe à 10% sur plusieurs kilomètres. Une jolie nature, avec des animaux sauvages (aigles...). Sur la fin on tourne sur la gauche et on va jusqu'au restaurant d'altitude (1500 m quand même). Sur la droite, encore 1,5 km et on arrive à la Barillette.
C'est le meilleur col du coin, bien plus agréable que la Faucille.
Je le conseille à tous. C'est des vraies sensations pour ceux qui aiment la grimpe et s'arracher à la platitude du monde.

00:00:00Col de Menté depuis Saint Béat (1349m)

Très dur. Surtout le premier kilomètre, à froid : plus de 11%. Tout le reste tourne à 9-10. Pratiquement pas de repos, quelques virages à plat sur le haut, mais c'est tout. De quoi se tester comme il faut. Ce qui n'était pas mon cas sur cette première fois, en découverte.
Belle route, peu de voitures, mais peu de vue (forêt et col encaissé). À mi-chemin le petit village de Boutx, très joli, et, au sommet, une auberge où l'on mange bien, au calme.
Je ne connaissais pas ce col qui n'est pas vraiment célèbre, en comparaison du Tourmalet, de l'Aspin, etc. Pourtant il est très difficile et je le recommande pour tous ceux qui aiment les grimpées difficiles et/ou loin de la circulation.
À noter que Voeckler l'a monté en 28 minutes, soit à 20km/h en 2012... j'ai beaucoup de mal à envisager une telle performance.

01:30:00Col de la Faucille depuis Gex (1320m)

Je ne m'attendais pas à un col si difficile. Ca m'étonne pas que ce soit Bahamontès qui soit passé en tête là-haut. Je pensais le monter au train, tranquille, eh bien c'est peu évident : y'a des replats, des passages doux, puis durs, et ainsi de suite, c'est difficile d'adopter un ryhtme. Mais le pire, c'est le stress des bagnoles (très nombreuses) qui vous frôlent à 100 à l'heure ! Je suis resté le cul sur la selle, j'avais trop peu de me mettre en danseuse et de faire des écarts. C'est pas un col, c'est une autoroute.
J'ai été déçu aussi par le manque de perspective : on voit rien. Y'a bien deux ou trois points de vue, mais sinon c'est la forêt.
En plein mois d'aoüt, je me suis caillé, il devait faire 5 degrés en haut. Avec la pluie et le vent... bref, j'en voyais plus la fin.
Montée idéale pour les bons bourins avec la tête dans le guidon. Pour ceux qui aiment la grimpe pour le plaisir, les sensations, la vue, la nature, blabla, passez votre chemin.

01:30:00Col de la Givrine depuis Nyon (1232m)

Montée agréable, roulante, avec des maisons magnifiques, un passage avec vue sur le Lac.
Lors de ma montée, il n'y avait pas trop de voitures, c'était plutôt tranquille. Les bleds du coin sont inintéressants, mais je recommande cette montée qui est une sorte de test médian avant de passer à plus dur.

02:00:00Mont Faron depuis Toulon (510m)

(temps très approximatif).

Une montée exigeante, avec des rampes sévères. Ce qui est dur, c'est le tout début depuis l'hôpital Brunet jusqu'au départ du téléphérique. Là, si on n'est pas prévenu, on se met dans le rouge et même si le kilomètre qui suit est relativement soft, on a du mal à s'en remettre. C'est au moins du 20% !!
Après c'est une montée régulière avec une vue sur la plus belle rade du monde absolument imprenable et stupéfiante. On a presque envie de s'arrêter et de plonger dans la grande bleue tellement elle semble proche.
C'est magnifique.

Ca reste un col difficile et il faut tout de même être un peu entrainé pour y aller. Ca ne se prend pas à la légère et il faut être lucide avant de basculer parce que la descente est très dangereuse (route étroite, abrupte, avec des ravins à faire peur).

00:00:00Col du Babaou depuis Bormes les mimosas (416m)

(Aucune idée de mon temps)

Montée sans difficulté particulière. Le vrai "plus", c'est la tranquillité : peu de voitures, c'est pratiquement réservé aux vélos. Je dirai que c'est un col intéressant pour se maintenir en forme (quand on n'a pas trop de temps et qu'on veut tirer le max de bénéfice de la sortie) et pour préparer des ascensions de grande envergure.

00:30:00Col de Caguo Ven depuis Bormes les mimosas (230m)

Une montée que je fais très souvent et qui permet de s'entretenir. C'est régulier, peu pentu et joli. On peut poursuivre sur le Babaou une fois au sommet.
On peut s'arrêter au village de Bormes, joli panorama et fontaine pour les bidons.
Bref, à faire sans modération.