Commentaires de Patrice R

1 ascension

Nombre de montées : 1 Commentaires sur le forum : 0
Nombre de sommets : 1 Photos : 0

Carte des cols gravis


Liste des sommets franchis

Nom Altitude Massif Détails
Col du Tourmalet 2115 m Pyrénées centrales

01:26:00Col du Tourmalet depuis Sainte Marie de Campan (2115m)

Montée effectuée le 08/08/2010 (braquet : 39/29). L'année dernière, je n'avais pas osé tenter le Tourmalet, car avec mon 39/26 j'avais eu du mal dans Aspin et Peyresourde. Il faut dire que je n'avais que 850 km de VTT depuis le 01/01/2009, et mon vélo de route depuis 15 jours. Cette année, j'avais 3800 km depuis le 01/01/2010 et j'avais fait monter un 13/29 derrière. Après 3 jours d'échauffement dans Aspin et la Hourquette d'Ancizan, puis Azet et Peyresourde et de la grimpette autour de St Lary, nous nous sommes lancés, avec mon frère, à l'assaut du Tourmalet (à partir de la Séoube). Peu après Ste Marie de Campan, nous avons rattrapé un groupe de cinq cyclistes. Mon frère, plus jeune (39 ans, j'en ai 55), les a doublés et je suis resté avec eux jusqu'à Grip, en roulant sur le 39/21. A partir de Grip, les choses sérieuses ont commencé et j'ai mis le 39/23, puis le 39/26 à partir des paravalanches. Nous ne sommes restés qu'à 2, un gars de la Manche et moi, les autres n'ayant pu suivre. Il a pris ma roue pendant 3 km puis il a lâché prise. J'ai gardé le 39/26 jusqu'à la Mongie, où j'ai rattrapé un gars qui montait très régulièrement. Je me suis dit que ce serait une bonne roue à prendre. La fatigue arrivant, j'ai mis le 39/29, ce qui m'a permis de souffler un peu dans la roue de mon nouveau compagnon de route. Ensuite, j'ai enroulé régulièrement, sans à coups, et bien assis sur ma selle. Juste un peu de danseuse pour relancer après les épingles, mais sans me mettre dans le rouge, puisque nous avons pu discuter un peu.
On a repris pas mal de cyclistes, et finalement, je ne me suis fait doubler que 6 fois. Mon frère m'attendais depuis 23 minutes au sommet (son temps : 1h03 et son braquet 39/25). Au retour à la Séoube, d'où nous étions partis, j'ai repris la voiture pour rentrer à St Lary, tandis que mon frère faisait l'Aspin dans la foulée, à la vitesse grand V, sur le 39/21 et le 39/17 dans le dernier km.
Au final, 4 jours de bonheur, d'autant plus que le temps fut magnifique. Inutile de dire qu'au retour, sur nos routes vendéennes, on avait des ailes, l'un et l'autre, et que les côtes n'étaient qu'une formalité. Vivement l'année prochaine, qu'on remette çà...